Lecture à voix haute·Première lecture·Service Presse

Le vieux et vilain bonhomme dans sa si grande et sinistre bicoque (2022)

Auteur : Jérémy Semet

Illustratrice : Clémentine Pochon

Editeur : Voce Verso

Collection : Ginko

Pages : 24

La collection Ginko des éditions Voce Verso propose des livres accessibles aux enfants qui débutent en lecture. Classées en trois niveaux de difficulté, les histoires visent un lectorat d’âge divers tant par son contenu que par la quantité d’écriture. Le vieux et vilain bonhomme est une histoire de niveau trois et s’adresse donc à des enfants déjà lecteurs.

***

Le grand et vilain bonhomme, écrivain en panne d’inspiration, est un être déprimé vivant seul dans une vieille maison délabrée, entouré des personnages de papier qui peuplent ses histoires : un vampire, un zombi, un yéti et un loup-garou. Des créatures fantastiques issues d’un folklore sombre et morbide qui renvoient à la tristesse du vieux et vilain bonhomme et appuient le sentiment de perte et de deuil qui l’entoure. Il faut attendre l’apparition du fantôme d’une petite fille pour faire remonter des souvenirs, des émotions et faire revenir l’inspiration.

Jérémy Semet signe un récit qui aborde le sujet grave de la perte avec justesse et pudeur. Son écriture joue sur un effet de répétitions rythmant l’histoire d’une sorte de mélodie agréable à l’oreille. Les filles et moi-même avons apprécié la musicalité des mots lors de la lecture à voix haute qui, d’une certaine manière, apporte un sentiment de réconfort tout en maintenant une note d’optimisme au fil des pages.

A l’image de la couverture du livre, deux couleurs viennent teinter les illustrations de Clémentine Pochon, prenant de plus en plus de place au fur et à mesure que le vieux et vilain bonhomme reprend goût à la vie. Cela ajoute encore à la musicalité de l’histoire, la couleur se posant telle des notes de musique sur la partition.

Le vieux et vilain bonhomme dans sa si grande et sinistre bicoque est un roman touchant et sensible à lire seul dès 7/8 ans… ou en famille.

Je remercie les éditions Voce Verso pour leur confiance et l’envoie de cette jolie lecture.

Un vampire, un zombi, un yéti et un loup-garou essaient de tenir compagnie à un vieux et vilain bonhomme, un écrivain dont l’inspiration s’est perdue à travers les années et les lames de son plancher. Pourtant, là, au-dessus de l’escalier, flotte un petit fantôme qui peut réveiller même…

Bilan·Le coin de Ju

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Juillet 2022 #2

Juliette reste dans sa zone de confort avec des relectures de romans « doudous ». En parallèle, elle lit quelques BDs que sa sœur ou moi ramenons de la médiathèque et je suis contente de voir qu’elle en apprécie un certain nombre.

[Je ne remets pas les résumés des titres communs à sa sœur.]

Lectures de Juillet 2022 – Juliette (13ans 1mois)

***

Arthur et la cité interdite, Luc Besson, Intervista, 2003. (relecture)

Arthur, Sélénia et Bétamèche partent ensemble pour Nécropolis. Nos trois compères sont tujours à la recherche du grand-père d’Arthur. Lui seul peut retrouver le trésor qui sauverait leur maison et le royaume des Sept-Terres. Arthur rejoindra-t-il son grand-père à temps pour préserver le monde des minimoys et gagner ainsi le coeur de Sélénia ? Un périple fracassant les attend dans la cité interdite de Nécropolis…

Note : 5 sur 5.

Arthur, La vengeance de Maltazard, Luc Besson, 2005. (relecture)

C’est juste à ce moment-là que son père décide de partir plus tôt que prévu et s’impatiente déjà au volant de sa voiture. Affolé, Arthur a juste le temps de prévenir son grand-père Archibald : peut-être pourra-t-il faire quelque chose à sa place… mais imaginer Sélénia entre le vie et la mort lui est insupportable. Avec la complicité de son chien Alfred, il va échapper à la surveillance de ses parents et rejoindre en pleine nuit la maison de ses grands-parents. Bientôt minuit : heure fatidique où le rayon de lune frappera la longue-vue d’Archibald et déclenchera l’ouverture du passage vers le monde des Minimoys. Malheureusement un nuage glisse de la nuit et s’apprête à cacher la lune…

Note : 5 sur 5.

Le silence est d’Ombre, Loic Clément & Sanoe, Delcourt, 2020.

Note : 3.5 sur 5.

Comme ton père, Gilles Abier, IN8, 2021.

Loris, 17 ans, n’a jamais connu son père. Alors quand il est convoqué chez la proviseure pour avoir agressé une camarade, et que sa mère l’accable d’un méprisant « T’es comme ton père, tiens ! », son univers explose, soudain trop exigu pour contenir les questions qui le submergent. Exclu trois jours du lycée, Loris décide alors de partir à sa recherche, prêt à tout tenter pour le retrouver.

Note : 4.5 sur 5.

Le silence de l’Ombre, Xavier Bétaucourt & Elodie Garcia, Jungle !, 2022.

