roman·roman ado

A la Croisée des Mondes. 2 – La Tour des Anges

The Subtle Knife

Auteur: Philip Pullman

Traducteur: Jean Esch

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 384

Alors que la fin du premier volume nous laissait avec tout un tas de questions, ce deuxième volume commence bien loin de Lyra et de sa quête autour de la Poussière. En effet, l’auteur introduit dès les premières pages un nouveau personnage, Will, jeune adolescent à la recherche de son père. Après avoir traversé une fenêtre temporelle, il arrive dans un nouveau monde où il fait la connaissance de Lyra. Et comme à deux on est plus fort, les enfants vont s’apporter une aide mutuelle, affronter les difficultés et enquêter sur la Poussière tout en recherchant le père de Will.

Les mondes dans lesquels les personnages évoluent nous apparaissent rapidement fragilisés par la déchirure provoquée par Lord Asriel à la fin du premier volume. Entre opposition à l’église et dérèglement climatique, ces mondes entrent en résonance avec le notre. Si le lecteur cherche des réponses, il va vite se rendre compte que l’auteur ne creuse qu’un peu plus les sujets mis en avant et nous laisse dans l’expectative d’explications plus concrètes.

La Poussière, les spectres, les particules élémentaires… Trois mots qui semblent désignés une même chose et nous entraînent un peu plus dans des théories scientifiques. Mais si le texte s’inscrit d’avantage dans la science-fiction, le récit reste profondément encré dans le fantastique avec ses créatures divers et multiples qui semblent s’unir dans un objectif commun: la Grande Guerre. L’écriture reste par ailleurs riche en aventures, le suspens nous tient en haleine et les personnages ne cessent de nous surprendre et/ou de nous émouvoir.

La Tour des Anges introduit donc de nouveaux personnages et l’événement majeur qui déterminera l’avenir de tous. Si l’introduction de Will peut paraître tardive, il prend rapidement la place qui lui est désignée. Pullman est assez clair dans ses intentions concernant son rôle et le duo Lyra/Will fonctionne bien. Au fil des pages, on comprend qu’ils auront tous deux un rôle déterminant à jouer pour sauver les mondes. Les bases sont désormais installées pour entrer dans un troisième volume qui sera sans nul doute captivant.

Et si vous passiez lire l’avis de Bouma 😉

Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis des années, croit avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit la brèche qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à Cittàgazze, la ville au-delà de l’Aurore, il rencontre Lyra. Les deux enfants devront lutter contre les forces obscures du mal et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse tour des Anges.

masse critique·roman ado

#TousDebout (2021)

Auteures: Agnès Marot & Cindy Wilder

Editeur: Hugo

Collection: New War

Pages: 374

Récit écrit à quatre mains, Tous Debout est un texte à deux voix. D’un côté, il y a Anton, un ado intelligent au physique ingrat qui se cache derrière une attitude indifférente mais pourtant provocatrice. Dans l’ombre il est Gossip Boy, un gars qui balance les pires ragots du lycée sur internet. De l’autre côté, il y a Méloé, une adolescente introvertie qui s’insurge contre les comportements injustes et discriminatoires. Lorsque Gossip Boy révèle que Rahim, le petit ami de Méloé est sans-papier, cette dernière se lance dans un mouvement de contestations pour le protéger de l’expulsion. Anton se range à ses côtés et devient l’une des figures centrales du mouvement.

Si Agnès Marot et Cindy Wilder signent un récit engagé qui permet de sensibiliser le lecteur à de réels problèmes de société (sans-papiers, immigrations, homophobie, racisme…), je n’ai pas été convaincue par les personnages principaux. Anton a une attitude trop souvent limite, son comportement envers Méloé frôle le harcèlement. Cette dernière n’a pas su me toucher, trop souvent son engagement m’a semblé intéressé et n’a pas aidé à me la rendre sympathique.

Pourtant, l’histoire m’a vraiment plu et intéressée. L’écriture à quatre mains dynamisme le récit et permet un double regard sur une même situation. Anton et Méloé sont deux voix qui s’élèvent différemment contre une injustice tristement courante; entre provocation et engagement, ils amènent une réflexion sur le poids de nos actions et la façon la plus juste de prendre position pour une cause.

