album

L’orage (1998)

Auteure/Illustratrice : Anne Brouillard

Editeur : Grandir

Pages : 42

Sans un mot, par la seule force de ses pinceaux, Anne Brouillard nous raconte l’orage, celui qui arrive soudainement, celui qui frappe lorsqu’on ne l’attend pas, celui qui ne fait que passer, venant rafraichir une lourde et chaude journée d’été.

Par un superbe jeu de lumières, l’auteure nous plonge littéralement dans l’histoire et nous place au cœur même de l’orage. La tension monte progressivement, amplifiée par un mouvement de travelling avant-arrière : un vase se brise, un chat sursaute, un couple se presse pour se mettre à l’abri…, pour atteindre son paroxysme au moment où la pluie vient tambouriner les fenêtres de la maison, l’orage éclate faisant vibrer les fenêtres, on sent l’éclair tomber avant de le voir… Et finalement, il passe, laissant revenir la lumière qui se reflète désormais dans les prés détrempés.

L’orage, un album vibrant de sensations qui nous permettent de vivre littéralement ce moment que l’artiste Anne Brouillard nous peint avec un réalisme troublant. On entend presque les bruits du vent et de l’eau qui coule à torrent, on sent presque l’odeur de la pluie et celle qu’elle laisse sur la terre après son passage. Absolument magnifique !

Quand le temps se gâte…
Une histoire sans paroles pour dire l’orage, ses parfums, ses bruits, ses lumières et se rappeler ses parfums.

3 commentaires sur “L’orage (1998)

  1. Anne brouillard qui écrit sur l’orage, c’est cocasse ! Mais je ne doute pas qu’elle a parfaitement su en rendre la belle épaisseur avec ses pinceaux comme toujours !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s