masse critique·roman ado·roman jeunesse

Les renards du désert (2020)

Le volpi del deserto

Auteur: Pierdomenico Baccalario

Traductrice: Anaïs Bouteille-Bokobza

Editeur: Thierry Magnier

Collection: Grands romans

Pages: 400

C’est la couverture, sa référence évidente à Antoine de Saint-Exupéry et son célèbre roman Le Petit Prince, qui m’a attiré. Entre le renard dans le désert et l’avion, la place donnée au sous-marin m’a intrigué et j’ai tenté ma chance pour ce livre lors de l’opération Masse Critique Littérature Jeunesse de ce mois de novembre 2020. Je remercie Babelio et les éditions Thierry Magnier pour l’envoie de ce très bon roman qui m’a littéralement transporté.

Juin 1986. Morice et sa famille quittent Marseille pour reprendre l’hôtel Napoléon situé à Dautremer, petit village corse. Sur place, alors qu’il s’extasie sur la beauté des paysages et la richesse des sons qui remplaceront désormais ceux de la ville, Morice fait la connaissance d’Audrey qui assiste, avec tous les habitants du village, à des funérailles. Très rapidement les deux enfants se lient d’amitié et Audrey lui révèle que le cercueil était vide. Ensemble, ils décident de chercher le corps. Mais Morice n’est pas au bout de ses surprises; entre le suicide de l’ancien propriétaire du Napoléon, l’arrivée d’envahissants touristes allemands et l’attitude mystérieuse des habitants du village ce qui devait être un jeu prend bientôt une tournure plus inquiétante.

Pierdomenico Baccalario entraîne le lecteur dans un roman qui mêle les genres, entre suspens, enquête et aventures sur fond historique et le résultat est assez étonnant. Ainsi l’auteur place son histoire dans les années 80 mais rapidement l’enquête des enfants les fait voyager dans le temps et remonter en 1944 en pleine Seconde Guerre Mondiale et le IIIe Reich. S’inspirant des histoires parlant d’or nazi dissimulé, caché, perdu depuis la guerre, il utilise des personnages réels pour servir son récit et parsème son texte d’anécdotes historiques pour illustrer son propos. On y trouve aussi de nombreuses références à des films ou des livres; une place importante est donnée à Saint-Exupéry et son livre le plus célèbre à qui il donne un rôle, et un sens, assez éloigné de la réalité mais pourtant rendu crédible contextuellement.

L’ensemble aurait pu être décousu tant la réalité perd en crédibilité pour servir la fiction et pourtant le résultat a du sens et c’est en ça que Les renards du désert est un roman réussi. Pierdomenico Baccalario réussit à nous faire croire que l’Histoire dans l’histoire est véridique et qu’il relate des faits avérés. Alors que Morice et Audrey se lancent dans une simple chasse au trésor, ils sont rattrapés par la guerre et ses secrets et leur quête prend des allures effrayantes où l’angoisse atteint son paroxysme lors d’un final dont aucun personnage ne sortira indemne.

« On a beaucoup écrit sur les chercheurs de trésors. Presque jamais sur ceux qui les cachent. » Morice et Audrey parviendront-ils à percer le lourd secret qui plane sur leur village?

Lecture à voix haute·roman jeunesse

Cinq semaines en ballon (2003)

Auteur: Jules Verne

Illustrateur: Riou

Editeur: Gallimard

Collection: folio junior

Pages: 365

 

Notre première lecture à voix haute d’un texte de Jules Verne remonte à quelques années maintenant. En 2017, je découvrais avec mes deux filles Le tour du monde en 80 jours, un roman qui m’avait laissé sur une petite déception. Il m’aura fallu trois années et une étude sur les montgolfières pour renouer avec cet illustre auteur au travers de la lecture à voix haute de Cinq semaines en ballon.

