album

Yukio, l’enfant des vagues

Auteur: Jean-Baptiste Del Amo

Illustratrice: Karine Daisay

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 40

Alors qu’il passe quelques jours sur une île de l’archipel japonais, un écrivain en manque d’inspiration, rencontre une jeune femme qui passe ses journées assise face à l’immensité de la mer qu’elle contemple. Intrigué, il cherche à savoir qui elle est. La narration change alors pour prendre des airs de conte dans lequel Yukio, un jeune enfant, se couvre d’écailles à chacune de ses baignades jusqu’à n’en plus revenir.

C’est un bien bel album que nous propose Jean-Baptiste Del Amo et Karine Daisy. Le texte et les illustrations s’associent avec délicatesse et pudeur pour aborder un sujet lourd, celui de la perte d’un enfant et du deuil qui s’en suit. Inspiré d’un conte traditionnel japonais, l’histoire de Yukio, l’enfant des vagues est tendre et touchante, elle met en avant l’amour profond d’une mère pour son enfant et le long travail d’acceptation qui suit la plus douloureuse des séparations.

Au sud du Japon, un écrivain en manque d’inspiration séjourne dans une petite île sauvage. Matin et soir, il remarque sur la plage une femme qui fixe étrangement la mer. Elle s’appelle Mayumi. Son fils, Yukio, était si petit à la naissance qu’il tenait dans la paume d’une main…

album

Le nouveau nid des Petits Marsus

Auteur: Benjamin Chaud

Illustrateur: Benjamin Chaud

Editeur: Little URBAN

Collection: Les Petits Marsus

Pages: 32

Les Marsupilamis perdent leur nid lors d’une violente tempête et se mettent en quête d’un nouveau lieu de résidence. Mais ce n’est pas si facile quand l’accueil des autres habitants n’est pas très chaleureux. Quand un incident survient, les Marsus montrent que la solidarité et l’entraide sont des facteurs importants dans une communauté.

Les Marsupilamis prennent un petit coup de fraîcheur dans cette nouvelle collection d’albums de Benjamin Chaud. Destinés à un public plus jeune que celui de la bande dessinée de Franquin, cette série très colorée mais en avant des problématiques qui concernent les petits avec humour. Dans Le nouveau nid des Petits Marsus, l’auteur aborde la question du déménagement et plus largement la question de l’immigration. Il souligne l’importance de l’accueil et de la solidarité avec pertinence en utilisant l’atout principal des Marsus, leur queue préhensile et démesurément longue. C’est léger et mignon, nul doute que les petits lecteurs apprécieront.

Sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 catégorie 3/5 ans.

L’avis de Pépita est à lire ICI.

Les Petits Marsus vivent paisiblement avec leurs parents. Jusqu’au jour où une terrible tempête souffle leur nid douillet. Les Marsupilamis n’ont plus de maison. Ils doivent quitter la jungle à la recherche d’un nouveau nid.

album

Des vacances timbrées

 

Auteure: Mathilde Poncet

Illustratrice: Mathilde Poncet

Editeur: Les fourmis rouges

Pages: 36

 

Alors qu’elle est en colonie de vacances, une enfant écrit une lettre à sa grand-mère à qui elle raconte le lieu, ses amis, leurs jeux… Alors que l’écriture cursive de l’enfant se délie, nos yeux sont happés par les illustrations aux couleurs vives qui offrent en regard sur ces vacances qui sont tout, sauf ordinaires. Les personnages semblent tout droit sortis de l’imaginaire de l’enfance entre animaux et créatures fantastiques. Mathilde Poncet nous offre tout un bestiaire fantaisiste japonisant qui n’est pas sans rappeler celui des studios Ghibli. Chaque illustrations regorge de menu détails et de références que l’on prend plaisir à découvrir.

Des vacances timbrées est un merveilleux album qui propose une immersion dans l’imaginaire de l’enfance. Fantastique et poétique, c’est un ouvrage étonnant qui se déguste sans modération. Chaque lecture apporte son lot de découvertes et d’émerveillement. Entre réalité fantastique et imagination débordante, l’auteure pousse la question jusqu’à la dernière page et la rencontre de la grand-mère qui répond à sa petite-fille.

