Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

Quatre sœurs, 2: Hortense

 

Auteur: Malika Ferdjoukh

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Médium

Pages: 192

 

Lu à deux voix avec Gabrielle 9 ans 1/2.

Hortense Verdelaine est la quatrième sœur de la fratrie. Coincée entre Bettina et Enid, Hortense n’est pas encore tout à fait une adolescente mais n’est plus vraiment une enfant. Sa sensibilité n’a d’égal que sa timidité et, c’est encouragée par son professeur de français, et poussée par Muguette, sa nouvelle voisine, qu’elle va suivre des cours de théâtre qui vont lui permettre de s’élever, de s’épanouir, de briller et de trouver sa place dans une fratrie dans laquelle elle se sent parfois à l’étroit.

Hortense est l’une des sœurs Verdelaine que j’apprécie le plus, et pourtant le livre qui lui est consacré est l’un de ceux que j’aime le moins. Pourquoi? Parce que le récit donne trop de place à Bettina, personnage antipathique au possible, préparant le volume suivant probablement… Et je trouve dommage de passer autant de temps avec un personnage qui n’a absolument aucun autre point commun avec l’héroïne du roman que d’appartenir à la même famille. Alors bien sûr, Malika Ferdjoukh nous montre la sensibilité de cette sœur au mauvais caractère et à la méchanceté facile, comme pour nous dire que la sensibilité peut prendre toutes les formes mais je trouve dommage que ce soit au détriment du temps passé en compagnie d’Hortense.

De son côté, Gabrielle, a aimé découvrir Hortense de qui elle s’est de suite sentie très proche mais a aussi regretté que Bettina prenne autant de place.

Ce roman marque la fin de nos temps de lectures à deux voix, Gabrielle lisant suffisamment seule et n’ayant plus de crainte par rapport à l’épaisseur d’un volume. Peut-être nous retrouverons nous dans une lecture à l’occasion mais ce ne sera désormais plus un exercice régulier.

 

Hortense, sur SA falaise, tient SON journal intime.

Elle y raconte combien c’est dur d’être 1 sur 5, une parmi la multitude, surtout quand cette multitude est composée de :
– Charlie qui veut tout réparer à la Vill’Hervé et regarder à la dépense au lieu d’épouser Basile le docteur, de vivre à ses crochets et de fêter Noël au foie gras.
– Geneviève qui ment alors qu’elle ne ment jamais.
– Bettina qui est odieuse avec les êtres les plus sensibles de l’univers, à savoir : elle, Hortense, et Merlin Gillespie, le livreur magicien de Nanouk Surgelés, très, très laid à l’extérieur, mais si, si beau à l’intérieur.
– Et Enid qui a des conversations à bâtons rompus avec son ami Gnome de la Chasse d’eau.
Hortense se demande ce qu’elle va devenir. Architecte de monuments éternels ? Zuleika Lester, du feuilleton Cooper Lane ? Chirurgienne de maladies incurables ? Et si c’était comédienne ? Une idée folle, complètement Saint-Pierre-et-Miquelon, comme dirait Muguette, la locataire malade de la maison voisine.
Hortense sait que pour devenir comédienne, il faut une présence, une voix, de la mémoire, mais surtout de l’entraînement. Alors elle referme SON journal, elle quitte SA falaise, et elle fonce.

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive

Jim Knopf und Lukas der Lokomotivführer

Auteur: Michael Ende

Illustrateur: Gaëtan Dorémus

Traducteur: Jean-Claude Mourlevat

Éditeur: Bayard Jeunesse

Pages: 312

Il faut que je vous parle de Jim Bouton! Ça fait des jours que je me dis qu’il faut que j’arrive à vous présenter ce titre avant de partir en vacances. Titre méconnu en France et qui vaut pourtant son pesant d’or! Il m’a était chaudement recommandé par Isabelle dont je vous invite à lire la critique: ici.

Jim Bouton est un jeune garçon qui arrive par colis sur l’île de Lummerland alors qu’il n’est qu’un bébé. Cette minuscule île qui jusque là ne comptait que quatre habitants: le Roi Alphonse Midi-Moins-le-Quart, Lucas et sa locomotive Emma, Monsieur Manche et Madame Comment, accueille donc un cinquième résidant pour la plus grande joie de tous. Jim grandissant, le Roi décrète que bientôt l’île sera trop petite et qu’il faut faire de la place en se séparant d’Emma la locomotive. Lucas se refuse à abandonner son amie et décide de partir avec elle, et Jim décide de les accompagner. C’est le début d’un récit d’aventures extraordinaires où des rencontres surprenantes les amènent à se rendre à la Cité des Dragons. Au fil des jours et des nouvelles amitiés qu’ils se créeront, Jim et Lucas (et Emma) vont devoir faire preuve d’empathie et de courage pour se tirer de situations plus ou moins délicates.

