Prix littéraire·roman ado

Rien nous appartient (2022)

Auteur : Guillaume Guéraud

Editeur : Pocket jeunesse

Pages : 160

Sélection officielle du Prix Vendredi 2022

On ne sait pas vraiment quand cela a commencé. Peut-être quand sa mère les a quitté son père et lui, peut-être pour tromper l’ennui des journées d’été solitaires dans la cité… Ce qui est certain c’est que Malik ne s’est pas radicalisé en Syrie, ni même en prison puisqu’il n’est pas même musulman. C’est un point sur lequel il insiste, car il ne faudrait pas croire qu’il compte faire exploser la bombe qu’il a fabriqué pour une idéologie religieuse en laquelle il ne croit pas.

Rien nous appartient est le récit que nous fait Malik de son existence chaotique dans un monde qui ne lui ressemble pas, un monde inégalitaire dans lequel il ne trouve pas sa place. Intelligent, il est bon élève et a la chance de pouvoir envisager des études, contrairement à ses amis. Mais a-t-il vraiment envie d’étudier ? Epris de liberté et de grands espaces, il rêve de nature et de chien, à l’image des héros de Jack London et de son roman préféré L’appel de la forêt. Quand enfin il pense avoir trouvé son chemin, le monde se met en pause ; comme un fait exprès, la pandémie du coronavirus vient l’enfermer et restreindre ses libertés, un peu plus, achevant ses rêves et ses espoirs d’un monde plus juste.

Guillaume Guéraud signe un titre percutant écrit dans un langage de la cité assez cru qui donne vie à un personnage déterminé mais surtout blessé par la vie. Son héros bouillonne d’une colère emprunte de révolte sociale forte et d’un désir puissant de gommer les inégalités qui sévissent dans nos sociétés modernes. Parfois décousu, le discours de Malik nous raconte sa famille, ses amis, son amour, ses larcins avec la sincérité d’un être au bord du gouffre qui sait qu’il va commettre un acte irréversible.

Rien nous appartient est une critique de notre société qui laisse de trop nombreuses personnes sur la touche. Pourtant, l’auteur met en place des personnes prêtes à tout pour aider les jeunes à se réintégrer. Cela soulève la question de l’accompagnement et de la prise en charge des personnes en situation d’échec ou de fracture sociale. Prenant la forme d’un testament, le texte se veut être l’histoire d’un adolescent ordinaire que ses origines stigmatisent et pourraient enfermer dans un rôle qui n’est pas le sien. Victime de la société et de ses règles, Malik est aussi victime de ses propres choix car, même s’il est désintéressé et ne veut que changer le monde en faisant bouger les choses, il ne le fait pas toujours de la meilleur façon. Un roman coup de poing à découvrir.

***

Malik, jeune délinquant de Saint-Denis, cambriole un grand appartement parisien lorsqu’il se retrouve nez à nez avec un homme violent qui le menace d’un fusil avant de l’attacher et de le torturer. L’instinct de survie de l’adolescent prend le dessus et, à 16 ans, il est incarcéré à la prison pour mineurs de Marseille. Son sentiment d’injustice et de révolte ne fait que grandir.

Bilan·Le coin de Gaby·Le coin de Ju

Bilan de 2 Ados de 13 ans – Octobre 2022

Des mangas et des BDs qu’elles se recommandent, des suites attendues ou de nouvelles découvertes, de jolies lectures qui ne les mettent pas toujours d’accord mais un mois d’octobre bien rempli.

***

Heterogenia Linguistico – Etudes linguistiques des espèces fantastiques, tome 1 de Salt Seno, Nobi Nobi ! (Genki); 2022.

Lorsque son professeur se blesse en rentrant d’une expédition, le jeune Hakaba est chargé de le remplacer en urgence. La mission de l’apprenti linguiste ? Se rendre dans l’Outremonde afin d’étudier la manière dont communiquent les créatures fantastiques qui le peuplent. Guidé par la petite Susuki et traversé par un mélange de fascination et de frousse, il découvre les mœurs d’êtres aussi intimidants que sensibles, et réalise très vite que les loups-garous, hommes-lézards et autres krakens sont bien moins effrayants qu’on ne le pense.

Note : 4 sur 5.

Quand Takagi me taquine, tome 1 de Soichiro Yamamoto, Nobi Nobi !, 2019.

Nishikata est un collégien plutôt réservé, peu habitué à jouer les premiers rôles en classe ou dans la cour de récré. Takagi, sa camarade de classe, est par contre coutumière des coups d’éclat. Elle aime se faire remarquer, mais elle se plaît surtout à attirer la lumière sur Nishikata, malgré lui. En effet, Takagi ne ménage pas ses efforts pour taquiner Nishikata : l’embarrasser est un véritable passe-temps pour la jeune fille ! « Qui aime bien châtie bien » est tenté de penser Nishikata… 

Note : 4.5 sur 5.

La Petite faiseuse de livres, Deuxième Arc, tome 4 de Miya Kazuki, 2022.

Maintenant directrice de l’orphelinat, Maïn a amélioré les conditions de vie des orphelins, et ces derniers l’adorent. Elle découvre également que les taos se transforment en trombé après avoir absorbé de la magie. Selon elle, ces fruits pourraient permettre d’aider les gens victimes de la dévorante. Mais en allant demander conseil à Benno …

Note : 5 sur 5.

Astrid Bromure, tome 5 : Comment refroidir le Yéti de Fabrice Parme, Rue de Sèvres, 2019.