Note : 3.5 sur 5.

Un grand-père tombé du ciel, Jungle Pépites, 2022.

Note : 4.5 sur 5.

Le roi cerf 1/2, Nahoko Uehashi & Taro Sekiguchi, Casterman (Sakka), 2022.

Van était autrefois un valeureux guerrier du clan des Rameaux solitaires. Défait par l’Empire de Zol, il est depuis leur prisonnier et vit en esclave dans une mine de sel. Une nuit, la mine est attaquée par une meute de loups enragés, porteurs d’une mystérieuse peste. Seuls les rescapés du massacre, Van et une fillette, Yüna, parviennent à s’enfuir. L’Empire de Zol ne tardant pas à découvrir leur existence, il mandate Hohsalle, un prodige de la médecine, pour les traquer afin de trouver un remède. Mais Hohsalle et Van, tous deux liés par le fléau qui sévit, vont découvrir une vérité bien plus terrible.

Note : 5 sur 5.

Zoc, Jade Khoo, Dargaud, 2022.

Note : 5 sur 5.

La boîte à musique, tomes 1 à 3, Carbone & Gijé, Dupuis, 2018 à 2019.

Note : 4.5 sur 5.
BD/manga

Le jardin secret – Première Partie (2021)

Auteure/Illustratrice : Maud Begon

d’après Frances Hodgson Burnett

Editeur : Dargaud

Pages : 96

A la mort de ses parents, la petite Mary Lenox est envoyée vivre chez son oncle. Pour cette enfant gâtée qui n’a connu que l’Inde, l’arrivée en Angleterre est un énorme chamboulement. S’il n’y avait que la météo et les paysages ce serait déjà beaucoup mais il y a aussi le mode de vie, l’éducation, la nourriture… Pourtant au fil des rencontres, Mary découvre que ce nouvel environnement a beaucoup à lui apporter, avec en tête de liste l’excitation et l’aventure que le mystère du jardin secret fait naître.

Maud Begon donne vie au roman de Frances H. Burnett dans une bande dessinée à la nature prépondérante. Son trait est de toute beauté et certaines planches sont d’une grande poésie. Au fil des pages, Mary évolue au rythme des saisons et des découvertes qu’elle fait au contact du jardinier et de Dickon, un jeune garçon qui parcourt la lande et possède un don pour communiquer avec les animaux. Et puis il y a le petit rouge-gorge qui l’entraine dans les recoins les plus insolites du jardin. Grâce à lui elle trouvera l’entrée du Jardin Secret à qui elle va tenter de redonner vie.

Nous avons été séduites, les filles et moi, par cette adaptation respectueuse du roman qu’il sublime par des illustrations magnifiques qui donnent littéralement vie à l’histoire. Mary est une enfant qu’on prend plaisir à suivre et voir évoluer. Sa transformation de caractère s’accompagne d’un changement des couleurs qui passent du sombre aux couleurs plus chatoyantes d’un jardin luxuriant. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, ils viennent enrichir l’histoire et participent à l’évolution de Mary donnant à l’histoire des airs de récit initiatique. La rencontre avec son oncle est assez mémorable et celle avec son mystérieux cousin nous laisse impatientes de lire la suite.

Après la mort de ses parents aux Indes, Mary est recueillie par son oncle toujours absent, dans un sombre et étrange manoir perdu sur la lande anglaise. C’est là que Mary découvre les indispensables bonheurs que procurent l’amitié et la nature grâce à un mystérieux Jardin Secret.

Bilan·Le coin de Gaby

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Juillet 2022

En juillet, Gabrielle a complètement déserté le rayon roman pour se tourner vers la bande dessinée. Elle a lu plein de belles choses et fait de jolies découvertes. Notre médiathèque renouvelle régulièrement son catalogue et s’est toujours un plaisir de voir arriver des titres récents sur leurs étagères. Outre la BD, il y a aussi eu la lecture d’un album d’un auteur que nous aimons beaucoup, Torben Kuhlmann.

Lectures de juillet – Gabrielle (13ans 1mois)

***

Un grand-père tombé du ciel, Marc Lizano, Jungle Pépites, 2022.

Le grand- père maternel de Leah débarque de New-York et s’installe chez sa fille, la maman de Leah. La fillette se réjouit de la venue de son grand-père qu’elle ne connaît pas. Un soir, en passant dans la chambre du vieux monsieur, Leah aperçoit dans un cadre une vieille photo représentant une jeune femme et une petite fille. Intriguée, elle demande des explications à sa maman. Sa mère lui répond que c’est au grand-père de lui expliquer. C’est ce qu’il fait pendant le nouvel an juif. La jeune femme du cadre s’appelait Déborah ; elle était la première épouse de grand- père. La petite fille se nommait Leah. Déborah et Leah sont mortes lors de la seconde guerre mondiale dans une chambre à gaz du camp d’extermination des juifs d’Auschwitz. Grâce à son grand-père, Leah connaît mieux l’histoire de sa famille et comprend les souffrances qu’il a supportées.

Note : 4.5 sur 5.