Je remercie Babelio et les éditions Hugo pour l’envoi de ce titre dans la cadre de Masse Critique.

D’un côté, Anton, un garçon discret qui se cache derrière le pseudo de Gossip Boy pour jouer les justiciers sur Trumblr (et y balancer les pires ragots du bahut). De l’autre, Méloée, jeune fille fougueuse et passionnée qui craque sur Rahim, le petit nouveau au lycée. Sous ses airs d’étudiant sans histoires, le mystérieux Rahim se retrouve vite au centre de toutes les attentions. Surtout lorsque Gossip Boy révèle qu’il est sans-papiers… Bientôt, tout bascule. Rahim est sur le point d’être expulsé. Derrière les grilles, il est temps pour les élèves barricadés de lever le poing pour défendre l’un des leurs!

Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

On n’a rien vu venir (2012/2019)

Auteurs: Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal

Editeur: Alice

Collection: Poche

Pages: 110

Lundi 4 juin. Les résultats des élections sont tombés: Le Parti de la Liberté a gagné. Dans la rue des scènes de liesse populaire, des cris de joie, et parfois aussi des départs en catimini, des parents inquiets qui rappellent leurs enfants à la maison. Sept enfants nous racontent leur comment ce nouveau parti politique s’est immiscé dans leur quotidien. Sous couvert de liberté et de justice, il crée des lois liberticides avant de s’attaquer aux minorités sociales. De la couleur de la peau au handicap, en passant par l’homosexualité, la population se voit contrainte à des obligations et des restrictions injustes. Si certains ont fuit dès l’annonce des résultats, d’autres s’y préparent pendant que leurs voisins, leurs amis choisissent de subir ou d’entrer en résistance.

Ce roman à sept voix est à faire lire à tous les enfants pour éveiller leur conscience et développer leur esprit critique. En effet, les auteures y présentent comment un parti totalitaire arrive au pouvoir et comment une dictature s’imisce de façon insidieuse dans la vie de chacun, réduisant peu à peu les libertés et le libre arbitre, imposant une façon de vivre et de penser unique en maintenant un climat de peur permanent. L’écriture à quatorze mains apporte différent regards mais l’écriture reste cohérente et les chapitres se nouent naturellement, comme s’ils avaient été écrit par une seule personne. Les questionnements et réflexions qui suivent la lecture permettent de la prolonger intelligemment en ouvrant la discussion avec les jeunes lecteurs.

A découvrir, l’avis de Bouma et celui de Pépita.

Des manifestations de liesse populaire ont lieu dans tout le pays: le Parti de la Liberté a gagné les élections… Mais, très vite, le nouveau pouvoir exclut tous ceux qui s’éloignent un tant soit peu de la norme – les « mal-habillés », les « trop-foncés », les « pas-assez-valides »…- et instaure des règles de plus en plus contraignantes. La liste des nouvelles lois et prohibitions s’allonge, les contrevenants sont traqués? Comment en est-on arrivé là?

roman ado

Steam Sailors, tome 2. Les Alchimistes (2020)

Auteure: Ellie S. Green

Illustrateur: Vaderetro

Editeur: Gulf Stream

Collection: 13+

Pages: 388

 

Après le coup de cœur à la lecture du premier volet, je m’étais procurée le deuxième tome dès sa sortie en novembre dernier, mais n’ai finalement pris le temps de le lire que la semaine dernière. Dès la première page, j’ai plongé tête baissée dans cette univers steam punk fait d’aventures, de pirateries et de magie.

Après les évènements survenus dans le premier tome, l’Héliotrope et son équipage se sont forgés une terrible réputation. Craints par tous, il ne reste que quelques fous pour oser les affronter. Mais les pirates sont prêts à tout pour sauver Prudence, plongée dans un état d’insconscience, depuis leur arrivée dans la Cité Impossible. Afin de trouver des alchimistes, l’équipe se scinde en plusieurs groupes, fragilisant leurs forces mais pas leur courage ou leur motivation. Au programme de ce volume, apprentissage et maitrise de l’alchimie, courses de modules, batailles navales et passage en cellules dans une prison terrifiante.

