Partenariat·roman ado

D’après Tristan & Isolde (2022)

Auteure : Christine Féret-Fleury

Editeur : Gulf Stream

Collection : Prélude

Pages : 128

Histoire d’amour contrariée, D’après Tristan & Isolde transpose cette romance universelle au début du vingtième siècle. Alors qu’elle vient de perdre son frère dans la guerre d’indépendance irlandaise, Isolde soigne un jeune soldat anglais, sauvant ainsi la vie de celui qui lui a pris son ainé. Promise à un anglais, elle quitte bientôt sa famille à qui le mariage assure sécurité et stabilité et, est accueillie par le cousin de son promis, Tristan, qui n’est autre que le soldat anglais. Bientôt les deux jeunes gens s’avouent leurs sentiments, tentant de les faire vivre dans l’ombre d’un mari, d’un oncle trahi.

La force de cette tragique histoire d’amour tient à la profondeur des sentiments qu’éprouvent les deux amoureux. Avoir fait le choix de placer le récit à une époque plus contemporaine accroit l’intemporalité de l’interdit et permet de mettre en avant le fait que les mariages forcés existaient encore il y a peu en Europe et existent encore dans certains pays. Mais c’est aussi un questionnement sur les droits des femmes qui se met en place au travers d’Isolde et de sa cousine Brangaine. Chacune est soumise à des choix qui va bien au-delà de leur liberté.

Christine Féret-Fleury s’approprie l’univers romantique et tragique de l’œuvre de Wagner, elle-même inspirée d’un poème médiéval. L’amour et surtout le tragique de cette romance, qui s’achève douloureusement, m’ont vraiment touchée. J’ai cependant regretté ne pas retrouver la poésie et le lyrisme qu’avait si bien su transmettre Fabien Clavel dans sa réécriture de La Traviata.

D’après Tristan & Isolde est une jolie réécriture qui touchera les adolescents et leur fera (re)découvrir un classique littéraire en les sensibilisants à l’œuvre lyrique. Il sera par ailleurs aisé d’écouter la pièce en fond de lecture, l’auteure précisant en entrée de chaque chapitre à quelle partie de l’opéra se référait. L’universalité du thème et le questionnement féministe sont par ailleurs des éléments essentiels qui encre ce roman dans notre époque.

Je remercie chaleureusement les éditions Gulf Stream pour l’envoi de ce titre et pour leur confiance renouvelée.

***

Alors qu’elle pleure la perte de son frère, fauché par la guerre opposant l’Irlande à l’Angleterre, Isolde se prend de pitié pour Tristan, un soldat britannique agonisant.
Elle le sauve d’une mort certaine… avant de découvrir qu’il n’est autre que le meurtrier de son frère.
Perturbée par des sentiments naissants et rongée par le remords, elle accepte un mariage arrangé avec un noble anglais pour sauver sa famille de la misère. Isolde rejoint sa nouvelle demeure et est accueillie par le neveu de son époux… Tristan !
Tiraillée entre devoir et passion, la jeune fille doit faire un choix.

Nouvelle·Partenariat

Plus jamais petite (2010/2022)

Auteure : Séverine Vidal

Editeur : Nathan

Collection : Court Toujours

Pages : 64

Lucie est devant la prison. Elle cherche dans ses souvenirs et ses blessures la force d’affronter cet homme derrière les barreaux, cet homme qu’elle a autrefois appelé son père mais qui a cessé de l’être lorsqu’il lui a volé son innocence. Acte thérapeutique, cette confrontation doit l’aider à avancer.

Plus jamais petite est une nouvelle puissante, intense, qu’on lit d’une traite, le souffle suspendu, les larmes aux yeux jusqu’à ce que la dernière page tournée nous permette enfin de nous laisser aller. L’émotion tangible de Lucie confronte le lecteur à l’impensable, l’innommable et pourtant si véritable crime de l’inceste.

Avec pudeur, mais également justesse, Séverine Vidal raconte la douleur d’une adolescente trahie par celui qui aurait du être son protecteur, l’impossibilité de pardonner et la nécessité de parler. Après la compréhension et la bienveillance d’une mère, d’une grand-mère, d’une amie, la déclaration au commissariat sonne comme une nouvelle agression et rappelle combien la parole des victimes est encore trop souvent banalisée, car trop souvent reçue par un personnel non sensibilisé et non formé.

Initialement publié chez Oskar éditions, Plus jamais petite, trouve sa place dans la collection Court Toujours des éditions Nathan par son sujet grave qui résonne terriblement avec une actualité encore trop présente.

Je remercie Séverine Vidal et les éditions Nathan pour l’envoi de cette nouvelle bouleversante.

