album·Lecture à 2 Voix·Lecture à voix haute·roman jeunesse

Le Petit Prince

Auteur/Illustrateur: Antoine de Saint-Exupéry

Editeur: Gallimard

Collection: Album Junior

Pages: 96

 

Lu à deux voix avec Gabrielle 10 ans 11 mois.

Roman arrivé chez nous pendant le confinement, emprunté à une voisine pour une lecture à deux voix. Gabrielle voulait depuis longtemps lire ce grand classique mais ses amis lui en avaient fait de mauvais retours et elle appréhendait de se lancer. Et comme je ne l’avais jamais lu (honte sur moi), la lecture à deux voix s’est présentée comme une évidence. A deux on est plus fortes!

Il est difficile d’écrire une critique sur un roman aussi connu que Le Petit Prince de Saint-Exupéry. Conte philosophique et poétique, ce récit pour enfants parait bien plus complexe qu’il n’y parait quand on s’y penche à l’âge adulte. Le texte est simple et dépouillé, à l’image des illustrations, compréhensible par les plus jeunes et pourtant si riche en symboliques. C’est probablement ces différents niveaux de lectures qui en font un récit universel; à moins que ce ne soit la quête de l’enfance perdue, oubliée qui nous pousse à lire (et relire) cet ouvrage si singulier une fois adulte, alors que l’enfant se contentera d’une lecture plus linéaire dans laquelle il retrouvera un imaginaire qu’il connait bien, des questions qu’il se pose… J’imagine qu’il existe de nombreuses interprétations de l’histoire, et que chaque lecteur y trouve son compte d’une manière ou d’une autre. J’aime pour ma part la dualité qui émerge des thématiques: enfant/adulte, amour/amitié, la vie/la mort… et les met en résonance comme pour mieux nous rappeler que nous avons tous connus, ou connaîtrons, les deux parts de ces paires.

Ce qui est certain est que Le Petit Prince ne laisse pas indifférent. A lire et à relire.

Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait: « S’il te plait… dessine-moi un mouton! »

Lecture à 2 Voix·Lecture à voix haute·roman jeunesse

Pinocchio (illustré)

Le avventure di Pinocchio

Auteur: Carlo Collodi

Traductrice: Nathalie Castagne

Illustrateur: Jérémie Almanza

Editeur: Soleil

Collection: Métamorphose

Dans le cadre de son programme littéraire – parcours « récit d’aventures » – Gabrielle devait étudier Pinocchio. La liberté étant donnée sur le choix de l’édition, je tenais à ajouter une version illustrée à notre bibliothèque de classiques. Après plusieurs hésitations, nous nous sommes mises d’accord sur les éditions Soleil et leur collection Métamorphose, qui ne nous ont jamais déçue. Ne me souvenant pas avoir lu ce récit, j’ai proposé à la demoiselle de le lire ensemble et c’est avec plaisir que nous nous sommes lancées dans une lecture à deux voix; lecture à voix haute qui aura permis à Juliette de suivre l’histoire et d’en discuter et rire avec nous.

Est-il nécessaire de résumer l’histoire de Pinocchio, ce petit pantin de bois pourvu de vie, malicieux et facétieux, qui part à l’aventure et rêve de devenir un véritable petit garçon? L’oisiveté est mère de tous les vices, elle ouvre l’esprit aux tentations et conduit à une mauvaise conduite. Chemin faisant Pinocchio fait bien des rencontres qui lui donnent plusieurs occasions de se rendre compte que le diction dit vrai. Il apprend à ses dépens que l’on reçoit toujours ce que l’on mérite. Mais Pinocchio a un bon fond et c’est le soucis et le respect qu’il a pour Gepetto, son père, qui le poussent sur le droit chemin. Guidé par la confiance que lui accorde la Fée Bleue et les épreuves qu’elle place sur son chemin, Pinocchio va, seul, gagner son humanité.

Conte de fée, récit initiatique, Pinocchio est une histoire moralisatrice dans laquelle l’auteur valorise le statut de l’école. Son message dit clairement que l’on doit aller à l’école pour acquérir une instruction qui permet de s’élever au statut d’être civilisé et, dans le cas de son héro, de devenir un humain. Si la morale peut paraître quelque peu désuète, Les aventures de Pinocchio n’en reste pas moins un récit intéressant. Le jeune héro a un esprit de liberté intense et des réflexions tout à la fois naïves et pertinentes; il se remet en question après chacune de ses mésaventures et essaie vraiment de s’améliorer. Le texte est ici sublimé par les illustrations de Jérémie Almanza. Illustrations qui fourmillent de détails, dynamisent la mise en page et révèlent toute l’innocence de l’enfance et la noirceur d’un monde cruel dans le lequel des criminels n’hésitent pas à exploiter cette innocence pour servir leurs intérêts.