Le docteur Samuel Fergusson est un imminent scientifique anglais qui n’aime rien tant que les voyages et la science. Voyager dans l’intérêt de la science revêt donc un intérêt tout particulier pour lui. Ambitieux et téméraire, il organise un voyage en Afrique à la découverte des sources du Nil. Accompagné par son ami Richard Kennedy, grand chasseur écossais et de son homme à tout faire, Joe, il entreprend un voyage en ballon afin de traverser l’Afrique d’ouest en est, de Zanzibar à Saint Louis.

S’appuyant sur les écrits et cartes d’expéditions précédentes, le voyage se veut une découverte de l’Afrique vu du ciel. A l’époque le continent est encore méconnu des européens qui meurent souvent lors de la traversée des terres, de maladie ou tout bonnement tués par les autochtones. En effet, pour l’homme blanc les contrées inexplorées de l’Afrique sont pleines de dangers et rares sont ceux qui en sont revenus. C’est pour cette raison que le docteur Fergusson a choisi la voie des airs et ses dangers moins nombreux.

Le voyage n’est pas de tout repos et la chance n’est pas toujours de leur côté. Entre violente tempête, traversée d’un désert privé d’eau et de vent, ou attaque animal, les trois amis ont fort à faire pour rester en vie. Et quand tout semble bien se dérouler dans le ciel, c’est de la terre et des hommes que leur vie se trouve menacée. Toutes ces épreuves ne rendent le voyage que plus vivant et captivant. Ponctué d’anédoctes des précédentes expéditions, le récit ne laisse aucun temps mort et invite à la découverte d’un continent à la nature sauvage et diversifiée dont la beauté semble dissimuler autant de dangers que de trésors.

Ces Cinq semaines en ballon auront été pour nous un merveilleux voyage, un peu long à se mettre en place, fait de descriptions scientifiques et d’observations géographiques qui nous rappellent combien le monde est magnifique et la nature mérite d’être préservée dans ce qu’elle a de plus sauvage. Désuet, le langage employé pour parler des africains nous rappellent aussi le chemin parcouru culturellement et celui qu’il reste encore à parcourir pour faire taire les inégalités. 

***

L’Angleterre n’est pas peu fière de ses explorateurs. Surtout lorsqu’ils ont la jeunesse, la bravoure et la simplicité du docteur Fergusson. Celui-ci a mis sur pied une expédition pour le moins téméraire dont le but est la découverte des sources du Nil… et quel moyen de transport a-t-il choisi? Un ballon! Le voilà parti pour un voyage, cinq semaines entre ciel et terre, dans une fragile nacelle, à la merci des dangers les plus inattendus…

masse critique·roman jeunesse

La Guilde des Aventuriers, tome 1

The Adventurer’s Guild

Auteurs:  Z.L. Clark & N. Eliopulos

Traductrice: Françoise Nagel

Editeur: Bayard Jeunesse

Pages: 444

 

Roman d’héroic-fantasy, La Guilde des Aventuriers réunit tous les ingrédients qui en font le genre: elfe, nains et hommes cohabitent avec plus ou moins d’harmonie, des créatures monstrueuses à affronter, de la magie, des combats.

L’histoire prend place à Pierrefranche, une cité de survivants organisés en guildes. Zed est un demi-elfe qui vit seul avec sa mère, servante pour une riche famille. Il apparaît timide et peu sûr de lui mais il rêve pourtant de rejoindre la guilde des mages. Son ami Brock veille sur lui de manière un peu excessive. Né dans une famille de marchands, il a été élevé afin d’en rejoindre leur guilde dont il serait l’un des meilleurs éléments. Toujours prêt à protéger son ami, il n’est pas le dernier à se mettre en danger et a toujours le mot pour rire. Enrôlés de force dans la guilde des Aventuriers, ils vont se lier d’amitié avec Liza, une fille de noble naissance qui s’est préparée toute sa vie à devenir une guerrière alors que son genre ne la destinait qu’au mariage. Elle prend son destin en main et fait montre d’une intelligence et d’un courage qui en font un personnage des plus intéressants.