Alors qu’il neige sur la ville, Astrid s’ennuie profondément. Lorsqu’elle apprend qu’un yéti s’est échappé du zoo, elle décide de partir à sa recherche. Elle essaie de le capturer mais ce dernier ne tarde pas à devenir un compagnon de jeu.

Note : 5 sur 5.

Astrid Bromure, tome 6 : Comment fricasser le Lapin Charmeur de Fabrice Parme, Rue de Sèvres, 2021.

Astrid veut le lapin dans la vitrine mais n’a plus d’argent de poche ! Elle a prêté son dernier dollar à sa mère pour faire une surprise à son père. Mauvais calcul ! Quoi qu’il en soit, Astrid veut le lapin dans la vitrine…

Note : 4.5 sur 5.

Le Temps des Ombres, tome 1 : Le dernier printemps de David Furtaen & Pauline Pernette, Editions de lz Gouttière, 2022.

Un mal étrange s’empare des habitantes et habitants du village d’En-Haut, qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. La jeune Mycène, herboriste, tente toutes les recettes qu’elle connaît pour les soigner, en vain. Il ne lui reste qu’un seul remède potentiel… Malheureusement, pour le concocter, elle doit se rendre au village d’En-Bas, le fief de son ennemi de toujours, l’alchimiste Roch. Malgré leurs différences, les deux protagonistes vont devoir faire quête commune, il en va de la survie de leurs semblables… Le Temps des ombres menace.

Note : 4 sur 5.

La plus belle couleur du monde de Golo Zhao, Glénat, 2021.

Rucheng est en 3e2, c’est la classe avec l’option beaux-arts. À part le dessin et les cartes à collectionner, il n’est intéressé que par une chose : attirer l’attention de Yun. Une élève brillante qui, en plus d’être assez mignonne, maîtrise parfaitement le dessin et les couleurs. Rucheng aime bien Yun. Elle est douce et talentueuse. Mais il se demande parfois s’il ne se passe pas quelque chose entre elle et le beau gosse de la classe, Wen Jun. Il faut dire qu’il a tout pour plaire : il est grand, ses parents sont riches et lui rapportent tous les gadgets dernier cri du Japon, il est bon en sport et il arrive même à se débrouiller en dessin. Tous les trois voudraient d’ailleurs pouvoir entrer à l’Académie des Beaux- Arts l’année prochaine. Les places sont limitées et il faudra redoubler d’efforts. Mais même en se donnant à fond, on ne peut empêcher les coups du sort. La vie est faite d’aléas, de hasard, tout arrive et parfois, le talent et le travail ne suffisent pas pour réaliser ses rêves.

Note : 5 sur 5.

Les Carnets de l’Apothicaire, tome 9 de Hyuuga Natsu, Itsuki Nanao & Nekokurage, Ki-oon (Seinen), 2022.

Après s’être lancée dans de nombreuses enquêtes et avoir sauvé un chaton qui porte désormais son nom, Mao Mao profite d’un moment d’accalmie. En effet, une caravane de marchands est de passage en ville pour proposer les plus beaux articles aux concubines comme aux dames de compagnie : vêtements, bijoux, poudres diverses, thé, épices…

Note : 5 sur 5.

Flow, tome 3 de Yuki Urushibara, Kana (Big), 2022.

Hirota est un spécialiste des flows, traite les phénomènes bizarres provoqués par ceux-ci. Il est secondé par son employée Chima (35 ans, mais qui en paraît 12), et par son chat Shachô. Dans leurs activités un peu particulières, l’action ne manque pas !

Note : 5 sur 5.

In the Land of Leadale, tome 4 de Dashio Tsukimi & Ryô Suzukaze, Doki Doki, 2022.

Des rencontres déconcertantes secouent Cayna et les terres du nord ! Employée par Eyrinë pour l’escorter, Cayna a fait chemin jusqu’à Helshpel, capitale des terres du nord.La première chose qu’elle devait y faire de son côté était de remettre une lettre écrite par Maï-Maï au propriétaire d’une grande enseigne marchande. Cet elfe, qui répond au nom de Cayrick Sakai, se présente à elle comme son petit-fils !Mais ce qui la choquera plus encore, ce sont surtout les mots que ce dernier utilisera en sa présence… des paroles qui déclencheront une colère telle que tous les environs de la capitale risqueraient bien d’en subir les conséquences !

Note : 5 sur 5.
Bilan·Le coin de Gaby

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Octobre 2022 #2

Pour Gabrielle, les lectures continuent de prendre toutes les formes et ne s’arrêtent pas au genre. Elle aime lire et commence à réclamer des classiques. Sa confiance en moi la laisse ouverte à s’essayer à de nouvelles choses et je commence à regarder en dehors des rayons jeunesses… Son intérêt pour les guerres mondiales coïncident avec les programmes scolaires ; aussi quand je lui propose de découvrir des extraits du roman autobiographique de Maurice Genevoix, Ceux de 14, sa prof de français demande à la classe de lire celle de Joseph Joffo, Un sac de billes

Lectures de Gabrielle (13ans 4mois)

***

Les Flamboyants – Nous, on a tué personne ! de Hubert Ben Kemoun, Sarbacane, 2022.