Les Alchimistes est un deuxième tome largement à la hauteur du premier. Riche en aventures et rebondissements, le récit laisse peu de répit. Ellie Green nous transporte dans son univers toujours aussi riche et dynamique. Si Prudence est moins présente, nous apprenons à mieux connaître certains des pirates, notamment Ezekiel dont le passé sombre ne peut que nous le rendre encore plus sympathique. Son arc narratif est celui que j’ai trouvé le plus intéressant car on voit le jeune pirate fougueux évoluer vers plus de maturité et de responsabilité. Les nouveaux personnages ne sont pas en reste, on sent combien leur personnalité et leurs pouvoirs d’alchimistes vont être importants pour la suite des aventures de toute l’équipe. L’auteure nous laisse sur un cliffhanger qui promet une suite époustouflante. Entre lutte pour leur propre survie et fin du monde à écarter, le final s’annonce plein de promesses!

***

L’équipage de l’Héliotrope est enfin parvenu aux portes de la Cité Impossible, laissant à Prudence un sentiment étrange de déjà-vu. Et ce n’est pas seulement un incommensurable trésor qui les attend, car ils font également la découverte d’un surprenant sarcophage… Mais la curiosité des pirates est lourde de conséquences: l’arrivée de la jeune fille avait été prédite et elle déclenche une funeste prophétie. Saisie par la vision des fléaux qui s’annoncent, l’âme de Prudence erre désormais entre deux réalités! C’est pourtant elle qui pourrait empêcher la prophétie de se réaliser… avec de l’aide. Pour permettre à Prudence de se réveiller et éviter la catastrophe, les pirates n’ont d’autre choix que de se lancer dans une nouvelle mission: retrouver la piste des héritiers des Alchimistes…

roman ado·roman young adult

D’or et d’oreillers (2021)

 

Auteure: Flore Vesco

Editeur: l’école des loisirs

Collection: Medium +

Pages: 234

 

Lorsque Flore Vesco sort un nouveau livre, c’est toujours une fête et la garantie d’un grand moment de lecture. Comment fait-elle pour toujours capter l’attention de son lecteur? Avec D’or et d’Oreillers, elle nous entraîne dans une réécriture moderne et sensuelle du conte d’Andersen, La Princesse au Petit Pois. Mais ici il n’est nullement question de princesse ou de petit pois, et il ne s’agit même pas d’un conte mais d’une histoire d’amour pleine de magie, de sorcellerie.

Lorsque la rumeur se répand que lord Handerson se cherche une épouse, toutes les mères ayant des filles à marier se réjouissent de la nouvelle et se préparent à lancer leurs filles sur le marché du mariage. Pourtant, l’annonce d’un test mis au point par le jeune homme les fait bondir. En effet ce dernier demande à ce que chaque jeune fille dorme sous son toit sans chaperon dans une chambre apprêtée à leur intention, une chambre ordinaire si ce n’était ce lit d’une hauteur prodigieuse fait d’un empilement d’une dizaine de matelas. Avec trois filles à marier, Mrs Watkins est prête à tout. Elle organise le séjour de ses filles chez ce mystérieux lord qu’elle envoie accompagnée de leur femme de chambre. Lord Handerson, faisant peu de cas de la classe sociale, fait passer le test aux quatre jeunes filles. Une seule validera le test et elle n’a rien d’une lady, ce qui n’est pas plus mal car elle aura fort à faire dans ce château hanté où la magie est si forte qu’elle laisse peu de répit à ses habitants. Sadima réussira-t-elle à lever le voile sur les mystères qui entourent le lord et sa demeure? Le défit est lancé…

Comme dans ses titres précédents, Flore Vesco enchante son lecteur par la qualité de son récit et son habileté avec la langue qu’elle utilise pour faire des jeux de mots toujours fort appréciables. Utilisant les codes du genre, elle signe un titre romanesque digne d’un Jane Austen avec ses jeunes filles frivoles et la course au mari dans laquelle elles se lancent avec frénésie pour conquérir un revenu mirobolant plus que l’amour d’un homme. Elle sort cependant des sentiers battus en introduisant de la sorcellerie qui ramène au conte. Sadima est une héroïne courageuse, forte et déterminée; loin des innocentes jeunes filles nobles, elle ne craint pas de découvrir son corps dans l’intimité de sa chambre.

