challenge·conte/nouvelle/biographie·roman jeunesse

Fantastique Maître Renard

maitrerenardTitre vo: Fantastic Mr Fox

Auteur: Roald Dahl

Illustrateur: Quentin Blake

Traducteurs: Marie-Saint-Dizier et Raymond Farré

Editeur: Gallimard

Colletion: Folio cadet – premiers romans

Pages: 121

Date de publication: février 2014

Quatrième de couverture:

Dans la vallée, il y avait trois fermiers, éleveurs de volailles dodues. Le premier était gros et gourmand; le deuxième était petit et bilieux; le troisième était maigre et se nourrissait de cidre. Tous les trois étaient laids et méchants.

Dans le bois qui surplombait la vallée vivaient Maître Renard, Dame Renard et leur quatre renardeaux, affamés et malins…

Ce que j’en pense:

Fantastique Maître Renard est un conte fantastique dans lequel les animaux sont humanisés: ils parlent, sont habillés et se déplacent sur leurs deux pattes arrières. Maître Renard et sa famille ont élu domicile près de trois fermes prospères tenues par les trois fermiers les plus horribles que la Terre puisse porter: ils sont sales, grossiers, laids et très méchants. Agacés que le renard nourrisse sa famille en leur volant leurs volailles, ils s’associent pour le débusquer et l’abattre. L’histoire prend alors un tournant des plus surprenant; s’installe une course pousuite entre les fermiers et les renards à ceux qui creuseront le plus vite et le plus profondément, condamnant tous les animaux du bois à se cacher sous terre. Alors que les fermiers attendent que le renard affamé remonte à la surface, celui-ci a d’autres projets…

Roald Dahl est un maître du roman jeunesse; il a l’originalité, la créativité, l’humour et un talent narratif incroyable. Il signe ici un titre drôle, étonnant, d’une intelligence et d’une finesse incroyable. Quentin Blake met en image avec ce même humour si unique les mots de l’auteur, le résultat est merveilleux.

Je suis complètement sous le charme de ce fantastique Maître Renard!

roald-dahl

FOXWes Anderson a réalisé un film d’animation inspiré librement de ce roman: Fantastic Mr. Fox (2010). Bien qu’assez éloigné de l’oeuvre originale, j’ai trouvé qu’il avait fait un très bon travail de réalisation. La bande son est génial, et le casting original brillant: George Clooney (Mr Fox), Meryl Streep (Mrs Fox), Michael Gambon (le fermier Bean)…

challenge·conte/nouvelle/biographie

Le rétrovicaire de Nibbleswicke

nibbleswickeTitre vo: The vicar of Nibbleswicke

Auteur: Roald Dahl

Illustrateur: Quentin Blake

Editeur: Gallimard

Traducteur: Yves-Marie Maquet

Pages: 24

Date de publication: novembre 1992

Présentation:

Bernard Dalembour est nommé à son premier ministère du culte anglican dans le village de Nibbleswicke. Ses troubles du langage (dyslexie, bégaiements, lapsus, etc) ne lui rendent pas la tâche facile.

Ce que j’en pense:

J’ai trouvé ce petit « roman » sur les étagères de la médiathèque, assez surprise car le titre ne me parlait pas du tout (et pour cause il n’a pas été réédité depuis 1992 et est quasi introuvable). Surprise intéressante du fait de la conception même de l’histoire: Roald Dahl a écrit ce conte au profit du Dyslexia Institute de Londres à qui il en offre l’intégralité de ses droits mondiaux.

Bernard Dalembour est un jeune vicaire du culte anglican qui a longtemps souffert de troubles du langage sévères tels que la dyslexie, le bégaiements, le lapsus etc. Aidé par l’institut d’orthophonie de Londres, il a fait de réels progrés depuis l’enfance qui lui permirent de suivre le séminaire. Pourtant lorsqu’il se voit attribuer la paroisse de Nibbleswicke il prend conscience de l’importance de sa charge et se demande s’il s’en sortira, livré à lui-même. L’angoisse, le stress liés à sa nouvelle charge réveillent ses troubles langagiers qui vont amener tout un tas de conversations complétement loufoques, parfois incompréhensibles, parfois très drôles.

