album

Lama Mania

Auteure: Françoise de Guibert

Illustratrice: Anne-Hélène Dubray

Editeur: La Martinière Jeunesse

Pages: 48

Exit la licorne, la mode est désormais au lama, animal intelligent et au faciès très expressif. Il a, en quelques mois, détrôné la mythique créature arc-en-ciel et pris sa place dans les cours d’école! Si le titre nous place en plein cœur de cette nouvelle mode commerciale cela ne va pas plus loin.

En effet, Françoise de Guibert signe un documentaire très instructif dans lequel on découvre le lama sous toute les coutures depuis son lointain ancêtre préhistorique à ses cousins actuels, en passant par son mode de vie, la reproduction, l’alimentation, la morphologie sans oublier son emprunte écologique ultra positive. Le dessin épuré d’Anne-Hélène Dubray suffit à nous rendre le mammifère encore plus sympathique, les expressions faciales se veulent tellement réalistes et drôles qu’on ne peut qu’être conquis.

Lama Mania est un album documentaire unique qui propose la découverte d’un animal intelligent, sensible et aussi utile qu’agréable. A découvrir par toute la famille!

A la fois drôle et mystérieux, mignon et atypique, le lama est un animal à la personnalité et au charme hors du commun. Pourquoi est-il si écolo? Qui sont ses prédateurs? Comment se tient-il au chaud? Que veulent dire ses grimaces? Un documentaire sur la nouvelle coqueluche des petits et des grands.

BD/manga

Chaplin en Amérique, tome 1

 

Auteur: Laurent Seksik

Illustrateur: David François

Editeur: Rue de Sèvres

Pages: 75

 

Nous connaissons tous Charlot (The tramp en anglais), ce personnage burlesque qui reste une figure emblématique du cinéma muet. Mais connait-on réellement, l’acteur Charlie Chaplin et l’homme qu’il était avant de se rendre célèbre? C’est sur ce dernier, Charles Spencer Chaplin, que Laurent Seksik se penche, livrant le récit de son arrivée aux Etats-Unis jusqu’à la création du personnage de Charlot et les premiers succès, puis son émancipation et la création de sa société.

Premier volet d’un triptyque, En Amérique s’ouvre sur la traversée de l’Atlantique et la présentation d’un jeune homme sûr de lui et empli d’espoir en l’avenir, convaincu que la succès est à portée de main. Séducteur, il semble être de ces hommes qui collectionnent les conquêtes mais ne s’attachent pas. De débuts difficiles à la création du personnage comique, on découvre un artiste talentueux, reconnu pour son talent mais décrié pour ses choix politiques et dont l’amour des (trop) jeunes femmes annonce le début des ennuis.

Chaplin en Amérique est une bande dessinée intéressante pour découvrir l’homme derrière le personnage, je reprocherais juste la rapidité d’enchaînement des scènes qui manquent de sens chronologique. Cependant, étrangement, cela fonctionne car ça correspond à la vie de folie et à la rapidité avec laquelle le succès lui est venu. La mise en page est dynamique et j’aime beaucoup l’alternance de tons entre la vie de Chaplin (en couleurs) et ses souvenirs (en noir et blanc). La narration prend la forme d’un film, impression renforcée par certaines planches qui cumulent plein de petites cases comme une scène coupée « image-par-image ». Par contre je suis moins fan du dessin, les personnages ont tous la même tête et il est parfois difficile de les distinguer. Cela reste une bande dessinée à découvrir, une de celle dont je lirai la suite avec plaisir.

Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir la critique d’Isabelle.

Salut, l’Amérique! Je suis venu te conquérir! Il n’est pas une femme, un homme, un enfant, qui n’aura pas mon nom aux lèvres! Charles Spencer Chaplin!

BD/manga

Bleu Pétrole

 

Auteure: Gwenola Morizur

Illustratrice: Fanny Montgermont

Editeur: Grand Angle

Pages: 77

Bleu est née à Portsall dans le Finistère. Deuxième enfant d’une famille de trois, elle nous raconte son enfance dans un milieu rural et les difficultés d’un quotidien auprès d’un père fermier devenu maire de la commune à seulement 35 ans. Si les actions de ce dernier le font apprécier des habitants de leur petite commune, les riches propriétaires ont plus de mal à accepter d’être diriger par un paysan. Lorsqu’un pétrolier s’échoue sur les rochers de leur village, leur vie s’en voit changée à jamais. Bleu devient témoin de la catastrophe et du long procès qui va en découler.