Décidément le mois d’août est placé sous le signe des coup de cœur!

L’avis d’Isabelle est ICI.

Chère mamie, je m’amuse beaucoup en colonie de vacances, j’ai hâte de te présenter tous mes nouveaux amis…

album

Amoureuse de la Nature – L’incroyable destin de Beatrix Potter

Saving the Countryside

Auteure: Linda Elovitz Marshall – Illustratrice: Ilaria Urbinati – Traductrice: Sophie Lecoq – Editeur: Gallimard Jeunesse – Pages: 36

Amoureuse de la Nature est un magnifique album qui revient sur la vie de Beatrix Potter, de son enfance privilégiée dans une riche maison de Londres à sa vie d’adulte dans la campagne verdoyante du Lake District.

Linda Elovitz Marshall signe un récit biographique enrichi des connaissances acquises au cours d’un voyage en Angleterre, de nombreuses lectures et lors de sa rencontre avec Linda Lear, historienne spécialiste de Beatrix Potter. Elle revient sur la place des filles et des femmes à l’époque victorienne et les aspirations de la jeune Beatrix qui se confronte aux difficultés de son époque et notamment le manque de crédibilité accordée à l’intelligence des femmes. Sublimé par les magnifiques aquarelles d’Ilaria Urbinati, l’album dégage beaucoup d’émotions tant dans les expressions de son héroïne que dans les superbes paysages dont le format à l’italienne permet d’en représenter toute la beauté naturelle.

Amoureuse de la Nature est un album résolument féministe qui revient sur le parcours d’une jeune femme qui voulait réussir quelque chose d’important et son combat pour faire publier son histoire de lapin, Peter Rabbit. Son talent pour raconter des histoires et sa maîtrise de l’aquarelle lui permettront de gagner le cœur de milliers d’enfants à travers le monde et les époques; mais surtout, l’argent de la vente de ses vingt-trois petites histoires lui permettra d’acheter plus de mille six cents hectares de terres, ainsi que des fermes qu’elle offrira à une organisation en charge de la préservation du patrimoine. Grâce à son action, la vie des paysans et de leurs animaux a été préservé et même amélioré grâce au soucis que Miss Potter se faisait de leur bien être. Grâce à son action, le Lake District a été préservé et ressemblent encore aujourd’hui à ce qu’il était à l’époque.

A noter en fin d’ouvrage, une double page très intéressante sur lesquelles l’auteure explique sa démarche et les origines de cet album. Avant les habituels remerciements, elle propose également une biographie pour aller plus loin dans la découverte de Beatrix Potter.

Au troisième étage d’une maison londonienne, une jeune fille s’amuse à faire des portraits de son lapin. Elle dessine aussi des grenouilles, des salamandres, des tortues et des souris qu’elle libère de leurs pièges… 

album

Lama Mania

Auteure: Françoise de Guibert

Illustratrice: Anne-Hélène Dubray

Editeur: La Martinière Jeunesse

Pages: 48

Exit la licorne, la mode est désormais au lama, animal intelligent et au faciès très expressif. Il a, en quelques mois, détrôné la mythique créature arc-en-ciel et pris sa place dans les cours d’école! Si le titre nous place en plein cœur de cette nouvelle mode commerciale cela ne va pas plus loin.

En effet, Françoise de Guibert signe un documentaire très instructif dans lequel on découvre le lama sous toute les coutures depuis son lointain ancêtre préhistorique à ses cousins actuels, en passant par son mode de vie, la reproduction, l’alimentation, la morphologie sans oublier son emprunte écologique ultra positive. Le dessin épuré d’Anne-Hélène Dubray suffit à nous rendre le mammifère encore plus sympathique, les expressions faciales se veulent tellement réalistes et drôles qu’on ne peut qu’être conquis.

Lama Mania est un album documentaire unique qui propose la découverte d’un animal intelligent, sensible et aussi utile qu’agréable. A découvrir par toute la famille!