La Guerre des Lulus, tome 7. Luigi, Régis Hautière & Hardoc, Casterman, 2021.

Janvier 1919. Les combats ont cessé mais la paix n’est toujours pas signée et les traces se la guerre sont encore bien présentes. Lucien et Luigi voyagent à travers ses paysages dévastés. Ils cheminent vers Valencourt, là où tout a commencé, espérant y retrouver Lucas et Ludwig. Malgré les sombres nouvelles apportées par Luigi, concernant le comte et les Gentils Hommes, les deux Lulus sont persuadés que leurs amis sont vivants et ils sont prêts à tout pour les retrouver !

Note : 5 sur 5.

Taupeville, Torben Kuhlmann, Nord-Sud, 2015.

Au départ, il y a une prairie bien calme. Une taupe décide de s’y installer. Le lieu est si beau que, bientôt, d’autres taupes la rejoignent, beaucoup de taupes. On creuse, on bâtit, on aménage. Ou comment des événements donnent naissance à de grandes révolutions.

Note : 4 sur 5.

La boîte à musique, tomes 1 à 3, Carbone & Gijé, Dupuis, 2018 à 2019.

Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable… Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aura-t-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père.

Note : 5 sur 5.

Le silence de l’Ombre, Xavier Bétaucourt & Elodie Garcia, Jungle !, 2021.

Une histoire sous forme de conte pour aider à surmonter ses émotions lors d’un deuil, comment y faire face et s’en relever. Nao est inconsolable, il vient de perdre son grand-père et ne l’accepte pas. Aïko, sa maman, a vécu un chagrin identique lorsqu’elle était une petite fille. Elle emmène alors son fils dans son monde imaginaire, là où elle a combattu l’ombre, une créature qui voulait geler son cœur. Commence alors un voyage fantastique qui aidera le jeune garçon à accepter la disparition de son grand-père.

Note : 4 sur 5.

Derrière le rideau, Sara del Giudice, Dargaud, 2022.

À la fin des années 1930, dans un village provençal, Yaël et sa petite sœur Émilie, croquent la vie à pleines dents. Malheureusement, leur vie va basculer lorsque leur mère meurt et que leur père se remarie quelques mois plus tard avec Ophélie. Pour les deux petites filles, jamais cette bêtasse ne pourrait remplacer leur maman adorée ! Pourtant, à mesure que Yaël grandit, la dure réalité de la guerre et des lois raciales antisémites vont la rattraper. La jeune fille prend douloureusement conscience de son identité et de sa religion.

Note : 5 sur 5.

Le silence est d’ombre, Loïc Clément & Sanoa, Delcourt 2020.

Amun a beaucoup souffert durant sa courte existence et se sent désormais en sécurité dans ce monde protégé, loin du tumulte du quotidien. Il n’est guère pressé de quitter ce cocon pour repartir dans un nouveau cycle de vie. Il rencontre alors Yaël, bien plus extraverti et aventureux que lui. Ensemble, ils vivent des expériences uniques qui bouleversent leur vision des choses.

Note : 5 sur 5.

Little Witch Academia, tomes 1 et 2, Satô Keisuke, NobiNobi, 2018.

Akko admire depuis toujours Shiny Chariot, célèbre magicienne. Elle s’inscrit donc à l’école de sorcellerie de Luna Nova. Elle n’a aucune prédisposition pour la magie mais son optimisme ainsi que ses amies Lotte et Sucy, lui permettent de surmonter les épreuves : monstres faits de magie, forêts obscures et professeurs autoritaires.

Note : 4 sur 5.

Zoc, Jade Khoo, Dargaud, 2022.

Zoc est une jeune fille d’apparence normale. Elle ne sait pas quoi faire de sa vie, elle n’a pas de réelle passion, mais possède un drôle de pouvoir : capter et puiser l’eau avec ses cheveux ! Un pouvoir inutile et embêtant, dont elle va tout de même essayer de tirer parti. Quand un village près de chez elle subit une vaste inondation, elle décide rendre service en évacuant l’eau…

Note : 5 sur 5.

Les dames de Kimoto, Cyril Bonin & Sawako Ariyoshi, Sarbacane, 2022.

A travers le récit des amours, des passions et des drames vécus par trois femmes de générations différentes, Les dames de Kimoto dresse un tableau subtil et saisissant de la condition féminine au Japon depuis la fin du XIXe siècle.

Note : 5 sur 5.

Moriarty, tome 9, Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi, Kana (Dark), 2021.

Milverton, un magnat des médias londoniens, a monté de toutes pièces la machination « Jack l’Éventreur ». Fasciné par William depuis « l’affaire », il enquête pour en savoir plus sur lui. Il découvre alors les traces d’une affaire beaucoup plus ancienne : des gamins des rues avaient fait un procès à un noble. Et c’est le passé de William et Louis qui refait surface…

Note : 5 sur 5.

Spy x Family, tome 7, Tatsuya Endo, Kurokawa, 2022.