***

 » – J’ai des mots comme ça, des mots qui ne passent plus, restent coincés au fond de ma gorge, m’étranglent. Même les entendre, prononcés par d’autres, me fait monter les larmes aux yeux. Hier, devant la boutique où maman travaille, un petit garçon a crié « PAPA ! », deux fois. Il a crié deux fois « PAPA ! » et c’est comme si on m’enfonçait un couteau en plein cœur. « 

Partenariat·roman jeunesse

Nellie & Phileas – Détectives Globe-Trotters, tome 2. Vol à l’Exposition universelle (2022)

Auteure : Roseline Pendule

Illustratrice : Constance Bouckaert

Editeur : Gulf Stream

Collection : 9-12

Pages : 176

Après avoir résolu Le crime de Whitechapel, Nellie et Phileas ont pris la route de Paris avec le valet Passepartout. Alors que ce dernier prend soin de sa mère malade, les deux adolescents occupent leur temps à l’Exposition Universelle de 1889. Si Phileas s’émerveille chaque jour des découvertes qu’il y fait, ce n’est pas le cas de Nellie qui s’inquiète de son avenir journalistique si aucun scoop ne se présente. Lorsque des objets sont dérobés, la jeune fille sait qu’elle doit lever le voile sur cette nouvelle enquête. De Paris à Ismaïlia en Egypte, en passant par l’Italie, la fine équipe poursuit les voleurs dans une enquête semée de dangers.

Dans ce deuxième tome de la série, Roseline Pendule invite le lecteur à suivre ses héros dans une nouvelle enquête et dans leur parcours autour du monde. Confrontés à un groupe organisé, ils doivent faire face à des dangers toujours plus grands et à des situations auxquelles ils ne sont pas toujours préparés. L’Inspecteur Fix n’a peut-être pas complètement tord lorsqu’ils les jugent trop jeunes et naïfs pour se genre d’investigation. D’autant que cette fois-ci, l’enjeu politique met l’accent sur un déterminisme qui pourrait avoir des conséquences sérieuses.

Le texte est toujours aussi dynamique et tend à ne laisser aucun temps mort, les situations et périls se succédant à un rythme effréné. J’apprécie l’humour omniprésent et les informations historiques qui viennent ponctuer le récit sans l’écraser. Le lecteur pourra par ailleurs enrichir ses connaissances historiques avec les notes de fin d’ouvrage sur l’Exposition Universelle et les relations entre Royaume-Uni et Egypte à la fin du XIXè siècle.

Vol à l’Exposition Universelle est un deuxième volume à la hauteur du premier qu’il suit en conservant l’ambiance générale, l’aventure rythmée par une enquête qui ne manque ni de piquant ni d’intérêt. L’écriture reste intelligente et immersive, donnant l’envie de poursuivre la lecture d’un bout à l’autre, et laissant le lecteur dans l’attente de la prochaine aventure.

Je remercie chaleureusement les éditions Gulf Stream pour leur confiance renouvelée et l’envoie de ce titre.

***

Nellie et Phileas profitent de leur séjour à Paris pour découvrir l’incroyable Exposition Universelle de 1889 dont tout le monde parle. La jeune journaliste ne se laisse cependant pas distraire : elle doit absolument dénicher un scoop ! Le destin lui sourit : des objets précieux viennent d’être dérobés sous les yeux de tous… Surexcitée, Nellie se lance alors sur la piste des voleurs, accompagnée de Phileas et de son valet Passepartout. L’enquête les mène jusqu’en Egypte… Si l’inspecteur Fix est toujours à leurs trousses, il ne représente toutefois pas la plus grande menace pour le trio…

Partenariat·Première lecture

Dark Mador (2022)

Auteure : Isabelle Damotte

Illustratrice : Malijo

Editeur : Voce Verso

Collection : Ginko (2 feuilles)

Pages : 24

Sortie le 4 octobre 2022.

Aujourd’hui la collection Ginko des éditions VoceVerso s’agrandit d’un nouveau titre. Cette collection pour lecteurs débutants continue de se renouveler en proposant des titres intelligents à la maquette soignée.

Grand-frère, jeune-homme au pair, homme à tout faire, Dark Mador est un peu tout ça à la fois. Du haut de ses vingt ans et demi, le regard dissimulé sous des lunettes noires, Dark Mador fait la cuisine, le ménage, bricole, jardine, raconte des histoires mais surtout, il s’occupe et joue avec les trois enfants de la famille. Quand vient la nuit, c’est épuisé qu’il gagne son lit. Et s’il lui arrive d’être en retard à la sortie de l’école, c’est sans doute qu’il avait un combat à mener au sabre laser, parce que c’est sûr, il est bien trop jeune pour mourir.

Isabelle Damotte signe une histoire drôle et légère, sensible et poétique qui aborde la force des liens qui se tissent entre les enfants et la personne qui prend soin d’eux tout en évoquant, l’air de rien, la crainte d’être confronté à la perte d’un être cher. Le texte s’enrichit gaiement des illustrations dynamiques aux couleurs vives et aux traits géométriques de Malijo.

