BD/manga

Un été d’enfer!

Be Prepared

 

Auteure/Illustratrice: Vera Brosgol

Traductrice: Alice Delarbre

Editeur: Rue de Sèvres

Pages: 256

Vera, neuf ans, aimerait trouver sa place dans son groupe de copines. Originaire de Russie, elle ressent un décalage important avec les petites américaines et souhaiterait vraiment s’intégrer. Chaque été la ville est désertée par les enfants qui partent en colonie; seuls Vera et son frère restent à hanter les parcs à jeux. Mais cette année, Vera a tout prévu, elle passera deux semaines dans un camp spécial pour les enfants russes et aura plein de choses à raconter à la rentrée. Après avoir rêver pendant des mois des expériences qu’elle va vivre, s’être préparée longtemps à l’avance, Vera est heureuse quand arrive enfin le temps du camp d’été…

Tout comme dans La vie hantée d’Anya, Vera Brosgol aborde les difficultés à trouver sa place lorsque l’on se sent différent. Elle signe un récit autobiographique en se replongeant dans ses souvenirs de jeunesse dans ce même camp où elle passa deux étés. De son propre aveu, elle a cumulé les moments les plus marquants de cette double expérience, enrichis des souvenirs de son frère, pour rendre son histoire plus fertile. Cela donne une aventure pleine d’humour et de situations cocasses qui ne manqueront pas de rappeler à ceux qui ont connu les colonies de bons et de moins bons moments. Au delà de l’humour, l’auteure aborde aussi avec justesse la solitude et l’exclusion. Son trait tout en rondeur est toujours aussi agréable et si la mise en couleur dans ce camaïeu de vert n’est pas des plus attrayante au premier abord, elle fonctionne très bien dès l’instant où l’on se retrouve en pleine nature, au cœur de la forêt.

Un été d’enfer ! est un roman graphique au style résolument moderne qui aborde intelligemment le besoin et la nécessité d’avoir des amis et surtout l’importance de les choisir selon ce que l’on est au fond de soi. Coup de cœur!

L’avis de Sophie est ICI!

Tout juste arrivée de Russie, Vera aimerait tellement que ses copines américaines la considèrent comme l’une des leurs. Mais ses multiples tentatives pour y parvenir sont rarement couronnées de succès… Son rêve: que sa maman, qui l’élève seule avec son frère et sa sœur, puisse un jour l’envoyer dans une de ces luxueuses colonies de vacances du pays. Vera sait bien que sa famille n’a pas les moyens de se permettre ce privilège. Pourtant, elle trouve une solution, et la voilà inscrite pour deux semaines, et elle compte bien profiter de tout à fond! Et si ce n’était pas si cool que ça, la colo?

 

album·Lecture à voix haute·roman

L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde

The strange case of Dr Jekyll and Mr. Hyde

Auteur: Robert Louis Stevenson

Illustrateur: M. A.C. Quarello

Traductrice: Anne-Sylvie Homassel

Editeur:  Sarbacane

Pages: 96

Après avoir découvert la collection des Grands Classiques Illustrés aux éditions Sarbacane avec L’Appel de la forêt de J. London et Le Garçon qui voulait devenir un Etre Humain de J. Riel, je comptais bien proposer à mes filles la lecture d’autres classiques dans cette collection qui allie de beaux textes classiques à des illustrations de grande qualité.

Comme tout le monde je connaissais l’histoire de la double personnalité du Docteur Jekyll bien que n’ayant jamais lu le court roman de Stevenson. Présenté comme une enquête menée par Mr Utterson, ami du Dr Jekyll, le récit aborde le dédoublement de personnalité dans ce qu’il serait de plus terrible. J’ai hésité à en faire la lecture à voix haute à mes filles en raison de la noirceur du récit et du texte soutenu. Mais il aurait été dommage de ne pas me lancer car si Juliette et Gabrielle ont eu du mal à saisir la conclusion (qui a de fait été longuement discuté), elles ont adoré tenter de démêler les nœuds de cette enquête bien ficelée dont l’auteur ne dévoile que progressivement les complexités.

Sublimé par les illustrations pleine page de Maurizio A.C. Quarello, le récit nous entraîne dans les rues de Londres en pleine époque victorienne. L’auteur joue sur la dualité de son personnage principal pour nous faire découvrir deux aspects de la ville dont chacun reflète l’âme de ces deux identités. L’ensemble est délicieusement glaçant et offre un regard critique sur une société qui enferme les caractères et les comportements dans un cadre rigide de bienséance et d’idées du bien et du mal régies par l’église. Fascinant!

