BD/manga

Les Godillots (2011 à 2018)

Les Godillots de Olier & Marko, Bamboo édition

Voilà une petite série qui aborde la Première Guerre Mondiale avec une certaine légèreté, rendant la lecture accessible à un public relativement jeune. Si vous avez lu La guerre des Lulus, vous savez que cette série jeunesse s’intéresse au point de vue des civiles, Les Godillots eux, nous entraînent dans les tranchées, au cœur même du danger, en compagnie d’un régiment chargé du ravitaillement des troupes françaises.

Véritable tour de force de la part d’Olier qui arrive à relater des évènements assez terribles : les méthodes barbares des compagnies franches, la perte d’esprit de certains soldats fragilisés par les horreurs du champ de bataille… , avec un certain recule et un détachement qui permettent d’évoquer les horreurs de la guerre sans sombrer dans la boucherie.

On note d’ailleurs que les uniformes restent plutôt propres au fil des années et gardent ce gris bleu du début à la fin, donnant aux illustrations la même légèreté et le même regard sur le parcours des poilus. De même, la colorisation reste lumineuse et on sent que Marko a tenté de préserver la légèreté relative du texte. Un texte porté par des personnages hauts en couleur qui donnent à leur régiment des allures de folie, comme si on avait réuni les plus loufoques des engagés dans un seul et même régiment.

On apprécie aussi l’humour omniprésent, le duo Palette – Le Bourhis, l’humanité des personnages, leur naturel, le trait de Marko et tant de choses qui font que Les Godillots est une série de qualité. On pourra cependant regretter une chronologie qui part dans tous les sens et l’inégalité scénaristique d’un volume à l’autre. Mais cela n’enlève rien au plaisir de la lecture ni à l’émotion ressentie.

A noter, en fin de chaque volume un petit dossier qui revient sur les faits historiques, des événements qui servent de base au scénario essentiellement et même un jeu de rôle.

Au cours de la Grande Guerre, dans une escouade de seconde ligne, deux soldats sont chargés de s’occuper de la « roulante », la cuisine itinérante, et du ravitaillement en nourriture des tranchées du front. Pour y acheminer la soupe, le café et les patates, ils doivent malheureusement traverser une zone placée sous le feu d’un mitrailleur ennemi surnommé « le Croquemitaine » par les Poilus en raison du grand nombre de victimes qu’il a déjà infligées dans les rangs français. Mais, dans ce no-man’s-land, ils font une rencontre inattendue qui va bouleverser leur destin et leur permettre de mettre au jour une sinistre combine au sein de la tranchée B12…

Un commentaire sur “Les Godillots (2011 à 2018)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s