Zack Loran Clark et Nick Eliopulos, forts de leur expérience dans Donjon & Dragons, signent un roman entrainant qui ravira les jeunes fans du genre et saura séduire les moins initiés par son récit dynamique, drôle et riche en actions. S’il ne se démarque pas par son originalité, il a au moins le mérite de proposer un monde bien construit et des personnages intéressants. En effet, principaux ou secondaires, ces derniers ne manquent pas d’attirer l’attention par leur comportement ou leur attitude. La suite viendra sûrement arrondir les détails et ne manquera pas d’approfondir les liens qui unissent certains personnages ou de les séparer. La fin ouverte laisse place à quelques questions et pousse à lire la suite.

Je remercie Babelio et les éditions Bayard Jeunesse pour cette découverte.

Pierrefranche est l’une des dernières cités survivant à l’assaut des monstres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers a mauvaise réputation: 1. Ses apprentis sont recrutés de force. 2. Ses membres meurent jeunes. 

Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Brock décide alors de se porter volontaire pour l’accompagner. L’intrépide Liza, elle, née d’une famille de nobles, a toujours rêvé d’entrer dans la Guilde. Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville…

Lecture à voix haute·roman·roman ado·roman jeunesse

Le baron perché

Il Barone rampante

Auteur:  Italo Calvino

Traducteur: Martin Rueff

Editeur: Gallimard

Collection: folio

Pages: 378

 

Après la lecture du très sensible Du haut de mon cerisier de Paola Peretti, j’étais curieuse de découvrir ce très célèbre roman d’Italo Calvino. Curiosité encore un peu plus titillée par la lecture du poétique Un été en liberté de Mélanie Edwards. Deux romans sans liens mais dont l’héroïne a pour livre de chevet Le baron perché. Mes filles ayant également envie de découvrir ce titre, je me suis lancée dans une lecture à voix haute qui s’est rapidement révélée difficile car le texte ne s’y prête pas du tout. Les phrases sont d’une longueur ahurissante ce qui complique la lecture tant il est difficile parfois de pouvoir se poser et reprendre son souffle. Et de fait, cela n’a pas aidé à nous rendre ce roman agréable car ma voix chevrotait et avait du mal à donner le ton à ce récit pourtant intéressant.

Cosimo Piovasco di Rondo n’a qu’une dizaine années lorsqu’il monte sur le chêne du jardin familial pour ne plus jamais en redescendre. D’abord provocation à une injustice paternelle, cela devient une façon de se rendre intéressant aux yeux d’une fillette de son voisinage, avant de devenir un choix de vie réfléchi. Intelligent et observateur, Cosimo va faire de son arbre et de tous ceux du voisinage, un foyer unique mais d’une richesse incomparable. Au fil des rencontres et des années, il va s’adapter à son milieu, faire de très nombreuses lectures, étudier la philosophie, la politique, venir en aide aux plus démunis, se lier d’amitié avec des bandits, connaître l’amour, ses joies et ses peines. Sa vie sera riche et mouvementée mais jamais il ne reviendra sur sa décision et restera perché jusqu’à sa mort.

Conte philosophique, récit initiatique, Le baron perché est un roman fantastique, sur fond historique pertinent qui soulève la question des liens entre l’homme et la société. On peut aussi se demander si l’auteur ne tente pas de remettre en question les valeurs d’une vie de famille au profit d’une vie solitaire faite de rencontres multiples mais sans attaches. Ce qui est certain, est que ce récit ne laisse pas indifférent. Entre rires, consternations et réflexions, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer.

En 1767, à la suite d’une dispute avec ses parents au sujet d’un plat d’escargots qu’il refuse de manger, le jeune Cosimo Piovasco di Rondo grimpe au chêne du jardin familial et n’en redescendra plus. Sautant de branche en branche et d’arbre en arbre, il s’élance à la découverte du monde: il étudie la philosophie, se passionne pour la politique, rencontre des bandits, connait les joies et les peines d’amour. Et cela sans jamais reposer un pied sur terre, ni revenir sur sa résolution.

masse critique·roman jeunesse

Le secret de Léonard

Auteure: Mireille Calmel

Illustrateur: Romain Mennetrier

Editeurs: XO éditions & Belin Jeunesse

Pages: 155

 

J’ai eu le plaisir de découvrir Le secret de Léonard en avant première dans le cadre d’une offre Masse Critique et j’en remercie les éditions XO et Belin Jeunesse, ainsi que Babelio.