Avec son tire référence à la science-fiction (Dark Vador) et jeu de mot sur les émotions (Dark m’adore), Dark Mador est un roman première lecture qui séduira toute la famille du fait de son histoire qui s’inscrit dans la réalité du quotidien de l’enfant entre tourbillon émotionnel et pouvoir de l’imaginaire.

Je remercie à nouveau les éditions VoceVerso pour l’envoi de ce titre et leur confiance renouvelée.

La vie est une belle aventure avec Dark Mador car Dark Mador, c’est le plus fort. Il n’a pas peur des loups, des fuites d’eau et des dimanches soirs. Bon, parfois, il lui arrive d’être un peu en retard… Et s’il avait perdu un combat, même avec son sabre laser ?

Partenariat·Première lecture

Rosalie (2022)

Auteure : Ninon Dufrénois

Illustrateur : Julien Martinière

Editeur : Voce Verso

Collection : Ginko (3 feuilles)

Pages : 32

Alors que la vie a pris un drôle de virage au départ du père de famille, Rosalie est entrée dans leur vie. D’un vert kiwi, cette Méhari tout en plastique est la compagne de toutes les sorties, de toutes les aventures. Au volant de cette drôle de voiture, la mère de famille entraîne ses enfants et le chien au bout du monde, emmitouflés et serrés sur la banquette pour se tenir chaud, ou les pieds dans l’eau, les doigts de pied en éventail pour se rafraîchir…

Ninon Dufrébois signe un premier roman touchant porté par une mère incroyable, prête à soulever des montagnes pour que ses enfants ne souffrent pas de l’absence du père. Parcourant les kilomètres, cheveux aux vents, elle comble ce vide, défiant les éléments et les chemins sinueux. Le texte déborde d’émotions et joue avec les mots pour dynamiser une histoire toujours plus riche d’instants partagés en famille et de voyages.

Les illustrations de Julien Martinière viennent sublimer la poésie du texte et la force des liens qui unissent les membres de cette famille. Le choix des couleurs (vert pomme et fuchsia) renforce l’énergie débordante qui caractérise la famille et les voyages, donnant un goût de l’aventure et du plaisir d’être ensemble.

Véritable ode à la famille – à la mère ? – Rosalie est un roman plein de justesse qui séduira les enfants dès 7/8 ans, et leurs parents.

Je remercie les éditions VoceVerso pour cette découverte et leur confiance renouvelée.

Maman conduit une drôle de voiture. Elle est tout en plastique, mais elle roule vraiment ! Avec elle, on ne s’ennuie jamais et tout semble possible. Quand on grimpe dedans, c’est pour parcourir ensemble les routes escarpées de la vie. À l’aventure, par monts et par vaux !

Partenariat·roman jeunesse

Ilona Melville et les Zéros de l’histoire, Mission 1 : Antarctique (2022)

Auteure : Marine Orenga

Editeur : Gulf Stream

Pages : 176

Sortie le jeudi 8 septembre 2022.

Ilona Melville est une jeune fille pleine de vie et d’énergie. Souvent considérée comme catastrophe ambulante, elle est surtout dynamique et impulsive. A l’image de son cerveau en ébullition, Ilona vit à cent à l’heure et ne semble jamais à court d’idée. C’est donc tout naturellement qu’elle répond à la demande du gouvernement quant à l’élaboration d’un plan génial qui leur permettrait de venir à bout d’Evariste le Juste, un dictateur qui s’est autoproclamé Empereur des Sept Continents et de la Lune.

Ce plan génial met à l’œuvre les talents de sa mère, génie génétique qui travaille sur le clonage et a pour objectif de faire revenir des grands personnages historique reconnus pour leur talent stratégique. Mais entendu les choses ne vont pas se passer comme prévu et les héros attendus ne seront pas au meilleur de leur forme physique et/ou mentale. Mais qu’à cela ne tienne, leur motivation n’est pas forcément amoindrie et, portés par une Ilona convaincue du bien fondé de leur retour et motivée pour sauver sa mère et le monde entier, ils se lanceront dans la bataille.

Ce premier volet de la série ne manque pas ni de rythme ni d’humour. L’histoire ne laisse aucun temps mort et enchaine les événements, ne laissant au lecteur aucun moment pour reprendre son souffle. Portée par des héroïnes hautes en couleurs, l’aventure défend la place des filles/femmes dans ce genre de romans, plus souvent mis en valeur par des héros en puissance et ça fait du bien ! C’est même carrément rafraichissant ! Il n’est à pas douter que les fillettes s’identifieront à Ilona sans difficulté. Ce qui n’empêchera pas les garçons d’y trouver leur compte. A découvrir dès 9 ans.