Pinocchio nous a beaucoup plu, les filles ont bien rit et ont ressenti bien de la compassion pour le pantin de bois dont la naïveté est sans égal. Elles se sont aussi amusées à comparer le roman avec le film d’animation des studios Disney, à remarquer quels passages avaient été supprimés, etc. Nous avons passé un très bon moment avec cette lecture que je ne peux que recommander. Une nouvelle adaptation devait paraître dans les salles françaises le 18 mars 2020, réalisé par Matteo Garrone, avec Federico Ielapi dans le rôle de Pinocchio et Roberto Benigni dans celui de Gepetto. Nous avions projeté d’aller la voir et espérons désormais qu’elle aura bien lieu, en décalé (bande annonce en bas de page).

« Mais d’où a bien pu sortir cette petite voix qui a dit aïe? Il n’y a pourtant personne ici. Ce n’est tout de même pas ce morceau de bois qui aurait appris à pleurer et à se plaindre comme un enfant? » 

Lecture à 2 Voix·Lecture à voix haute·roman jeunesse

Les Quatre filles du docteur March

Little Women

Auteure: Louisa May Alcott

Traductrice:  Paulette Vielhomme-Callais

Editeur: Gallimard Jeunesse

Collection: folio junior

Pages: 426

Début janvier, Gabrielle et moi sommes allées au cinéma pour découvrir le nouveau film de Greta Gerwig, Les filles du docteur March, adaptant le classique de Louisa May Alcott. Une version moderne, qui dépoussière ce roman intemporel. Je pourrais vous parler des heures de ce film mais là n’est pas le propos de ce billet (quoi que…). La qualité du film et l’histoire des filles March a donné envie à ma jeune demoiselle de découvrir le roman (en fait nous en avions déjà lu une version il y a deux ans, mais qui m’avait laissé sur une déception). La sortie du film a lancé les éditeurs a ressortir ce titre et notre choix s’est porté sur les éditions Gallimard Jeunesse et leur collection Folio Junior qui propose dans également les deux premières suites que nous ne manquerons pas de lire.

Le roman d’Alcott est mondialement connue pour son histoire, ses personnages et les valeurs qu’il transmet. Little Women raconte le quotidien de quatre sœurs issues de la classe moyenne américaine, en pleine guerre de sécession. L’éducation bienveillante, la générosité et la sincérité des émotions véhiculées sont autant d’ingrédients qui donnent aux Quatre filles du docteur March un petit goût de douceur et de chaleur bienvenu dans un monde où l’humain a perdu de vue les valeurs essentielles à la vie et au respect. Par ailleurs, le discours sur la place de la femme dans la société en fait en récit résolument féministe et moderne.

Lu à deux voix pour une lecture dynamique et un plaisir mutuel, des fous rires communicatifs et un partage des émotions, Les Quatre filles du docteur March est un roman coup de cœur à lire et à relire et surtout à partager.

Une année, avec ses joies et ses peines, de la vie des quatre sœurs March, âgées de onze à seize ans: Meg, la romantique; Jo, véritable garçon manqué et débordante d’humour; Beth, la musicienne si timide; et Amy, l’artiste de la famille, qui se laisse aller parfois à une centaine vanité. Très vite, elles se lient d’amitié avec leur voisin Laurie, s’enthousiasment avec Meg pour son premier bal, montent un troupe de théâtre, mais aucune distraction ne peut leur faire oublier l’absence de leur père parti au front…

Lecture à 2 Voix·Lecture à voix haute·roman ado·roman jeunesse

Le Faucon déniché

 

Auteur: Jean-Côme Noguès

Illustrateur: Julien Delval

Editeur:  Pocket Jeunesse

Pages: 169

 

Martin est un jeune gardien d’oies âgé de douze ans. Il découvre un jeune faucon tombé du nid et décide de l’élever pour un faire un compagnon de jeux et un ami. Mais à cette époque, les faucons appartiennent au seigneur et lorsque le fauconnier découvre qu’un serf a pris la liberté d’en « voler » un à son seigneur, il n’hésite pas à s’approprier l’oiseau et à enfermer l’enfant en prison.

Le Faucon déniché est un petit roman dynamique , sans temps mort, qui permet de découvrir la vie au Moyen-Âge, les lois qui régissent la vie du Seigneur et de ses serfs avec toutes les injustices que cela implique. L’écriture de Jean-Côme Noguès est très riche et ne fait pas l’impasse sur le lexique moyenâgeux. Si ce petit roman rentre dans toutes les cases du roman didactique et du programme de littérature de la classe de cinquième, il ne laissera pas sur la touche les adultes qui aiment les beaux textes.