Flore, Raphaël, Pierre et Louis vivent à Amboise, château des Rois de France. Leurs parents travaillent au château qui est un lieu merveilleux pour les jeux des enfants. Ils en connaissent tout les endroits et secrets, ils aiment particulièrement se promener dans les souterrains pour espionner les conversations. C’est en allant jusqu’au Clos Lucé par les passages secrets que Flore apprend la mort de Léonard de Vinci. Avec ses trois amis, ils savent que l’un de ses plus précieux dessins a été volé. Ils doivent retrouver « l’aile volante » avant que le roi François Ier ne s’apperçoive de sa disparition.

Mireille Calmel n’a pas son pareil pour écrire des romans historiques aux personnages féminins forts et déterminés. Pour son premier roman jeunesse, elle conserve ces éléments qu’elle maitrise à merveille et signe un titre riche en aventure avec juste ce qu’il faut de dangers et de suspens pour attiser la curiosité des jeunes lecteurs et maintenir leur intérêt jusqu’au bout du récit. Si le texte est court et illustré, il ne manque pas de richesses. L’auteure emploie un lexique historique riche – définitions en bas de page – et ponctue son récit de faits et d’anecdotes historiques qui viennent l’enrichir un peu plus. Ses jeunes héros sont attachants et attirent rapidement la sympathie. On saluera la place importante donnée à Flore qui apporte un petit message féministe bienvenue dans une époque qui laissait peu de place aux filles/femmes en dehors de la maison. Le secret de Léonard est un roman parfait pour initier les jeunes lecteurs au roman historique.

Au château d’Amboise, le temps s’est arrêté: Léonard de Vinci vient de mourir. Mais pour Flore, Raphaël, Pierre et Louis, il n’y a plus une minute à perdre. Ils doivent retrouver le dessin de l’aile volante, l’une des plus célèbres inventions du maître. Qui l’a dérobé et pourquoi? Le compte à rebours est lancé, car le roi François Ier ne soit pas s’apercevoir de sa disparition…

roman jeunesse

Le Trésor des O’Brien

Twist of Gold

Auteur: Michael Morpurgo

Illustrateur: William Geldart

Traducteur: Noël Chasseriau

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 251

 

Irlande, 1847. La famine fait rage, décimant la population. Lorsque la peste menace les rares survivants, les O’Brien se tournent vers l’Amérique où le père est parti quelques années plus tôt pour trouver une terre d’accueil. C’est plein d’espoir que Sean et Annie embarquent à bord d’un bateau d’immigrants, laissant derrière eux leur mère malade, avec pour seul bagage, le trésor de leur famille: une torque d’or. Le voyage est d’autant plus périlleux qu’ils ne sont que deux enfants. Mais grâce à la protection de leur bijou, ils font des rencontres bienveillantes et peuvent compter sur leurs nouveaux amis pour les accompagner et les guider au travers les dangers qui ponctuent leur périple.

Morpurgo signe un récit culturellement et historiquement très riche et détaillé. Avec le talent qu’on lui connait, il revient sur un pan majeur de l’Histoire de l’Irlande dont la population n’a eu d’autres choix que d’immigrer vers une terre pleine de promesses alors qu’il leur restait si peu d’espoir de survie. Mais cette terre d’accueil n’était pas la paradis espéré et beaucoup perdirent la vie au cours du long voyage. En plus d’être une richesse culturelle, le texte est une véritable aventure jonchée de périples, de rencontres et de rebondissement qui en font un récit initiatique à faire lire à nos jeunes adolescents.