Twilight, vrai espion et faux père de famille, a enfin réussi à entrer en contact avec Donovan Desmond, sa cible sur l’opération  » Strix « . Mais l’homme politique reste insaisissable. Anya demeure peut-être finalement la meilleure carte à jouer pour mener à bien la mission de son  » père « …

Note : 4 sur 5.
album

Trek (2020/2021)

Auteur/Illustrateur : Pete Oswald

Traductrice : Chloé Girodon

Editeur : Helvetiq

Pages : 40

Dans une chambre d’enfant au petit matin, un père réveille son enfant. La décoration de la chambre évoque l’aventure, l’exploration et la nature. A la façon dont l’enfant saute de son lit, on comprend l’impatience et l’excitation du moment. Le lecteur découvre très vite qu’une sortie est organisée, une randonnée père-fils, loin de la ville, en plein cœur de la montagne.

Album sans texte, Trek est certes un hymne à la nature mais l’histoire met surtout en avant la relation père-fils et dit tout l’amour qui les lie au travers d’une aventure qui a pour but d’être ensemble, d’observer la nature, d’escalader, de partager et perpétuer une activité familiale. Les illustrations se suffisent à elles-mêmes et racontent dans le détail tous les moments de cette journée, du réveil à l’aube à l’ajout de photographies dans l’album familial au crépuscule, en passant par le trajet en voiture, l’observation de la faune, de la flore, le pique-nique et la plantation d’un petit sapin.

Trek montre aussi l’importance de la relation parent-enfant dans la construction de la confiance en soi et dans le dépassement personnel. L’enfant affronte ses peurs grâce aux encouragements et à la main tendue de l’adulte. Pete Oswald signe un album délicat et juste à lire et à offrir sans modération.

Dans la fraîcheur et la lumière du matin, un père et son enfant se réveillent …
Aujourd’hui, ils partent en randonnée
.

album·masse critique

La bande à Lily, tome 1. Un nouvel ami (2022)

Auteure/Illustratrice : Geneviève Casterman

Editeur : Esperluète

Pages : 24

L’album s’ouvre sur le plan d’un village entouré de champs. Ce village est celui où vivent Lily et ses amis : Diane, Marguerite, Claire et Basile. C’est l’été et le groupe n’est pas au complet car Diane et Marguerite sont parties pour les vacances. Ce jour-là, ils sont rassemblés chez Claire et ne savent pas vraiment comment s’occuper. Lorsque la maman de Claire les envoie jouer dehors, ils tombent sur un énorme chien sale, boiteux, plutôt affectueux et non identifié. Voilà de quoi occuper la journée. L’animal a besoin de soin et d’attention et les enfants savent aussi qu’il leur faudra trouver un endroit où quelqu’un pourra s’occuper de lui. Mais si ce chien n’était pas abandonné ?

Premier volume d’une série qui respire l’enfance, Un nouvel ami est un album qui met en avant l’amitié et l’entraide. Soucieux de bien faire, Lily et ses amis ne manquent pas de ressource pour venir en aide à cet animal esseulé. Ce qui s’apparente à un jeu pour cette petite bande de copain met par ailleurs l’accent sur un phénomène tristement répandu en période estivale : l’abandon des animaux. Si on découvre que ce n’est pas le cas ici, j’ai trouvé l’idée intéressante d’autant qu’ici il s’agit plutôt d’un chien fugueur et coquin qui va réunir la bande à Lily et un nouvel arrivant.

L’amitié est un thème universel qui ravira les jeunes lecteurs, d’autant plus qu’elle est mise en valeur par un énorme chien qui ne manque pas d’affect. Pour ma part j’ai été tout particulièrement séduite par les illustrations noires et blanches qui ajoutent un charme désuet de l’histoire. L’ambiance générale du récit joue sur la nostalgie d’une vie campagnarde dans laquelle les enfants sont plus libres d’aller jouer dehors. La simplicité du format de l’album accroît encore la nostalgie et ancre un peu plus le récit dans l’enfance de part le choix d’un papier proche du papier à dessin au touché doux, les pages sobrement cousues entre elles par un fil noir.

Je remercie Babelio et les Editions Esperluète pour cette bien jolie lecture.

C’est le premier jour des grandes vacances. Lily, Basile et Claire passent l’été au village. Bientôt, un nouvel ami va faire son apparition, pour leur plus grand bonheur…

Bilan·Le coin de Ju

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Juin 2022 #2

Juliette oscille toujours entre romans découvertes et romans « doudou ». On va retrouver dans la première catégorie des romans de son choix qui la sorte de sa zone de confort ou des romans imposés dans le cadre scolaire ; alors que dans la seconde, il s’agira de séries phares qu’elle suit et/ou relit. Ce mois-ci elle a aussi laissé de la place à la bande dessinée et aux mangas. J’ai d’ailleurs été surprise qu’elle lise la série « Moriarty » qui a un niveau de violence qui va bien au-delà ce qu’elle supporte habituellement. Mais c’est une façon pour elle de partager quelque chose qui plait à sa sœur.

Comme pour Gabrielle, elle demande à ajouter un à côté de ses lectures coups de cœur.

Lectures de Juin – Juliette (13 ans)

***

Agence Lovecraft, Livre 2 : Déesse de le Mort de Jean-Luc Marcastel, GulfStream éditeur, 2022.

