roman

Tant que le café est encore chaud (2015/2021)

Kohi ga samenai uchini

Auteur : Toshikazu Kawaguchi

Traductrice : Miyako Slocombe

Editeur : Albin Michel

Pages : 240

Dans ce petit café de Tokyo, le temps semble être figé. Le lieu n’a pas changé depuis son ouverture au début du vingtième siècle si ce n’est la modernisation apportée par l’électricité. Avec ses trois tables pour deux et ses trois chaises au comptoir, le lieu ne peut accueillir qu’une clientèle restreinte. Ce qui convient parfaitement puisque seuls les habitués continuent d’y venir et quelques curieux qui ont entendu dire qu’on peut voyager dans le passé.

Au travers de quatre portraits de femme, Toshikazu Kawaguchi utilise le voyage temporel pour rappeler combien le présent a plus de valeur que le passé, que les regrets ne nourrissent pas notre bien-être et que nos actions n’influencent pas le futur. Les personnages sont attachants et permettent à l’auteur de jouer sur l’émotion. Le récit se divise en quatre histoires reliées entre elles par différents fils conducteurs tout en étant indépendantes les unes des autres.

Si l’écriture n’est pas désagréable, elle est pourtant répétitive, notamment dans la description du lieu et l’énumération des règles à respecter pour ce voyage temporel. Cela aurait été plus compréhensif si Tant que la café est encore chaud avait été un recueil de nouvelles plutôt qu’un roman. J’ai cependant apprécié suivre les personnages récurrents et la proposition apportée par le dernier chapitre d’un voyage dans le futur.

Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour ce voyage dans le temps.

A Tokyo se trouve un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu’en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud. Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience et comprendre que le présent importe davantage que le passé et ses regrets. Comme le café, il faut savourer chaque gorgée.

Vendu à plus d’un million d’exemplaire au Japon, traduit dans plus de trente pays, le roman de Toshikazu Kawaguchi a touché les lecteurs du monde entier.

4 réflexions au sujet de « Tant que le café est encore chaud (2015/2021) »

  1. J’ai reçu le service de presse à la librairie. Beaucoup sont mitigés sur cette lecture. On verra bien ce que ça donne avec moi xD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s