D’or et d’oreillers est un récit moderne et sensuel à réserver au plus de 13 ans qui sera séduire le lecteur par son humour noir, sa plume entraînante et la richesse de la langue qui transportent le lecteur dans un monde fantastique enchanteur porté par une héroïne de caractère. Flore Vesco signe un titre résolument féministe dans lequel l’éveil à la sexualité des jeunes filles passe par la découverte de leur corps et de leur plaisir.

***

C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse: chaque candidate est invitée à passer une nuit chez lui, à Blenkinsop Castle, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Dormir chez un inconnu, sans parent ni chaperon! Quoi de plus scandaleux pour une jeune fille de bonne famille! Malgré tout, Mrs Watkins y envoie ses trois filles, accompagnées d’une femme de chambre. Elles se rendent en tremblant au château. Seule l’une d’entre elles retiendra l’attention du lord… Cette dernière, pourtant, n’a rien d’une princesse au petit pois! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées, mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

Lecture à 2 Voix·roman ado

Hunger Games, tome 3. La révolte (2009/2015)

Mockingjay

 

Auteure: Suzanne Collins

Traducteur: Guillaume Fournier

Editeur: PKJ

Pages: 459

 

Après les évènements survenus lors des derniers Hunger Games, Katniss et Peeta ont été séparé. Alors que Katniss a été évacuée et soignée au District 13, personne ne peut dire si Peeta est encore en vie. Alors que la vie s’organise dans les profondeurs du territoire du District 13, Katniss s’apperçoit qu’elle n’y a pas que des amis. Si beaucoup voit en elle le symbole de la rébellion, d’autres se méfient de ses intentions ou se demandent en qui la jeune fille placera sa confiance pour prendre le pouvoir à la suite du Président Snow. Mais avant d’en arriver là, la révolte se met en place et la rébellion gagne peu à peu du terrain pour renverser le Capitole.

L’histoire fait suite directe avec le volume précédent. Katniss découvre que la révolte des districts est déjà bien plus avancée qu’elle ne le pensait. Laissées dans l’ignorance, elle prend conscience que son rôle n’est pas d’être en première ligne mais uniquement d’être le visage de la rébellion. Accompagnée d’une équipe de tournage, elle est envoyée dans les districts qui ont ralliés le mouvement afin de filmer des spots de propagande. Pendant ce temps différentes actions sont menées dans les districts pour chasser les Pacificateurs, soldats du Capitole chargée de faire respecter l’ordre. Malheureusement pour nous à ce stade de l’histoire, l’auteure ne nous donne que les informations mais nous ne les vivons pas puisque nous continuons de ne suivre que Katniss, la narratrice. Je me demande si à ce stade, Suzanne Collins n’aurait pas mieux fait de changer de point de vue pour rendre son récit plus vivant et dynamique. Les deux premiers tiers de ce tome ont été particulièrement difficile à lire car il ne s’y passait pas grand chose ce qui nous a rendu la lecture presqu’ennuyeuse.

Cependant le dernier tier relève le niveau dès l’instant où Katniss décide de se rendre au Capitole pour tuer le Président Snow. Il y a alors peu de temps mort et le soulèvement est complet. Katniss se rend compte qu’elle n’est pas toujours favorable aux actions menées par le treize et elle paiera un lourd tribut à la fin des combats. Jusqu’au bout, elle gardera la même ligne de conduite pour notre plus grand plaisir. Révolte ou pas, elle reste elle-même au fond, même si les jeux l’ont affectée à jamais.

Hunger Games est une bonne série, avec ses défauts et ses qualités. Pour Gabrielle et moi, ce fut un très bon moment de partage à travers la lecture. Nous avons eu de très beaux échanges sur la dictature et la politique, la prise de pouvoir, le soulèvement des peuples etc. Rien que pour ça je ne regrette pas d’avoir lu ces livres portés par une héroïne au cœur noble, courageuse et prête à tout pour protéger ceux qu’elle aime. Suzanne Collins a su rendre réaliste un univers dystopique dictatorial et les conséquences que ce régime politique amène sur le peuple qui n’a pas d’autre choix que de se soulever pour reprendre ses droits et sa liberté!