1847… Cette année-là, en Irlande, un terrible fléau anéantit la récolte de pommes de terre, condamnant le peuple à la famine. Sean et Annie, les deux enfants survivants du clan O’Brien n’ont qu’un seul espoir de salut: ils doivent partir retrouver leur père en Amérique. Ils s’embarquent à bord d’un navire d’émigrants. Commence alors la plus incroyable des épopées.

roman ado·roman jeunesse

Mahaut et les maudits de Chêne-au-Loup, tome 1

 

Auteure: Sophie Noël

Editeur: Gulf Stream

Pages: 168

 

 

La fête du village est interrompue lorsqu’une femme s’écroule, inconsciente. C’est le début d’une épidémie qui ne touche que les adultes. Si les adultes bien portants prennent les choses en main pour soigner les victimes et protéger les enfants, Mahaut et son ami Aurèle se joignent à d’autres jeunes pour enquêter de leur côté. Rapidement, on découvre que Mahaut semble dotée de pouvoir de vision et de perception particulièrement développée. Entre aventures et quête d’identité, elle prend très tôt conscience qu’elle a un rôle majeur à jouer dans cette histoire. Soutenue et aidée par ses amis, la jeune fille s’apprête à affronter une créature terrible sorti des légendes de son peuple.

Mahaut et les Maudits de Chêne-au-Loup est un roman fantastic dont le décor semble d’époque médiévale. Il apporte son lot d’aventures et de rebondissements. Destiné à un lectorat plutôt jeune – 8/9 ans -, le récit est idéal pour initier les enfants à ce genre de littérature. Par certains aspects, l’histoire rappelle celle du conte Le joueur de flûte mais s’en éloigne rapidement par la forme du récit et l’expédition menée par les enfants. Les personnages sont intéressants; Mahaut et Aurèle sont deux héros attachants auxquels il est facile de s’identifier. Leur ami Loup est fascinant et l’auteure a su lui donner une place importante dans la narration sans qu’il n’en prenne trop. L’esprit d’équipe et l’amitié sont au cœur de ce récit captivant qui ne laisse place à aucun temps mort. La fin ouverte laisse le lecteur sur quelques questions dont on peut espérer avoir les réponses dans le tome suivant.

***

C’est la fête du printemps à Chêne-au-Loup ! Mais la liesse des villageois est interrompue lorsqu’une femme s’écroule, inconsciente, marquant le début d’une mystérieuse épidémie… Mahaut, une adolescente à l’instinct particulièrement développé, est saisie d’un effroyable pressentiment. Elle s’interroge : cette maladie est-elle le fruit du hasard ? Pourquoi ne touche- t-elle que les adultes ? Et que signifient les cauchemars qui ne cessent de hanter la jeune fille ? Aidée de son meilleur ami Aurèle, de leur bande de copains et de leur fidèle compagnon Loup, Mahaut cherche un antidote et des réponses à ses questions. C’est une quête pleine d’embûches qui les attend !

roman jeunesse

Les Pointes Noires à l’Opéra

 

Auteure: Sophie Noël

Editeur: Magnard Jeunesse

Collection: Roman 8-12 ans

Pages: 176 pages

 

Il y a un an, Gabrielle et moi avions eu un coup de cœur pour Les Pointes Noires de Sophie Noël et pour sa jeune héroïne pétillante, perfectionniste et sensible.

Quel plaisir de retrouver Ève, élève pour la deuxième année consécutive à l’Opéra de Paris ! Bien que préparée aux difficultés, à la rigueur de la formation et à la rivalité, l’adolescente doit aussi gérer un quotidien souvent rendu difficile par les entraînement qui s’éternisent, les blessures qu’il faut souffrir en silence, et surtout la solitude profonde. Ève reste prête à tous les sacrifices pour réaliser son rêve et ouvrir la voie aux futures danseuses qui comme elle, ont la peaux noires et l’ambition de devenir danseuse étoile. Pour tromper sa solitude elle se rapproche d’élèves plus âgés et pour remplir le vide dans son cœur, elle entame des recherches pour retrouver son amie de l’orphelinat, Hawa. Entre préparations et participations à des ballets, voyage et difficulté à trouver sa place dans un monde uniformisé, Ève entre de plein fouet dans l’adolescence et va devoir faire des choix pour avancer en gardant son intégrité sans pour autant renoncer à ses rêves. 