Que fait cet homme échoué sur la terrasse du centre de soin « Les Flamboyants » , ce matin ? C’est très simple, il est mort ! Oui, mais que savent ces cinq garçons qui ont vu le corps en premier ? Eux si abimés et tellement lumineux, si particuliers… Il y a Claudius qui joue aux billes avec son oeil de verre, Kenny dont le passé pèse des tonnes, Martial qui a décidé d’arrêter le temps, César qui a sans cesse besoin de vérifier qu’on l’aime et Samuel qui reste toujours sur ses gardes. Cette mort mérite une enquête, et ces cinq lascars en savent plus qu’ils ne le disent ! Mais durant l’interrogatoire des garçons vont se dévoiler des éléments qui mènent beaucoup plus loin que l’enquête. Car ce matin, ce n’est peut-être pas la police qui mène la danse…

Note : 5 sur 5.

Céleste : « Bien sûr, Monsieur Proust » – Première Partie de Chloé Cruchaudet, Soleil (Noctambule), 2022.

À l’occasion du centenaire de la mort de Marcel Proust, ce diptyque, signé Chloé Cruchaudet, repose sur une structure en miroir et s’intéresse au lien qui unit Céleste Albaret et l’écrivain de génie. Grâce à de multiples sources, Chloé Cruchaudet tisse le portrait dévoué et passionné de Céleste Albaret, gouvernante et parfois secrétaire de Marcel Proust jusqu’à sa mort, en 1922. Elle révèle leur lien, l’écrivain sous toutes ses aspérités, l’atmosphère d’une époque et les dessous de la construction d’une fiction. Monde réel et monde fantomatique s’entremêlent pour nourrir ce sublime diptyque.

Note : 5 sur 5.

Dark Mador d’Isabelle Damotte & Malijo, Voce Verso, 2022.

Dark Mador, c’est le plus fort. Il n’a peur de rien. Ça, Angèle, Marin et Justin le savent très bien. Donner un air de fête aux repas, partir en balade, faire des batailles de chatouilles ou réparer les fuites d’eau, il connaît toutes les recettes pour faire de leur quotidien une suite d’instants heureux. Mais bon, parfois, il lui arrive aussi d’être un peu en retard… Et s’il avait perdu un combat, même avec son sabre laser ? Bien plus qu’une histoire de babysitting, ce texte à la fois poétique et léger, fait rimer…

Note : 5 sur 5.

Ceux de 14 (extraits) de Maurice Genevoix, Larousse, 2012.

Maurice Genevoix de l’Académie française Ceux de 14 Promis à un brillant avenir universitaire, Maurice Genevoix n’a que 24 ans quand la guerre fait de lui un lieutenant commandant une compagnie d’infanterie. Jour après jour, voici le récit de neuf mois d’enfer : la vie dans les tranchées, dans le froid et dans la boue, dans la peur et le désespoir ; les assauts sous la mitraille et les obus ; les blessés, les mutilés, les morts. Ce récit est si vrai et si terrible que les autorités militaires le censureront en partie. En avril 1915, Maurice Genevoix est grièvement blessé : pour lui, la guerre est finie, mais pas pour « ceux de 14 », ses compagnons, ses frères d’armes, à qui il restera à jamais fidèle. Une lecture bouleversante en même temps qu’un devoir de mémoire.

Note : 5 sur 5.

Un sac de billes de Joseph Joffo, Le Livre de Poche, 2021.

Paris, 1941. La France est occupée. Joseph et Maurice, deux frères juifs âgés de dix et douze ans, partent seuls sur les routes pour tenter de gagner la zone libre. Récit autobiographique publié en 1973, traduit en dix-huit langues, Un sac de billes est un des plus grands succès de librairie de ces dernières décennies. 

Note : 5 sur 5.

U4 : Stéphane de Vincent Villeminot, Syros-Nathan (ebook), 2015.

Stéphane est la fille d’un célèbre épidémiologiste lyonnais. Convaincue qu’il a survécu à l’épidémie, elle ne veut pas rejoindre le groupe d’adolescents qui s’organisent pour survivre. Si son père ne revient pas ou si les pillards qui contrôlent le quartier arrivent avant lui, son dernier espoir résidera dans un rendez-vous fixé à Paris.

Note : 5 sur 5.

Les pêcheurs d’éternité de Marie Colot & Sébastien Mourrain, Actes Sud, 2021.

Flore et son Papou aiment pêcher ensemble. Pour ses huit ans, il lui a réservé le plus beau des cadeaux : un souvenir ! Une partie de pêche de nuit. Peut-être auront-ils la chance de voir des méduses immortelles ?! Mais l’expédition s’interrompt brutalement quand Papou se fige, victime d’une attaque. Transporté à l’hôpital, il en sortira lourdement handicapé. Flore est inconsolable. Pourtant, elle est bien décidée de permettre à son grand-père de repêcher un jour. Pour cela, elle échafaude avec ses grandes sœurs un plan aussi farfelu que poétique.

Note : 5 sur 5.

Heterogenia Linguistico – Etude Linguistique des Espèces Fantastiques, tome 2 de Salt Seno, Nobi Nobi ! (Genki), 2022.

Hakaba et ses compagnons font route vers Utatsu, une grande cité de l’Outremonde. Ils font la connaissance de Meuh, un minotaure énigmatique capable de communiquer avec toutes sortes d’espèces, et qui manifeste un vif intérêt à l’égard du jeune linguiste. Au cours de son périple, la petite troupe part notamment à la chasse au wurf, rencontre de mystérieuses lamias, et se lance dans un dangereux chantier avec des chats-garous !

Note : 4.5 sur 5.

Spy x Family, tome 9 de Tatsuya Endo, Kurokawa (Shônen), 2022.