 

L’avis d’Isabelle est ici!

Qui est l’étrange Hyde au corps difforme et aux manières brutales, accusé d’un crime odieux, qui semble avoir ses entrées chez l’honorable docteur Jekyll? Et pourquoi Jekyll lui-même se coupe-t-il parfois de ses meilleurs amis? M. Utterson, notaire intègre et sévère proche du docteur, mène l’enquête. La vérité lui fera froid dans le dos…

Lecture à voix haute·roman jeunesse

Rascal

Rascal: a memoir of a better era

Auteur: Sterling North

Traductrice: Michèle Poslaniec

Illustratrice:  Isabelle Simler

Editeur: l’école des loisirs

Pages: 271

 

Rascal est le récit autobiographique de Sterling North qui, à l’âge adulte, se souvient avec tendresse de l’année de ses onze ans et de son amitié avec un raton laveur baptisé Rascal qu’il recueille alors qu’il n’est pas encore sevré. Une année et surtout, un été, particulièrement riche pour cet enfant qui grandit dans le Wisconsin dont il parcourt la nature au contact de laquelle il apprend beaucoup.

Mes filles et moi-même avons eu un gros coup de cœur pour ce récit, véritable plongé dans le temps à la découverte des paysages d’un état du nord des Etats-Unis, sa faune, sa flore et sa culture. En cette année 1918, l’histoire de Sterling se joue sur fond de Première Guerre Mondiale. Il pense à un frère parti pour le front en France, à un père trop souvent absent, une mère qui n’est plus et des sœurs qui vivent loin de lui. C’est tout naturellement que Rascal devient un compagnon de tous les jours, un membre à part entière de sa famille, un ami qui restera à jamais dans son cœur. Et ne nous y trompons pas, c’est vraiment ce lien entre Sterling et Rascal qui est au cœur du roman car l’auteur en parle avec passion, retraçant leurs aventures avec toute la vivacité de ses souvenirs et avec tout l’amour que l’on a pour un meilleur ami.

Rascal est un récit touchant qui permettra aussi d’en apprendre beaucoup sur cet animal à la bouille trognonne. Un récit qui reste un best seller depuis sa publication en 1963.

Sterling, onze ans, a trouvé Rascal, jeune raton laveur malicieux et attachant, au creux d’une souche des bois. Dans sa nouvelle famille qui compte un père distant, quatre mouffettes, des marmottes, une corneille surnommée Poe la Corneille et un canoë dans la salle de séjour, Rascal devient l’inséparable compagnon de Sterling. Au cours d’une année fertile en aventures, Rascal et Sterling nagent, pêchent et explorent la campagne – jusqu’au jour où le printemps revient, et où tout change brusquement.

Lecture commune·roman ado

La Passe-Miroir, tome 1. Les Fiancés de l’hiver

Auteure: Christelle Dabos

Editeur:  Gallimard

Collection:  Pôle Fiction

Pages: 608

Sur Anima, Ophélie se dissimule derrière ses lunettes, un look démodé au fin fond d’un musée. Elle refuse les prétendants et préfère passer du temps avec son grand oncle qui s’occupe des archives de leur vaste famille. Quand son mariage est organisé avec un étranger habitant le Pôle, Ophélie espère pouvoir le faire annuler. Mais les Doyennes ont parlé et la voilà contrainte de quitter ce qu’elle a toujours connu pour la Citadelle, cette cité du Pôle où se jouent de bien cruels jeux de pouvoir.

Christelle Dabos signe un premier roman incroyablement riche dans sa construction et sa narration. Les idées pertinentes foisonnent, pleines d’originalité et de bon sens. Elle nous invite dans un monde divisé en arches sur lesquels la vie diffère selon l’Esprit de Famille qui en est à la tête. Alors que sur Anima, Ophélie a grandi dans un monde d’égalité et de fraternité, elle découvre qu’au Pôle, les habitants sont répartis en castes et que chaque famille rivalise avec les autres pour asseoir son pouvoir. Et les pouvoirs sont justement une partie intégrante de l’histoire. Pouvoirs, magie, sorcellerie, Christelle Dabos met entre les mains de ses personnages des armes aussi divers qu’utiles… mais tous ne sont pas utilisés à bon escient et Ophélie ne tarde pas à l’apprendre. Jamais héroïne ne fut plus malmenée que cette jeune fille qui fait preuve d’un courage et d’une résilience incroyables.