Lu à deux voix avec Juliette, 10 ans (et 8 mois me souffle-t-elle), Le faucon déniché nous a offert quelques soirées de lectures calmes et posées. La richesse du vocabulaire plait beaucoup à la demoiselle même si la lecture à voix haute reste un exercice difficile pour elle, encore plus quand elle rencontre des termes qu’elle ne croise pas dans son quotidien. Nous avons progressé chapitre après chapitre à une lecture qui, tout en nous touchant pour l’histoire d’amitié et l’esprit de liberté qui en émane, a été menée à son terme dans la douleur d’une lecture éprouvante autant pour Juliette que pour moi. Cela n’en reste pas moins une jolie lecture touchante, au final particulièrement émouvant, mais que j’aurais sans doute pris plus de plaisir à lire seule…

Un faucon! Martin adorerait en avoir un. Hélas, seuls les seigneurs ont ce droit. Et le jeune garçon est un serf… Malgré les lois féodales, Martin déniche un jour un oisillon… « Personne, jamais, ne nous séparera. Personne! », murmure Martin à son nouvel ami. Mais dans l’ombre de la forêt, l’impitoyable fauconnier du château veille… Il veut faire du rapace l’oiseau le plus féroce, le plus avide et le plus cruel de la fauconnerie…

album·Lecture à 2 Voix·théâtre

Le Marquis de la Baleine – Comédie tragique en six actes pour trois personnages et une baleine

Auteur: François Place

Illustrateur: François Place

Éditeur: Gallimard Jeunesse

Collection: Album Junior

Pages: 52

 

Il y a plusieurs livres dont je dois vous parler et dont je ne fais que repousser l’écriture du billet mais j’avais envie de vous présenter notre dernier coup de cœur, le dernier album de François Place. Un album, qui comme son titre l’indique, est en réalité une pièce de théâtre en six actes, pour trois personnages. Un album idéal pour une lecture à trois voix, une lecture à voix haute partagée dans la joie et la bonne humeur. On retrouve ici tout le talent de l’auteur/illustrateur qu’il déploie dans des illustrations très grand format d’une expressivité et d’une minutie indéniable et dans un texte exquis où la langue, créative, mène habilement le lecteur dans des situations cocasses, d’une très grande imagination!

« Tous les marquis de Sinistrobule sont des arrivistes arrogants, méchants, fielleux, à faire leurs coups par en dessous ou par-derrière, et à se hausser du col comme des coqs perchés sur leurs tas de fumier. »

Que dire des personnages si ce n’est que la naïveté du couple royal n’a d’égale que l’arrogance de leur neveu, Sigismond, marquis de Sinistrobule. A eux trois, ils forment un trio d’idiots qui croit réussir à éblouir le monde en organisant un souper prestigieux où l’on servirait aux invités de marque, de la baleine… le plan de capture est mené tambour battant par Sigi que rien n’arrête ni n’effraie, pas mêmes les quelques trois-mille kilomètres qui séparent leur pays, La Minotruche, de la mer.

Avec Le Marquis de la Baleine, François Place signe une délicieuse satire pour toute la famille.

Découvrez comment le petit royaume de Minotruche va éblouir le monde entier. 

Avec la participation exceptionnelle de la Baleine.

Lecture à 2 Voix·roman ado·roman jeunesse

Quatre sœurs, 2: Hortense

 

Auteur: Malika Ferdjoukh

Éditeur: L’école des loisirs

Collection: Médium

Pages: 192

 

Lu à deux voix avec Gabrielle 9 ans 1/2.

Hortense Verdelaine est la quatrième sœur de la fratrie. Coincée entre Bettina et Enid, Hortense n’est pas encore tout à fait une adolescente mais n’est plus vraiment une enfant. Sa sensibilité n’a d’égal que sa timidité et, c’est encouragée par son professeur de français, et poussée par Muguette, sa nouvelle voisine, qu’elle va suivre des cours de théâtre qui vont lui permettre de s’élever, de s’épanouir, de briller et de trouver sa place dans une fratrie dans laquelle elle se sent parfois à l’étroit.

Hortense est l’une des sœurs Verdelaine que j’apprécie le plus, et pourtant le livre qui lui est consacré est l’un de ceux que j’aime le moins. Pourquoi? Parce que le récit donne trop de place à Bettina, personnage antipathique au possible, préparant le volume suivant probablement… Et je trouve dommage de passer autant de temps avec un personnage qui n’a absolument aucun autre point commun avec l’héroïne du roman que d’appartenir à la même famille. Alors bien sûr, Malika Ferdjoukh nous montre la sensibilité de cette sœur au mauvais caractère et à la méchanceté facile, comme pour nous dire que la sensibilité peut prendre toutes les formes mais je trouve dommage que ce soit au détriment du temps passé en compagnie d’Hortense.