Nous avons une fois de plus enchaîné avec le visionnage des deux films dont la construction m’a semblé plus vivante que celle des romans. Le fait de quitter Katniss pour voir ce qui se passe ailleurs est particulièrement intéressant. La scène qui m’a le plus touchée reste le moment où Katniss chante « Hanging Tree » et où l’on voit le soulèvement du District 5.

A lire également, l’avis de Bouma.

Contre toute attente, Katniss Everdeen a survécu aux Hunger Games à deux reprises. Mais alors qu’elle est sortie de l’arène sanglante vivante, elle n’est toujours pas en sécurité. Le Capitole est en colère. Il veut se venger. Qui pensent-ils devrait payer pour les troubles? Katniss. Et ce qui est pire, le Président Snow a été parfaitement clair sur le fait que personne d’autre n’est en sécurité non plus. Ni la famille de Katniss, ni ses amis, ni les habitants du District 12.

roman ado

Le Printemps des Oiseaux Rares (2019/2021)

L’albatros et la mésange

 

Auteure: Dominique Demers

Editeur: Gallimard

Collection: Scripto

Pages: 373

 

Jean-Baptiste et Mélodie ont dix-sept ans. Il est un zèbre, un jeune à haut potentiel. Passionné par les oiseaux, il prépare un concours réservé aux étudiants. Elle aime le sport et tente de se reconstruire suite à une blessure amoureuse.  Souhaitant avoir le choix pour ses études universitaires, elle suit un programme scolaire renforcé et décide de participer à un stage pour enrichir son dossier. Elle se retrouve engagée dans la garderie que la mère de Jibé a ouverte dans son sous-sol. Ensemble, ils vont apprendre à s’accepter en acceptant l’autre et vont changer le regard qu’ils ont sur la vie et sur eux-même.

Le printemps des oiseaux rares est un roman à deux voix d’une grande justesse émotionnelle. L’auteure y aborde de nombreuses thématiques telles que la perte d’un enfant, le deuil, le viol, la différence ou encore la religion. Ses personnages sont touchants de réalisme et ouvrent une réflexion pertinente sur la vie et les traumatismes qui la jalonnent. Le personnage de Jibé est particulièrement intéressant que ce soit dans sa relation à sa famille ou dans son développement personnel. Cartésien, il se détourne de la foi dans laquelle il a été éduqué, une foi envahissante qui rend se relation au père très conflictuelle, ce dernier restant inébranlable dans ses croyances. Pourtant, Jibé cherche encore des réponses de ce côté quand il doit faire face à des difficultés. Empathique, il est attiré par Mélodie chez qui il ressent une profonde tristesse alors qu’elle tente de donner le change en souriant à tous. Leur relation évolue lentement mais sainement, chacun essaie d’apprivoiser l’autre dans sa différence pour l’aider à avancer. Et en aidant l’autre, ils s’aident eux-mêmes.

L’écriture de Dominique Demers est très belle. Elle n’est d’aucun parti pris et soulève des questions auxquelles elle tente de répondre de façon neutre en argumentant dans plusieurs sens. C’est fait avec talent et permet au lecteur de réfléchir d’avantage à ce qu’il croit ou pas. Les nombreux personnages secondaires ont tous beaucoup à apporter et enrichissent l’histoire des deux héros ce qui rend le récit encore plus juste.

Le printemps des oiseaux rares est une petite pépite touchante, parfois même bouleversante, à découvrir dès 13-14 ans.