Les Pointes Noires à l’Opéra est un récit à la hauteur du premier tome qui met en avant les difficultés rencontrées par les élèves des grandes écoles de danse dont on attend une attitude exemplaire et un engagement total de sa personne. Mais Sophie Noël y dénonce surtout la rigidité d’un système éducatif désuet et une uniformité physique qui ferme des portes à des danseuses talentueuses pour seul motif que la couleur de leur peau est plus foncée que celle des autres. Avec toujours autant de justesse, l’auteure signe un titre intelligent sur le monde de la danse classique et de ses valeurs qui ne demandent qu’à être modernisées. On y retrouve les sujets déjà abordés dans le précédent tome: le racisme, la tolérance, le dépassement de soi; mais aussi l’importance de maintenir des liens entre des enfants qui, avant d’être adoptés, étaient comme frères et sœurs, l’accès à des activités pour les plus démunis et la nécessité de faire évoluer les mentalités pour donner les mêmes chances à tous. 

***

Ève entame sa deuxième année dans la prestigieuse et exigeante école de danse de l’Opéra de Paris. Au-delà de la rude concurrence et de la solitude, elle se demande si sa couleur de peau ne l’empêchera pas d’accéder aux rôles qui la font rêver… Elle cherche alors à retrouver Hawa, avec qui elle a tout partagé dans l’orphelinat malien qui les a vues grandir. « Le monde n’est pas si grand », lui avait dit sa mère, et Ève veut croire que son amie l’attend toujours quelque part. Des ballets féeriques aux costumes chatoyants, en passant par un lointain voyage et les turbulences de l’adolescence, Ève vit à cent à l’heure tous les bouleversements de sa vie de ballerine. Parviendra-t-elle à s’élever vers les étoiles tout en renouant avec les racines de son enfance ?

Lecture à voix haute·masse critique·roman jeunesse

Drôles d’Espions, tome 1. Une énigme Bleu Saphir

Gli Intrigue – Un enigma blu zaffiro

Auteurs: Pierdomenico Boccalario & Alessandro Gatti

Illustrateur: Tommaso Ronda

Traductrice:  Catherine Tron-Mulder

Editeur: Hachette

Pages: 149

Dans la famille Intrigue, on est espion de génération en génération. Laszlo et Veena habitent à Amsterdam avec leurs trois enfants: Imogen (16 ans), Zelda (11 ans) et Marcus (10 ans), leur chien Orville et Thibaut le majordome. Lorsqu’arrive une enveloppe jaune marquée d’un point d’interrogation, tous savent que c’est le début de l’aventure, une nouvelle mission. Et pour Zelda et Marcus, c’est la toute première fois qu’ils sont autorisés à participer. L’excitation est à son comble lorsque la famille prend la route de Paris pour venir en aide à un bijoutier chez qui un bijou extraordinaire a été subtilisé.

Une énigme Bleu Saphir est le premier tome d’une série coécrite par Pierdomenico Boccalario (Ulysse Moore, La boutique Vif-Argent…) et Alessandro Gatti qui ont déjà collaboré sur Sherlock, Lupin & MoiPorté par une famille aux talents particuliers, Drôles d’espions s’annonce comme une série policière pour les jeunes lecteurs dès 9/10 ans. Dans ce premier volet, le récit s’articule de façon à ce que chaque membre de la famille puisse utiliser son talent et ainsi aider à faire avancer l’enquête qui les entraînera jusque dans un micro-état au cœur des Alpes. La famille Intrigue semble avoir un pied dans deux époques, l’une faite de traditions et l’autre remplit de gadgets modernes et sophistiqués, le tout se mêlant étrangement mais efficacement. L’écriture est fluide, il y a peu de temps mort, les auteurs tentent de créer des situations amusantes qui ne prennent pas toujours, entre snobisme parental et querelles fraternelles, mais l’ensemble donne un petit roman sympathique qui a bien plu à mes filles (11 ans). Le ton est léger et l’investissement des enfants dans l’enquête est clairement un plus pour gagner l’approbation du lecteur cible. Je suis plus sceptique sur l’intérêt d’une série, mais je suis curieuse de voir comment les auteurs vont se renouveler dans le volume suivant.