Après avoir échappé à l’effroyable Dagon, Ryan, Marie et Sergueï n’ont guère le temps de se reposer. Le docteur Sauvage leur apprend l’existence d’un mystérieux calendrier astral qui permet de savoir où et quand arrivera Cthulhu, et ainsi empêcher le monstre de s’incarner dans notre réalité. Hélas, ils ne sont pas les seuls à convoiter cet artefact. S’engage alors une course contre la montre entre l’Agence Lovecraft et d’inconcevables entités cosmiques. L’enjeu ? Ni plus ni moins que la survie de l’humanité…

Note : 5 sur 5.

Céleste, ma planète de Timothée de Fombelle, folio junior, 2009.

Elle est apparue un matin dans l’ascenseur. On a monté cent quinze étages en silence. Puis elle est entrée dans l’école, comme moi. Pendant la récréation, elle est restée dans la classe. Moi, penché au parapet de la terrasse de verre, je me répétais : « Ne tombe pas, ne tombe pas, ne tombe pas.  » J’avais peur de tomber amoureux. A l’heure du déjeuner, elle est partie et n’a jamais remis les pieds au collège. Il fallait que je la retrouve.

Note : 5 sur 5.

La guerre des clans, Cycle VI – Livre III. Eclats de Ciel de Erin Hunter, Pocket jeunesse, 2021.

La tempête approche… Comment restaurer la paix ?

​La paix entre les clans n’est plus qu’un vague souvenir. Depuis que Plume Sombre et sa bande de rebelles sèment la terreur partout où ils passent, l’équilibre a été renversé. Avec le territoire du Clan de l’Ombre tombé entre leurs griffes, rien ne semble pouvoir arrêter leur quête de pouvoir. Face à ce chaos grandissant, Nuage d’Aulne ne voit qu’une seule issue possible : trouver le Clan du Ciel et réaliser la prophétie. Les clans réussiront-ils à allier leurs forces avant qu’il soit trop tard ?

Note : 5 sur 5.

Arthur et les minimoys, Luc Besson, Intervista, 2002. (relecture)

Un méchant promoteur rêve de saisir la belle maison de sa grand-mère dans laquelle il passe ses vacances. Pas question de compter sur ses parents qui l’ont déposé là sans ménagement. Pas question non plus d’attendre son grand-père, disparu mystérieusement il y a maintenant quatre ans. Et puis, comble de malchance, Arthur n’a que dix ans… Peut-être pourra-t-il compter sur Alfred, son gros chien plus affectueux qu’intelligent ? A moins que, dans la vieille bibliothèque du grand-père, un grimoire ne lui permette de passer « de l’autre côté », au pays des minimoys..

Note : 5 sur 5.

La louve boréale, Nuria Tamarit, Sarbacane, 2022.

Il y a un endroit, de l’autre côté de l’océan, où les hommes partent et d’où ils reviennent après quelques semaines avec des sacs remplis d’or. Sur le Vieux Continent déchiré par les guerres, Joana a tout perdu. Elle vend alors ses dernières possessions et s’embarque pour ce Nouveau Monde plein de promesses, décidée à intégrer une expédition d’orpailleurs. Mais sur place, elle déchante vite : dans ces grands espaces froids et hostiles encore inexplorés, c’est la loi du plus fort qui règne et personne ne veut d’une femme dans son équipe. Qu’à cela ne tienne, elle ira seule. Bien vite, elle prend pourtant pour compagne de voyage une chienne qu’elle a libérée d’un maître cruel, avant d’être rejointe également par Opa et Tala, deux femmes Natives fuyant Matwei, un chercheur d’or prêt à toutes les violences pour assouvir sa cupidité. Elles s’engagent alors ensemble dans une course contre la montre : il faut rentrer avant que l’hiver n’ait recouvert de son manteau mortel ce territoire des loups tout en évitant les hommes qui haïssent les femmes.

Note : 4 sur 5.

La petite faiseuse de livres – Deuxième Arc, tomes 1 & 2, Miya Kazuki, Suzuka & You Shiina, Ototo (Shônen), 2022.

Convoitée par le temple d’Ehrenfest en raison de son mana, Main accepte de devenir une apprentie prêtresse après avoir vu l’immense bibliothèque des lieux. Elle y met toutefois certaines conditions qui ne sont pas du goût de tous. En ces lieux qui lui sont hostiles, Main ne peut compter que sur elle-même… et sur les conseils de Ferdinand, second personnage le plus important du temple, qu’elle intrigue énormément.

Note : 5 sur 5.

Moriarty, Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi, Kana (Dark), Tomes 6 à 8, 2019 à 2020.

Deux frères orphelins sont accueillis dans la famille Moriarty, grâce aux ambitions cachées du fils aîné Moriarty, Albert. Ce dernier abhorre l’aristocratie à laquelle il appartient et le système social qui régit la société britannique. Albert a vu en l’aîné l’intelligence et le charisme dont il avait besoin pour accomplir son rêve de nettoyer la société de ces « êtres inutiles et sales ». Albert propose de leur offrir sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve. 13 ans plus tard, à côté de leurs activités officielles, les frères Moriarty sont devenus des « conseillers privés ». Avec William à leur tête, ils aident les gens du peuple, victimes d’injustices, à se venger des riches qui les ont fait souffrir.

Note : 4 sur 5.

***

Connaissez-vous certains de ces titres ? En avez-vous à recommander ?

Bilan·Le coin de Gaby

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Juin 2022

Un mois de juin assez peu marqué par la lectures de romans, Gabrielle a préféré lire et relire des bandes dessinées et mangas. Lassitude de fin d’année, arrivée de l’été, emploi du temps plus chargé, autant de raisons qui l’ont poussée vers des lectures plus faciles. Beaucoup de lectures plaisirs et surtout des lectures qu’elle a pris plaisir à mener.

Petite nouveauté, à sa demande j’ajoute un à côté de ses coups de cœur. Je pense pouvoir affirmer que, pour le mois de juin, c’est La Louve Boréale qui lui a remporté le plus vif succès puisqu’elle l’a lu trois fois avant de le rendre à la médiathèque.

Lectures de Juin – Gabrielle (13 ans)

***

Middlewest, tome 2. Fear de Young Skottie & Corona Jorge, Urban Link, 2021.

Pour sauver sa peau, Abel n’avait qu’une seule solution : fuir la toxicité de Dale, son père. Mais tourner le dos à son passé n’était que la première épreuve d’un long et périlleux voyage. Le mal qui ronge le garçon semble si intense que même l’aide apportée au détour du chemin ne semble pas suffire à apaiser ses démons. Seule la stabilité offerte par les forains de la Hurst Family lui laisse entrevoir le bonheur car, pour la première fois de sa vie, Abel se sent aimé par cette famille d’adoption. Un sentiment inédit, puissant, à l’image de la colère qui anime toujours son père, furieux d’avoir vu son autorité remise en question. La traque a commencé, et le spectre de Dale se rapproche dangereusement.

Note : 5 sur 5.

Les Potos d’abord de Rachel Corenblit, Nathan(COURT TOUJOURS), 2020.

Lequel de nous deux a eu l’idée ? On se l’est demandé, après. Lequel de nous deux a proposé à l’autre en premier ce plan foireux qui n’était pas sensé en être un . Sur le papier, c’était même une idée brillante. Le genre de truc que tu imagines en te disant, on va être si bien là-bas, calés sur la plage, à regarder le soleil plonger dans la mer, à se boire des bières à la cool, les doigts de pieds en éventail, une brise légère frôlant nos cheveux, les yeux perdus sur l’horizon limpide. Parfaitement heureux. Seuls. Rien que nous deux. Et les coquillages. Entre potos. Nathan et son meilleur ami Ihmed partent en vacances sans leurs parents pour la première fois. Mais cette soudaine indépendance va mettre à mal leur amitié de toujours…

Note : 4 sur 5.

Mon bel assassin de Charlotte Erlih, Nathan (COURT TOUJOURS), 2022.

Est-elle prête à tout sacrifier pour sa cause, la défense de la planète ?  » Les ados de mon âge se demandent ce qu’ils vont faire plus tard. Ils ont des envies, des idées, des options. Ou ils se paient le luxe de ne pas savoir. Moi, personne ne me pose la question. Personne ne s’inquiète pour mon avenir.  » Tu es intelligente, travailleuse, connue, disent-ils. Tu pourras faire ce que tu voudras. Femme politique. Journaliste. Scientifique. Médecin. Avocate.  » Mais qu’est-ce qu’on fait, justement, quand on peut tout faire ?  » Comment vivre une adolescence normale quand on est pleinement et vivement engagée dans un combat comme la défense de la planète ? Pour l’héroïne, tout va changer lorsqu’elle fera la rencontre de Tom…

Note : 5 sur 5.

Red Man de Jean-François Chabas, Au Diable Vert, 2021.

En Australie, les tribus aborigènes sont rongées par l’alcool, la drogue et la pauvreté. Marvellous, le jeune membre d’une de ces tribus, sombre ainsi chaque jour un peu plus. Cependant, dans le désert du Red Center où guette le Red man, il fait une surprenante rencontre.

Note : 5 sur 5.

Mickey et les mille Pat de Jean-Luc Cornette & Thierry Martin, Glénat, 2021.

Quelque part, enfouie dans le labyrinthe d’une forêt sans âge se trouve la maison de Mickey. À l’époque moyenâgeuse où nous retrouvons ici la fameuse souris, il vit d’amour, de calme, d’eau fraîche et de cueillette. Parfois, Minnie l’invite à pique-niquer, ou alors Dingo – Dingo-le-sanguinaire comme il aime aussi se faire appeler – lui demande de devenir son écuyer… Des aléas inévitables et relativement innocents en règle générale, même quand les sortilèges du vieux sorcier célibataire Clodomir viennent s’y mêler… Cela dit, lorsqu’un jour Pat Hibulaire apprend que le dragon du coin garde auprès de lui un trésor inestimable, c’est une toute autre soupe ! Pat parvient à s’emparer d’une potion démultiplicatrice et se plie en bien plus de quatre pour obtenir les montagnes d’or entourant le monstre cracheur de feu.