Gwenola Morizur revient sur l’une des plus grandes marées noires de notre temps survenue le 16 mars 1978. Plus qu’une simple histoire, elle livre ici un véritable témoignage basé sur les anecdotes récupérées auprès de ses proches et l’histoire de sa famille. Au travers de sa jeune héroïne, elle livre un récit fort sur la lutte écologique dans laquelle ils se sont engagés pour punir les responsables, propriétaire du chargement de l’Amoco Cadiz. Le dessin de Fanny Montgermont est sublime de réalisme, les traits de ses personnages mais aussi ses paysages nous transportent littéralement dans l’histoire. On pourrait peut-être reprocher la rapidité de l’enchaînement de certaines scènes mais cela ne dessert en rien le récit; au contraire, cela montre à quel point l’engagement de chacun est fort et ne faiblit pas avec le temps. Bleu Pétrole est une bande dessinée engagée qui montre que la ténacité et la persévérance sont de puissants atouts dans la lutte écologique.

Sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 catégorie 13/15 ans.

16 mars 1978: le pétrolier Amoco Cadiz s’échoue sur les rochers de Portsall, dans le Finistère. 220 000 tonnes de pétrole brut sont déversées sur près de 400 kilomètres de côtes bretonnes, provoquant l’une des plus grandes marées noires du siècle. Léon, le maire de la petite commune, décide de poursuivre les responsables et engage la lutte contre la firme propriétaire du chargement de l’Amoco, jusqu’au procès aux Etats-Unis qui durera quatorze ans. A ses côtés, sa fille Bleu vit de plein fouet la catastrophe et s’en fait le témoin. Elle nous livre ses souvenirs: leur vie de famille et les liens qui les unissent. L’espoir. La persévérance. Bleu Pétrole est leur histoire…

roman ado

Nous sommes l’étincelle

 

 

Auteur: Vincent Villeminot

Editeur: PKJ

Pages: 509

 

Roman d’anticipation engagé, Nous sommes l’étincelle prend place dans un avenir plus ou moins proche. Entre utopie et dystopie, on y découvre un futur qui pourrait être le notre avec ses nouvelles lois de protections des animaux, le véganisme, ses forêts devenues réserves protégées… une forêt que certains ont pourtant choisi d’habiter, cherchant une vie différente à celle que la société pouvait leur proposer. Ils étaient jeunes, ils avaient des rêves et espéraient un avenir plus juste, un monde où l’homme et la nature seraient en communion. Rattrapés par la société et ses valeurs politiques, ils ont finis par en payer le prix. Près de quarante ans plus tard, ils ne sont plus très nombreux ces pacifistes qui ont choisi la forêt pour vivre. Leur existence est loin d’être celle qu’avaient imaginée leurs prédécesseurs; les difficultés sont nombreuses, la violence est partout, ils survivent.

Vincent Villeminot signe un titre percutant qui résonne avec notre société actuelle – écologie et pouvoir politique en tête – soulevant une réflexion sur les choix qui se présentent à nous face à des enjeux toujours plus grands et un avenir de plus en plus fragile. Son texte brut nous fait ressentir toute l’urgence et la violence de la situation. Pourtant, la forêt nous est aussi présentée comme terrain de jeux et d’apprentissages, mère protectrice et nourricière. Et c’est bien dans l’amour, l’amitié et la famille que chacun trouve son refuge et sa subsistance. Sur quarante années, sur trois générations, l’auteur nous entraîne dans une réflexion sur demain mais aussi sur aujourd’hui, sur ce qui mérite d’être préserver, sur ce qui vaut la peine de se battre et nul doute que la famille est le pilier de chacun de ses personnages. Personnages d’âge, d’origine différents, pourtant tous liés par leur désir de vivre la vie qu’ils se sont choisi, qu’ils aient choisi de quitter la ville pour la forêt ou qu’ils n’aient connu que cette dernière, ils partagent la même volonté de vivre en protégeant les êtres qui comptent le plus pour eux, leur famille.