En pleine mer, le paquebot Princesse Lorelei est le théâtre d’un affrontement sanglant entre Yor et les tueurs envoyés aux trousses de la femme qu’elle doit protéger. Loin de se la couler douce, Loid et Anya se retrouvent eux aussi pris dans la tourmente. La menace d’une bombe sur le point d’exploser oblige Loid à intervenir, alors que le voici à deux doigts d’être démasqué..

Note : 5 sur 5.

U4 : Khronos de Adriàn Huelva, Denis Lapière & Pierre-Paul Renders, Dupuis, 2022.

Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane sont enfin réunis à Paris. Mais pas en tant qu’amis, puisque Steph tient en joue Kori et Jules avec son arme… Une situation que les militaires, traquant les ados ayant survécu à la pandémie U4, vont vite aplanir en incendiant les lieux où le quatuor s’était dissimulé ! Découvrant qu’ils sont tous fans du jeu « Warriors of Time » (WOT) et tous convoqués par le maître du jeu Khronos, Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane comprennent qu’ils doivent unir leurs forces. Parviendront-ils à remonter le temps, afin d’empêcher l’apocalypse qui a dévasté la planète ? Ou bien Kronos leur réserve-t-il quelques (mauvaises) surprises ? Avoir la même passion pour un jeu en ligne ne signifie pas avoir les mêmes croyances ni la même vision de l’avenir…

Note : 5 sur 5.

Princesse Sara, tome 01. Pour une mine de diamants d’Audrey Alwett & Nora Moretti, Soleil (Blackberry), 2009.

Sara, qui a toujours vécu aux Indes, est envoyée dans un pensionnat à Londres pour parfaire son éducation. Elle devient rapidement la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes où il raconte ses investissements dans des mines de diamants. La directrice tente de gâter et flatter son élève jusqu’au jour où deux avoués annoncent la mort du père de Sara.

Note : 5 sur 5.

Entre Ciel et Terre de Golo Zhao, Cambourakis, 2014.

À la mort de sa mère, la petite XiaoBa est confiée à sa grand-mère, mais, inconsolable, elle n’a de cesse de rejoindre celle qui l’a mise au monde et qui vit aujourd’hui parmi les étoiles. Lorsqu’elle atteint enfin son but commence pour son ami Ming une longue et périlleuse quête au cours de laquelle il croisera la route d’un taoïste aux prédictions inquiétantes, aidera une princesse persécutée à l’apparence de sangsue dans sa tentative de sauver son peuple des démons et tentera d’échapper aux griffes d’un officier de police qui le soupçonne d’avoir enlevé XiaoBa.

Note : 5 sur 5.

L’Arabe du futur, tome 01. Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) de Riad Satouf, Allary éditions, 2014.

Ce livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad.

Note : 4.5 sur 5.

Pearl et le monstre marin d’Anthony Silverston, Raffaella Delle Donne & Willem Samuel, Rue de Sèvres, 2022.

Entre l’absence d’une mère ayant disparue et les difficultés financières d’un père ne parvenant plus à trouver de travail, Pearl s’évade grâce à la plongée sous-marine. Un jour où elle s’aventure sur des territoires interdits à la pêche, elle découvre réfugiée dans une grotte une créature extraordinaire : une pieuvre géante, qu’elle appelle affectueusement Otto, et avec qui elle noue un lien d’amitié fort. La présence de son nouveau compagnon n’échappe pas aux braconniers et marins du villages, qui reconnaissent en Otto le responsable d’un naufrage causé il y a plusieurs années par la bête qui tentaient d’échapper aux pêcheurs. L’amitié improbable d’une jeune fille et d’un gigantesque animal marin résistera-t-elle à la colère aveugle des hommes ?

Note : 5 sur 5.
Bilan·Le coin de Ju

Bilan d’une lectrice de 13 ans – Octobre 2022

Juliette poursuit sa relecture de la saga Harry Potter, lecture doudou par excellence, c’est celle qu’elle lit avant de dormir car elle lui permet d’apaiser son esprit toujours en trop grande tension nerveuse. Son emploi du temps a réduit le quart d’heure lecture à trois jours sur cinq et elle avance donc lentement L’écuyer du Roi qu’elle réserve à ce temps-là. Je ne peux que remercier sa prof de français qui en proposant la lecture de nouvelles fantastiques lui a fait découvrir un genre nouveau auquel elle se refusait jusqu’ici. De nombreuses suites ont aussi été au programme…

Lectures de Juliette (13ans 4mois)

***

L’écuyer du Roi de Tonke Dragt, Gallimard jeunesse, 2020.

En cours.

Harry Potter et la Chambre des Secrets de J.K. Rowling, Folio Junior, 2017.

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matchs de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? 

Note : 4.5 sur 5.

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban de J.K. Rowling, Folio junior, 2017.

Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions. Frissons et humour garantis !

Note : 5 sur 5.

Harry Potter et la Coupe de Feu de J.K. Rowling, Folio Junior, 2017.

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Dans ce quatrième tome bouleversant, drôle, fascinant, qui révèle la richesse des enjeux en cours, Harry Potter doit faire face et relever d’immenses défis.

Note : 5 sur 5.

Harry Potter et l’Ordre du Phénix de J.K. Rowling, Folio junior, 2017.

A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours.

Note : 1 sur 5.

Ranking of Kings, tome 2 de Sosuke Toka, Ki-oon (Kizuna), 2022.

