roman

Le Bruissement du papier et des désirs (2018)

Marilla of Green Gables

 

Auteure: Sarah McCoy

Traductrice: Anath Riveline

Editeur: Michel Lafon

Pages: 366

 

Marilla Cuthbert n’a que treize ans lorsqu’elle perd sa mère. Alors que cette dernière est sur son lit de mort, la jeune fille lui fait la promesse de prendre soin de son père et de son frère aîné, Matthew. Mettant sa vie entre parenthèses, elle se dévoue à la famille qui lui reste, n’hésitant pas à sacrifier sa relation avec John Blythe.

J’ai été surprise par l’existence de ce roman dont le titre français n’est clairement pas fait pour accrocher le regard des fans de la série de Lucy Maud Montgomery, Anne of Green Gables. Et pourtant l’auteure nous ramène sur l’Île du Prince-Edouard des années avant la naissance de Anne Shirley. En effet, s’inspirant de l’oeuvre originale, Sarah McCoy revient sur le passé de Marilla et sa déception amoureuse auprès de John Blythe. Si l’histoire est jolie et bien menée, je n’ai pas retrouvé la Marilla que je connaissais. De même, il manquait la rupture brutale et tranchante avec John Blythe. Ils se quittent plutôt en bons termes alors que l’on sait que leur relation n’a rien d’amicale dans le futur.

Ce qui fait la richesse de ce roman tient plutôt dans les descriptions de l’île, le parcours de Marilla et la trame de fond qui aborde la Rébellion des Patriotes et l’insurrection de 1837-1838 ou encore l’abolition de la traite des Noirs. Si l’auteure se contente de survoler les évènements, elle donne envie d’en savoir plus. Ce n’est pas le roman que j’avais espéré même si j’ai passé un bon moment et que cela m’a donné envie de relire Anne of Green Gables.

1837, île du Prince-Edouard, au large du Canada. Marilla Cuthbert, 13 ans, mène une vie tranquille dans le cadre enchanteur de la campagne, avec ses parents et son frère aîné, Matthew. A la mort brutale de sa mère adorée, Marilla se jure de veiller toujours sur son père et son frère.

Cette décision va entraîner sa vie entière. Désormais, elle se consacrera aux autres. Sacrifiant son amour pour John Blythe, elle décide de se battre auprès des plus démunis, les orphelins en particulier. Visionnaire, elle se révolte contre les mœurs de son temps et rejoint les rangs d’anciens esclaves affranchis afin que soit abolie la traite des Noirs. Mais ce combat pour la liberté a un prix: l’hostilité croissante de l’ordre établi. Chaque jour qui passe fait courir à Marilla un danger sans cesse plus grand.

essai·masse critique·roman

L’Evangile des Anguilles (2019)

Ålevangeliet

 

Auteur: Patrik Svensson

Traductrice: Anna Gibson

Editeur: Seuil

Pages: 280

 

Intriguée par ce titre proposé dans le cadre d’une masse critique, je me suis laissée séduire par la quatrième de couverture. Je m’attendais à un roman dans la même ligne que Et au milieu coule une rivière de Norman Maclean mais il n’en est rien.

Entre essai et roman biographique, Patrik Svensson réussit le pari fou de nous faire adhérer à son ouvrage, que l’on soit ou non intéressés par les anguilles. Le récit alterne les chapitres sur l’anguille d’un point de vie scientifique, historique, culturel et les chapitres plus personnels dans lesquels l’auteur se remémore sa découverte de l’animal et surtout de l’art de la pêcher en compagnie de son père. Mais ce roman est aussi un voyage en Scanie, cette province suédoise dans laquelle l’auteur a grandi et nous en décrit certains paysages avec un regard sincère sur la beauté qui s’anime devant ses yeux.