A la Citacielle plus que nulle part ailleurs, les apparences sont d’une importance capitale et l’auteure utilise brillamment ce jeu de façade pour créer des illusions et auréoler ses personnages de mystères. Tout comme Ophélie, le lecteur est bien en peine de savoir en qui placer sa confiance. Thorn est-il aussi sombre qu’il en a l’air? Archibald est-il aussi honnête qu’il le dit? Bérénilde en tout cas ne dissimule pas à Ophélie que sous ses dehors angéliques elle cache une âme capable du pire pour protéger ses intérêts. Heureusement que la tante Roseline l’accompagne depuis Anima; sa présence l’aide à tenir bon et à se sentir moins seule. Les personnages secondaires sont nombreux et viennent enrichir la trame du récit que se révèle rapidement plus complexe qu’il n’y paraît. Entre enjeux sociétales et écologiques, Ophélie a fort à faire pour survivre à l’hostilité d’un monde auquel rien ne l’avait préparé.

Lecture Commune à Isabelle, Pépita et Livresd’avril.

***

Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons, la jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

CHALLENGE PAVES 2020

Lecture à voix haute·roman jeunesse

Le club des crottes

 

Auteure: Susie Morgenstern

Editeur: L’école des loisirs

Collection:  Neuf

Pages: 126

 

Alors qu’ils s’ennuient, Jacques propose à son ami Octave de créer un club. Oui mais un club de quoi? Ils décident d’y réfléchir chacun de leur côté. En rentrant chez lui, Jacques bousille ses baskets neuves en marchant dans une crotte de chien. L’idée du club est toute trouvée: le club des crottes aura pour mission de nettoyer la ville des excréments de chiens! Une idée qui va attirer bien des sympathies mais aussi quelques conflits entre les enfants propriétaires de chien et les autres. Lorsque Jacques se retrouve entre les deux, il comprend que l’éducation du chien passe par l’éducation de son maître.

Susie Morgenstern, auteure jeunesse incontournable, nous offre ici un petit roman citoyen rempli de bonnes idées. Les enfants sont les instigateurs d’un grand projet dont la finalité a pour objectif de rendre leur ville propre. Ensemble ils mènent des actions visant à sensibiliser les maîtres de chiens et les adultes en général. Actions qui se voient récompenser par une rencontre avec le Maire et la promesse de la mise en place d’actions concrètes. C’est drôle, plein de bon sens et l’histoire rappel que l’éducation à la citoyenneté est l’affaire de tous!

***

Il paraît que ça porte bonheur de marcher dedans. En tout cas, c’est comme ça que Jacques a eu son idée géniale, sur le trottoir, en sortant de chez son copain Octave après un après-midi d’ennui. Fonder un club pour éliminer les crottes de chiens, et par conséquent sauver la planète. Tout le monde est cerné et concerné! Tout le monde en a été victime un jour ou l’autre. Comment faire? Jacques et Octave réfléchissent, recrutent, organisent, se documentent, apprennent, argumentent, militent, arpentent, affichent… jusqu’au jour où la mamie de Jacques débarque avec un cadeau plus original que jamais. Un cadeau empoisonné. A cause de lui, Jacques a l’impression de passer d’un seul coup du côté de l’ennemi…

album

AMOUREUX

Auteure: Hélène Delforge

Illustrateur: Quentin Gréban

Editeur: Mijade

Pages: 66

En cette période confinée/compliquée, nous avons tous besoin d’un peu de douceur. Le moral n’est pas toujours au beau fixe, les enfants sont parfois perturbés par la situation mais être confinés en famille est l’occasion de se retrouver, d’apprendre à passer du temps de qualité tous ensemble. Si pour beaucoup l’amour est omniprésent dans le quotidien, il peut être plus compliqué pour d’autres. Il faut parfois se souvenir qu’aimer n’est pas toujours facile mais que l’amour est l’une des émotions les plus belles et intenses que l’on peut ressentir et partager. Quoi de mieux qu’un livre pour présenter l’amour sous toutes ses formes?

