roman

Tant que le café est encore chaud (2015/2021)

Kohi ga samenai uchini

Auteur : Toshikazu Kawaguchi

Traductrice : Miyako Slocombe

Editeur : Albin Michel

Pages : 240

Dans ce petit café de Tokyo, le temps semble être figé. Le lieu n’a pas changé depuis son ouverture au début du vingtième siècle si ce n’est la modernisation apportée par l’électricité. Avec ses trois tables pour deux et ses trois chaises au comptoir, le lieu ne peut accueillir qu’une clientèle restreinte. Ce qui convient parfaitement puisque seuls les habitués continuent d’y venir et quelques curieux qui ont entendu dire qu’on peut voyager dans le passé.

Au travers de quatre portraits de femme, Toshikazu Kawaguchi utilise le voyage temporel pour rappeler combien le présent a plus de valeur que le passé, que les regrets ne nourrissent pas notre bien-être et que nos actions n’influencent pas le futur. Les personnages sont attachants et permettent à l’auteur de jouer sur l’émotion. Le récit se divise en quatre histoires reliées entre elles par différents fils conducteurs tout en étant indépendantes les unes des autres.

Si l’écriture n’est pas désagréable, elle est pourtant répétitive, notamment dans la description du lieu et l’énumération des règles à respecter pour ce voyage temporel. Cela aurait été plus compréhensif si Tant que la café est encore chaud avait été un recueil de nouvelles plutôt qu’un roman. J’ai cependant apprécié suivre les personnages récurrents et la proposition apportée par le dernier chapitre d’un voyage dans le futur.

Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour ce voyage dans le temps.

A Tokyo se trouve un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu’en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud. Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience et comprendre que le présent importe davantage que le passé et ses regrets. Comme le café, il faut savourer chaque gorgée.

Vendu à plus d’un million d’exemplaire au Japon, traduit dans plus de trente pays, le roman de Toshikazu Kawaguchi a touché les lecteurs du monde entier.

conte/nouvelle/biographie·Lecture à voix haute·roman·roman ado

La Ferme des Animaux (1945/2021)

Animal Farm

Auteur : George Orwell

Traducteur : Stéphane Labbe

Editeur : Le livre de poche jeunesse

Pages : 144

Cette année, l’œuvre de George Orwell est tombée dans le domaine public, laissant une grande liberté aux éditeurs et aux artistes de ressortir ces textes en les adaptant sous divers formats. Avant d’en découvrir les bandes dessinées, je voulais m’intéresser aux romans pour m’imprégner du texte d’origine pour mieux en apprécier la mise en images. J’ai choisi de commencer avec le célèbre La ferme des animaux dont je reviendrai très rapidement avec la présentation d’adaptations. Gabrielle ayant adoré ces bandes dessinées, je lui ai proposé la lecture à voix haute du roman qui lui a vraiment plu.

Alors qu’ils viennent de se débarrasser de leur maître, les animaux sont liés par les sept commandements qui placent chacun à égalité avec les autres espèces et positionne l’humain comme l’ennemi, l’indésirable duquel il faut se méfier en formant un corps uni. Pourtant, rapidement les cochons prennent la tête du mouvement ; formant l’élite, ils asservissent les autres animaux en leur promettant toujours une vie meilleure. Modifiant les commandements, manipulant les faits passés à leur avantage, ils instaurent un climat de peur et dénaturent les idéaux. Lorsqu’un dictateur sort du lot, il devient vite évident que les promesses d’une vie meilleure sont utopiques, que les objectifs sont inatteignables et ne servent que le nouveau maître des lieux.

Conte animalier, satyre politique, La ferme des animaux se veut une critique du régime stalinien et des états totalitaires en général. Car au travers de la révolution menée par les animaux de la ferme, Orwell revient bien sur la révolution russe, des promesses porteuses d’espoir d’un monde plus égalitaire et plus respectueux des hommes. Des idéaux portés par les cochons derrière lesquels il n’est pas si compliqué de retrouver les acteurs politiques qui portèrent le communisme à son paroxysme.

Roman le plus connu d’Orwell, avec 1984, La ferme des animaux peut tout aussi bien être lu par un enfant qu’un adulte de par le format de la fable animalière qui dénonce sur le ton de l’humour satyrique le pouvoirs et la cruauté exercés par des tyrans qui s’octroient tous les pouvoirs aux détriments d’un peuple soumis par la peur, la faim et le labeur. Publié pour la première fois en 1945, le succès est immédiat. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le succès de ce court roman n’a pas diminué avec le temps, le sujet résonne encore trop souvent avec l’actualité.

L’avis d’Isabelle est à lire ICI.

A la Ferme du manoir, les animaux en ont assez d’être maltraités. Major l’ancien, leur doyen, leur a ouvert les yeux sur la tyrannie de l’homme. Il faut faire la révolution ! Une fois le fermier banni, les animaux décident de ne plus se laisser commander. Pour veiller à cela, sept règles sont édictées et rédigées par les cochons. La dernière est claire : tous les animaux sont égaux. Mais le temps passe et les commandements changent, un par un. Jusqu’à ce qu’on puisse lire : tous les animaux sont égaux mais certains le sont plus que d’autres.

roman·roman ado

Comme des Sauvages (2020)

Auteur: Vincent Villeminot

Editeur: PKJ

Pages: 318

Récit fantastique, Comme des sauvages prend place dans l’Ardèche profonde. Alors que Tom, treize ans, passe les vacances avec sa sœur ainée et les amis de celle-ci, il aime passer du temps seul à parcourir la forêt environnante du village de C. . Il évolue parmi les arbres avec aisance, faisant fi du sol accidenté et des dénivelés pas toujours conformes entre la réalité et la carte topographique. Ce dernier point l’intrigue cependant et lorsqu’il tombe sur une barrière portant une inscription de mise en garde, on prend conscience qu’on met les pieds dans l’inconnu. A partir de là, l’auteur nous confronte à des inattendus qui se succèdent, nous plaçant dans une position inconfortable emprunte d’un certain malaise.

Car si la sauvagerie et la violence était déjà au cœur de Nous sommes l’étincelle, ce n’était rien comparé à la cruauté froide et pourtant assumée dont les personnages font preuves ou sont victimes ici. Dans Comme des sauvages, l’humain se confronte à la nature pour assurer sa survie mais il se confronte également à l’humain pour protéger le secret d’un paradis terrestre, véritable utopie pour une communauté qui croit protéger ses enfants d’un monde sur lequel l’emprunte de l’homme adulte pèse un peu plus chaque jour.

Entre message écologique et amour de la nature, Vincent Villeminot signe un titre poignant et peu conventionnel qui remet en question l’existence de tout un chacun. De son écriture tranchante, il nous entraîne un peu plus loin encore dans un questionnement sur la place de l’homme dans la nature. On aime le style ou pas, mais cela ne laisse pas indifférent. Pour ma part c’est un coup de cœur!

A lire : les avis d’Isabelle et de Céline!

***

Au cœur des collines, derrière la maison où Tom, 13 ans, passe ses vacances, se cache un mystère inimaginable. Quand, au détour d’un sentier, le jeune garçon tombe sur une immense clôture avec une mise en garde inquiétante, il se sent irrépressiblement attiré… Et il disparaît. Pendant des mois, sa grande sœur Emma va le chercher. Elle finira par découvrir la vérité. Mais pourra-t-elle rebrousser chemin et révéler au monde le terrible secret des Sources?

roman·roman ado

A la Croisée des Mondes. 2 – La Tour des Anges

The Subtle Knife

Auteur: Philip Pullman

Traducteur: Jean Esch

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 384

Alors que la fin du premier volume nous laissait avec tout un tas de questions, ce deuxième volume commence bien loin de Lyra et de sa quête autour de la Poussière. En effet, l’auteur introduit dès les premières pages un nouveau personnage, Will, jeune adolescent à la recherche de son père. Après avoir traversé une fenêtre temporelle, il arrive dans un nouveau monde où il fait la connaissance de Lyra. Et comme à deux on est plus fort, les enfants vont s’apporter une aide mutuelle, affronter les difficultés et enquêter sur la Poussière tout en recherchant le père de Will.

Les mondes dans lesquels les personnages évoluent nous apparaissent rapidement fragilisés par la déchirure provoquée par Lord Asriel à la fin du premier volume. Entre opposition à l’église et dérèglement climatique, ces mondes entrent en résonance avec le notre. Si le lecteur cherche des réponses, il va vite se rendre compte que l’auteur ne creuse qu’un peu plus les sujets mis en avant et nous laisse dans l’expectative d’explications plus concrètes.

La Poussière, les spectres, les particules élémentaires… Trois mots qui semblent désignés une même chose et nous entraînent un peu plus dans des théories scientifiques. Mais si le texte s’inscrit d’avantage dans la science-fiction, le récit reste profondément encré dans le fantastique avec ses créatures divers et multiples qui semblent s’unir dans un objectif commun: la Grande Guerre. L’écriture reste par ailleurs riche en aventures, le suspens nous tient en haleine et les personnages ne cessent de nous surprendre et/ou de nous émouvoir.

La Tour des Anges introduit donc de nouveaux personnages et l’événement majeur qui déterminera l’avenir de tous. Si l’introduction de Will peut paraître tardive, il prend rapidement la place qui lui est désignée. Pullman est assez clair dans ses intentions concernant son rôle et le duo Lyra/Will fonctionne bien. Au fil des pages, on comprend qu’ils auront tous deux un rôle déterminant à jouer pour sauver les mondes. Les bases sont désormais installées pour entrer dans un troisième volume qui sera sans nul doute captivant.

Et si vous passiez lire l’avis de Bouma 😉

Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis des années, croit avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit la brèche qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à Cittàgazze, la ville au-delà de l’Aurore, il rencontre Lyra. Les deux enfants devront lutter contre les forces obscures du mal et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse tour des Anges.

ebook·roman·Service Presse

L’Ordre de Prométhée, tome 1. Chronique (2020)

Auteure: F. Ropars C.

Editeur: Librinova

Pages: 270

format ebook

A la suite d’un accident, Athénaïs se réveille avec les souvenirs de vies antérieures. Accompagnée par sa grand-mère avec qui elle a un lien fort, elle se retrouve avec une nouvelle vie qui se dessine. En plus des souvenirs, la jeune femme se voit doter de pouvoirs et retrouve des connaissances de passés. Amitiés et amour viennent remplir le vide de son existence, au même titre que des ennemis dissimulés dans l’ombre. Rapidement, l’histoire se met en place avec ses mystères et ses dangers.

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure pour sa proposition de découvrir son livre et sa confiance. J’ai été conquise par l’ambiance générale et les nombreuses idées qui se dégagent de l’histoire. Même si l’écriture n’est pas toujours égale, le rythme est intense et ne laisse pas de temps mort. Les évènements sont multiples et se mettent en place rapidement ne laissant pas de place à l’ennui. Les souvenirs du passé ressurgissent ponctuellement et on sent une trame historique se mettre en place en toile de fond d’une intrigue plus contemporaine dans laquelle la société est au cœur d’un équilibre instable et fragile qui semble pouvoir se rompre très facilement. Le(s) volume(s) suivant(s) nous en dira(ont) probablement d’avantage car il ne s’agit que d’un premier volume qui pose les bases d’un univers médiéval-fantastique et met en place les personnages et organisations desquelles ils dépendent.

En un peu moins de trois cents pages, F. Ropars C. apporte énormément d’informations qui manquent parfois de détails, et de profondeurs. Les relations entre les personnages se mettent en place parfois trop rapidement pour que l’on est eu le temps d’en saisir l’émotion. Il m’a manqué peut-être d’avantage de souvenirs pour justifier l’attachement d’Athénaïs avec son amant ou ses amis proches. Cela fragilise un peu le récit mais ne le rend pas pour autant inintéressant ; on sent déjà dans l’écriture que l’auteure a encore beaucoup à offrir et je suis curieuse de découvrir ce que la suite nous réserve. L’ambiance ésotérique et les mystères qui planent autour des protagonistes sont des éléments majeurs qui font la force du récit. J’ai également apprécié la romance en toile de fond qui apporte juste ce qu’il faut de douceur et de romantisme sans étouffer l’histoire.

***

De la violence des champs de bataille du Moyen Âge, aux fêtes somptueuses d’une élite Vénitienne membre d’une société secrète, jusqu’au château hanté d’Écosse et aux landes mystérieuses de Bretagne, le lecteur sera entraîné dans les aventures d’une héroïne à la forte personnalité retrouvant son amour perdu. Ces amants romantiques, seront pris dans le flot de l’Histoire, des intrigues et des intérêts de sociétés secrètes se vouant une lutte sans merci depuis la nuit des temps. De l’ésotérisme, des rebondissements, une alchimie des atmosphères se mêlant à la complexité psychologique des personnages et de l’intrigue, un soupçon d’humour, feront vivre au lecteur une incursion dans un univers fantastique et médiéval haletant.

roman·roman ado·roman jeunesse

Anne de Green Gables (1908/2020)

Auteure: Lucy Maud Montgomery

Traductrice: Hélène Charrier

Editeur: Monsieur Toussaint Louverture

Pages: 382

 

Marilla et Matthew Cuthbert vieillissent, aussi décident-ils d’adopter un jeune garçon pour les aider à la ferme. Vieille fille et vieux garçon, la sœur et le frère n’y connaissent pas grand chose à l’éducation des enfants. Quand à la place d’un garçon, ils ont la surprise de découvrir Anne Shirley, ils sont loin d’être au bout de leur étonnement. Pour Matthew c’est pourtant l’amour au premier regard, il s’attache immédiatement à cette enfant impétueuse, bavarde et débordante d’imagination. Il faudra un peu plus de temps à Marilla pour laisser Anne entrer dans son cœur mais dès l’instant où ils lui ouvrent la porte de leurs Pignons Verts, leur vie s’en voit bouleversée à jamais.

Anne Shirley est une héroïne pleine de vie et d’imagination. Intelligente et pétillante, elle a tôt fait de se faire une place dans la communauté d’Avonlea. Au fil des saisons et des rencontres, Anne nous fait découvrir la vie insulaire sur l’île-du-Prince-Edouard, province de l’est du Canada, d’une communauté au début du vingtième siècle. Féministe involontaire, Anne est à l’image de la jeune femme moderne de son époque, une jeune fille résolument optimiste et tournée vers l’avenir, un avenir qu’elle se dessine grâce à sa persévérance et son imagination illimitée.

Ecrite en 1908, l’histoire est un magnifique témoignage de vie mais reste indémodable de part les thématiques abordées et la personnalité pétillante et attachante de sa jeune héroïne. Les éditions Monsieur Toussaint Louverture nous propose une réédition de qualité avec une couverture cartonnée magnifiquement illustrée par Paul Blow. Recouverte d’un papier irisé, elle reflète magnifiquement les couleurs du couchant. Par ailleurs, le choix du papier et les pages cousues en font un ouvrage de qualité fait pour durer. On attend la suite avec impatience.

Âme de feu et de rosée, elle ressentait les plaisirs et les peines de la vie avec une intensité décuplée.

roman

Le Bruissement du papier et des désirs (2018)

Marilla of Green Gables

 

Auteure: Sarah McCoy

Traductrice: Anath Riveline

Editeur: Michel Lafon

Pages: 366

 

Marilla Cuthbert n’a que treize ans lorsqu’elle perd sa mère. Alors que cette dernière est sur son lit de mort, la jeune fille lui fait la promesse de prendre soin de son père et de son frère aîné, Matthew. Mettant sa vie entre parenthèses, elle se dévoue à la famille qui lui reste, n’hésitant pas à sacrifier sa relation avec John Blythe.

J’ai été surprise par l’existence de ce roman dont le titre français n’est clairement pas fait pour accrocher le regard des fans de la série de Lucy Maud Montgomery, Anne of Green Gables. Et pourtant l’auteure nous ramène sur l’Île du Prince-Edouard des années avant la naissance de Anne Shirley. En effet, s’inspirant de l’oeuvre originale, Sarah McCoy revient sur le passé de Marilla et sa déception amoureuse auprès de John Blythe. Si l’histoire est jolie et bien menée, je n’ai pas retrouvé la Marilla que je connaissais. De même, il manquait la rupture brutale et tranchante avec John Blythe. Ils se quittent plutôt en bons termes alors que l’on sait que leur relation n’a rien d’amicale dans le futur.

Ce qui fait la richesse de ce roman tient plutôt dans les descriptions de l’île, le parcours de Marilla et la trame de fond qui aborde la Rébellion des Patriotes et l’insurrection de 1837-1838 ou encore l’abolition de la traite des Noirs. Si l’auteure se contente de survoler les évènements, elle donne envie d’en savoir plus. Ce n’est pas le roman que j’avais espéré même si j’ai passé un bon moment et que cela m’a donné envie de relire Anne of Green Gables.

1837, île du Prince-Edouard, au large du Canada. Marilla Cuthbert, 13 ans, mène une vie tranquille dans le cadre enchanteur de la campagne, avec ses parents et son frère aîné, Matthew. A la mort brutale de sa mère adorée, Marilla se jure de veiller toujours sur son père et son frère.

Cette décision va entraîner sa vie entière. Désormais, elle se consacrera aux autres. Sacrifiant son amour pour John Blythe, elle décide de se battre auprès des plus démunis, les orphelins en particulier. Visionnaire, elle se révolte contre les mœurs de son temps et rejoint les rangs d’anciens esclaves affranchis afin que soit abolie la traite des Noirs. Mais ce combat pour la liberté a un prix: l’hostilité croissante de l’ordre établi. Chaque jour qui passe fait courir à Marilla un danger sans cesse plus grand.

essai·masse critique·roman

L’Evangile des Anguilles (2019)

Ålevangeliet

 

Auteur: Patrik Svensson

Traductrice: Anna Gibson

Editeur: Seuil

Pages: 280

 

Intriguée par ce titre proposé dans le cadre d’une masse critique, je me suis laissée séduire par la quatrième de couverture. Je m’attendais à un roman dans la même ligne que Et au milieu coule une rivière de Norman Maclean mais il n’en est rien.

Entre essai et roman biographique, Patrik Svensson réussit le pari fou de nous faire adhérer à son ouvrage, que l’on soit ou non intéressés par les anguilles. Le récit alterne les chapitres sur l’anguille d’un point de vie scientifique, historique, culturel et les chapitres plus personnels dans lesquels l’auteur se remémore sa découverte de l’animal et surtout de l’art de la pêcher en compagnie de son père. Mais ce roman est aussi un voyage en Scanie, cette province suédoise dans laquelle l’auteur a grandi et nous en décrit certains paysages avec un regard sincère sur la beauté qui s’anime devant ses yeux.

Je dois dire qu’aussi intéressants que soient les chapitres sur l’anguille, ce sont ceux sur l’enfance de Svensson qui m’ont le plus séduite. L’émotion palpable, l’amour d’un fils pour un père parti trop tôt nous font ressentir la douleur et la difficulté à faire son deuil. Il n’en reste que j’ai trouvé cette fascination pour l’anguille vraiment intéressante, d’autant plus que le deuil semble se faire au travers de cet écrit; qu’on nous parle de ses origines, de sa reproduction  ou encore de sa disparition probable, en passant par la meilleure façon de la cuisiner, les mystères qui entourent ce poisson sont multiples et l’étude ou les recherches menées pour en résoudre au moins certains sont passionnantes à lire. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ce titre remporte un tel succès à travers le monde.

Je remercie Babelio et les éditions Seuil pour cette découverte originale.

C’est l’une des créatures les plus énigmatiques du règne animal. Omniprésente depuis la nuit des temps (dans toutes les mers du globe, dans la mythologie, la Bible, l’Égypte ancienne, la littérature et d’innombrables cultures de par le monde, du Japon à la Scandinavie en passant par le pays basque), l’anguille ne cesse pourtant de se dérober à notre compréhension. Comment se reproduit-elle ? Pourquoi retourne-t-elle à la fin de son existence à son lieu d’origine, la mer des Sargasses, au large des Bermudes – où nul être humain cependant n’a jamais réussi à la voir ? Aristote croyait qu’elle naissait spontanément de la vase ; Sigmund Freud commença sa carrière en disséquant des centaines d’anguilles afin de dénicher leurs organes reproducteurs – en vain. Et aujourd’hui encore, « la question de l’anguille » demeure en grande partie irrésolue.

roman

Trouve-moi (2018)

Find me

Auteur: André Aciman

Traductrice: Anne Damour

Editeur: Grasset

Collection: En lettres d’ancre

Pages: 316

 

Après l’énorme coup de cœur pour le roman Appelle-moi par ton nom, je ne pouvais que lire la suite, même si je m’attendais à une lecture moins enthousiasmante tant le premier se suffisait à lui-même. C’est donc avec la curiosité de savoir ce qu’André Aciman avait encore à dire que j’ai abordé Trouve-moi. Au final je suis restée sur un avis mitigé.

Le livre prend la forme d’un recueil de quatre nouvelles rythmées tels les mouvements d’une symphonie dirigée d’une main de maître par l’écriture poétique et musicale de l’auteur qui nous entraine dans son univers en un tour de main. Immédiatement happée par le rythme mélodieux des mots, j’ai pris plaisir à retrouver les personnages masculins du premier roman qui, au fil des années, affrontent la vie avec le souvenir de cet été italien si particulier. Chaque histoire se déroule à une époque et en un lieu différent, mais André Aciman a su créer un lien entre chacune, nous faisant passer d’un personnage à un autre avec la même attente et le même plaisir ressenti par les héros. Ainsi Samuel va à la rencontre d’Elio qui, lors d’une nouvelle rencontre amoureuse va se remémorer Oliver, qui lui aussi après bien des années, aimerait renouer avec Elio… 

S’il est question de rencontres impromptues qui ont un impact sur vous et votre vie toute entière, l’auteur parle surtout d’Amour, le vrai, le passionnel, celui qui ne connait aucune barrière de temps et de genre. Tangible, le temps semble être le héros de ce titre ; il y a le temps qui passe, la différence d’âge, les souvenirs indélébiles et ceux qui laissent des regrets. Mais tous ont en commun la valeur donnée au père et à la relation filiale, à l’héritage, celui que l’on reçoit et celui que l’on laisse. Aciman est toujours très juste dans le choix de ses mots et il nous fait traverser les époques avec aisance. Pourtant, il s’attarde trop sur cette notion temporelle et livre deux premiers récits emprunts d’une certaine nostalgie qui, tout en étant touchante, alourdit le récit. 

Il fallait oser sortir une suite à une histoire aussi belle, d’autant que Call me by your name nous offrait déjà un apercu de l’après. C’était un pari risqué et André Aciman l’a courageusement relevé en donnant peut-être un peu trop de place à un personnage, qui tout en étant sympathique au lecteur, n’est pas celui qu’il espérait retrouver. Samuel, le père d’Elio, bénéficie ainsi d’une histoire qui couvre la moitié du livre et ne sert qu’à créé l’attente de retrouver Elio et Oliver qui se partageront la seconde moitié et à installer cette notion de temps qui semble importante à l’auteur.

Trouve-moi a bien des qualités et satisfera le fan s’il n’y met pas trop d’attentes de revoir le couple Elio-Oliver se rencontrer et se retrouver ponctuellement.

L’histoire d’amour entre Elio et Oliver a ému les lecteurs et les spectateurs du monde entier. Nous retrouvons les personnages d’Appelle-moi par ton nom dont André Aciman explore la destinée, quelques années après leur première rencontre.

Samuel, le père d’Elio, est à bord d’un train pour Rome où il doit rejoindre son fils, qui y a débuté une carrière de concertiste. Mais une jeune femme nommée Miranda voyage dans le même compartiment, et soudain toutes les cartes sont rebattues.

Quelques temps plus tard, Elio est installé à Paris. A la faveur d’une rencontre avec un homme plus âgé qui l’attire irrésistiblement, le souvenir d’Oliver rejaillit.

Les années passent, et un soir de fête à New York, Oliver éprouve lui aussi le besoin de renouer avec Elio, de l’entendre, et peut-être de traverser l’Atlantique pour le voir.

André Aciman excelle dans la peinture nuancée de nos désirs et contradictions. Trouve-moi pose la question du grand amour et de sa pérennité alors même que la vie pousse dans d’autres directions.

roman

Appelle-moi par ton nom/Call me by your name (2018)

Call me by your name

Auteur: André Aciman

Traducteur: Jean-Pierre Aoustin

Editeur: Grasset

Collection: En lettres d’ancre

Pages: 336

Call me by your name est avant tout un coup de cœur cinéma, une découverte faite durant le confinement. C’est un film fort et touchant de Luca Guadagnino dont j’ai eu du mal à me détacher après l’avoir vu ; une rencontre avec un jeune acteur brillant (Timothée Chalamet) et celle d’un réalisateur incroyable. Séduite par le film, j’ai eu envie de découvrir l’oeuvre originale, le roman éponyme de André Aciman… Dès les premières lignes, le charme opère.

Elio se remémore l’été de ses dix-sept ans, passé dans la maison familiale en Italie. Comme chaque été, ses parents accueillent un jeune étranger pour six semaines. Cette année-là, c’est Oliver, enseignant américain, qui est l’heureux élu. Immédiatement une relation particulière s’installe entre les deux jeunes hommes, entre froideur polie, indifférence et flirt timide, Elio décrit ses émotions à fleur de peau et son désir intense de cet homme.

Call me by your name est un roman magnifique de par son écriture poétique et sensuelle, son histoire d’amour touchante et le désir tangible qui filtre à travers les mots, les pages. Ce n’est pas une simple romance de vacances, c’est une histoire d’amour passionnelle, l’éveil à la sexualité d’un jeune homme qui se découvre une attirance pour une personne du même sexe, à une époque (les années 80) où l’homosexualité est encore tabou. S’il a parfois des mots très crus pour parler de leur expérience, ce n’est que pour mieux illustrer la passion qui le/les dévore.

André Aciman a par ailleurs su donner vie à des personnages réalistes, authentiques. Il est agréable de voir qu’à aucun moment il n’a cédé à la facilité et en a fait des personnages stéréotypés. Elio et Oliver sont juste deux hommes qui se découvrent une attirance mutuelle et tombent amoureux. Et de manière si belle et intense que ça en est tout simplement magnifique.

Mais Call me by your name est aussi un univers artistique riche (oserai-je dire élitiste) dans lequel les personnages évoluent avec la même aisance qu’un poisson nage dans l’océan. Musique, lecture, sculpture, histoire, l’art est omniprésent et s’imisse entre les personnages, les lie et leur offre de multiples occasions de rencontrer des intellectuels, des biens passants, des gens ouverts et bienveillants. Elio ayant grandi dans ce monde-là a la chance de bénéficier d’une grande confiance de la part de ses parents qui ne jugent pas et n’encouragent qu’à plus d’ouverture sur le monde. Doit-on en déduire que les intellectuels sont plus justes? Je me suis surprise à rêver d’un monde comme celui-ci, un monde dans lequel les hommes s’acceptent les uns les autres, dans lequel les gens s’écoutent, se parlent et se respectent.

Enfin on ne peut parler de Call me by your name sans parler de l’Italie.  La description des paysages nous offre un aller simple sous le soleil italien. Entre une ballade au bord de mer et une baignade dans la piscine on prend plaisir à écouter les cigales stridulaient sur les grands pins, en sirotant un jus d’abricots fraichement cueillis dans le verger familial d’une main et en lisant un roman de l’autre.

Vous l’aurez compris, Call me by your name est un énorme coup de . Lu d’une traite, ce roman m’a bouleversé. L’auteur réussit à nous faire ressentir les émois d’un premier amour avec une justesse touchante. Son récit est si parfaitement écrit qu’on en oublie complètement le fait que l’on parle de deux hommes et en cela on peut dire d’André Aciman est vraiment talentueux. Il gomme sans effort les cases dans laquelle la société nous enferme. C’est beau et ça fait du bien! 

« Je ferme les yeux et je suis de nouveau en Italie, il y a tant d’années; je marche vers l’allée bordée de pins, je le regarde descendre du taxi: ample chemise bleue, col ouvert sur la poitrine, chapeau de paille, toute cette peau nue… Soudain il me serre la main et me demande si mon père est là. »

A l’été de ses 17 ans, les parents d’Elio accueillent Oliver, un jeune professeur de philosophie, dans leur villa sur la côté italienne. Cet Américain brillant et séduisant fait forte impression sur Elio. Les jours passent, entre attirance réciproque et évitement. Elio pense à Oliver mais flirte avec sa voisine Marzia, Oliver travaille sur son manuscrit et mène une vie nocturne secrète dont Elio est jaloux. Puis tous deux cèdent à ce sentiment plus grand qu’eux. 

Appelle-toi par ton nom est un magnifique roman d’amour tout autant qu’une réflexion sur le désir et l’empreinte qu’il laisse en nous. La langue à la fois précise et sensuelle d’André Aciman parvient à évoquer l’intimité des corps – mais aussi la part de violence qui se niche dans tout éveil au sentiment amoureux – avec une élégance rare.