Partenariat·Première lecture

Rosalie (2022)

Auteure : Ninon Dufrénois

Illustrateur : Julien Martinière

Editeur : Voce Verso

Collection : Ginko (3 feuilles)

Pages : 32

Alors que la vie a pris un drôle de virage à la mort du père de famille, Rosalie est entrée dans leur vie. D’un vert kiwi, cette Méhari tout en plastique est la compagne de toutes les sorties, de toutes les aventures. Au volant de cette drôle de voiture, la mère de famille entraîne ses enfants et le chien au bout du monde, emmitouflés et serrés sur la banquette pour se tenir chaud, ou les pieds dans l’eau, les doigts de pied en éventail pour se rafraîchir…

Ninon Dufrébois signe un premier roman touchant porté par une mère incroyable, prête à soulever des montagnes pour que ses enfants ne souffrent pas de l’absence du père. Parcourant les kilomètres, cheveux aux vents, elle comble ce vide, défiant les éléments et les chemins sinueux. Le texte déborde d’émotions et joue avec les mots pour dynamiser une histoire toujours plus riche d’instants partagés en famille et de voyages.

Les illustrations de Julien Martinière viennent sublimer la poésie du texte et la force des liens qui unissent les membres de cette famille. Le choix des couleurs (vert pomme et fuchsia) renforce l’énergie débordante qui caractérise la famille et les voyages, donnant un goût de l’aventure et du plaisir d’être ensemble.

Véritable ode à la famille – à la mère ? – Rosalie est un roman plein de justesse qui séduira les enfants dès 7/8 ans, et leurs parents.

Je remercie les éditions VoceVerso pour cette découverte et leur confiance renouvelée.

Maman conduit une drôle de voiture. Elle est tout en plastique, mais elle roule vraiment ! Avec elle, on ne s’ennuie jamais et tout semble possible. Quand on grimpe dedans, c’est pour parcourir ensemble les routes escarpées de la vie. À l’aventure, par monts et par vaux !

Partenariat·roman jeunesse

Ilona Melville et les Zéros de l’histoire, Mission 1 : Antarctique (2022)

Auteure : Marine Orenga

Editeur : Gulf Stream

Pages : 176

Sortie le jeudi 8 septembre 2022.

Ilona Melville est une jeune fille pleine de vie et d’énergie. Souvent considérée comme catastrophe ambulante, elle est surtout dynamique et impulsive. A l’image de son cerveau en ébullition, Ilona vit à cent à l’heure et ne semble jamais à court d’idée. C’est donc tout naturellement qu’elle répond à la demande du gouvernement quant à l’élaboration d’un plan génial qui leur permettrait de venir à bout d’Evariste le Juste, un dictateur qui s’est autoproclamé Empereur des Sept Continents et de la Lune.

Ce plan génial met à l’œuvre les talents de sa mère, génie génétique qui travaille sur le clonage et a pour objectif de faire revenir des grands personnages historique reconnus pour leur talent stratégique. Mais entendu les choses ne vont pas se passer comme prévu et les héros attendus ne seront pas au meilleur de leur forme physique et/ou mentale. Mais qu’à cela ne tienne, leur motivation n’est pas forcément amoindrie et, portés par une Ilona convaincue du bien fondé de leur retour et motivée pour sauver sa mère et le monde entier, ils se lanceront dans la bataille.

Ce premier volet de la série ne manque pas ni de rythme ni d’humour. L’histoire ne laisse aucun temps mort et enchaine les événements, ne laissant au lecteur aucun moment pour reprendre son souffle. Portée par des héroïnes hautes en couleurs, l’aventure défend la place des filles/femmes dans ce genre de romans, plus souvent mis en valeur par des héros en puissance et ça fait du bien ! C’est même carrément rafraichissant ! Il n’est à pas douter que les fillettes s’identifieront à Ilona sans difficulté. Ce qui n’empêchera pas les garçons d’y trouver leur compte. A découvrir dès 9 ans.

Je remercie les éditions Gulf Stream pour leur confiance renouvelée et l’envoi de ce titre.