Jibé est le « bizarre » de la classe. Surdoué et solitaire, il est passionné par les oiseaux. Dans sa famille nombreuse, la loi du père, catholique pratiquant, est de plus en plus étouffante. Mélo adore courir sous les grands arbres du mont Royal, sa musique dans les oreilles. Dévastée par une relation amoureuse catastrophique, elle vit seule avec sa mère. Un projet scolaire les réunit et c’est le début d’une histoire à deux voix.

roman·roman ado·roman jeunesse

Anne de Green Gables (1908/2020)

Auteure: Lucy Maud Montgomery

Traductrice: Hélène Charrier

Editeur: Monsieur Toussaint Louverture

Pages: 382

 

Marilla et Matthew Cuthbert vieillissent, aussi décident-ils d’adopter un jeune garçon pour les aider à la ferme. Vieille fille et vieux garçon, la sœur et le frère n’y connaissent pas grand chose à l’éducation des enfants. Quand à la place d’un garçon, ils ont la surprise de découvrir Anne Shirley, ils sont loin d’être au bout de leur étonnement. Pour Matthew c’est pourtant l’amour au premier regard, il s’attache immédiatement à cette enfant impétueuse, bavarde et débordante d’imagination. Il faudra un peu plus de temps à Marilla pour laisser Anne entrer dans son cœur mais dès l’instant où ils lui ouvrent la porte de leurs Pignons Verts, leur vie s’en voit bouleversée à jamais.

Anne Shirley est une héroïne pleine de vie et d’imagination. Intelligente et pétillante, elle a tôt fait de se faire une place dans la communauté d’Avonlea. Au fil des saisons et des rencontres, Anne nous fait découvrir la vie insulaire sur l’île-du-Prince-Edouard, province de l’est du Canada, d’une communauté au début du vingtième siècle. Féministe involontaire, Anne est à l’image de la jeune femme moderne de son époque, une jeune fille résolument optimiste et tournée vers l’avenir, un avenir qu’elle se dessine grâce à sa persévérance et son imagination illimitée.

Ecrite en 1908, l’histoire est un magnifique témoignage de vie mais reste indémodable de part les thématiques abordées et la personnalité pétillante et attachante de sa jeune héroïne. Les éditions Monsieur Toussaint Louverture nous propose une réédition de qualité avec une couverture cartonnée magnifiquement illustrée par Paul Blow. Recouverte d’un papier irisé, elle reflète magnifiquement les couleurs du couchant. Par ailleurs, le choix du papier et les pages cousues en font un ouvrage de qualité fait pour durer. On attend la suite avec impatience.

Âme de feu et de rosée, elle ressentait les plaisirs et les peines de la vie avec une intensité décuplée.

Lecture à 2 Voix·roman ado

Hunger Games, tome 2. L’embrasement (2015)

Catching Fire (2009)

 

Auteure: Suzanne Collins

Traducteur: Guillaume Fournier

Editeur: PKJ

Pages: 429

 

Après leurs victoires aux Hunger Games, Katniss tente de reprendre le cours de sa vie. Relogée dans le quartier des vainqueurs avec sa mère et sa sœur, leur niveau de vie s’est considérablement amélioré et elles tentent d’aider les plus nécessiteux. Alors que leur relation reste tendue, Katniss et Peeta s’apprêtent à rejouer les amoureux devant le tout Panem durant la Tournée de la Victoire. Manipulés par le gouvernement, ils vont devoir convaincre leurs concitoyens et le Président Snow que leur refus de s’entretuer à la fin des jeux n’est du qu’à leurs sentiments et que ce n’était pas un acte de rébellion. Car dans les districts, la colère gronde et les esprits s’embrasent. Mais avant d’assiter à la rébellion, il faudra voir se jouer les 75é Hunger Games.

Après la fin du premier tome, j’attendais le soulèvement et des actions plus concrètes contre le Capitole mais finalement l’histoire prend le temps de s’installer et nous impose de nouveaux jeux. La Tournée de la Victoire permet de voir la tension qui règne dans les districts et les répressions du gouvernement. Le retour dans le district douze ne se fait pas sans encombre avec l’arrivée de Pacificateurs dirigés par un chef retors. Pour imposer la terreur et étouffer la rébellion, le Président Snow annonce l’ouverture de nouveaux Hunger Games particuliers en cette année d’Expiation dont l’objectif apparait évident dès l’annonce: tuer Katniss et l’espoir qu’elle donne au peuple.

