rendez-vous hebdomadaire

Premières lignes #22

Sur une idée originale de Ma LecturothèquePremières lignes met en avant un roman au travers des lignes qui ouvrent le récit. Cette semaine je reviens avec la suite des aventures d’Anne Shirley. Cette introduction fait vraiment le lien entre le volume précédent et celui-ci, revenant sur la mariage de Madame Lavendar et Monsieur Irving et annonçant les grands changements à venir : les fiançailles de Diana, le départ de Gilbert Blythe et Anne à l’université, et l’installation de Madame Lynde à Green Gables…

***

1.L’OMBRE DU CHANGEMENT

« La récolte est passée et l’été s’achève », déclara Anne Shirley en observant les champs ras d’un œil rêveur. Diana Barry et elle étaient allées cueillir des pommes dans le verger de Green Gables mais se reposaient désormais de leur labeur dans un coin ensoleillé du Bois hanté où une flotte aérienne de duvets de chardon se laissait porter par les ailes d’un vent encore chargé du parfum estival et sucré des fougères. Pourtant, tout dans le paysage autour d’elles évoquait l’automne. La mer s’ébrouait au loin en rugissements caverneux, les champs nus et desséchés s’ourlaient de bouquets de gerbes d’or, le vallon rayonnait d’asters d’un violet éthéré et le Lac scintillant était bleu, bleu, bleu ; pas le bleu indécis du printemps ni l’azur pâle de l’été, mais un bleu limpide, ferme et serein, comme si l’eau avait triomphé de toutes ses émotions et ses humeurs pour se glisser dans une tranquillité délestée de l’inconstance des rêves.

« Ce fut un bel été, dit Diana avec un sourire tout en faisant tourner la nouvelle bague à sa main gauche. Et le mariage de Mademoiselle Lavendar l’a comme couronné. Monsieur et Madame Irving doivent être sur la côte pacifique, à présent.

_ J’ai l’impression qu’ils sont partis depuis suffisamment longtemps pour avoir fait le tour du monde, soupira Anne. Je n’arrive pas à croire qu’ils se soient mariés il y a à peine une semaine. Tout a changé. Mademoiselle Lavendar, Monsieur et Madame Allan… ils sont tous paris. Le presbytère paraît si triste avec ses volets fermés ! Je suis passée devant hier soir, et c’était comme si ses occupants étaient morts.

_ Nous n’aurons jamais un pasteur aussi gentil que Monsieur Allan, prédit sombrement Diana. J’imagine que nous allons voir passer bon nombre de remplaçants cet hiver, et qu’un dimanche sur deux, nous n’aurons même pas de sermon. Et puis, une fois que vous serez loin, Gilbert et toi… ça va devenir terriblement ennuyeux ici.

_ Fred sera là, glissa malicieusement Anne.

_ Quand est-ce que Madame Lynde va emménager ? demanda Diana comme si elle n’avait pas entendu la remarque d’Anne.

Anne de Redmond de Lucy Maud Montgomery, Monsieur Toussaint Louverture, 2021.

3 commentaires sur “Premières lignes #22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s