De son côté, Gabrielle, a aimé découvrir Hortense de qui elle s’est de suite sentie très proche mais a aussi regretté que Bettina prenne autant de place.

Ce roman marque la fin de nos temps de lectures à deux voix, Gabrielle lisant suffisamment seule et n’ayant plus de crainte par rapport à l’épaisseur d’un volume. Peut-être nous retrouverons nous dans une lecture à l’occasion mais ce ne sera désormais plus un exercice régulier.

 

Hortense, sur SA falaise, tient SON journal intime.

Elle y raconte combien c’est dur d’être 1 sur 5, une parmi la multitude, surtout quand cette multitude est composée de :
– Charlie qui veut tout réparer à la Vill’Hervé et regarder à la dépense au lieu d’épouser Basile le docteur, de vivre à ses crochets et de fêter Noël au foie gras.
– Geneviève qui ment alors qu’elle ne ment jamais.
– Bettina qui est odieuse avec les êtres les plus sensibles de l’univers, à savoir : elle, Hortense, et Merlin Gillespie, le livreur magicien de Nanouk Surgelés, très, très laid à l’extérieur, mais si, si beau à l’intérieur.
– Et Enid qui a des conversations à bâtons rompus avec son ami Gnome de la Chasse d’eau.
Hortense se demande ce qu’elle va devenir. Architecte de monuments éternels ? Zuleika Lester, du feuilleton Cooper Lane ? Chirurgienne de maladies incurables ? Et si c’était comédienne ? Une idée folle, complètement Saint-Pierre-et-Miquelon, comme dirait Muguette, la locataire malade de la maison voisine.
Hortense sait que pour devenir comédienne, il faut une présence, une voix, de la mémoire, mais surtout de l’entraînement. Alors elle referme SON journal, elle quitte SA falaise, et elle fonce.

Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive

Jim Knopf und Lukas der Lokomotivführer

Auteur: Michael Ende

Illustrateur: Gaëtan Dorémus

Traducteur: Jean-Claude Mourlevat

Éditeur: Bayard Jeunesse

Pages: 312

Il faut que je vous parle de Jim Bouton! Ça fait des jours que je me dis qu’il faut que j’arrive à vous présenter ce titre avant de partir en vacances. Titre méconnu en France et qui vaut pourtant son pesant d’or! Il m’a était chaudement recommandé par Isabelle dont je vous invite à lire la critique: ici.

Jim Bouton est un jeune garçon qui arrive par colis sur l’île de Lummerland alors qu’il n’est qu’un bébé. Cette minuscule île qui jusque là ne comptait que quatre habitants: le Roi Alphonse Midi-Moins-le-Quart, Lucas et sa locomotive Emma, Monsieur Manche et Madame Comment, accueille donc un cinquième résidant pour la plus grande joie de tous. Jim grandissant, le Roi décrète que bientôt l’île sera trop petite et qu’il faut faire de la place en se séparant d’Emma la locomotive. Lucas se refuse à abandonner son amie et décide de partir avec elle, et Jim décide de les accompagner. C’est le début d’un récit d’aventures extraordinaires où des rencontres surprenantes les amènent à se rendre à la Cité des Dragons. Au fil des jours et des nouvelles amitiés qu’ils se créeront, Jim et Lucas (et Emma) vont devoir faire preuve d’empathie et de courage pour se tirer de situations plus ou moins délicates.

Lu à deux voix avec Juliette (9ans1/2), Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive a su la séduire dès les premières pages par l’humour et l’originalité de l’histoire: les noms des habitants de Lummerland et leur façon de vivre dans un premier temps, puis le peuple de Mandala et ces habitants dont la taille s’apparente parfois à celle d’une fourmi. L’aventure a vite pris le dessus et Juliette n’avait de cesse de vouloir lire la suite. De surprises en surprises, le récit nous entraîne tambour battant dans une aventure fantastique où l’absurde prend des airs de réalité désordonnée.

Un seul bémol: Mandala offre un regard bourrés de clichés déplaisants, pour ne pas dire racistes, sur la Chine et ses habitants.

La minuscule île de Lummerland est devenue trop exiguë pour le roi Alphonse-Midi-Moins-le-Quart et ses… quatres sujets! Lucas et Emma, sa vielle locomotive, doivent partir. Le petit Jim Bouton, qui rêve d’explorer le monde, les accompagne. D’aventure en aventure, ils arrivent à Ping, la capitale de Mandala. Là, ils apprennent que Li Si, la fille de l’emprereur, a été enlevée. Elle serait prisonnière dans la Cité des Dragons… N’écoutant que leur courage, Jim, Lucas et leur bonne Emma se lancent à sa recherche.