masse critique·roman

Au service secret de Marie-Antoinette, tome 4. La femme au pistolet d’or

 

Auteur: Frédéric Lenormand

Editeur: La Martinière

Pages:  360

 

 

Quatrième tome (se lit indépendamment) d’une série que je ne connaissais pas encore, La femme au pistolet d’or nous entraîne dans le Paris de la fin du dix-huitième siècle lors d’une enquête menée tambour battant par Rose Bertin et Léonard, respectivement modiste et coiffeur de la Reine Marie-Antoinette. Accompagnés du séduisant accessoire de sa majesté, Axel de Fersen, ils tentent de trouver qui en veut à la fortune de Mme Cottin de Melville qui se sent menacée depuis la mort de son mari.

Habituée des cosy mystery par la lecture de Agatha Raisin, je découvre un nouvel univers plus historique absolument délicieux fait de propos acerbes et d’un langage fleuri des plus délectable. La langue française est vraiment savoureuse et permet à Frédéric Lenormand de nous proposer tout un florilège de mots inusités de nos jours qui enrichissent un récit fort bien construit. L’écriture est entrainante, le duo Rose/Léonard est jouissif et d’une grande drôlerie. Les détails historiques qui ponctuent le récit servent à l’enrichir mais permettent également de faire des ponts avec notre époque et notre actualité, ce qui créé un parallèle des plus intéressant qui ne manquera pas de capter l’attention du lecteur.

La femme au pistolet d’or est donc un roman délicieux qui m’aura permis de découvrir une série que je ne manquerai de suivre. Amateur du genre comédie policière, ce titre est fait pour toi!

Je remercie Babelio et les éditions de La Martinière.

Depuis la disparition de son mari, Mme Cottin de Melville se sent menacée: on en veut à sa fortune… et à son pistolet d’or! La Reine envoie à son secours ses fidèles serviteurs de l’ombre, Rose, Léonard… et Axel de Fersen, son amant suédois! On leur prédit un grand danger. Mais peut-on se fier à un vieux fou qui lit l’avenir dans la poudre de menthe?

 

2 réflexions au sujet de « Au service secret de Marie-Antoinette, tome 4. La femme au pistolet d’or »

    1. je ne lis pas d’autres policier… bon à part un truc soft du style Sherlock Holmes ou Hercule Poirot, le reste me fait trop peur 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s