Suzanne Collins a su faire évoluer son personnage principal qui semble avoir définitivement quitté l’adolescence et doit apprendre à se construire avec le souvenirs des jeux et des morts laissés derrière elle. Confuse et troublée par ses sentiments, Katniss aurait pu se trouver au cœur d’un triangle amoureux mais l’auteure ne semble pas vouloir développer l’aspect romantique de sa série pour se concentrer sur les enjeux politiques. Ce qui n’est pas pour me déplaire. On retrouve les éléments qui font la richesse du premier volume avec les prémices de ce que nous trouverons forcément dans la suite. Entre actions et émotions, l’auteure apporte ce qu’il faut de rebondissements pour rendre la lecture intéressante.

Après la lecture, Gabrielle et moi avons vu l’adaptation cinématographique avant de nous lancer dans la lecture du tome suivant.

L’avis de Bouma est à lire ICI.

Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s’agit surtout d’une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d’une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n’hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. À l’aube des Jeux de l’Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss…

Lecture à 2 Voix·roman ado

Hunger Games (2008)

The Hunger Games

 

Auteure: Suzanne Collins

Traducteur: Guillaume Fournier

Editeur: PKJ

Pages: 411

 

Katniss Everdeen a seize ans et vit dans le District 12 à Panem, un monde post-apocalyptique reconstruit sur les ruines des Etats-Unis. Gouvernés depuis le Capitole, une ville technologiquement évoluée, les Districts sont soumis à une régime totalitaire. Pour maintenir l’ordre, le Capitole organise chaque année les Hunger Games, un jeu télévisé durant lequel, les participants s’entretuent jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un seul. Moissonnés parmi les jeunes de douze à dix-huits ans, les tributs sont sélectionnés au nombre de deux dans chaque District, un garçon et une fille. Lorsque Prim, sa sœur cadette, est tirée au sort pour participer aux jeux, Katniss s’offre en tant que volontaire pour prendre sa place. Elle ne souhaite que sauver sa sœur d’une mort certaine mais ne se doute pas un instant que son sacrifice et les choix auxquels elle sera confrontée vont lui attirer la sympathie du peuple et faire souffler un vent nouveau sur Panem.

Premier volet d’une trilogie dont le succès n’est plus à faire, Hunger Games est un roman dystopique qui pose les bases d’un univers dictatorial, un monde dans lequel les habitants de chaque district doivent fournir des ressources pour faire vivre le Capitole. Subissant la pauvreté extrême et ses conséquences, le peuple subit en plus les jeux de la faim qui envoient à la mort leurs enfants. Violents et cruels, ces jeux testent l’abileté à survivre dans un monde hostile et permettent au Capitole de maintenir le peuple dans un état de peur permanente.

L’idée de jeux de la mort n’est pas nouvelle et a déjà fait l’objet de récit bien plus violents. Je pense notamment au Battle Royal de Kôshun Takami (1999) rendu célèbre par son adaptation cinématographique. Mais la trame narrative est ici plus riche et met surtout l’accent sur le pouvoir totalitaire tenu par le Président Snow et l’abscence de liberté qu’il laisse aux habitants contrôlés par la terreur cristallisée dans un jeu de téléréalité qui n’amuse que les plus riches. Les personnages de Suzanne Collins sont parfaitement travaillés et leur évolution est maitrisée. Katniss et Peeta suscitent la sympathie, accentuée par l’évolution de leurs sentiments respectifs.

Lu à deux voix avec Gabrielle, je ne peux que saluer l’effet que le livre a sur elle. Elle craignait la violence et la cruauté des jeux mais y a trouvé bien plus. L’histoire lui permet de prendre conscience de ce qu’est un régime dictatorial et de la façon dont il est tenu. Cela suscite en elle de la colère et un sentiment d’injustice fort. Elle s’est immédiatement positionnée en faveur de Katniss et Peeta pour qui elle éprouve de la compassion mais également de l’attachement. Elle espère voir leur histoire évoluée vers de la romance. En attendant, nous avons regardé le film et commencé le deuxième tome.

L’avis de Bouma est à découvrir ici.

Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène: survivre, à tout prix. Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature…