Lecture à voix haute·roman jeunesse

Cinq semaines en ballon (1863)

Auteur: Jules Verne

Illustrateur: Riou

Editeur: Gallimard

Collection: folio junior

Pages: 365

 

Notre première lecture à voix haute d’un texte de Jules Verne remonte à quelques années maintenant. En 2017, je découvrais avec mes deux filles Le tour du monde en 80 jours, un roman qui m’avait laissé sur une petite déception. Il m’aura fallu trois années et une étude sur les montgolfières pour renouer avec cet illustre auteur au travers de la lecture à voix haute de Cinq semaines en ballon.

Le docteur Samuel Fergusson est un imminent scientifique anglais qui n’aime rien tant que les voyages et la science. Voyager dans l’intérêt de la science revêt donc un intérêt tout particulier pour lui. Ambitieux et téméraire, il organise un voyage en Afrique à la découverte des sources du Nil. Accompagné par son ami Richard Kennedy, grand chasseur écossais et de son homme à tout faire, Joe, il entreprend un voyage en ballon afin de traverser l’Afrique d’ouest en est, de Zanzibar à Saint Louis.

S’appuyant sur les écrits et cartes d’expéditions précédentes, le voyage se veut une découverte de l’Afrique vu du ciel. A l’époque le continent est encore méconnu des européens qui meurent souvent lors de la traversée des terres, de maladie ou tout bonnement tués par les autochtones. En effet, pour l’homme blanc les contrées inexplorées de l’Afrique sont pleines de dangers et rares sont ceux qui en sont revenus. C’est pour cette raison que le docteur Fergusson a choisi la voie des airs et ses dangers moins nombreux.

Le voyage n’est pas de tout repos et la chance n’est pas toujours de leur côté. Entre violente tempête, traversée d’un désert privé d’eau et de vent, ou attaque animal, les trois amis ont fort à faire pour rester en vie. Et quand tout semble bien se dérouler dans le ciel, c’est de la terre et des hommes que leur vie se trouve menacée. Toutes ces épreuves ne rendent le voyage que plus vivant et captivant. Ponctué d’anédoctes des précédentes expéditions, le récit ne laisse aucun temps mort et invite à la découverte d’un continent à la nature sauvage et diversifiée dont la beauté semble dissimuler autant de dangers que de trésors.

Ces Cinq semaines en ballon auront été pour nous un merveilleux voyage, un peu long à se mettre en place, fait de descriptions scientifiques et d’observations géographiques qui nous rappellent combien le monde est magnifique et la nature mérite d’être préservée dans ce qu’elle a de plus sauvage. Désuet, le langage employé pour parler des africains nous rappellent aussi le chemin parcouru culturellement et celui qu’il reste encore à parcourir pour faire taire les inégalités. 

***

L’Angleterre n’est pas peu fière de ses explorateurs. Surtout lorsqu’ils ont la jeunesse, la bravoure et la simplicité du docteur Fergusson. Celui-ci a mis sur pied une expédition pour le moins téméraire dont le but est la découverte des sources du Nil… et quel moyen de transport a-t-il choisi? Un ballon! Le voilà parti pour un voyage, cinq semaines entre ciel et terre, dans une fragile nacelle, à la merci des dangers les plus inattendus…

6 réflexions au sujet de « Cinq semaines en ballon (1863) »

  1. Merci, j’ai été très intéressée par ta critique, je vois que vous aussi voyagez actuellement en Afrique ! J’aime beaucoup aussi (re-)découvrir des classiques à voix haute, je penserai à Jules Verne que nous n’avons pas encore lu alors que c’est un auteur qui attire les enfants.

    1. c’est un auteur intéressant mais pas toujours facile à lire je trouve. Les descriptions sont parfois envahissantes et les aventures de ces personnages doivent vraiment être remise dans leur époque. Ici les propos racistes et l’éloge de la colonisation sont autant de propos difficiles à lire même si cela reste un témoignage éloquent.

      1. J’imagine ! Mais c’est justement pour ce genre de texte que la lecture à voix haute vaut le coup. On peut faire les sous-titres et souvent, les enfants vont réagir d’eux-mêmes à ce qui heurte de notre point de vue d’aujourd’hui (je trouve génial de voir leur sens critique s’affuter au fil du temps !) – et comme on lit ensemble, cela peut déclencher de bonnes discussions.

      2. je te rejoins complètement 😉 Ce genre de lectures durent généralement longtemps car il faut régulièrement répondre aux questions que le texte soulève. C’est hyper enrichissant pour tous bien sûr mais je t’avoue que ma sensibilité n’aide pas à me faire prendre du recul sur certains sujets et que je m’insurge assez vite. Mais j’essaie toujours de rester le plus neutre possible pour ne pas perturber le ressenti des filles qui va généralement dans le même sens que le mien 😀

  2. Nous venons de terminer ce livre (lecture du soir avec ma fille de 10 ans) : nous adorons l’univers vernien. Ce récit est notre 10ème lecture de Jules Verne : on ne s’en lasse pas ! Merci pour ce beau billet (et cette carte très parlante ;-)).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s