Lu à deux voix avec Juliette (9ans1/2), Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive a su la séduire dès les premières pages par l’humour et l’originalité de l’histoire: les noms des habitants de Lummerland et leur façon de vivre dans un premier temps, puis le peuple de Mandala et ces habitants dont la taille s’apparente parfois à celle d’une fourmi. L’aventure a vite pris le dessus et Juliette n’avait de cesse de vouloir lire la suite. De surprises en surprises, le récit nous entraîne tambour battant dans une aventure fantastique où l’absurde prend des airs de réalité désordonnée.

Un seul bémol: Mandala offre un regard bourrés de clichés déplaisants, pour ne pas dire racistes, sur la Chine et ses habitants.

La minuscule île de Lummerland est devenue trop exiguë pour le roi Alphonse-Midi-Moins-le-Quart et ses… quatres sujets! Lucas et Emma, sa vielle locomotive, doivent partir. Le petit Jim Bouton, qui rêve d’explorer le monde, les accompagne. D’aventure en aventure, ils arrivent à Ping, la capitale de Mandala. Là, ils apprennent que Li Si, la fille de l’emprereur, a été enlevée. Elle serait prisonnière dans la Cité des Dragons… N’écoutant que leur courage, Jim, Lucas et leur bonne Emma se lancent à sa recherche. 

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Les Cousins Karlsson, 2. Sauvages & Wombats

Kusinerna Karlsson, Vildingar och vombater

Auteur: Katarina Mazetti

Traductrices: Marianne Ségol Samoy et Agneta Ségol

ÉditeurThierry Magnier

Collection: Gaïa

Pages: 195

Deuxième volet des aventures des cousins Karlsson sur leur île aux Grèbes.  Alors que la tante Frida attend l’arrivée imminente de cinq wombats, elle est aussi victime de menaces d’un gang de motards qui semblent déterminés à s’installer sur son île et/ou à la faire partir. Les vacances de Pâques s’annoncent aussi mouvementées que les vacances d’été; une nouvelle enquête faite d’intimidations, d’animaux trognons et d’œufs en chocolat va occuper Julia, Bourdon, Alex et George.

Si le récit est toujours vivant et drôle, je trouve dommage que la trame narrative soit redondante d’un volume à l’autre. Le récit en perd son effet de surprise et l’histoire devient trop prévisible. Au final seul le petit message placé par l’auteure conserve une certaine importance et continue d’enrichir l’histoire.

De son côté, Gabrielle (9 ans 1/2) aime toujours beaucoup l’humour générale et le côté enquête accessible même aux plus sensibles. C’est une série qu’elle apprécie énormément pour les personnages auxquels elle s’est attachée et pour les vacances insulaires au cœur de la nature.

Les quatre cousins attendent avec impatience cinq wombats qui arrivent directement d’Australie sur leur île. Sous leurs airs de grosses peluches, les bestioles ont un fort caractère, des griffes puissantes et un terrible appétit! Mais des hommes aux mines patibulaires se réunissent sur l’île. Gan de criminels? Gand de motards? Qui sont-ils? Que veulent-ils? C’est une nouvelle enquête pour Julia, Bourdon, Alex et George.

Autres volumes

 

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Quatre Sœurs, 1: Enid

 

Auteur: Malika Ferdjoukh

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Médium

Pages: 139

 

Enid est le premier volume de la quadrilogie Quatre sœurs – qui sont en fait cinq – mais Enid est aussi la plus jeune de la fratrie Verdelaine. A tout juste neuf ans, elle est une enfant vive qui adore les animaux. Si elle aime se faire chouchouter par les aînées, elle n’en reste pas moins la petite dernière qui aime aussi taquiner ses sœurs. Mais Enid est aussi très courageuse lorsqu’il est question de sauver Swift, la chauve-souris; elle n’hésite pas à braver la tempête ou à aller à la rencontre d’un fantôme qui fait entendre son hurlement toutes les nuits…

S’il s’agit d’une relecture pour moi, c’est une première lecture pour Gabrielle; j’ai pris grand plaisir à lire ce titre avec elle, à partager la découverte du quotidien des sœurs Verdelaine et de leurs amis proches, un univers très féminin qui en aborde quelques thématiques avec simplicité mais sans en faire le cœur de l’histoire. Le récit reste encré dans le quotidien mais revêt un petit côté fantastique qui vient pimenter le récit.