Je dois dire qu’aussi intéressants que soient les chapitres sur l’anguille, ce sont ceux sur l’enfance de Svensson qui m’ont le plus séduite. L’émotion palpable, l’amour d’un fils pour un père parti trop tôt nous font ressentir la douleur et la difficulté à faire son deuil. Il n’en reste que j’ai trouvé cette fascination pour l’anguille vraiment intéressante, d’autant plus que le deuil semble se faire au travers de cet écrit; qu’on nous parle de ses origines, de sa reproduction  ou encore de sa disparition probable, en passant par la meilleure façon de la cuisiner, les mystères qui entourent ce poisson sont multiples et l’étude ou les recherches menées pour en résoudre au moins certains sont passionnantes à lire. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ce titre remporte un tel succès à travers le monde.

Je remercie Babelio et les éditions Seuil pour cette découverte originale.

C’est l’une des créatures les plus énigmatiques du règne animal. Omniprésente depuis la nuit des temps (dans toutes les mers du globe, dans la mythologie, la Bible, l’Égypte ancienne, la littérature et d’innombrables cultures de par le monde, du Japon à la Scandinavie en passant par le pays basque), l’anguille ne cesse pourtant de se dérober à notre compréhension. Comment se reproduit-elle ? Pourquoi retourne-t-elle à la fin de son existence à son lieu d’origine, la mer des Sargasses, au large des Bermudes – où nul être humain cependant n’a jamais réussi à la voir ? Aristote croyait qu’elle naissait spontanément de la vase ; Sigmund Freud commença sa carrière en disséquant des centaines d’anguilles afin de dénicher leurs organes reproducteurs – en vain. Et aujourd’hui encore, « la question de l’anguille » demeure en grande partie irrésolue.

roman

Trouve-moi (2018)

Find me

Auteur: André Aciman

Traductrice: Anne Damour

Editeur: Grasset

Collection: En lettres d’ancre

Pages: 316

 

Après l’énorme coup de cœur pour le roman Appelle-moi par ton nom, je ne pouvais que lire la suite, même si je m’attendais à une lecture moins enthousiasmante tant le premier se suffisait à lui-même. C’est donc avec la curiosité de savoir ce qu’André Aciman avait encore à dire que j’ai abordé Trouve-moi. Au final je suis restée sur un avis mitigé.

Le livre prend la forme d’un recueil de quatre nouvelles rythmées tels les mouvements d’une symphonie dirigée d’une main de maître par l’écriture poétique et musicale de l’auteur qui nous entraine dans son univers en un tour de main. Immédiatement happée par le rythme mélodieux des mots, j’ai pris plaisir à retrouver les personnages masculins du premier roman qui, au fil des années, affrontent la vie avec le souvenir de cet été italien si particulier. Chaque histoire se déroule à une époque et en un lieu différent, mais André Aciman a su créer un lien entre chacune, nous faisant passer d’un personnage à un autre avec la même attente et le même plaisir ressenti par les héros. Ainsi Samuel va à la rencontre d’Elio qui, lors d’une nouvelle rencontre amoureuse va se remémorer Oliver, qui lui aussi après bien des années, aimerait renouer avec Elio… 

S’il est question de rencontres impromptues qui ont un impact sur vous et votre vie toute entière, l’auteur parle surtout d’Amour, le vrai, le passionnel, celui qui ne connait aucune barrière de temps et de genre. Tangible, le temps semble être le héros de ce titre ; il y a le temps qui passe, la différence d’âge, les souvenirs indélébiles et ceux qui laissent des regrets. Mais tous ont en commun la valeur donnée au père et à la relation filiale, à l’héritage, celui que l’on reçoit et celui que l’on laisse. Aciman est toujours très juste dans le choix de ses mots et il nous fait traverser les époques avec aisance. Pourtant, il s’attarde trop sur cette notion temporelle et livre deux premiers récits emprunts d’une certaine nostalgie qui, tout en étant touchante, alourdit le récit. 