Hélène Delforge et Quentin Gréban s’associent pour réaliser un album débordant de douceur, un album très grand format qui s’ouvre sur l’association de doubles-pages partagées entre le texte et l’image. Texte poétique qui se fait le reflet d’un ressenti, d’une moment partagé, d’un sentiment éphémère ou éternel. Delforge y dépeint l’amour sous toutes ses formes qu’il soit jeune ou vieux, installé ou fragile, sensuel ou rigide, il n’en manque aucun, même la violence y trouve une petite place. Sans tabous ni préjugés, l’amour nous apparaît pluriel, aussi divers que les couples qu’on y croise. Les superbes aquarelles de Gréban viennent encrer les émotions dans une réalité intime avec talent et sensibilité. Amoureux est un véritable écrin de douceur à partager avec ceux que l’on aime.

L’avis de Chloé se trouve ICI, et celui d’Isabelle ICI.

Amoureux. Un état, une chance, une surprise, un sentiment, une sensation, une émotion. L’amour se vit, l’amour se dit, l’amour se raconte, l’amour se partage, l’amour commence, l’amour finit… parfois. Mais pas toujours. Il y a autant d’amours que d’amoureuses et d’amoureux.

ebook·roman

La Dernière Anastasia

 

Auteure: Tina Muir

Editeur: Librinova

format ebook (509 pages)

 

 

La famille Rodovski vit recluse dans les profondeurs d’une forêt de l’Oural, forêt dense et mystérieuse qui abrite des créatures surnaturelles issues du folklore russe telle que la Baba Yaga. Anna est née du premiere mariage de Viktor Rodovski et n’est pas la bienvenue sous le toit de sa marâtre belle-mère. Elle grandit seule, plus souvent dehors que dedans, respectant la forêt et sa magie. Quand l’histoire commence, Anna est la cible d’une meute de chiens et d’hommes qui en veulent à sa vie. Elle ne doit son salut qu’à l’intervention de la Baba Yaga, qui la confie à un preux chevalier, Jervis Bright, aventurier, espion plein aux as et beau comme un dieu. Ensemble, ils partent à la recherche des souvenirs d’Anna et d’un secret de famille qui va bouleverser leur vie.

J’ai été plutôt surprise par ma lecture qui, de part son titre, m’avait laissé présager d’une enquête autour de la fin des Romanov ou une réécriture moderne de l’histoire d’Anastasia. Alors que La Dernière Anastasia tient plus de la romance moderne emprunte de fantastique et de suspens. L’histoire est prenante et chaque fin de chapitre laisse dans l’expectative de la suite. L’écriture est agréable et il est évident que l’auteure connait son sujet sur le bout des doigts. J’ai particulièrement apprécié le côté fantastique avec les apparitions de la Baba Yaga, la magie sylvestre ou les apparitions fantomatiques.  J’ai eu un peu de mal avec la narration qui part parfois dans tous les sens, en arborescence. Si les renseignements qu’on y découvrent sont cohérents et apportent des informations sur les personnages ou leur histoire, ça dessert le récit qui s’en trouve alourdi. Mais ce qui est pour moi le point noir du roman reste la romance contemporaine. On retrouve les clichés du genre, la jeune fille innocente et le beau mec écœurement riche (marques de voiture et fringues à l’appui), tombeur à ses heures qui change du jour au lendemain pour les beaux yeux de la belle dont il s’est épris. J’ai vraiment du mal avec ce genre de romances qui perd de sa saveur au profit d’un placement de produits…

La Dernière Anastasia est malgré tout un roman que j’ai apprécié et que je recommande. La mythologie et les contes servent avantageusement le récit, véritable immersion dans la Russie, sa culture et son histoire.

***

Il était une fois en Russie, à l’hiver 2018, une jeune femme du nom d’Anna. Son père l’avait emmenée vivre au plus profond de la forêt, dans une maison coupée du reste du monde pour la protéger d’une malédiction de sang pesant sur sa famille depuis des générations. Lorsque toute sa famille fut brutalement assassinée, seule la belle Anna aux cheveux d’or en réchappa, avec l’aide de la plus terrible des marraines, la Baba Yaga en personne… Mais l’aide de la sorcière légendaire n’est jamais gratuite. Pour percer le secret macabre qui a détruit sa famille, remonter la piste des tueurs et satisfaire sa surnaturelle protectrice, Anna devra compter sur le preux chevalier mit sur sa route par la Baba Yaga. De cette rencontre entre Anna la survivante, ivre de chagrin et avide de réponses, et le beau Jervis, aventurier flegmatique dont l’apparente froideur cache une lourde blessure, naîtra un amour de glace et de feu. Mais seront-ils assez forts pour affronter le plus destructeur des secrets et payer son tribut à la Baba Yaga ?

CHALLENGE PAVE 2020