A noter que le traducteur a adapté le texte le plus fidèlement possible mais s’est trouvé limité à des contraintes de langages; le texte en perd de sa saveur car tout l’humour est porté par des jeux de mots impossibles à retranscrire en français. Maintenant le texte reste amusant mais je pense que lire ce titre en anglais serait bien plus drôle. En effet, la dyslexie joue notamment sur des confusions/inversions de sons/lettres qui peuvent changer complétement le sens d’une phrase (exemples cités: trap/part, God/dog, to park/to krap)… Un conte qui reste amusant et très bien écrit que je recommande (en anglais pour ceux qui ne sont pas rebutés par la langue de Shakespeare).

roald-dahl

challenge·conte/nouvelle/biographie·roman jeunesse

Les Minuscules

minusculesTitre vo: The Minpins

Auteur:  Roald Dahl

Traducteur: Marie Saint-Dizier

Illustrateur: Patrick Benson

Editeur: Gallimard

Collection: Folio Cadet

Pages: 69

Quatrième de couverture:

La mère de Petit Louis lui a raconté des histoires terrifiantes sur la Forêt Interdite. Mais la curiosité est plus forte que la peur et Petit Louis s’aventure dans la forêt. D’inquiétants grondements l’obligent à se réfugier dans les branches d’un arbre immense. Il découvre alors les Minuscules, les tout petits hommes des arbres, qui vont le faire entrer dans un monde magique.

Ce que j’en pense:

Première incursion dans l’univers littéraire de Roald Dahl, auteur jeunesse reconnu dont je ne connais de l’oeuvre que des adaptations cinématographiques. Après avoir lu Les Minuscules je peux dire que je regrette de ne pas avoir connu cet auteur lorsque j’étais enfant car il est clair que j’aurais adoré et que j’aurais passé de bien agréables moment en sa compagnie.

Petit Louis s’ennuie souvent enfermé dans la maison à regarder la forêt depuis la fenêtre du salon. Sa mère lui a tellement raconté d’histoires pleines de créatures horribles qu’il n’a jamais osé braver l’interdit. Il a conscience que se ne sont que des histoires pour effrayer les enfants mais il ne peut s’empêcher de se montrer prudent, sage et obéissant… Jusqu’au jour où Petit Louis va laisser la curiosité prendre le dessus et profiter d’un moment d’inattention de sa maman pour filer par la fenêtre.

Dans une forêt enchanteresse le petit garçon va découvrir que les histoires de sa mère ne sont pas si fausses mais il y découvrira bien plus que d’horribles monstres et s’y fera même des amis. Mystère, aventure et un soupçon d’angoisse font de ce conte une enchantement où le courage et l’amitié sont mis en avant au travers des merveilles, des trésors insoupçonnés de la nature.

Le texte enchanteur, parfois effrayant, de Roald Dahl est magnifiquement mis en images par la poésie graphique de Patrick Benson. Ses oiseaux sont absoluments merveilleux, je regrette presque qu’il ne s’agisse pas d’un album pour en profiter dans un format plus avantageux…

roald-dahl

challenge·conte/nouvelle/biographie

Challenge A book a day – Jour 1

La Belle et la Bête suivi de L’oiseau bleu

bellebête

Auteures: Mme Leprince de Beaumont et Mme d’Aulnoy

Editions: Le livre de poche

Collection: Jeunesse

Pages: 93

Prix: 4€95

Quatrième de couverture:

Pour sauver la vie de son père, la Belle, une jeune fille d’une incroyable beauté accepte de rester à jamais prisonnière de la Bête, un prince à qui une méchante fée a jeté un mauvais sort. Mourra-t-elle sous les griffes du monstre ? Quel sort lui réserve cette créature mi-homme mi-animal ? La Belle est résignée à affronter le pire mais au pays des contes, tout est possible et les apparences sont souvent trompeuses…

Ce que j’en pense:

Acheté dans une brocante qui vendait les livres au poids et donc les bénéfices allaient à une association luttant contre l’illettrisme, j’avais choisi (entre autre) ce petit livre pour son format et pour y découvrir un conte que je ne connaissais pas encore: L’oiseau bleu.