Il fallait oser sortir une suite à une histoire aussi belle, d’autant que Call me by your name nous offrait déjà un apercu de l’après. C’était un pari risqué et André Aciman l’a courageusement relevé en donnant peut-être un peu trop de place à un personnage, qui tout en étant sympathique au lecteur, n’est pas celui qu’il espérait retrouver. Samuel, le père d’Elio, bénéficie ainsi d’une histoire qui couvre la moitié du livre et ne sert qu’à créé l’attente de retrouver Elio et Oliver qui se partageront la seconde moitié et à installer cette notion de temps qui semble importante à l’auteur.

Trouve-moi a bien des qualités et satisfera le fan s’il n’y met pas trop d’attentes de revoir le couple Elio-Oliver se rencontrer et se retrouver ponctuellement.

L’histoire d’amour entre Elio et Oliver a ému les lecteurs et les spectateurs du monde entier. Nous retrouvons les personnages d’Appelle-moi par ton nom dont André Aciman explore la destinée, quelques années après leur première rencontre.

Samuel, le père d’Elio, est à bord d’un train pour Rome où il doit rejoindre son fils, qui y a débuté une carrière de concertiste. Mais une jeune femme nommée Miranda voyage dans le même compartiment, et soudain toutes les cartes sont rebattues.

Quelques temps plus tard, Elio est installé à Paris. A la faveur d’une rencontre avec un homme plus âgé qui l’attire irrésistiblement, le souvenir d’Oliver rejaillit.

Les années passent, et un soir de fête à New York, Oliver éprouve lui aussi le besoin de renouer avec Elio, de l’entendre, et peut-être de traverser l’Atlantique pour le voir.

André Aciman excelle dans la peinture nuancée de nos désirs et contradictions. Trouve-moi pose la question du grand amour et de sa pérennité alors même que la vie pousse dans d’autres directions.

roman

Appelle-moi par ton nom/Call me by your name (2018)

Call me by your name

Auteur: André Aciman

Traducteur: Jean-Pierre Aoustin

Editeur: Grasset

Collection: En lettres d’ancre

Pages: 336

Call me by your name est avant tout un coup de cœur cinéma, une découverte faite durant le confinement. C’est un film fort et touchant de Luca Guadagnino dont j’ai eu du mal à me détacher après l’avoir vu ; une rencontre avec un jeune acteur brillant (Timothée Chalamet) et celle d’un réalisateur incroyable. Séduite par le film, j’ai eu envie de découvrir l’oeuvre originale, le roman éponyme de André Aciman… Dès les premières lignes, le charme opère.

Elio se remémore l’été de ses dix-sept ans, passé dans la maison familiale en Italie. Comme chaque été, ses parents accueillent un jeune étranger pour six semaines. Cette année-là, c’est Oliver, enseignant américain, qui est l’heureux élu. Immédiatement une relation particulière s’installe entre les deux jeunes hommes, entre froideur polie, indifférence et flirt timide, Elio décrit ses émotions à fleur de peau et son désir intense de cet homme.

Call me by your name est un roman magnifique de par son écriture poétique et sensuelle, son histoire d’amour touchante et le désir tangible qui filtre à travers les mots, les pages. Ce n’est pas une simple romance de vacances, c’est une histoire d’amour passionnelle, l’éveil à la sexualité d’un jeune homme qui se découvre une attirance pour une personne du même sexe, à une époque (les années 80) où l’homosexualité est encore tabou. S’il a parfois des mots très crus pour parler de leur expérience, ce n’est que pour mieux illustrer la passion qui le/les dévore.

André Aciman a par ailleurs su donner vie à des personnages réalistes, authentiques. Il est agréable de voir qu’à aucun moment il n’a cédé à la facilité et en a fait des personnages stéréotypés. Elio et Oliver sont juste deux hommes qui se découvrent une attirance mutuelle et tombent amoureux. Et de manière si belle et intense que ça en est tout simplement magnifique.