***

Ilona Melville n’est pas vraiment réputée pour sa grande sagesse. En revanche, quand il s’agit de botter les fesses d’Evariste le Juste, autoproclamé Empereur des Sept Continents et de la Lune, elle ne manque pas d’idées. Elle a même élaboré un plan diaboliquement génial pour le renverser : cloner de grands personnages de l’histoire grâce à la génétique. Et ça marche ! Enfin presque… Calamity Jane, Napoléon, Gengis Khan et Hannibal sont bien revenus à la vie, mais pas tout à fait comme elle l’imaginait. Quand on sait que ces Zéros de l’histoire sont l’ultime espoir de l’humanité, ça promet… Arrêteront-ils la marche de l’Empereur ?

Partenariat·roman ado

D’après La Traviata (2022)

Auteur : Fabien Clavel

Editeur : Gulf Stream

Collection : Prélude

Pages : 160

Sortie ce jour, jeudi 25 août 2022.

Je tiens avant tout à remercier les éditions Gulf Stream pour l’envoi de ce titre dans le cadre d’un partenariat, et pour leur confiance renouvelée. Ce jeudi 25 août deux titres viennent ouvrir Prélude, une nouvelle collection consacrée aux grands opéras. L’objectif est de faire (re)découvrir des classiques du genre à travers les codes de la littérature adolescente.

Pari risqué que de s’attaquer à une œuvre aussi connue, mais pari tenu par Fabien Clavel qui signe une adaptation de qualité en faisant le choix de laisser la parole à Violetta, héroïne tragique au destin dramatique. Le texte prend la forme d’une longue lettre que la jeune fille écrit à l’homme qu’elle aime sincèrement, Alfredo, et dans laquelle elle se livre et se libère entièrement de ses origines, de ses peines, de ses blessures et de toutes les émotions qui l’animent.

Née Waïla, la jeune fille a grandi dans l’indifférence d’une mère et l’absence d’un père accaparé par le labeur avant d’être emporté prématurément par la maladie. De l’Algérie à Paris, en passant par Marseille, Violetta n’a de cesse de chercher à combler le manque d’affection qui lui a toujours fait défaut. Consciente de sa beauté et du pouvoir qu’elle exerce sur les hommes, l’adolescente adopte rapidement des comportements destructeurs qui ne la précipitent qu’un peu plus vers sa perte. Le bonheur avec Alfredo ne sera que de courte durée…

Le texte s’inscrit dans notre époque tout en résonnant avec celle de Verdi. L’histoire raconte le pouvoir dominateur des hommes, la déshumanisation des femmes et les difficultés à sortir de la pauvreté. Dans la préface, Fabien Clavel explique combien les thèmes de La Traviata font écho aux mouvements féministes actuels avec notamment le mouvement #MeToo ou l’affaire Zahia impliquant la prostitution de mineures. Il utilise cette actualité pour servir son histoire dans laquelle le lecteur est spectateur d’une descente aux enfers terrifiante et bouleversante.

La plume moderne est emprunte d’émotions tangibles qui m’ont laissé à fleur de peau tout au long de la lecture. La poésie en prose s’étale sur le papier sans se soucier de l’alignement, donnant vie au texte comme le ferait la musique. La distance entre les mots ou groupes de mots vient renforcer le lyrisme en rythmant la parole de Violetta par un mouvement qui semble ralentir sous l’effet de l’émotion ou de son état de fatigue physique. L’effet est saisissant d’émotions.

La présentation de l’œuvre et de son contexte historique ainsi que la biographie du compositeur viennent compléter la lecture et enrichir les connaissances. Pour prolonger la lecture, les éditions GulfStream mettent en ligne un dossier pédagogique et un lien vers l’opéra original. Ces éléments renforcent l’intérêt culturel de la collection.

D’après La Traviata est un roman à mettre entre toutes les mains, dès 13 ans – Gabrielle le dévore au moment où j’écris ces mots. Pour ma part, je ne compte pas m’arrêter à ce titre, cette collection est pleine de promesses que j’ai hâte de découvrir.

***

Autres titres

***

Tu t’appelais Waïla. Mais on t’appelle Violetta en souvenir des VIOLETTES qui tapissent le désert de ton Algérie natale après la pluie… Aujourd’hui tu vis à Paris. Et moi, Alfredo, je t’aime depuis notre première rencontre. D’un amour NOBLE, que personne ne pourra jamais t’apporter, et surtout pas ce sinistre Baron qui profite de toi. Mais l’amour a ses MYSTERES : un jour tu dis qu’être avec moi est un DELICE ; le lendemain tu me fuis et me mets au SUPPLICE. Que me caches-tu, Violetta ? Quel secret inavouable t’empêche d’être heureuse à mes côtés ?