A la fois drôle et mystérieux, mignon et atypique, le lama est un animal à la personnalité et au charme hors du commun. Pourquoi est-il si écolo? Qui sont ses prédateurs? Comment se tient-il au chaud? Que veulent dire ses grimaces? Un documentaire sur la nouvelle coqueluche des petits et des grands.

album

Il y avait une maison

 

Auteur: Philippe Nessmann

Illustratrice: Camille Nicolazzi

Editeur: La cabane bleue

Pages: 32

Il y a quelques semaines, j’ai découvert le Prix Unicef de littérature jeunesse et je dois dire que leurs sélections de titres sont particulièrement intéressantes. Avec les filles, nous avons décidé de participer en lisant un maximum des titres proposés.

Il y avait une maison, album de Philippe Nessmann, illustré par Camille Nicolazzi fait parti de ces titres à découvrir pour le double message écologique qu’il renvoie: celui de son histoire et celui de son éditeur. En effet, La cabane bleue est un éditeur engagé qui valorise les textes mettant en avant l’amour de la nature et la protection de la planète. Et pour aller au bout des choses, ils publient des livres dans une démarche globale de développement durable: fabrication française, éco-conception des ouvrages, démarche éthique… N’hésitez pas à faire un tour sur leur site, ils expliquent tout ça très clairement en toute transparence.

Mais revenons-en à l’album en lui-même.  L’histoire commence dans une jolie maison remplie  d’animaux de différentes espèces choisies pour le symbole écologique qu’ils sont devenus:  de l’abeille  pollinisatrice victime des pesticides à l’ours polaire qui voit son terrain de chasse réduit par le  réchauffement climatique,  en passant par l’orang-outan, victime de la déforestation ou encore du bilby, espèce endémique victime de l’importation de prédateurs desquels son instinct ne le protège pas. On assiste donc à la disparition des animaux, la maison se vide progressivement,  jusqu’à ce qu’il n’y reste plus qu’une espèce, celle qui est à l’origine de ces disparitions mais également celle qui peut trouver des solutions pour changer les choses.

Philippe Nessmann signe un récit résolument engagé dans la protection de la nature et de la biodiversité. Son texte soulève les problèmes majeurs de notre société moderne et les conséquences écologiques qu’ils entraînent. Le jeune lecteur est ainsi invité à découvrir les enjeux écologiques de notre époque et la relation de cause à effets que notre vie moderne engendre sur le monde qui nous entoure. Mais l’auteur ne se montre jamais moralisateur et ajoute même un regard optimiste sur l’avenir au travers d’actions concrètes menées lors d’une prise de conscience qui ne peut qu’être génératrice d’effets positifs. Les illustrations de Camille Nicolazzi complètent joliment le texte par des couleurs douces et des émotions qui transparaissent des visages expressifs des différents personnages.

En fin de volume, une double page documentaire vient compléter l’album en faisant le point sur les problèmes évoqués dans l’histoire tout en proposant des actions pour y remédier et en listant des noms d’associations auprès de qui se rapprocher pour agir.

Si vous n’êtes pas encore conquis, je vous invite à lire l’avis de Sophie ICI.

Ce titre fait parti de la sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 catégorie 6-8 ans.

***

Il y avait en ce temps une vaste maison où tous vivaient en paix… Jusqu’au jour où l’un des habitants décida de pulvériser des produits chimiques sur ses pommes. Le lendemain, l’abeille avait disparu. Les autres animaux la cherchèrent sans succès, puis la vie dans la maison reprit comme avant. Jusqu’à ce qu’on décide de couper les branches du grand arbre…

album·Documentaires /Livres jeux

Océans… et comment les sauver

 

Auteure: Amandine Thomas

Illustratrice: Amandine Thomas

Editeur: Sarbacane

Pages: 40

Voilà un album que je suis très heureuse d’avoir découvert. C’est un véritable coup de ! Le lecteur est invité à découvrir dix écosystèmes marins différents, tous fragilisés par l’activité humaine mais pourtant pas impossible à sauver. L’auteure apporte, outre une présentation de la vie aquatique et les causes qui la fragilisent, un regard optimiste sur un avenir meilleur en proposant des solutions applicables par tous, dès le plus jeune âge, depuis son chez-soi.