Mais Call me by your name est aussi un univers artistique riche (oserai-je dire élitiste) dans lequel les personnages évoluent avec la même aisance qu’un poisson nage dans l’océan. Musique, lecture, sculpture, histoire, l’art est omniprésent et s’imisse entre les personnages, les lie et leur offre de multiples occasions de rencontrer des intellectuels, des biens passants, des gens ouverts et bienveillants. Elio ayant grandi dans ce monde-là a la chance de bénéficier d’une grande confiance de la part de ses parents qui ne jugent pas et n’encouragent qu’à plus d’ouverture sur le monde. Doit-on en déduire que les intellectuels sont plus justes? Je me suis surprise à rêver d’un monde comme celui-ci, un monde dans lequel les hommes s’acceptent les uns les autres, dans lequel les gens s’écoutent, se parlent et se respectent.

Enfin on ne peut parler de Call me by your name sans parler de l’Italie.  La description des paysages nous offre un aller simple sous le soleil italien. Entre une ballade au bord de mer et une baignade dans la piscine on prend plaisir à écouter les cigales stridulaient sur les grands pins, en sirotant un jus d’abricots fraichement cueillis dans le verger familial d’une main et en lisant un roman de l’autre.

Vous l’aurez compris, Call me by your name est un énorme coup de . Lu d’une traite, ce roman m’a bouleversé. L’auteur réussit à nous faire ressentir les émois d’un premier amour avec une justesse touchante. Son récit est si parfaitement écrit qu’on en oublie complètement le fait que l’on parle de deux hommes et en cela on peut dire d’André Aciman est vraiment talentueux. Il gomme sans effort les cases dans laquelle la société nous enferme. C’est beau et ça fait du bien! 

« Je ferme les yeux et je suis de nouveau en Italie, il y a tant d’années; je marche vers l’allée bordée de pins, je le regarde descendre du taxi: ample chemise bleue, col ouvert sur la poitrine, chapeau de paille, toute cette peau nue… Soudain il me serre la main et me demande si mon père est là. »

A l’été de ses 17 ans, les parents d’Elio accueillent Oliver, un jeune professeur de philosophie, dans leur villa sur la côté italienne. Cet Américain brillant et séduisant fait forte impression sur Elio. Les jours passent, entre attirance réciproque et évitement. Elio pense à Oliver mais flirte avec sa voisine Marzia, Oliver travaille sur son manuscrit et mène une vie nocturne secrète dont Elio est jaloux. Puis tous deux cèdent à ce sentiment plus grand qu’eux. 

Appelle-toi par ton nom est un magnifique roman d’amour tout autant qu’une réflexion sur le désir et l’empreinte qu’il laisse en nous. La langue à la fois précise et sensuelle d’André Aciman parvient à évoquer l’intimité des corps – mais aussi la part de violence qui se niche dans tout éveil au sentiment amoureux – avec une élégance rare.

masse critique·roman

Au service secret de Marie-Antoinette, tome 4. La femme au pistolet d’or

 

Auteur: Frédéric Lenormand

Editeur: La Martinière

Pages:  360

 

 

Quatrième tome (se lit indépendamment) d’une série que je ne connaissais pas encore, La femme au pistolet d’or nous entraîne dans le Paris de la fin du dix-huitième siècle lors d’une enquête menée tambour battant par Rose Bertin et Léonard, respectivement modiste et coiffeur de la Reine Marie-Antoinette. Accompagnés du séduisant accessoire de sa majesté, Axel de Fersen, ils tentent de trouver qui en veut à la fortune de Mme Cottin de Melville qui se sent menacée depuis la mort de son mari.

Habituée des cosy mystery par la lecture de Agatha Raisin, je découvre un nouvel univers plus historique absolument délicieux fait de propos acerbes et d’un langage fleuri des plus délectable. La langue française est vraiment savoureuse et permet à Frédéric Lenormand de nous proposer tout un florilège de mots inusités de nos jours qui enrichissent un récit fort bien construit. L’écriture est entrainante, le duo Rose/Léonard est jouissif et d’une grande drôlerie. Les détails historiques qui ponctuent le récit servent à l’enrichir mais permettent également de faire des ponts avec notre époque et notre actualité, ce qui créé un parallèle des plus intéressant qui ne manquera pas de capter l’attention du lecteur.

