rendez-vous hebdomadaire

Premières lignes #23

Sur une idée originale de Ma LecturothèquePremières lignes met en avant un roman au travers des lignes qui ouvrent le récit. Cette semaine, je mets un classique de la littérature anglaise à l’honneur. Un texte que je vais bientôt démarrer en lecture à voix haute pour Gabrielle, en lien avec l’étude du chapitre d’Histoire « Les Sociétés à l’âge industriel ». Nous avons fait une double visite culturelle passionnante sur ce thème la semaine dernière au travers d’une découverte de la ville de Roubaix et d’une usine de filature. Et je me suis souvenue qu’il y avait ce roman et son adaptation par la BBC qu’il fallait que je lui fasse découvrir. A lire cette première scène, on est loin de penser qu’il sera question d’autres choses que de mariage, et pourtant… Ce sera pour moi une relecture mais je sais que ce sera un vrai plaisir de partager ce texte avec ma fille.

***

VOLUME 1

CHAPITRE 1

« Galop nuptial »

Courtisée, épousée, etc.

« Edith ! murmura Margaret, Edith ! »

Mais, ainsi que s’en doutait Margaret, Edith s’était endormie. Pelotonnée sur le sofa dans le petit salon de Harley Street, elle offrait un charmant spectacle avec sa robe de mousseline blanche et ses rubans bleus. Si Titania avait jamais été vêtue de mousseline blanche avec des rubans bleus et s’était endormie sur un sofa de damas rouge, on aurait pu confondre Edith avec elle. Margaret fut de nouveau frappée par la beauté de sa cousine. Elles avaient été élevées ensemble depuis l’enfance, et tout le monde, sauf Margaret, s’était extasié sur le joli visage d’Edith. Margaret n’y avait jamais prêté attention jusqu’à ces derniers jours, où la perspective de perdre bientôt sa compagne semblait rehausser toutes les qualités d’Edith et tous ses charmes. Elles avaient parlé de robes de mariage et de cérémonies nuptiales ; du capitaine Lennox et de ce qu’il avait raconté à Edith sur leur vie future à Corfou, où le régiment du capitaine était en garnison ; de la difficulté qu’il y avait à ce qu’un piano reste bien accordé (ce qui, pour Edith, semblait être l’un des plus redoutables soucis que la vie conjugale fût susceptible de lui réserver), et des robes dont elle aurait besoin pour les visites à rendre en Écosse aussitôt après son mariage ; mais le ton de la confidence s’était fait de plus en plus somnolent et après quelques minutes de silence, Margaret s’était aperçue, comme elle l’avait prévu, que malgré le brouhaha qui régnait dans la pièce voisine, Edith s’était blottie sur le canapé, telle une boule moelleuse de mousseline, rubans et boucles soyeuses, et s’était laissée aller à une paisible petite sieste.

Nord et Sud, Elizabeth Gaskell, Points, 2010.