Les illustrations colorées et pleines de menus détails apportent elles aussi des informations et l’auteure y ajoute une petite touche ludique en proposant pour chaque double page un petit jeu sous forme de questions ou de cherche-et-trouve. Océans… et comment les sauver est donc un album ludo-éducatif de qualité, de très bel aspect qui séduira les jeunes lecteurs et leurs parents pour l’apport culturel et l’éveil à l’écologie qui filtrent à travers le texte et les petites réflexions amusantes des petits personnages qui accompagnent le lecture.  A noter le glossaire en fin d’ouvrage vient compléter l’ensemble avec de nombreuses définitions. Nous sommes conquises et nous avons désormais hâte de découvrir le deuxième titre d’Amandine Thomas dans cette collection: Forêts… et comment les préserver.

Cet album fait parti de la sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 sélection 6-8 ans.

Nos océans sont pleins de surprise: des animaux qui brillent ou changent de couleur, des géants côtoyant des créatures microscopiques, des forêts sous-marines, des profondeurs inexplorées… Aujourd’hui, ce monde est menacé. Mais bonne nouvelle, sauver les océans, c’est possible! Embarque dans ce grand voyage autour du monde: tu vas explorer 10 écosystèmes marins et découvrir comment agir pour les protéger, à travers des gestes simples sans même bouger de chez toi!

album·Documentaires /Livres jeux·masse critique

Portraits d’Extraordinaires Enfants – Leur vie est une légende!

Auteure:  Laureen Bouyssou

Illustratrice:  Johanna Springer

Editeur: Fleurus

Collection: Portraits

Pages: 96

Le livre s’ouvre sur une introduction bienvenue qui retrace la place des enfants dans la société et leurs droits depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, illustrée par une frise chronologique. Il se ferme sur des chiffres clés qui permettent de visualiser plus clairement une réalité effroyable pour ces milliers d’enfants qui vivent dans des conditions inacceptables. L’auteure insiste sur le fait que, malheureusement, ces droits ne sont pas communs à tous les enfants du monde, pointant du doigt le fait que dans de nombreux pays ils sont encore privés d’éducation et sont bien trop souvent obligés de travailler pour aider leurs familles.

Entre les deux, douze enfants, plus ou moins connus, nous sont présentés par une très jolie illustration de Johanna Springer, une fiche d’identité et le résumé de sa vie, une anecdote, un fait marquant, un engagement qui font de ces enfants des êtres à part. Le jeune lecteur est ainsi invité à découvrir la vie particulière de Toutankhamon, Ali Ibn Sina, Pocahontas, Mozart, Bernadette Soubirous, Arthur Rimbaud, Sophie Scholl, Shirley Temple, Tenzin Gyatso, Nadia Comaneci, Kelvin Doe et Malala Yousafzai. Tous différents, tous uniques et pourtant réunis par leur vie extraordinaire. Que ce soit pour leur talent artistique, leur capacité à voir l’impossible, leur engagement dans un cause, tous ces enfants ont en commun un destin extraordinaire et ont été rendu célèbre par l’émerveillement qu’ils suscitent auprès du grand public.

Portraits d’Extraordinaires Enfants est un album documentaire qui propose de découvrir douze personnalités de divers origines. Si le choix de certains enfants m’a semblé surprenant, on ne peut que féliciter la diversité de cette sélection. Les jeunes lecteurs découvriront ainsi qu’il existe plein de façon d’être reconnus.

Gabrielle, 11 ans, l’a lu de son côté et a apprécié la mise en page, les illustrations et de découvrir qu’on peut être connu pour son intelligence, son génie artistique mais aussi pour ses qualités sportives ou, plus surprenant, pour ses visions « surnaturelles ». C’est un support intéressant qu’elle souhaite continuer à découvrir au travers d’autres titres.

Je remercie Babelio et les éditions Fleurus pour cette lecture faite dans le cadre de Masse Critique.