Je remercie les éditions Gulf Stream pour leur confiance renouvelée et l’envoi de ce titre.

***

Ilona Melville n’est pas vraiment réputée pour sa grande sagesse. En revanche, quand il s’agit de botter les fesses d’Evariste le Juste, autoproclamé Empereur des Sept Continents et de la Lune, elle ne manque pas d’idées. Elle a même élaboré un plan diaboliquement génial pour le renverser : cloner de grands personnages de l’histoire grâce à la génétique. Et ça marche ! Enfin presque… Calamity Jane, Napoléon, Gengis Khan et Hannibal sont bien revenus à la vie, mais pas tout à fait comme elle l’imaginait. Quand on sait que ces Zéros de l’histoire sont l’ultime espoir de l’humanité, ça promet… Arrêteront-ils la marche de l’Empereur ?

Partenariat·roman ado

D’après La Traviata (2022)

Auteur : Fabien Clavel

Editeur : Gulf Stream

Collection : Prélude

Pages : 160

Sortie ce jour, jeudi 25 août 2022.

Je tiens avant tout à remercier les éditions Gulf Stream pour l’envoi de ce titre dans le cadre d’un partenariat, et pour leur confiance renouvelée. Ce jeudi 25 août deux titres viennent ouvrir Prélude, une nouvelle collection consacrée aux grands opéras. L’objectif est de faire (re)découvrir des classiques du genre à travers les codes de la littérature adolescente.

Pari risqué que de s’attaquer à une œuvre aussi connue, mais pari tenu par Fabien Clavel qui signe une adaptation de qualité en faisant le choix de laisser la parole à Violetta, héroïne tragique au destin dramatique. Le texte prend la forme d’une longue lettre que la jeune fille écrit à l’homme qu’elle aime sincèrement, Alfredo, et dans laquelle elle se livre et se libère entièrement de ses origines, de ses peines, de ses blessures et de toutes les émotions qui l’animent.

Née Waïla, la jeune fille a grandi dans l’indifférence d’une mère et l’absence d’un père accaparé par le labeur avant d’être emporté prématurément par la maladie. De l’Algérie à Paris, en passant par Marseille, Violetta n’a de cesse de chercher à combler le manque d’affection qui lui a toujours fait défaut. Consciente de sa beauté et du pouvoir qu’elle exerce sur les hommes, l’adolescente adopte rapidement des comportements destructeurs qui ne la précipitent qu’un peu plus vers sa perte. Le bonheur avec Alfredo ne sera que de courte durée…

Le texte s’inscrit dans notre époque tout en résonnant avec celle de Verdi. L’histoire raconte le pouvoir dominateur des hommes, la déshumanisation des femmes et les difficultés à sortir de la pauvreté. Dans la préface, Fabien Clavel explique combien les thèmes de La Traviata font écho aux mouvements féministes actuels avec notamment le mouvement #MeToo ou l’affaire Zahia impliquant la prostitution de mineures. Il utilise cette actualité pour servir son histoire dans laquelle le lecteur est spectateur d’une descente aux enfers terrifiante et bouleversante.

La plume moderne est emprunte d’émotions tangibles qui m’ont laissé à fleur de peau tout au long de la lecture. La poésie en prose s’étale sur le papier sans se soucier de l’alignement, donnant vie au texte comme le ferait la musique. La distance entre les mots ou groupes de mots vient renforcer le lyrisme en rythmant la parole de Violetta par un mouvement qui semble ralentir sous l’effet de l’émotion ou de son état de fatigue physique. L’effet est saisissant d’émotions.

La présentation de l’œuvre et de son contexte historique ainsi que la biographie du compositeur viennent compléter la lecture et enrichir les connaissances. Pour prolonger la lecture, les éditions GulfStream mettent en ligne un dossier pédagogique et un lien vers l’opéra original. Ces éléments renforcent l’intérêt culturel de la collection.

D’après La Traviata est un roman à mettre entre toutes les mains, dès 13 ans – Gabrielle le dévore au moment où j’écris ces mots. Pour ma part, je ne compte pas m’arrêter à ce titre, cette collection est pleine de promesses que j’ai hâte de découvrir.

***

Autres titres

***

Tu t’appelais Waïla. Mais on t’appelle Violetta en souvenir des VIOLETTES qui tapissent le désert de ton Algérie natale après la pluie… Aujourd’hui tu vis à Paris. Et moi, Alfredo, je t’aime depuis notre première rencontre. D’un amour NOBLE, que personne ne pourra jamais t’apporter, et surtout pas ce sinistre Baron qui profite de toi. Mais l’amour a ses MYSTERES : un jour tu dis qu’être avec moi est un DELICE ; le lendemain tu me fuis et me mets au SUPPLICE. Que me caches-tu, Violetta ? Quel secret inavouable t’empêche d’être heureuse à mes côtés ?