Au royaume de Bosse, après le décès du roi, les manigances s’enchaînent : en effet, alors que Bojji avait été désigné par le souverain pour lui succéder, la reine Hiling organise un vote en secret… Lors de la cérémonie, c’est donc Daida qui est finalement couronné ! Devant les réactions de soulagement de ses sujets, le prince aîné a le cœur brisé. Pour ne rien arranger, Ombre, son seul allié, a disparu ! Craignant le pire pour son ami, Bojji se lance à sa rescousse et n’hésite pas à pénétrer dans l’antre de Mitsumata, le familier du redoutable Bebin…

Note : 5 sur 5.

Frieren, tome 4 de Kanehito Yamada & Tsukasa Abe, Ki-oon (shônen), 2022.

En pleine forêt, Stark se fait mordre par un monstre venimeux ! Hélas, Frieren ne s’y connaît pas vraiment en poisons, il va lui falloir de l’aide… Il se trouve heureusement qu’il y a une église dans les environs. C’est là que vit Sein, un prêtre que les trois compagnons ont sauvé d’un péril mortel quelque temps auparavant ! Grâce à sa magie, il soigne le jeune guerrier, qui est instantanément remis sur pied. Ébahi par son talent, le trio apprend alors du frère aîné de Sein que son cadet rêve depuis des années de partir à l’aventure, sans oser sauter le pas : l’elfe lui propose donc de rejoindre son groupe ! Mais contre toute attente, l’homme refuse…

Note : 4.5 sur 5.

L’Atelier des Sorciers, tome 10 de Kamome Shirahama, Pika (Seinen), 2022.

Ininia, la mystérieuse sorcière complice de Kustas, a passé des bracelets ensorcelés à Coco et à Tarta pour les contraindre à participer au défilé de la Nuit d’argent. Alors qu’ils se creusent les méninges pour savoir quelle invention magique présenter, ils croisent la route de Dagda. Mais ce dernier est marqué sur la poitrine d’un pentacle illégal. De son côté, Tetia fait la rencontre d’un jeune humain, loin d’être banal, qui semble être très intéressé par le monde des sorciers…

Note : 5 sur 5.

Tête de Fesses est plus beau que toi de Bertrand Santini, Sarbacane, 2022.

Tête de Fesses a une passion dans la vie : gâcher la vie des gens. Aujourd’hui, le chat manipulateur s’amuse à convaincre les animaux de la campagne qu’il est le seul représentant de la beauté sur Terre et qu’à côté de lui, tous les autres sont laids : soit trop gros, soit trop maigres, soit trop grands, soit trop poilus… Convaincues d’êtres des monstres, Fleur et Ftéphanie n’osent plus sortir de chez elles. Mais un visiteur inattendu révélera à tous que le plus laid dans cette histoire n’est pas celui qu’on croit !

Note : 4 sur 5.

10 nouvelles fantastiques de l’Antiquité à nos jours, Collectifs, Flammarion jeunesse, 2019.

De Pline le Jeune à Stephen King, en passant par Edgar Poe ou Guy de Maupassant, on retrouve ce même goût du frisson. Depuis l’Antiquité, les hommes aiment se raconter des histoires pour se faire peur. Des récits de fantômes, de diables, mais aussi de téléphones portables machiavéliques ! Ces dix nouvelles nous font trembler et découvrir toutes les facettes du Fantastique… « Ils se sentirent suffoqués par une terreur sans nom en voyant que sous le linceul et le masque, qu’ils avaient empoignés avec une si violente énergie, ne logeait aucune forme palpable

Note : 4.5 sur 5.

Emile & Margot, tome 5. Le monde à l’envers d’Olivier Muller, Anne Didier & Olivier Deloye, BD Kids, 2015.

Les monstres font tout à l’envers… Ils peuvent rendre très bavard, creuser plein de trous de mémoire, vieillir tout le monde de cent ans, bloquer le temps pour un moment ou changer l’été en hiver. Mais, pour Émile et Margot, c’est une vraie bouffée d’air. Ça les change de la vie au château, avec les devoirs à faire et, surtout… les bonnes manières !

Note : 5 sur 5.

Emile & Margot, tome 8. Monstres en vue ! d’Anne Didier, Olivier Mullet & Olivier Deloye, BD Kids, 2018.

Il est bien difficile d’être prince et princesse… Entre leurs parents, la gouvernante Mademoiselle Niquelle-Crome et l’instituteur Monsieur Peumieufaire, Emile et Margot ne s’amusent pas beaucoup. Alors, quand les monstres débarquent pour mettre la pagaille, les enfants sont ravis ! Entre la famille de Stre-mon qui fait tout à l’envers, le Monstre du goût qui donne aux épinards le goût de la mousse au chocolat ou les Chaussures de Marche-Toute-Seule qui aident pour les randonnée, les aventures ne s’arrêtent jamais. Pour notre plus grand plaisir ! Alors ouvrez bien vos yeux car (vous l’avez deviné)… Monstres en vue !

Note : 5 sur 5.

Emile & Margot, tome 10. Expédition surprise d’Anne Didier, Olivier Mullet & Olivier Deloye, BD Kids, 2018.

Qui n’a jamais rêvé d’acheter des heures supplémentaires pour regarder son coucher, de partir en vacances dans la coquille d’un escargot géant, d’effacer de la mémoire de son professeur le souvenir d’une ancienne bêtise, ou de remplacer sa tirelire par un coffre rempli d’argent pour s’acheter des friandises ? Avec l’aide de leurs amis les monstres, Emile et Margot essaient de réaliser tous leurs souhaits. Mais attention aux surprises… Le résultat n’est pas toujours celui qu’ils imaginaient !