La femme au pistolet d’or est donc un roman délicieux qui m’aura permis de découvrir une série que je ne manquerai de suivre. Amateur du genre comédie policière, ce titre est fait pour toi!

Je remercie Babelio et les éditions de La Martinière.

Depuis la disparition de son mari, Mme Cottin de Melville se sent menacée: on en veut à sa fortune… et à son pistolet d’or! La Reine envoie à son secours ses fidèles serviteurs de l’ombre, Rose, Léonard… et Axel de Fersen, son amant suédois! On leur prédit un grand danger. Mais peut-on se fier à un vieux fou qui lit l’avenir dans la poudre de menthe?

 

roman

Raison & Sentiments (illustré)

Sense & Sensibility

Auteure: Jane Austen

Traducteur: Pierre Goubert

Illustratrice: Margaux Motin

EditeurTibert

Pages: 455

 

Après Orgueil et Préjugés et Persuasion, les éditions Tibert s’associent de nouveau à l’illustratrice Margaux Motin pour proposer un autre titre de Jane Austen, Raison & Sentiments. 

Elinor et Marianne voient leur destin bouleversé par la mort de leur père bien aimé. Bien que de belle naissance, elles se retrouve bientôt privées de leur part d’héritage par leur frère, manipulé par sa cupide épouse et d’un train de vie auquel elles étaient habituées. Bien décidée à ne pas vivre sous la houlette de sa belle-fille, Mrs Dashwood part avec ses trois filles (Margaret est la benjamine) pour les terres d’un parent éloigné, Sir John Middleton qui leur a offert de s’installer à Barton Cottage. Rapidement la famille tisse des liens avec son nouveau voisinage et alors que Marianne s’attire l’intérêt du Colonel Brandon, elle tombe éperdument amoureuse du jeune et fougueux John Willoughby, rencontré dans une situation tout ce qu’il y a de plus romanesque. De son côté, la calme et posée Elinor tente de dissimuler les sentiments inspirés par Edward Ferrars, frère aîné de sa belle-soeur. Deux sœurs, deux tempéraments mais de même chagrins et souffrances…

Dans Raisons et Sentiments, Jane Austen attire la sympathie de son lecteur dès les premières pages dans lesquelles Mrs Dashwood et ses filles nous sont présentées comme bonnes et généreuses mais victimes de la cupidité d’une femme cruelle. Romantisme et humour so-british sont au rendez-vous de ce récit qui nous fait voyager de la campagne du Sussex à celle du Devon en passant par Londres et ses mondanités. Les nombreuses rencontres sont tantôt agréables tantôt insupportables. Sir Middleton et sa belle-mère, Mrs Jennings, sont des êtres particulièrement exaspérants, sans gênes qui laissent entrevoir une bêtise des plus profondes. Mais leur gentillesse est sincère et on ne peut leur en vouloir bien longtemps. A l’inverse, Lucy Steele, parente éloignée de Mrs Jennings, se présente directement comme calculatrice. Elle s’arrange dès son apparition pour briser les espoirs d’Elinor en jouant cruellement avec ses sentiments et n’ayant de cesse de la blesser.

A l’image des autres titres de la collection, Margaux Motin a su s’approprier l’univers de Jane Austen et en tiré une quinzaine d’illustrations dans lesquelles elle déploie tout son talent et son humour. Elle modernise un texte qui ne semble pas affecté par le temps et en met toute la beauté en lumière. C’est un objet livre magnifique qui vient compléter harmonieusement la collection. Vivement le prochain titre!

Tous ses traits avaient de la beauté, son sourire était doux et captivant et dans les yeux, très sombres, il y avait une vie, un feu, une ardeur que l’on pouvait difficilement observer sans en être ravi.