A travers l’Histoire, nombreux sont les enfants qui ont marqué leurs contemporains. Certains ont connu un destin tragique. D’autres ont brillé par leur génie artistique. D’autres encore, plus proches de nous, ont choisi de mettre leur talent au service de leurs concitoyens ou d’une cause qui leur tient à cœur.

album

Le Mystère de la grande dune

 

Auteur/ Illustrateur: Max Ducos

Editeur: Sarbacane

Pages: 64

 

 

Après la lecture du Garçon du phare, je savais que j’irai plus loin dans la découverte de cet auteur-illustrateur talentueux qu’est Max Ducos.

Dans Le Mystère de la grande dune, il nous emmène littéralement en voyages, à la découverte de la Dune du Pilat et du site naturel du Bassin d’Arcachon où océan, plage et forêts de pins se rencontrent pour former un paysage exceptionnel qu’il peint avec tellement de réalisme que je me suis revue enfant parcourant la Teste et grimpant cette immensité de sable, qui me paraissait aussi haute qu’une montagne, dans la chaleur étouffante de l’été. Chaque illustration est un tableau unique, une immersion totale, une représentation de la réalité enrichie d’une multitude de détails que le lecteur prendra plaisir à observer, s’attardant à chaque page pour ne rien manquer.

Le texte est une véritable invitation à l’aventure. Le lecteur suit un jeune garçon qui lui, suit un chien par qui il a été réveillé. Sur son chemin il rencontre un groupe d’enfants étrangers, un couple de touriste, un vieux pêcheur local, tous semblent avoir déjà eu la visite du chien qui a tenté, sans succès, d’attirer leur attention par ses aboiements. Entre découverte d’un site magnifique, et message écologique, Max Ducos signe un très beau récit de sauvetage et met en avant la solidarité et la persévérance qui marque le début d’une belle et grande amitié avec à la clef un souvenirs inoubliable.

Par ici, vous trouverez l’avis de Bouma, de Sophie, des Lutines et de Céline .

Arrivé de nuit dans une forêt inconnue, un garçon est réveillé par les aboiements insistants d’un chien. Intrigué, il le suit. C’est le début de découvertes en cascade… et d’une grande aventure qui va changer le cours de sa vie!

album

Jules et le Renard

A mouse called Julian

Auteur/ Illustrateur: Joe Todd-Stanton

Traductrice: Isabelle Reinharez

Editeur: L’école des loisirs

Pages: 36

Jules est un souriceau solitaire. Sur terre, il est chassé par tout un tas de prédateurs. Sous terre, les autres animaux le gênent dans ses déplacements. Il s’accommode très bien de sa situation et a su apprendre à vivre en évitant les autres. Pourtant, sa rencontre avec le renard va provoquer un changement à son mode de vie et lui permettre de comprendre, qu’il est agréable aussi d’avoir un ami.

Coup de cœur pour ce bel album au style graphique japonisant. Je découvre Joe Todd-Stanton et son style incroyable pour narrer une histoire somme toute assez banale. Une histoire d’amitié surprenante mais qui pourtant coule de source. J’ai été complètement séduite par le trait de l’auteur et la mise en page dynamique qui alterne les images pleine page, voir double pages qui regorgent de détails et les images « médaillons » qui offrent un regard plus précis sur une scène, une situation, un peu comme pourrait le faire le storyboard d’un film. Cette alternance se retrouve aussi dans la narration qui prend un rythme répétitif et rassurant au récit qui se destine aux petits dès 2 ou 3 ans. C’est sans surprise que l’on découvre l’amour de Todd-Stanton pour le travail de Hayao Miyazaki dont il semble s’inspirer pour donner vie à ses personnages et les faire évoluer dans une nature luxuriante et vivante aux couleurs vives et attrayantes. Un album et un auteur à découvrir de toute urgence!

Je vous invite à lire l’avis de Pépita, celui d’Isabelle et celui de Céline.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jules le souriceau vivait tout seul dans son petit terrier et il aimait ça. Il échappait ainsi à tous ceux qui voulaient le croquer, sous la terre ou en surface : hibou, taupe, blaireau, chien, lapin, fermière. Mais la vie est pleine de surprises. Un jour, parce qu’il a eu pitié d’un renard très rusé, mais surtout affamé, Jules finit par devenir… non ! pas sa proie. Beaucoup mieux que ça !