Note : 5 sur 5.
BD/manga·roman graphique

Seizième Printemps (2022)

Auteure : YunBo

Editeur : Delcourt

Pages : 120

Yeowoo n’a que cinq ans lorsque ses parents divorcent. Laissée derrière par une mère dont elle ignore tout, elle est bientôt abandonnée et déracinée par son père qui la confie à son père et sa sœur qui vivent à la campagne. Blessée et incomprise, Yeowoo est en colère. Sa rencontre avec sa nouvelle voisine, Paulette, va venir changer sa vie, apaiser son cœur et rompre son isolement.

La solitude suinte par tous les pores de cette histoire écrite avec grande sensibilité. Yeowoo ne voit pas la douleur des autres car elle étouffe sous la sienne. Elle ne voit pas la solitude de son grand-père, veuf et soucieux de l’avenir de sa fille qui vit encore sous son toit. Elle ne voit pas non plus la solitude de sa tante, qui vit dans un monde peuplé de poupées, attendant que le grand amour se présente à sa porte. Et elle ne voit certainement pas celle de Paulette, poule rejetée des siens pour ne pas avoir fondé de famille. Pourtant, en grandissant, l’amour maternelle que lui donne Paulette, l’aide à s’apaiser et à se construire. Ensemble, elles comblent l’absence et la manque au travers du temps passé à discuter, à veiller l’une sur l’autre, à s’aimer.

L’histoire se divise en seize chapitres qui prennent la forme d’une petite histoire ; chacune permet de voir grandir Yeowoo de ses cinq ans à ses seize ans. Cette construction en chapitres est particulièrement intéressante pour jouer avec le temps. Certaines anecdotes sont assez dures, on ne comprend pas toujours très bien pourquoi Yeowoo a été abandonnée par ses parents, pourquoi son père ne lui rend visite qu’une ou deux fois en dix ans, la laissant toujours derrière. C’est d’autant plus terrible qu’il vient présenter sa nouvelle compagne et son nouvel enfant, sans lui accorder un sourire ou un geste tendre. Mais cela contribue à l’évolution de Yeowoo et à nous la rendre plus sympathique.

Les illustrations sont de toute beauté. YunBo joue avec les couleurs et les formes pour différencier la campagne et sa nature luxuriante à la ville froide et rigide avec ses immeubles. Elle n’hésite pas à sortir des cases pour dynamiser son récit et offre un panel de personnages très divers : bien qu’essentiellement renards, ils prennent des teintes différentes et leurs visages se distinguent les uns des autres par la forme d’un museau ou la tenue des oreilles. L’ensemble donne une bande dessinée de qualité avec une identité graphique propre et une narration toute en poésie.

 » Tu es une jeune plante qui doit encore grandir, s’épanouir et dévoiler la fleur qu’elle a à l’intérieur.  »

A cinq ans, alors que ses parents se séparent, la jeune renarde Yeowoo part vivre à la campagne chez son grand-père et sa tante. Elle va y croise Paulette, une poule rejetée par les siennes qui a décidé de changer de vie…

masse critique·roman jeunesse

La Bête et Bethany (2020/2022)

The Beast and the Bethany

Auteur : Jack Meggitt Phillips

Illustratrice : Isabelle Follath

Traductrice : Dominique Kugler

Editeur : Bayard jeunesse

Pages : 280

Ebenezer Tweezer maintient l’apparence de ses vingt ans depuis plusieurs siècles, grâce à l’élixir de vie donné par La Bête qu’il cache au quinzième étage de sa maison. A bientôt cinq cent douze ans, il ne s’est jamais attaché à rien ni personne. Il n’aime que lui et tire fierté de ses possessions – pour la plupart offerte par La Bête – qui lui permettent de donner l’illusion d’être un homme charmant, distingué et riche.

La Bête, justement, utilise le pauvre homme pour qu’il la nourrisse de tout ce dont elle a envie. Et lorsque la faim d’un enfant joufflu et bien dodu se fait sentir, elle convint Ebenezer de lui en amener un contre sa dose d’élixir. C’est à l’orphelinat qu’il choisit Bethany, une enfant turbulente, méchante et incontrôlable. Bien sûr, les choses vont prendre un tournant imprévu et révéler des êtres plus sensibles qu’il n’y paraît.

Jack Meggitt-Phillips invite le lecteur dans une aventure délicieusement drôle et frissonnante portée par des personnages grinçants et désagréables. Les références sont nombreuses et on sent que le texte s’imprègne de la richesse de la littérature anglosaxonne. On pense bien sûr au Scrooge de Dickens, à différents personnages créés par Roald Dahl, ainsi qu’aux Orphelins Baudelaire de Lemony Snciket ; mais on peut aussi y voir une référence à Dorian Gray, ce personnage d’Oscar Wilde qui, par peur de vieillir, ou pour garder sa beauté, commet de terribles actions.

Très rapidement, on s’attache à ces deux anti-héros, qui portent en eux un profond sentiment de solitude. Ensemble, ils découvrent la richesse de l’amitié et décident de s’entraider pour devenir meilleur. Bethany utilise sa ruse naturelle pour déjouer les plans de La Bête, nous offrant un final explosif qui laisse la porte ouverte à une suite qu’on ne manquera pas de lire.

Isabelle Follath vient appuyer l’humour et l’absurde du récit par son trait expressif qui donne vie à des personnages qu’on n’arrive pas à prendre au sérieux. Les nombreuses illustrations et la mise en page aérée rendent la lecture accessible dès 8-9 ans. Il ne fait aucun doute que les enfants s’amuseront à suivre les aventures de ce duo infernal prêt à affronter la colère d’une Bête monstrueusement dégoutante pour rester ensemble.

A noter : Les droits ont été achetés par Dadid Heyman, producteur des studios Warner Bros pour une adaptation cinéma.

Je remercie Babelio et les éditions Bayard jeunesse pour cette lecture faite dans le cadre de Masse Critique privilège.

Ebenezer mène depuis 511 ans une vie de rêve grâce à un monstre hideux, capricieux mais magique qu’il nourrit dans son grenier. Un jour, la bête réclame un repas… original : un enfant. Ebenezer est très contrarié. Pour soulager sa conscience, il part à la recherche de l’enfant le plus détestable possible. Et il trouve Bethany.
Mais le plan d’Ebenezer comporte deux failles. Bethany n’a pas l’intention de se laisser faire et ils ont, tous les deux, le cœur plus tendre qu’ils ne l’auraient cru.

roman ado

Les Flamboyants – Nous, on a tué personne ! (2022)

Auteur : Hubert Ben Kemoun

Editeur : Sarbacane

Pages: 144

Ce matin aux Flamboyants, il y a une agitation inhabituelle. Il faut dire que David, l’éducateur de nuit, a été retrouvé mort sur la terrasse de l’établissement. Le Capitaine Delaunay est là pour enquêter et comprendre ce qui a pu se passer la nuit dernière. Et pour se faire, il doit interroger les cinq garçons du dortoir dont David avait la charge, une responsabilité d’autant plus délicate que l’histoire prend place dans un Institut pour enfants déficients intellectuels.

Samuel déploie sa verve pour nous raconter l’institut, les pensionnaires, le personnel avec une perspicacité et un humour qui démontrent que les adultes ont bien tôt fait de les prendre pour des « attardés ». Lui et ses quatre camarades, Claudius, Kenny, Martial et César, nous offrent une belle leçon d’humilité en livrant le récit de la soirée, ponctué d’éléments de leurs histoires familiales au travers de savoureux dialogues.

Hubert Ben Kemoun, que je découvre avec ce titre, réussit un véritable tour de force en nous faisant sourire dans un récit qui aborde la maltraitance infantile. Car si au premier abord le récit prend la forme d’une enquête, on comprend rapidement que l’intérêt de l’interrogatoire a pour but réel de faire parler les enfants, de lever le voile sur les secrets qu’ils gardent au fond d’eux et qui révèlent du manque affectif, de la maltraitance, et même de défaillances dans l’aide sociale et judiciaire.

Les Flamboyants est un roman à l’écriture légère et infantile qui se lit d’une traite. On ne peut que s’attacher à ces enfants cabossés par la vie qui posent sur le monde en regard lumineux, se révélant à nos yeux êtres réellement flamboyants.

***

Que fait cet homme échoué sur la terrasse du centre de soins « Les Flamboyants », ce matin ? C’est très simple, il est mort ! Oui, mais que savent ces cinq garçons qui ont vu le corps en premier ? Eux si abîmés et tellement lumineux, si particuliers… Il y a Claudius qui joue aux billes avec son œil de verre, Kenny dont le passé pèse des tonnes, Martial qui a décidé d’arrêter le temps, César qui a sans cesse besoin de vérifier qu’on l’aime et Samuel qui reste toujours sur ses gardes. Cette mort mérite une enquête, et ces cinq lascars en savent plus qu’ils ne le disent…

Nouvelle·Partenariat

Plus jamais petite (2010/2022)

Auteure : Séverine Vidal

Editeur : Nathan

Collection : Court Toujours

Pages : 64

Lucie est devant la prison. Elle cherche dans ses souvenirs et ses blessures la force d’affronter cet homme derrière les barreaux, cet homme qu’elle a autrefois appelé son père mais qui a cessé de l’être lorsqu’il lui a volé son innocence. Acte thérapeutique, cette confrontation doit l’aider à avancer.

Plus jamais petite est une nouvelle puissante, intense, qu’on lit d’une traite, le souffle suspendu, les larmes aux yeux jusqu’à ce que la dernière page tournée nous permette enfin de nous laisser aller. L’émotion tangible de Lucie confronte le lecteur à l’impensable, l’innommable et pourtant si véritable crime de l’inceste.

Avec pudeur, mais également justesse, Séverine Vidal raconte la douleur d’une adolescente trahie par celui qui aurait du être son protecteur, l’impossibilité de pardonner et la nécessité de parler. Après la compréhension et la bienveillance d’une mère, d’une grand-mère, d’une amie, la déclaration au commissariat sonne comme une nouvelle agression et rappelle combien la parole des victimes est encore trop souvent banalisée, car trop souvent reçue par un personnel non sensibilisé et non formé.

Initialement publié chez Oskar éditions, Plus jamais petite, trouve sa place dans la collection Court Toujours des éditions Nathan par son sujet grave qui résonne terriblement avec une actualité encore trop présente.

Je remercie Séverine Vidal et les éditions Nathan pour l’envoi de cette nouvelle bouleversante.