Lecture à voix haute·roman·roman ado·roman jeunesse

Le baron perché

Il Barone rampante

Auteur:  Italo Calvino

Traducteur: Martin Rueff

Editeur: Gallimard

Collection: folio

Pages: 378

 

Après la lecture du très sensible Du haut de mon cerisier de Paola Peretti, j’étais curieuse de découvrir ce très célèbre roman d’Italo Calvino. Curiosité encore un peu plus titillée par la lecture du poétique Un été en liberté de Mélanie Edwards. Deux romans sans liens mais dont l’héroïne a pour livre de chevet Le baron perché. Mes filles ayant également envie de découvrir ce titre, je me suis lancée dans une lecture à voix haute qui s’est rapidement révélée difficile car le texte ne s’y prête pas du tout. Les phrases sont d’une longueur ahurissante ce qui complique la lecture tant il est difficile parfois de pouvoir se poser et reprendre son souffle. Et de fait, cela n’a pas aidé à nous rendre ce roman agréable car ma voix chevrotait et avait du mal à donner le ton à ce récit pourtant intéressant.

Cosimo Piovasco di Rondo n’a qu’une dizaine années lorsqu’il monte sur le chêne du jardin familial pour ne plus jamais en redescendre. D’abord provocation à une injustice paternelle, cela devient une façon de se rendre intéressant aux yeux d’une fillette de son voisinage, avant de devenir un choix de vie réfléchi. Intelligent et observateur, Cosimo va faire de son arbre et de tous ceux du voisinage, un foyer unique mais d’une richesse incomparable. Au fil des rencontres et des années, il va s’adapter à son milieu, faire de très nombreuses lectures, étudier la philosophie, la politique, venir en aide aux plus démunis, se lier d’amitié avec des bandits, connaître l’amour, ses joies et ses peines. Sa vie sera riche et mouvementée mais jamais il ne reviendra sur sa décision et restera perché jusqu’à sa mort.

Conte philosophique, récit initiatique, Le baron perché est un roman fantastique, sur fond historique pertinent qui soulève la question des liens entre l’homme et la société. On peut aussi se demander si l’auteur ne tente pas de remettre en question les valeurs d’une vie de famille au profit d’une vie solitaire faite de rencontres multiples mais sans attaches. Ce qui est certain, est que ce récit ne laisse pas indifférent. Entre rires, consternations et réflexions, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer.

En 1767, à la suite d’une dispute avec ses parents au sujet d’un plat d’escargots qu’il refuse de manger, le jeune Cosimo Piovasco di Rondo grimpe au chêne du jardin familial et n’en redescendra plus. Sautant de branche en branche et d’arbre en arbre, il s’élance à la découverte du monde: il étudie la philosophie, se passionne pour la politique, rencontre des bandits, connait les joies et les peines d’amour. Et cela sans jamais reposer un pied sur terre, ni revenir sur sa résolution.

Lecture à voix haute·roman·roman ado

Frankenstein

Frankenstein; or, The Modern Prometheus

Auteure: Mary Shelley

Traductrice: Hannah Betjeman

Editeur: Gallimard Jeunesse

Collection: Folio Junior

Pages: 265

Après la lecture à voix haute de L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, j’ai pris conscience que mes filles étaient prêtes à découvrir des récits plus sombres que ce que je leur propose habituellement. C’est donc tout naturellement que mon choix s’est porté sur l’oeuvre de Mary Shelley, Frankenstein, classique du roman gothique qui pose la question de la création de la vie. Par ailleurs, le récit entre dans la thématique « Le monstre aux limites de l’humain » au programme des classes de sixième, un thème qui a beaucoup plu chez nous.