Pour moi, c’est un énorme coup de . L’avis de Pépita est à découvrir ICI.

Sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 catégorie 13/15 ans.

***

C’était il y a longtemps. Avant qu’on interdise la Forêt, avant les braconniers, les cannibales, les commandos… En 2025. Antigone et Xavier, puis Paul, Jay, La Houle avaient vingt ans. Ils sont partis dans la Forêt. Ils ont cru à ce rêve, à cette révolution. Comme des milliers d’autres. Et maintenant, trente-six ans plus tard, parmi les arbres, il en reste seulement quelques-uns. Des survivants. Presque des enfants.

CHALLENGE PAVE 2020

album

Il y avait une maison

 

Auteur: Philippe Nessmann

Illustratrice: Camille Nicolazzi

Editeur: La cabane bleue

Pages: 32

Il y a quelques semaines, j’ai découvert le Prix Unicef de littérature jeunesse et je dois dire que leurs sélections de titres sont particulièrement intéressantes. Avec les filles, nous avons décidé de participer en lisant un maximum des titres proposés.

Il y avait une maison, album de Philippe Nessmann, illustré par Camille Nicolazzi fait parti de ces titres à découvrir pour le double message écologique qu’il renvoie: celui de son histoire et celui de son éditeur. En effet, La cabane bleue est un éditeur engagé qui valorise les textes mettant en avant l’amour de la nature et la protection de la planète. Et pour aller au bout des choses, ils publient des livres dans une démarche globale de développement durable: fabrication française, éco-conception des ouvrages, démarche éthique… N’hésitez pas à faire un tour sur leur site, ils expliquent tout ça très clairement en toute transparence.

Mais revenons-en à l’album en lui-même.  L’histoire commence dans une jolie maison remplie  d’animaux de différentes espèces choisies pour le symbole écologique qu’ils sont devenus:  de l’abeille  pollinisatrice victime des pesticides à l’ours polaire qui voit son terrain de chasse réduit par le  réchauffement climatique,  en passant par l’orang-outan, victime de la déforestation ou encore du bilby, espèce endémique victime de l’importation de prédateurs desquels son instinct ne le protège pas. On assiste donc à la disparition des animaux, la maison se vide progressivement,  jusqu’à ce qu’il n’y reste plus qu’une espèce, celle qui est à l’origine de ces disparitions mais également celle qui peut trouver des solutions pour changer les choses.

Philippe Nessmann signe un récit résolument engagé dans la protection de la nature et de la biodiversité. Son texte soulève les problèmes majeurs de notre société moderne et les conséquences écologiques qu’ils entraînent. Le jeune lecteur est ainsi invité à découvrir les enjeux écologiques de notre époque et la relation de cause à effets que notre vie moderne engendre sur le monde qui nous entoure. Mais l’auteur ne se montre jamais moralisateur et ajoute même un regard optimiste sur l’avenir au travers d’actions concrètes menées lors d’une prise de conscience qui ne peut qu’être génératrice d’effets positifs. Les illustrations de Camille Nicolazzi complètent joliment le texte par des couleurs douces et des émotions qui transparaissent des visages expressifs des différents personnages.

En fin de volume, une double page documentaire vient compléter l’album en faisant le point sur les problèmes évoqués dans l’histoire tout en proposant des actions pour y remédier et en listant des noms d’associations auprès de qui se rapprocher pour agir.

Si vous n’êtes pas encore conquis, je vous invite à lire l’avis de Sophie ICI.

Ce titre fait parti de la sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 catégorie 6-8 ans.