L’écriture de Malika Ferdjoukh est si agréable, son récit si réaliste qu’une fois entrées dans la grande bâtisse familiale, on se sent un peu chez soi et on a envie de s’installer confortablement pour rire et pleurer avec les sœurs Verdelaine, partager un peu de leur vie, de leur amitié mais aussi de leur chagrin et de leur fardeau.

Lu à deux voix avec Gabrielle 9 ans 1/2.

Enid doit faire dix-sept pas de l’abribus jusqu’à l’impasse de l’Atlantique qui mène à sa maison, la Vill’Hervé. Un de moins que l’automne dernier. La preuve que ses jambes allongent, donc qu’elle a grandi. N’empêche qu’elle est toujours la plus petite des cinq sœurs Verdelaine. Personne ne la croit quand elle dit qu’elle a entendu un fantôme hurler dans le parc et faire de la musique. Ni Charlie, trop occupée à réparer Madame Chaudière pour l’hiver et à arrêter de fumer pour faire des économies. Ni Bettina et ses copines Denise et Béhotéguy, dites DBB (la Division Bête et Bouchée), concentrées sur leur nombril. Ni Geneviève, mobilisée par son propre secret très difficile à préserver. Ni Hortense, plongée dans la rédaction de son journal intime. Ni Tante Lucrère qui n’écoute qu’Engelbert Humperdinck, son crooner préféré. Ses parents la croiraient peut-être, mais ils sont morts depuis dix-neuf mois et vingt-deux jours. Swift, sa chauve-souris, l’écouterait sûrement, mais elle a disparu dans la tempête, la nuit où le vieux sycomore du parc s’est mis à faire le poirier au fond du puits. Il faut qu’Enid se résigne: « Convaincre les grands, c’est comme vouloir qu’un chewing-gum mâchouillé une heure conserve son goût du début. »

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

La Journal de Gurty – Printemps de chien

 

Auteur: Bertrand Santini

Éditeur: Sarbacane

Collection: Pépix

Pages: 176

 

C’est le printemps et pour la première fois Gurty prend le train qui vole; voyage qui annonce la couleur de ce quatrième volume aussi désopilant que les précédents. Qu’il soit question de bouses de vaches, de grenouilles moqueuses, des terribles jumeaux Caboufigue ou encore des allergies de sa copine Fleur, Gurty garde sa bonne humeur et son humour. On rit toujours autant et on apprécie énormément le texte poétique et mordant. Par ailleurs nous avons apprécié que tous les personnages s’unissent pour protéger la nature.

Un quatrième volume à la hauteur des précédents qui fait rire mais dénonce toujours des comportements humains aux conséquences terribles sur les animaux ou la nature. Et tout ça dans l’humour et la simplicité d’un texte accessible dès 7/8 ans. On en redemande!

Lu à deux voix avec Juliette (9 ans 1/2)

Au printemps il ne fait pas un temps à laisser un chien dedans. Alors je suis sortie, et c’est ainsi qu’a débuté la plus belle journée de ma vie, depuis celle d’hier.

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

La potion magique de Georges Bouillon

George’s Marvellous Medecine

Auteur: Roald Dahl

Illustrateur: Quentin Blake

Traductrice: Marie-Raymond Farré

Éditeur: Gallimard Jeunesse

Collection: Folio Junior

Il y avait longtemps que je n’avais pas lu Roald Dahl et je dois dire que ce petit roman ne m’a pas autant plu que les autres titres lus précédemment.

J’ai aimé la première partie, complètement décalée, durant laquelle on découvre Georges et son exécrable Grand’ma, et surtout la préparation de la potion et la découverte de ses effets. Mais la deuxième partie m’a laissée sur le côté. En effet, l’humour mordant de Roald Dahl disparaît dès que les parents de Georges entrent en scène, le père en tête, qui ne voit que le profit que l’invention de son fils pourrait lui apporter. On peut y voir une dénonciation de l’agriculture de masse et de l’élevage intensif mais est-ce vraiment le message que l’auteur souhaitait véhiculer? Car après tout, Roald Dahl est un auteur qui met l’enfance au cœur de ses histoires avec tout ce qu’elle apporte d’ingéniosité et de créativité…

Lu à 2 voix avec Juliette qui a beaucoup aimé l’humour et le côté « magie ».