Si Frankenstein est considéré comme un récit horrifique lors de sa première publication, le 1er janvier 1818, il est surtout connu pour être précurseur du genre de la science-fiction. Mary Shelley signe un récit différent de ce qui existe dans le genre tant dans la construction que dans les codes du genre qu’elle redéfinit. Ainsi la narration épistolaire se construit sur la forme de récits-enchâssés dont le cadre ne sert qu’à recueillir le récit de Victor Frankenstein qui comprend également la narration faite à ce dernier par la créature qu’il a créé. Et quelle créature! A peine née, rejetée par son créateur, elle se retrouve livrée à elle-même et à la cruauté des hommes qui ne voient pas plus loin que l’apparence: un monstre répugnant fait de l’assemblage de pièces provenant de différents corps. La description reste assez sommaire, l’auteure reste aussi évasive sur l’aspect réel de la créature que sur sa construction, laissant ainsi toute liberté au lecteur d’imaginer sa propre représentation. Bien sûr on aurait tôt fait de se figurer Boris Karloff qui fut la créature en 1933 dans le film de James Whale, pourtant la peur qu’elle suscite nous laisse entrapercevoir toute l’horreur de son apparence. Rapidement la créature fascine par sa curiosité, son intelligence et ses émotions très humaines. Rejetée de tous, elle n’aura de cesse de chercher à se venger de ce créateur qui l’a cruellement abandonné, devenant le monstre que tous voient en elle. Et la question tombe tout naturellement: qui est le monstre de la créature ou de son créateur?

Frankenstein n’est peut-être pas le classique qui a le mieux vieilli, souffrant notamment de quelques longueurs, mais il n’en reste pas moins captivant dans son cheminement sur la création de la vie, et son questionnement des limites (entre le monstre et l’homme, le bien et le mal, la vie et la mort…). Juliette et Gabrielle ont adoré la lecture de ce roman qui fait frissonner sans faire peur. Elles se sont immédiatement positionnées en faveur de la créature devenue monstrueuse par esprit de vengeance. Nous avons eu une très chouette discussion sur l’apparence physique et l’impression qu’elle fait, la peur qu’elle peut provoquer et l’importance de voir au-delà. Elles réclament désormais la lecture de récits mettant en avant des créatures horrifiques avec en tête de liste le Dracula de Bram Stoker dont je dois vérifier le contenu avant tout ou m’orienter sur une version abrégée comme il en existe en littérature jeunesse. N’hésitez pas à laisser un avis sur le sujet (pour rappel mes filles ont onze ans).

***

Le savant Victor Frankenstein a réussi ce qu’aucun scientifique n’avait pu faire avant lui: découvrir les secrets de la vie. Hélas! il a fabriqué une créature d’apparence humaine mais aux traits si repoussants qu’elle n’éveille que terreur et dégoût… Rejeté par tous, obligé de se cacher, le monstre promet à son créateur une abominable vengeance.

Lecture à voix haute·roman

La Gloire de mon Père

 

Auteur: Marcel Pagnol

Editeur: Presses Pocket

Série: Souvenirs d’enfance

Pages: 280

 

J’avais dix ans lorsque pour la première fois je lisais La Gloire de mon père. La même année sortait le film éponyme de Yves Robert. Sans jamais le relire, j’ai toujours gardé en mémoire ce roman comme un merveilleux souvenir d’enfance, de vacances, de nature et de liens familiaux. C’est finalement pour une lecture à voix haute que j’aurais eu l’occasion de relire ce classique de la littérature française.

La Gloire de mon Père est un roman qui se lit pour la beauté toute simple du texte, pour l’odeur de thym, de romarin ou de la marjolaine que l’on sent, pour le chant des cigales et le bruit des pas dans le désert de garrigue que l’on entend, pour la chaleur que le soleil laisse sur notre peau, et celle que les émotions de Marcel laissent sur nos cœurs. Oui, La Gloire de mon Père est un roman qu’on lit avec tous nos sens en éveils. C’est l’histoire intemporelle de l’enfance, des jeux et des apprentissages au grand air, au simple contact de la nature. C’est l’histoire d’un homme qui se souvient qu’enfant son père était son héros et qu’il fut très fier de la gloire qui fut sienne.