***

Il y avait en ce temps une vaste maison où tous vivaient en paix… Jusqu’au jour où l’un des habitants décida de pulvériser des produits chimiques sur ses pommes. Le lendemain, l’abeille avait disparu. Les autres animaux la cherchèrent sans succès, puis la vie dans la maison reprit comme avant. Jusqu’à ce qu’on décide de couper les branches du grand arbre…

album·Documentaires /Livres jeux

Océans… et comment les sauver

 

Auteure: Amandine Thomas

Illustratrice: Amandine Thomas

Editeur: Sarbacane

Pages: 40

Voilà un album que je suis très heureuse d’avoir découvert. C’est un véritable coup de ! Le lecteur est invité à découvrir dix écosystèmes marins différents, tous fragilisés par l’activité humaine mais pourtant pas impossible à sauver. L’auteure apporte, outre une présentation de la vie aquatique et les causes qui la fragilisent, un regard optimiste sur un avenir meilleur en proposant des solutions applicables par tous, dès le plus jeune âge, depuis son chez-soi.

Les illustrations colorées et pleines de menus détails apportent elles aussi des informations et l’auteure y ajoute une petite touche ludique en proposant pour chaque double page un petit jeu sous forme de questions ou de cherche-et-trouve. Océans… et comment les sauver est donc un album ludo-éducatif de qualité, de très bel aspect qui séduira les jeunes lecteurs et leurs parents pour l’apport culturel et l’éveil à l’écologie qui filtrent à travers le texte et les petites réflexions amusantes des petits personnages qui accompagnent le lecture.  A noter le glossaire en fin d’ouvrage vient compléter l’ensemble avec de nombreuses définitions. Nous sommes conquises et nous avons désormais hâte de découvrir le deuxième titre d’Amandine Thomas dans cette collection: Forêts… et comment les préserver.

Cet album fait parti de la sélection du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 sélection 6-8 ans.

Nos océans sont pleins de surprise: des animaux qui brillent ou changent de couleur, des géants côtoyant des créatures microscopiques, des forêts sous-marines, des profondeurs inexplorées… Aujourd’hui, ce monde est menacé. Mais bonne nouvelle, sauver les océans, c’est possible! Embarque dans ce grand voyage autour du monde: tu vas explorer 10 écosystèmes marins et découvrir comment agir pour les protéger, à travers des gestes simples sans même bouger de chez toi!

roman ado

Cursed – La Rebelle

Cursed

Auteur: Thomas Wheeler

Illustrateur:  Frank Miller

Traductrice: Nathalie Peronny

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 512

 

Nimue appartient au peuple des Faë. Elle a le pouvoir d’entendre les Invisibles mais semble également capable de communiquer avec des créatures plus sombres. Ce pouvoir en fait une paria au sein de sa communauté. Lorsque son village se fait exterminé par les Paladins Rouges, sa mère lui confie une épée de pouvoir et lui demande de la porter à Merlin. Pour Nimue commence alors un périple pour sauver sa vie mais également celle de tous les peuples Faë. Portant l’épée des rois, elle devient le symbole d’une lutte pour la liberté et contre l’oppression.

Cursed est un roman d’aventures inspiré des légendes Arthuriennes. Loin du mythe du Roi Arthur et de ses Chevaliers de la Table Ronde, Thomas Wheeler réinvente l’histoire de la Dame du Lac et signe un récit féministe riche en symboliques. Si certaines idées sont pertinentes, d’autres m’ont semblé assez déconcertantes. Les personnages de la légende sont présents mais leur histoire, ainsi que leur personnalité, ont été repensé pour servir le récit qui s’éloigne énormément de celui que l’on connait. Mais l’écriture de l’auteur est très visuelle et modernise la légende de façon plutôt convaincante. On se laisse facilement porter par la narration qui apporte son lot de surprises et de rebondissements. Il y a cependant des scènes assez violentes qui m’ont mise mal à l’aise, entre descriptions de tortures physiques et massacres de populations innocentes. Si la récit m’a entraîné, j’ai par contre était rebutée par les illustrations, très nombreuses, de Frank Miller dont je ne suis clairement pas fan, au point de ne même plus prendre le temps de les regarder.