La plupart des grand-mères sont d’adorables vieilles dames, gentilles et serviables. Hélas, ce n’est pas le cas de la grand-mère de Georges! Grincheuse, égoïste, elle ressemble à une sorcière et elle a des goûts bizarres: elle aime se régaler de limaces, de chenilles… Un jour, alors qu’elle vient une fois de plus de le terroriser, Georges décide de lui préparer une potion magique. Une potion aux effets surprenants… et durables!

Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

Lady Happy

Lady Happy und der Zauberer von Ukerewe

Auteur: Hermann Schulz

Traductrice: Rose Labourie

Éditeur: l’école des loisirs

Collection: neuf (maximax)

Pages: 256

Ukerewe, lac Victoria, la vie de Sam et ses copains semble toute tracée, il ne s’y passe jamais rien et le travail manque. Ils trompent l’ennuie à bord d’une carcasse de voiture et font des plans qui, ils le savent très bien, n’aboutiront jamais. Leur rêve est pourtant assez simple: aller assister à un concert de rock sur le continent mais les possibilités de se faire de l’argent sont inexistantes. Lorsque Papis, un nouvel élève, leur suggère d’écrire un livre, il ne convainc personne. Mais l’idée semble pourtant germer en Happy Ulisa, la cousine de Sam, qui se lance en quête d’informations sur le père de Papis, commissaire de police trop propre pour être honnête à ses yeux. Les trois amis, Sam, Papis et Happy, se retrouvent alors plongés au cœur d’une aventure historique passionnante.

Hermann Schulz, auteur de Mandela et Nelson (récompensé par le Prix Sorcières en 2012), nous entraîne en Tanzanie où trois enfants mènent une enquête captivante à la recherche d’un trésor disparu. Si Sam est le narrateur du récit, Happy en est le personnage le plus coloré et le plus intéressant à suivre. Sa vivacité d’esprit et sa personnalité pétillante en font une héroïne captivante; intelligente et astucieuse, elle mène la barque et pousse des recherches approfondies pour lever le voile qui dissimule une histoire touchante et un pan mystérieux de l’Histoire (inventée?) de leur pays.

Lu à 2 Voix avec Gabrielle qui a trouvé que l’histoire souffre de longueurs et manque d’action. Elle n’a pas été séduite par les personnages ou leurs aventures. 

Quand on vit dans un trou perdu au milieu d’une île, on a envie d’en sortir. Sam et ses copains rêvent d’assister à un concert de rock sur le continent, à Dar es-Salaam ou à Zanzibar. Mais, pour cela, il leur faut de l’argent. Or, c’est bien simple, à Ukerewe il n’y en a pas… Le nouvel élève de la classe, Papis, leur suggère d’écrire un livre, avec une bonne histoire, qui se passerait sur l’île. Peu convaincu, Happy Ulisa, la cousine de Sam, préfère chercher ce que manigance Papa Dieng, le commissaire venu du Sénégal. Est-il vraiment en vacances, comme il l’affirme? Est-il sur la piste d’un trésor ou d’une vieille affaire non résolue? La voilà, la bonne histoire!

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Le Journal de Gurty – Vacances en Provence

Auteur/Illustrateur: Bertrand Santini

Éditeur: Sarbacane

Collection: Pépix

Pages: 141

 

Dans ce premier tome, Gurty et son maître Gaspard partent en Vacances en Provence et c’est avec plaisir qu’ils retrouvent leur maison de vacances après un long trajet en train. Les situations cocasses et la simplicité de pensée de Gurty sont à se tordre de rire. Les réflexions simplistes et la logique élémentaire de la petite chienne amènent autant de rires que de réflexions sur le monde et l’importance que l’on attache aux choses du quotidien. Car si Gurty aime à retrouver les odeurs de sa maison de vacances ou les senteurs du jardin ou du marché, elle n’en reste pas moins une chienne qui laisse sa trace partout où elle passe, aime le poulet rôti autant que Gaspard, aime jouer avec sa copine Fleur ou courir après le chat Jean-Jacques. C’est donc avec beaucoup d’humour, de poésie voir de sarcasmes que Gurty nous raconte ses vacances.

Bertrand Santini signe un roman jeunesse drôle, poétique où douceur et répliques mordantes se mêlent avec délice sous nos yeux de lecteurs amusés. A lire seul ou en famille pour la plaisir de lire et de rire!