Note : 4 sur 5.

Le Clan des Otori, tome 1 – Le silence du rossignol de Stéphane Melchior-Durand & Benjamin Bachelier, Gallimard (Bande dessinée), 2021.

Au XIVe siècle, dans un Japon féodal mythique, Takeo est sauvé d’une mort certaine par sire Shigeru, chef du clan des Otori, qui décide d’en faire son héritier. Le jeune homme, qui doit s’adapter à sa nouvelle existence, se trouve plongé au coeur de luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Mais d’où viennent ses dons prodigieux ? Devra-t-il choisir entre sa dévotion à sire Shigeru et son désir de vengeance ?

Note : 3.5 sur 5.

Celle qui parle, Alicia Jaraba, Grand Angle, 2022.

XVIe siècle. Malinalli est la fille d’un chef d’un clan d’Amérique centrale. Peu de temps après la mort de son père, elle est vendue à un autre clan pour travailler aux champs et satisfaire la libido de son nouveau maître. Un jour, d’immenses navires apparaissent à l’horizon, commandés par Hernan Cortez, obsédé par la recherche d’or. Le conquistador repère Malinalli et son don pour les langues. Elle sera son interprète et un des éléments clés dans ses espoirs de conquête. Elle sera également celle qui aura le courage de dire un mot interdit aux femmes de son époque : non ! Au-delà de la légende, voici l’histoire de la Malinche, vivante, jeune, inexpérimentée, souvent dépassée par les événements, mais avant tout, humaine.

Note : 5 sur 5.

La louve boréale, Nuria Tamarit, Sarbacane, 2022.

Il y a un endroit, de l’autre côté de l’océan, où les hommes partent et d’où ils reviennent après quelques semaines avec des sacs remplis d’or. Sur le Vieux Continent déchiré par les guerres, Joana a tout perdu. Elle vend alors ses dernières possessions et s’embarque pour ce Nouveau Monde plein de promesses, décidée à intégrer une expédition d’orpailleurs. Mais sur place, elle déchante vite : dans ces grands espaces froids et hostiles encore inexplorés, c’est la loi du plus fort qui règne et personne ne veut d’une femme dans son équipe. Qu’à cela ne tienne, elle ira seule. Bien vite, elle prend pourtant pour compagne de voyage une chienne qu’elle a libérée d’un maître cruel, avant d’être rejointe également par Opa et Tala, deux femmes Natives fuyant Matwei, un chercheur d’or prêt à toutes les violences pour assouvir sa cupidité. Elles s’engagent alors ensemble dans une course contre la montre : il faut rentrer avant que l’hiver n’ait recouvert de son manteau mortel ce territoire des loups tout en évitant les hommes qui haïssent les femmes.

Note : 5 sur 5.

Ningyo, Mr Tan & Mato, Glénat, 2022.

La forêt d’Aokigahara au Japon, autrement appelée “la mer d’arbres” ou “la forêt des suicidés”… Un homme y perd la vie, comme guidé par de mystérieuses créatures. Quelque temps après, Kai, son petit frère, arrive sur place, bien décidé à découvrir les raisons de sa disparition. Mais au fur et à mesure qu’il s’enfonce au cœur de cette forêt, le lieu semble se transformer… Et si la rencontre d’un humain et d’une sirène pouvait influencer l’avenir du monde ?

Note : 4.5 sur 5.

Fruits Basket, Natsuki Takaya, Delcourt (Tonkam), 12 tomes, 2015 à 2016 (relecture)

Tohru, orpheline de seize ans, a décidé d’être totalement indépendante. Elle installe une grande tente au milieu d’un terrain en friche. Malheureusement, le terrain appartient aux Sôma, une famille maudite, dont les membres se transforment en l’un des douze animaux du zodiaque chinois à chaque fois qu’ils sont trop fatigués ou approchés de près par une personne du sexe opposé ! Tohru est la première à percer leur secret…

Note : 5 sur 5.

Fruits Basket Another, Delcourt (Tonkam), 3 tomes, 2017 à 2019 (relecture)

Sawa est une toute nouvelle élève du lycée Kaibara, l’établissement où ont étudié, entre autres, Tohru, Yuki et Kyô. La jeune fille n’est pas très à l’aise en présence d’autres élèves. Harangué par un professeur dès le premier jour, elle perd tous ses moyens lorsqu’elle est secouru par un mystérieux et séduisant jeune homme.

Note : 5 sur 5.

Nowhere Girl, Magali Le Huche, Dargaud, 2021.

Magali a 11 ans. Elle aime les Beatles, dans la catégorie « passionnément » ou « à la folie ». Ce qu’elle aime moins, c’est l’école, surtout depuis qu’elle est au collège. Elle qui pensait être une élève comme les autres éprouve soudainement une peur panique à l’idée d’aller au collège. Telle une « Alice au pays des merveilles », elle se réfugie alors dans l’univers parallèle des Beatles nourri de leur musique et de couleurs éclatantes.

Note : 4 sur 5.

Moriarty, Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi, Kana (Dark), Tomes 6 à 8, 2019 à 2020.

Deux frères orphelins sont accueillis dans la famille Moriarty, grâce aux ambitions cachées du fils aîné Moriarty, Albert. Ce dernier abhorre l’aristocratie à laquelle il appartient et le système social qui régit la société britannique. Albert a vu en l’aîné l’intelligence et le charisme dont il avait besoin pour accomplir son rêve de nettoyer la société de ces « êtres inutiles et sales ». Albert propose de leur offrir sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve. 13 ans plus tard, à côté de leurs activités officielles, les frères Moriarty sont devenus des « conseillers privés ». Avec William à leur tête, ils aident les gens du peuple, victimes d’injustices, à se venger des riches qui les ont fait souffrir.

Note : 5 sur 5.

***

Et vous qu’avez-vous lu ?

roman ado

Agence Lovecraft, tome 2. Déesse de la mort (2022)

Auteur : Jean-Luc Marcastel

Illustrations : VADERETRO

Editeur : Gulf Stream

Pages : 272

Après un premier volet captivant, j’avais hâte de repartir à l’aventure avec les quatre ados aux pouvoirs mystérieux et l’équipage du Nautilus. D’entrée de jeu, nous nous retrouvons aux côtés de Sergueï dans un lieu et temps inconnu, évoluant au sein d’une communauté de créatures surprenantes. Dès lors, Jean-Luc Marcastel n’aura de cesse de nous tenir en haleine et d’attiser notre curiosité en plaçant ses héros dans des situations aussi palpitantes que dangereuses.

Comme dans le premier tome de leurs aventures, les jeunes héros sont confrontés à des créatures tout droit sorties de l’univers de Lovecraft ; des créatures au descriptif précis mais qui mettent notre imagination en difficulté tant elles ne ressemblent à rien de ce qui existe. Les dangers sont multiples, les mystères toujours aussi épais et le rythme, s’il souffre de quelques longueurs, maintient une dynamique fascinante.

Il est vraiment intéressant de suivre Sergueï qui, comme Ryan dans le premier volume, tient ici le rôle central. Le jeune russe est un personnage intelligent dont les pouvoirs semblent lui conférer la capacité de déplacer sa conscience dans celle de créatures lovecraftiennes. Il est plus mature et posé que Ryan, ce qui n’est pas pour me déplaire. J’ai par contre trouvé la romance de trop dans ce contexte narratif. Je sais que cela touche le public cible mais j’ai trouvé que cela n’apportait rien à l’histoire et ralentissait même l’intrigue.

L’univers créé par Jean-Luc Marcastel reste intéressant. Ses personnages sont toujours aussi bien travaillés et l’arrivée d’un nouvel antagoniste vient ajouter de nouvelles références qu’il est toujours amusant de retrouver. Après Lovecraft et Jules Verne, l’auteur puise dans l’œuvre de Conan Doyle pour étoffer son récit d’un grand méchant. J’ai hâte de lire la suite.

Un grand merci aux éditions Gulf Stream pour ce partenariat.

***

Après avoir échappé à l’effroyable Dagon, Ryan, Marie et Sergueï n’ont guère le temps de se reposer. Le docteur Sauvage leur apprend l’existence d’un mystérieux calendrier astral qui permet de savoir où et quand arrivera Cthulhu, et ainsi empêcher le monstre de s’incarner dans notre réalité. Hélas, ils ne sont pas les seuls à convoiter cet artefact. S’engage alors une course contre la montre entre l’Agence Lovecraft et d’inconcevables entités cosmiques. L’enjeu ? Ni plus ni moins que la survie de l’humanité…

rendez-vous hebdomadaire

Premières Lignes #30

Sur une idée originale de Ma LecturothèquePremières lignes met en avant un roman au travers des lignes qui ouvrent le récit. Pour ce nouveau rendez-vous, j’ai choisi de mettre en avant un conte philosophique reçu il y a quelques jours.

***

Lundi

Je n’ai jamais bien compris pourquoi les gens n’aiment pas les lundis. Je n’ai jamais aimé les jugements gratuits non plus, faits à l’emporte-pièce. Les préjugés. On dit qu’il y a des jours qui valent moins que les autres, puis ont dit qu’il y a des sous-hommes, des sous-races. On vilipende le lundi, et puis on finit par vilipender les gens. Qu’ont de moins les lundis,, je vous le demande ? Molière disait, dans la bouche de Dom Juan, que les débuts ont des charmes inexprimables. Or, le lundi est le début de la semaine. C’est le moment où tout est encore possible, où tout reste à faire. La jeunesse, Dieu ce qu’on la regrette quand on arrive à l’hiver de notre vie, vous verre ça, et bien plus tôt que vous ne le pensez. Lorsqu’il n’y a plus rien à regarder au-dessus de notre épaule, tous ces souvenirs, ces regrets laissés derrière. Quand on est au lundi de notre vie, tout est à venir. Au lundi de notre vie, tiens, voilà que je continue à faire de la poésie.

Le plus beau lundi de ma vie tomba un mardi de Camille Andrea, Plon, 2022.