Je reste assez mitigée sur ce premier roman d’une série que je ne suis, de fait, pas certaine de poursuivre. Curieuse de voir ce que la série TV éponyme donnerait j’ai commencé à la regarder mais après avoir vu quelques épisodes, je me dis que le livre me suffit, la série est trop propre, trop lisse et manque visuellement d’énergie…

Nimue a échappé au massacre de son village. Sa mère, avant de mourir, l’a chargé d’une mission: remettre l’épée de pouvoir à Merlin, le sorcier redoutable. Accompagnée d’Arthur, faux chevalier menteur et séducteur, et de la dévouée Morgane, Nimue sent grandir en elle la magie noire et ancestrale de l’épée. L’arme fait d’elle une combattante féroce, rebelle, et le seul espoir de son peuple: la Sorcière Sang-de-Loup. Mais Nimue n’est qu’à l’aube de son destin.

CHALLENGE PAVE 2020

album·Documentaires /Livres jeux·masse critique

Portraits d’Extraordinaires Enfants – Leur vie est une légende!

Auteure:  Laureen Bouyssou

Illustratrice:  Johanna Springer

Editeur: Fleurus

Collection: Portraits

Pages: 96

Le livre s’ouvre sur une introduction bienvenue qui retrace la place des enfants dans la société et leurs droits depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, illustrée par une frise chronologique. Il se ferme sur des chiffres clés qui permettent de visualiser plus clairement une réalité effroyable pour ces milliers d’enfants qui vivent dans des conditions inacceptables. L’auteure insiste sur le fait que, malheureusement, ces droits ne sont pas communs à tous les enfants du monde, pointant du doigt le fait que dans de nombreux pays ils sont encore privés d’éducation et sont bien trop souvent obligés de travailler pour aider leurs familles.

Entre les deux, douze enfants, plus ou moins connus, nous sont présentés par une très jolie illustration de Johanna Springer, une fiche d’identité et le résumé de sa vie, une anecdote, un fait marquant, un engagement qui font de ces enfants des êtres à part. Le jeune lecteur est ainsi invité à découvrir la vie particulière de Toutankhamon, Ali Ibn Sina, Pocahontas, Mozart, Bernadette Soubirous, Arthur Rimbaud, Sophie Scholl, Shirley Temple, Tenzin Gyatso, Nadia Comaneci, Kelvin Doe et Malala Yousafzai. Tous différents, tous uniques et pourtant réunis par leur vie extraordinaire. Que ce soit pour leur talent artistique, leur capacité à voir l’impossible, leur engagement dans un cause, tous ces enfants ont en commun un destin extraordinaire et ont été rendu célèbre par l’émerveillement qu’ils suscitent auprès du grand public.

Portraits d’Extraordinaires Enfants est un album documentaire qui propose de découvrir douze personnalités de divers origines. Si le choix de certains enfants m’a semblé surprenant, on ne peut que féliciter la diversité de cette sélection. Les jeunes lecteurs découvriront ainsi qu’il existe plein de façon d’être reconnus.

Gabrielle, 11 ans, l’a lu de son côté et a apprécié la mise en page, les illustrations et de découvrir qu’on peut être connu pour son intelligence, son génie artistique mais aussi pour ses qualités sportives ou, plus surprenant, pour ses visions « surnaturelles ». C’est un support intéressant qu’elle souhaite continuer à découvrir au travers d’autres titres.

Je remercie Babelio et les éditions Fleurus pour cette lecture faite dans le cadre de Masse Critique.

A travers l’Histoire, nombreux sont les enfants qui ont marqué leurs contemporains. Certains ont connu un destin tragique. D’autres ont brillé par leur génie artistique. D’autres encore, plus proches de nous, ont choisi de mettre leur talent au service de leurs concitoyens ou d’une cause qui leur tient à cœur.

roman ado·roman jeunesse

Mahaut et les maudits de Chêne-au-Loup, tome 1

 

Auteure: Sophie Noël

Editeur: Gulf Stream

Pages: 168

 

 

La fête du village est interrompue lorsqu’une femme s’écroule, inconsciente. C’est le début d’une épidémie qui ne touche que les adultes. Si les adultes bien portants prennent les choses en main pour soigner les victimes et protéger les enfants, Mahaut et son ami Aurèle se joignent à d’autres jeunes pour enquêter de leur côté. Rapidement, on découvre que Mahaut semble dotée de pouvoir de vision et de perception particulièrement développée. Entre aventures et quête d’identité, elle prend très tôt conscience qu’elle a un rôle majeur à jouer dans cette histoire. Soutenue et aidée par ses amis, la jeune fille s’apprête à affronter une créature terrible sorti des légendes de son peuple.