Lu à deux voix avec Juliette (9 ans)

Comme nous empruntons Le Journal de Gurty à notre médiathèque, nous sommes dépendantes des disponibilités et donc ne lisons pas les volumes dans l’ordre. Mais quelle importance! Nous apprécions et nous amusons tellement avec la petite chienne Gurty que nous aurons sans aucun doute l’occasion de les relire dans l’ordre voulu (ou pas d’ailleurs) à un autre moment, car il ne fait aucun doute que cette série rejoindra notre collection à un moment ou un autre.

 

Quand j’étais petite, je croyais que je m’appelais « Arrête ». Mais c’était parce qu’on me criait tout le temps « Arrête! ». Maintenant, je sais que je m’appelle Gurty, et tant mieux: c’est plus joli.

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Le Journal de Gurty – Marrons à Gogo

Auteur/Illustrateur: Bertrand Santini

Éditeur: Sarbacane

Collection: Pépix

Pages:  176

 

Troisième volet de la série Le Journal de GurtyMarrons à Gogo est une plongée dans l’automne en compagnie de la petite chienne Gurty, sa copine Fleur et son meilleur ennemi, Tête de Fesses ou encore de l’écureuil qui fait hi hi… Drôle et frais, ce journal se lit rapidement et nous entraîne dans un tourbillon de farces mais aussi de douceur et de poésie.

Nous y retrouvons tout ce qui fait que Bertrand Santini est l’un de nos auteurs favoris: un texte bourré d’humour et une écriture poétique où les rîmes apportent de la douceur à des sujets de société pas toujours très légers tels que la place des animaux. Les illustrations ajoutent une petite touche d’humour supplémentaire pour notre plus grand plaisir.

Gurty est entrée dans notre maison et n’est pas prête d’en ressortir!

 

La nature s’endort et Gurty se réveille… Hourra! C’est parti pour de nouvelles aventures couleur marron et goût châtaigne! Mais une menace plus terrible que celle des citrouilles fantômes et des champignons vénéneux plane dans les environs: un mystérieux voleur d’animaux kidnappe un à un les chats et les chiens du voisinage!!… Alarmées, Fleur et Gurty tentent de se protéger d’une éventuelle attaque. Mais bientôt, Tête de Fesses, est à son tour kidnappé. Plus le choix: Gurty et Fleur unissent leurs forces pour tenter de retrouver leur ennemi préféré…

Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

Les Enquêtes d’Hermès, 1. Le Mystère Dédale

 

Auteur: Richard Normandon

Éditeur: Gallimard Jeunesse

Collection: Folio Junior

Pages: 176

 

Lorsque Hermès découvre que Dédale est mort, il se lance dans une enquête passionnante pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer et qui a tué cet homme au talent de génie. Aider d’Eros, il va d’Afrique en Grèce, des Enfers à l’Olympe à la rencontre de tout un tas de personnages de la mythologie grecque.

Richard Normandon entraîne le lecteur à la redécouverte du mythe de Dédale et le revisite avec brio pour créer une enquête policière trépidante en plein cœur de la Grèce Antique. Avoir choisi Hermès pour héros est judicieux; Messager des Dieux, Dieu des voyageurs et des voleurs, il est la curiosité personnifié. Espiègle, taquin, Hermès est le Dieu idéal pour mener une enquête au sein de la grande famille des Dieux qu’il n’hésite pas à taquiner, à pousser à bout pour obtenir des réponses à ses questions.

Si l’histoire de Dédale et de son labyrinthe est abordée dans ce roman, il vaut mieux avoir quelques notions sur les mythes grecques pour suivre pleinement cette aventure qui ne manque pas de mystères. Fans de mythologie ou non, chacun peut cependant y trouver de l’intérêt car l’aspect policier est bien mené et l’écriture de Normandon est vive et riche.

Le mystère Dédale est le premier tome d’une série qui s’annonce fort intéressante.

 

Lu à deux voix avec Gabrielle dans le cadre du parcours littéraire « la figure du monstre » (niveau 6é).

Qui a tué Dédale, le célèbre architecte ? Les suspects ne manquent pas. L’inventeur du labyrinthe où fut enfermé le Minotaure s’était fait beaucoup d’ennemis. Seul Hermès, le plus malin des dieux, est capable de démêler cette énigme. Même s’il lui faut descendre jusqu’aux Enfers pour découvrir la vérité..