BD/manga·roman graphique

Alicia, prima ballerina assoluta (2021)

Scénario: Eileen Hofer

Dessin et couleurs: Mayalen Goust

Editeur: Rue de Sèvres

Pages: 144

New York, 1943. Alicia Alonso s’apprête à monter sur scène. Elle ne le sait pas encore mais ce remplacement à bras levé va lui apporter le succès et la gloire dans le monde de la danse classique.

La Havane, 2011. Amanda Maestra intègre le Ballet nacional de Cuba. Elle porte, comme de nombreuses jeunes cubaines, l’espoir de marcher dans les pas d’Alicia Alonso, la prima ballerina assoluta.

En fond de toile, la révolution cubaine et ses conséquences. Alors qu’Alicia devient l’une des plus ferventes partisanes de la révolution, elle fait du ballet cubain un outil de propagande. Pour Amanda et ses proches l’héritage de cette révolution est un poids qui pèse lourdement sur les épaules et des rêves d’un avenir meilleur qui leur permettrait de quitter la misère dans laquelle ils vivent.

Repéré dès sa sortie, ce roman graphique m’avait attiré par sa couverture aux couleurs pastels et la promesse d’une histoire pour les amateurs de ballet et d’Histoire. Dès les premières pages, j’ai été happé par la mise en scène et le style graphique. Les illustrations autour de la danse sont magnifiques, le trait délicat de Mayalen Goust et le choix des couleurs apportent du réalisme et du naturel aux mouvements et aux expressions. Le cadrage est toujours pertinent et donne l’impression de suivre un film.

L’histoire parle bien entendu de danse et de ballet mais ce n’est pas le seul fil rouge puisque la révolution cubaine et la politique de Fidel Castro servent aussi l’histoire dans les deux époques mises en place. C’est d’ailleurs cette double temporalité qui fait la force du récit. L’une montrant comment une danseuse devenue quasiment aveugle a pu monter une école de danse et maintenir sa renommée tout en s’attirant le soutient d’un dictateur qui aura utiliser l’art comme outil de propagande comme personne d’autres. L’autre nous montrant combien l’héritage de la ballerine et celui de la révolution ont marqué une emprunte indélébile sur les générations futures.

S’il est particulièrement intéressant de suivre l’évolution d’Alicia Alonso et la création de son école, c’est le quotidien d’Amanda qui m’a le plus séduite, principalement parce qu’on peut suivre des adultes proches d’elle qui mettent en avant la misère à laquelle ils sont confrontés au quotidien et les moyens qu’ils doivent mettre en place pour mettre « un peu de beurre dans les épinards ».

Alicia Prima Ballerina Assoluta est un roman graphique à découvrir pour en savoir plus sur ce personnage artistique devenu un visage politique et pour découvrir un pan majeur de l’Histoire cubaine. C’est beau, c’est fort, c’est puissant!

A lire aussi, l’avis de Blandine et celui de Tachan.

A travers ce portrait de l’intrigante danseuse étoile Alicia Alonzo, Eileen Hofer et Mayalen Goust revisient la période post-révolution Cuba, où la dictature a fait du ballet national, son meilleur instrument de propagande.

2 réflexions au sujet de « Alicia, prima ballerina assoluta (2021) »

  1. Ravie de lire que toi aussi tu as été touchée et séduite par cette lecture qui sort un peu des sentiers battus. On voudrait plus de BD comme ça et heureusement c’est la tendance ^-^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s