Mahaut et les Maudits de Chêne-au-Loup est un roman fantastic dont le décor semble d’époque médiévale. Il apporte son lot d’aventures et de rebondissements. Destiné à un lectorat plutôt jeune – 8/9 ans -, le récit est idéal pour initier les enfants à ce genre de littérature. Par certains aspects, l’histoire rappelle celle du conte Le joueur de flûte mais s’en éloigne rapidement par la forme du récit et l’expédition menée par les enfants. Les personnages sont intéressants; Mahaut et Aurèle sont deux héros attachants auxquels il est facile de s’identifier. Leur ami Loup est fascinant et l’auteure a su lui donner une place importante dans la narration sans qu’il n’en prenne trop. L’esprit d’équipe et l’amitié sont au cœur de ce récit captivant qui ne laisse place à aucun temps mort. La fin ouverte laisse le lecteur sur quelques questions dont on peut espérer avoir les réponses dans le tome suivant.

***

C’est la fête du printemps à Chêne-au-Loup ! Mais la liesse des villageois est interrompue lorsqu’une femme s’écroule, inconsciente, marquant le début d’une mystérieuse épidémie… Mahaut, une adolescente à l’instinct particulièrement développé, est saisie d’un effroyable pressentiment. Elle s’interroge : cette maladie est-elle le fruit du hasard ? Pourquoi ne touche- t-elle que les adultes ? Et que signifient les cauchemars qui ne cessent de hanter la jeune fille ? Aidée de son meilleur ami Aurèle, de leur bande de copains et de leur fidèle compagnon Loup, Mahaut cherche un antidote et des réponses à ses questions. C’est une quête pleine d’embûches qui les attend !

abonnement·Divers

Abonnement Ecole des Max

Après une année de flottement durant laquelle nous n’avions finalement pas renouvelé notre abonnement, mes filles avaient très envie de relancer leur adhésions à L’école des max, l’abonnement-livres de l’école des loisirs. Après hésitations, comparaisons des catégories, nous avons pris deux abonnements différents pour répondre à nos intérêts communs mais aussi à l’envie de chacune des filles.

MAXIMAX – 9 à 11 ans

Le choix de Juliette s’est arrêté sur la sélection Maximax qui propose de découvrir:

Un album: Les îles – Le Pays des Chintiens de Anne Brouillard.

Trois Bandes Dessinées: Les enquêtes de Théo Toutou de Yvan Pommaux , Lettres d’amour de 0 à 10 adaptation du roman de Susie Morgenstern par Thomas Baas et, Toni de Philip Waechter

Quatre romans: Mission Mammouth de Xavier-Laurent Petit, Mon cher ami de Luc Blanvillain, La romance de l’Ogre Yosipovitch de Matthieu Sylvander et, La vie secrète de la forêt de Grégoire Solotareff.

SUPERMAX – 11 à 13 ans

Gabrielle a préféré la sélection Supermax. A la base son choix s’était porté sur la sélection Medium max qui visent les plus de 13 ans mais nous avons déjà lu plusieurs des titres proposés alors elle est revenue en arrière. Voici la sélection.

Un manifeste (roman ?): Ne change jamais! de Marie Desplechin

Trois bandes dessinées: Le Fils de l’Ursari adaptation du roman de Xavier-Laurent Petit par Cyrille Pomès et Isabelle Merlet, Sombres Citrouilles adaptation du roman de Malika Ferdjoukh par Nicolas Pitz et, La vie hantée d’Anya de Vera Brosgol (déjà lu mais emprunt médiathèque).

Quatre romans: Les fantômes d’Issa d’Estelle-Sarah Bulle, Le voyage de Fulmir de Thomas Lavachery (que j’ai emprunté et lu de mon côte), La cavale de Ulf Stark et, Longtemps, j’ai rêvé de mon île de Lauren Wolk.

Tout ces titres feront l’objet de lectures personnelles ou à voix haute et, bien sûr, je ferai un retour sur toutes celles que j’aurai faites.