Je ne reviendrai pas sur La Belle et la Bête dont la version est la même que celle que j’avais lu il y a quelques semaines en version illustrée. Je n’ai donc pas eu de surprise en le relisant.

Par contre j’ai été très agréablement surprise à la lecture de L’oiseau bleu qui réunit tous les ingrédients pour faire un conte digne de ce nom. L’histoire est celle de la romance entre la princesse Florine et le roi Charmant, transformé en oiseau bleu pour une vilaine fée. Outre la princesse et le « prince charmant » on retrouve la marâtre et sa vilaine fille qui, en plus d’être laide et de mauvais caractère, porte le prénom affreusement ridicule de Truitonne, une vilaine fée, un enchanteur et une bonne fée. Ajoutez à ces personnages un soupçon de magie, de la tristesse, de la trahison, de la détresse avant d’aboutir à un happy-end et vous obtenez un très joli conte qui porte à croire que la patience est la plus belle preuve d’amour qui soit.

Lu également dans le cadre du challenge Jeunesse/Young adult!

challenge

conte/nouvelle/biographie

La Belle et la Bête

bellebêteTitre: La Belle et la Bête

Auteur: Jeanne-Marie Leprince de Beaumont

Illustrateur: Walter Crane

Editions: The Planet

Livre Numérique – Format Kindle

28 pages

Présentation de l’éditeur:

Le conte romantique de la Belle et la Bête illustré de gravures par Walter Crane.

Ce que j’en pense:

Avant d’aller voir le film éponyme de Christophe Gans le week-end prochain, et au vu des critiques que je lis sur la toile depuis quelques jours, j’ai décidé de lire le conte pour avoir une idée de ce qui a servi de base. J’ai choisi une version de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont qui est la plus célèbre en France. Et j’ai choisi cette version illustrée pour divertir mes filles (nous découvrons les contes autrement qu’au travers des films Disney) et car les gravures de Walter Crane sont très jolies, même si j’ai été surprise que la Bête aie une tête de sanglier. Apparemment selon les version la Bête a un visage de Rapace, de lion, de sanglier ou encore de chimère! Il semble que pour le cinéma le Lion soit le meilleur choix.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bien loin de la version ultra romantique des studios Disney, le conte de La Belle et la Bête est plus un conte moral qui enseigne que la vraie beauté est celle qui vient du cœur et non celle de l’apparence physique.

La Belle est la cadette d’une famille de six enfants, le père est un riche marchand qui élève ses enfants pour qu’ils ne manquent de rien.

et comme ce marchand était un homme d’esprit, il n’épargna rien pour l’éducation de ses enfants et leur donna toutes sortes de maîtres.

Les frères n’ont que peu d’importance dans l’histoire, par contre Belle est très souvent comparée à ses deux sœurs aînées. En effet le contraste est tel que les défauts des unes ne font que servir d’avantage les qualités de la cadette. Alors que ses sœurs sont orgueilleuses et n’ont d’intérêt que pour la richesse, les bals et autres amusements, Belle n’est que bonté, générosité et modestie, elle se passionne pour la lecture.

Quand son père est condamné à mort par la Bête, elle se sacrifie en prenant sa place et s’installe chez la Bête, qui fait d’elle la maîtresse de son château.

Au delà de la magie, du mystère, j’ai trouvé que l’histoire d’amour n’est pas très romantique, l’apparence physique de la Bête est un frein évident au développement d’une relation amoureuse. Malgré ses beaux discours, Belle ressent une certaine aversion à l’idée de se voir mariée à un monstre. Le rôle de la Bête étant de permettre à la jeune fille de maîtriser ses peurs et angoisses dans la rencontre amoureuse, et surtout dans la rencontre de la relation intime, il lui faudra d’abord accepter la Bête pour ce qu’elle est dans sa globalité et pas seulement dans sa bonté!

Il y a des hommes qui sont plus monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime mieux avec votre figure que ceux qui, avec la figure d’homme, cachent un cœur faux, corrompu, ingrat.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un conte assez classique et qui finalement ne doit sa beauté qu’à certaines de ses adaptations cinéma qui en rehaussent le romantisme et la pureté de ses deux âmes sœurs. Une lecture qui ne m’a pas touché au final et n’a pas allumé d’étincelle.

challenge