Je remercie Babelio et les Editions Hachette pour cette lecture.

***

Zelda (11ans) : analytique comme une micropuce, silencieuse comme un papillon. Marcus (10 ans) : n’aime pas la technologie et la technologie ne l’aime pas. Imogen (16 ans) : un visage de marbre qui lui permet de faire semblant et de mentir en toutes circonstances. Laszlo (le père) : bon vivant, gentiment moqueur. Veena (la mère) : d’une grande agilité et très sensible à la bonne éducation.
Voilà une famille en apparence ordinaire.
Pourtant, tous sont des espions de talent. Une authentique famille d’espions ! Ce soir, ils sont réunis au grand complet. Zelda et Marcus font enfin partie de l’équipe d’espions de la famille. Leur première mission les conduit à Paris où un célèbre joaillier s’est fait voler, sous son nez, un saphir de la plus grande valeur.

Lecture à voix haute·roman jeunesse

Kid au 1er Sommet des animaux

Auteur: Gwenaël David

Illustrateur: Simon Bailly

Editeur:  Hélium

Collection: fictions jeunesse

Pages: 176

 

Paris, 2030. Kid représente l’espère Homo Sapiens lors du 1er Sommet des Animaux qui se tient pour aborder le partage des ressources naturelles. La tension est à son comble lorsque débute cette rencontre où chacun vient exprimer ses attentes et ses craintes pour l’avenir de son espèce. Une extinction de masse a déjà commencé et fait craindre le pire. La chaîne alimentaire se maintient sur un équilibre fragile que l’humain ne cesse d’affaiblir en puisant plus que nécessaire. Lorsqu’une catastrophe a lieu dans la salle même où se tient le Sommet, la panique cède bientôt la place à la solidarité. Tous luttent pour la même chose: vivre!

Gwenaël David signe un titre écologique accessible aux jeunes lecteurs, mettant en avant la solidarité et l’amitié interespèce, le courage et l’espoir d’un monde meilleur où chacun aurait une place égale dans un écosystème bancal et fragilisé par l’espèce humaine. Entre enjeux écologiques et éveil des consciences collectives, l’auteur rappelle que nous sommes tous des animaux et que l’être humain est le seul à pouvoir agir pour que cessent les inégalités. Chacun à notre échelle nous pouvons faire quelque chose!

Commencé en lecture à voix haute, je suis allée au bout du roman seule car nous avons eu du mal à entrer dans l’histoire et les filles ont vite décroché La mise en place du récit souffre de quelques longueurs qui ne s’estompent que dans la deuxième moitié du roman, après l’événement qui vient chambouler l’histoire. Je pense que ce roman n’est surtout pas adapté à une lecture à voix haute même si son sujet est une porte ouverte à des discussions et des débats riches et passionnants. Cependant, je ne doute pas que Kid au 1er Sommet des animaux, petit roman sympathique, plaira aux jeunes lecteurs dès 9/10 ans, sensibilisés à la protection des animaux et à l’avenir de leur planète.

***

Paris, 2030: Alors que des orages magnétiques et d’autres catastrophes climatiques sont désormais monnaie courante, le tout premier Sommet des Espèces est organisé dans la capitale. Il s’agit de réunir tous les habitants de la Planète, humains et animaux, pour qu’ils se mettent d’accord sur le respect de chacun et un partage équitable des ressources naturelles devenu vital! Kid, élève en 6è, est choisie pour réaliser un reportage sur cet événement historique. Mais, le jour J, la petite fille se sent bien seule face au monde animal qui l’entoure dans la salle… Cependant, un événement inattendu viendra chambouler l’organisation de ce Sommet et les participants devront alors faire preuve d’entraide pour se sortir de ce mauvais pas… En seront-ils tous capables? Et cette expérience inédite insufflera-t-elle un nouvel espoir?