Les filles ont beaucoup aimé cette lecture qui les a fait rire et voyager, et leur a donné envie de marcher dans les pas des Pagnol (ce que j’espère pouvoir vivre avec elles prochainement). Elles ont aussi été séduites par les descriptions d’un mode de vie désuet entre l’école de garçons, les voyage en calèche et par les vacances à la Bastide-Neuve bien entendu. Elles ont par contre été surprise de constater la peur d’Augustine quand elle découvre que son petit garçon de 4 ans sait lire – forcément pour Gabrielle qui a su lire au même âge c’est incompréhensible de se dire qu’une mère interdit les livres à son enfant par crainte d’une « explosion du cerveau » . Elles ont aussi été horrifié par les jeux de Marcel et Paul avec les insectes, jeux qu’elles ont qualifié de « barbares ». Mais elles ont adoré ce roman et son adaptation, et sont impatientes de découvrir la suite.

Parce que j’ai maintenant des petits-enfants, j’ai souvent envie de raconter des histoires: c’est la fonction naturelle des grands-pères, et peut-être leur plus grand mérite. Le mien me racontait Peau d’âne, la Belle et la Bête, Riquet à la Houppe; mais aujourd’hui, les fées ne s’amusent plus à changer une citrouille en carrosse, et c’est grand dommage, car elles nous feraient avec un potiron, une Citroën, avec un concombre, une Dauphine, et avec une hirondelle, une Aronde… Pour moi, j’ai préféré vous raconter l’enfance d’un petit garçon, qui fut aussi celle de vos grands-pères, et qui n’est peut-être pas très différente de la vôtre, car les petits garçons de tous les pays du monde et de tous les temps ont toujours eu les mêmes problèmes, la même malice, les mêmes amours.

 

ebook·roman

Agatha Raisin, tome 18. Un Noël presque parfait

Agatha Raisin and Kissing Christmas Goodbye

 

Auteure: M.C. Beaton

Traductrice: Françoise du Sorbier

Editeur: Albin Michel

format ebook (324 pages)

Dans ce dix-huitième volet, Agatha a fort à faire entre la préparation d’une fête de Noël idéale et le meurtre de la richissime et très désagréable Mrs Tamworthy. Alors que tout semble accuser les enfants de celle-ci, qui lui en voulaient de vouloir modifier son testament en les y rayant, Agatha se met à chercher dans son passé. Aidée de sa jeune nouvelle recrue, Toni, elle se lance sur les traces d’un assassin et découvre que cette dame a laissé des ennemis, et des morts, partout où elle est passée. Et si l’assassin n’était pas celui auquel on pensait? 

Arrivée si loin dans la série, on sent bien que l’auteure tourne en rond et que les idées s’essoufflent. L’attachement que M.C. Beaton a pour son personnage est très probablement aussi fort que celui de son lectorat qui prend plaisir à retrouver Agatha Raisin dans un quotidien fait d’enquêtes, de pouvoir de séduction qui s’étiole, et de décisions aussi naïves que consternantes voir carrément stupides. La force de la saga réside évidemment dans ce personnage haut en couleur et dans les quelques personnages secondaires qui l’entourent et qui sont tous plus intéressants les uns que les autres et qui ont pour point commun leur attachement très fort (pour divers raisons) à Agatha. 

Un Noël presque parfait est un roman sympathique, sans prétention mais qui permet de passer un bon moment avec un personnage auquel on ne peut que s’attacher. C’est en quelque sorte un livre « doudou » avec lequel on ne prend pas de risque d’être déçu pour peu qu’on ait déjà lu d’autres volumes de la série et qu’ils nous aient plu.

Bientôt Noël. Le sapin sent le roussi pour Agatha Raisin qui ne digère toujours pas d’avoir été larguée par James Lacey. Pour se forcer à l’oublier, elle se lance à corps perdu dans la préparation du réveillon pour ses amis. Jusqu’à en faire une obsession… Même le meurtre de Mrs Tamworthy, retrouvée morte après un repas arrosé à la ciguë ne la détourne pas de son but. Pourtant, la riche veuve avait prévenu Agatha: elle était convaincue qu’un membre de sa famille voulait l’assassiner avant la fin de l’année. Se sentant quelque peu coupable, Agatha part sur les traces du meurtrier, bien décidée à la piéger avant le réveillon pour avoir le temps de préparer sa dinde!