***

 » – J’ai des mots comme ça, des mots qui ne passent plus, restent coincés au fond de ma gorge, m’étranglent. Même les entendre, prononcés par d’autres, me fait monter les larmes aux yeux. Hier, devant la boutique où maman travaille, un petit garçon a crié « PAPA ! », deux fois. Il a crié deux fois « PAPA ! » et c’est comme si on m’enfonçait un couteau en plein cœur. « 

roman graphique

La longue marche des dindes – La BD (2022)

Auteure : Léonie Bischoff

Adaptée du roman de : Kathleen Karr

Editeur : Rue de Sèvres

Pages : 144

Adaptant le roman éponyme de Kathleen Karr, Léonie Bischoff propose de (re)découvrir les aventures de Simon, un adolescent considéré comme l’idiot du village, dans le convoyage à pieds d’un millier de dindes entre l’Etat de Missouri et la ville de Denver dans le Colorado.

Nous avions adoré le roman, nous avons aimé la bande dessinée. Il faut dire que le trait de Léonie Bischoff est soigné et a su parfaitement s’adapté à l’univers sauvage des grandes plaines américaines. Si j’aurais aimé retrouver une mise en couleurs plus réaliste et le trait d’Anaïs Nin, je ne peux nier que ses illustrations s’accordent parfaitement avec le ton générale du récit et son public cible, à savoir les enfants.

La mise en page sort des cases, offrant des plans larges sur les paysages qui subliment vraiment l’ensemble. Le chapitrage en « étape de voyage » dynamise un peu plus le récit, rythmant l’avancée des héros dans leur aventure. Si l’ensemble est parfaitement réussi et maitrisé, le changement de sexe du personnage de l’esclave Jabeth, devenue une Jo(séphine) me laisse perplexe. En effet, cela soulève un questionnement sur la place des femmes dans cette société machiste qui répond d’avantage à notre époque qu’à celle dans laquelle évolue les personnages.

Je vous invite à lire l’avis d’Isabelle et celui de Lucie.

Missouri, été 1860. Après avoir quadruplé son CE1 à 15 ans, Simon diplômé d’office par Miss Rogers se voit refuser l’entrée en CE2 et doit gentiment déployer ses ailes. Aussi, le soir même de cette mauvaise nouvelle, lorsqu’il apprend que les dindes sur pattes valent 20 fois plus à Denver que chez lui, il décide d’acquérir 1000 têtes pour les convoyer sur 1000 kilomètres et prouver ainsi qu’il a le sens des affaires. Il recrute pour l’escorter une équipe improbable avec laquelle il va devoir traverser le désert, affronter les rocheuses et négocier avec les Indiens ! Ces derniers accepteront ils de laisser passer cette étrange caravane qui doit atteindre Denver pour y faire fortune ?

Partenariat·roman jeunesse

Nellie & Phileas – Détectives Globe-Trotters, tome 2. Vol à l’Exposition universelle (2022)

Auteure : Roseline Pendule

Illustratrice : Constance Bouckaert

Editeur : Gulf Stream

Collection : 9-12

Pages : 176

Après avoir résolu Le crime de Whitechapel, Nellie et Phileas ont pris la route de Paris avec le valet Passepartout. Alors que ce dernier prend soin de sa mère malade, les deux adolescents occupent leur temps à l’Exposition Universelle de 1889. Si Phileas s’émerveille chaque jour des découvertes qu’il y fait, ce n’est pas le cas de Nellie qui s’inquiète de son avenir journalistique si aucun scoop ne se présente. Lorsque des objets sont dérobés, la jeune fille sait qu’elle doit lever le voile sur cette nouvelle enquête. De Paris à Ismaïlia en Egypte, en passant par l’Italie, la fine équipe poursuit les voleurs dans une enquête semée de dangers.

Dans ce deuxième tome de la série, Roseline Pendule invite le lecteur à suivre ses héros dans une nouvelle enquête et dans leur parcours autour du monde. Confrontés à un groupe organisé, ils doivent faire face à des dangers toujours plus grands et à des situations auxquelles ils ne sont pas toujours préparés. L’Inspecteur Fix n’a peut-être pas complètement tord lorsqu’ils les jugent trop jeunes et naïfs pour se genre d’investigation. D’autant que cette fois-ci, l’enjeu politique met l’accent sur un déterminisme qui pourrait avoir des conséquences sérieuses.

Le texte est toujours aussi dynamique et tend à ne laisser aucun temps mort, les situations et périls se succédant à un rythme effréné. J’apprécie l’humour omniprésent et les informations historiques qui viennent ponctuer le récit sans l’écraser. Le lecteur pourra par ailleurs enrichir ses connaissances historiques avec les notes de fin d’ouvrage sur l’Exposition Universelle et les relations entre Royaume-Uni et Egypte à la fin du XIXè siècle.

Vol à l’Exposition Universelle est un deuxième volume à la hauteur du premier qu’il suit en conservant l’ambiance générale, l’aventure rythmée par une enquête qui ne manque ni de piquant ni d’intérêt. L’écriture reste intelligente et immersive, donnant l’envie de poursuivre la lecture d’un bout à l’autre, et laissant le lecteur dans l’attente de la prochaine aventure.

Je remercie chaleureusement les éditions Gulf Stream pour leur confiance renouvelée et l’envoie de ce titre.

***

Nellie et Phileas profitent de leur séjour à Paris pour découvrir l’incroyable Exposition Universelle de 1889 dont tout le monde parle. La jeune journaliste ne se laisse cependant pas distraire : elle doit absolument dénicher un scoop ! Le destin lui sourit : des objets précieux viennent d’être dérobés sous les yeux de tous… Surexcitée, Nellie se lance alors sur la piste des voleurs, accompagnée de Phileas et de son valet Passepartout. L’enquête les mène jusqu’en Egypte… Si l’inspecteur Fix est toujours à leurs trousses, il ne représente toutefois pas la plus grande menace pour le trio…