roman

Le Bruissement du papier et des désirs (2018)

Marilla of Green Gables

 

Auteure: Sarah McCoy

Traductrice: Anath Riveline

Editeur: Michel Lafon

Pages: 366

 

Marilla Cuthbert n’a que treize ans lorsqu’elle perd sa mère. Alors que cette dernière est sur son lit de mort, la jeune fille lui fait la promesse de prendre soin de son père et de son frère aîné, Matthew. Mettant sa vie entre parenthèses, elle se dévoue à la famille qui lui reste, n’hésitant pas à sacrifier sa relation avec John Blythe.

J’ai été surprise par l’existence de ce roman dont le titre français n’est clairement pas fait pour accrocher le regard des fans de la série de Lucy Maud Montgomery, Anne of Green Gables. Et pourtant l’auteure nous ramène sur l’Île du Prince-Edouard des années avant la naissance de Anne Shirley. En effet, s’inspirant de l’oeuvre originale, Sarah McCoy revient sur le passé de Marilla et sa déception amoureuse auprès de John Blythe. Si l’histoire est jolie et bien menée, je n’ai pas retrouvé la Marilla que je connaissais. De même, il manquait la rupture brutale et tranchante avec John Blythe. Ils se quittent plutôt en bons termes alors que l’on sait que leur relation n’a rien d’amicale dans le futur.

Ce qui fait la richesse de ce roman tient plutôt dans les descriptions de l’île, le parcours de Marilla et la trame de fond qui aborde la Rébellion des Patriotes et l’insurrection de 1837-1838 ou encore l’abolition de la traite des Noirs. Si l’auteure se contente de survoler les évènements, elle donne envie d’en savoir plus. Ce n’est pas le roman que j’avais espéré même si j’ai passé un bon moment et que cela m’a donné envie de relire Anne of Green Gables.

1837, île du Prince-Edouard, au large du Canada. Marilla Cuthbert, 13 ans, mène une vie tranquille dans le cadre enchanteur de la campagne, avec ses parents et son frère aîné, Matthew. A la mort brutale de sa mère adorée, Marilla se jure de veiller toujours sur son père et son frère.

Cette décision va entraîner sa vie entière. Désormais, elle se consacrera aux autres. Sacrifiant son amour pour John Blythe, elle décide de se battre auprès des plus démunis, les orphelins en particulier. Visionnaire, elle se révolte contre les mœurs de son temps et rejoint les rangs d’anciens esclaves affranchis afin que soit abolie la traite des Noirs. Mais ce combat pour la liberté a un prix: l’hostilité croissante de l’ordre établi. Chaque jour qui passe fait courir à Marilla un danger sans cesse plus grand.

Une réflexion au sujet de « Le Bruissement du papier et des désirs (2018) »

  1. J’ai beaucoup aimé découvrir Marilla enfant et pourquoi elle est restée veille fille.
    Je n’avais pas non plus encore réfléchi au Canada dans l’histoire de l’esclavagisme états-unien. Pour moi, c’était une lecture émouvante qui m’a donné envie de revoir la série (l’ancienne) bien que l’enthousiasme s’éteigne au second film car trop éloigné des livres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s