album

J’ai vu un magnifique oiseau (2020)

Widzialem pieknego dzieciola

Auteur: Michal Skibiński

Illustratrice: Ala Bankroft

Traductrice: Lydia Waleyszak

Editeur: Albin Michel jeunesse

Pages: 120

L’été de ses huit ans, Michal Skibiński écrit chaque jour une phrase dans son cahier pour améliorer son écriture du polonais. Les jours défilent au grès des promenades dans la nature, des rencontres à la pension de famille ou d’observation de chenilles. Le jeune garçon semble vivre un été agréable dont la seule ombre au table serait l’attente de sa maman. Rien ne nous prépare à la date du 1er septembre 1939 « La guerre a débuté. » qui vient ternir un paysage qui seuls les orages d’été avaient assombris jusque-là.

J’ai vu un magnifique oiseau décrit le basculement du monde dans la Seconde Guerre Mondiale au travers du regard innocent d’un enfant qui n’a pas encore conscience de l’horreur qui se met en place. Le 9 septembre 1939, le jour de la mort de son père, chef d’escadron de bombardement, il écrit « Les avions n’arrêtent pas de voler. » Ce n’est pas vraiment un témoignage, c’est le cahier d’un écolier qui atteste d’un temps où l’innocence a laissé la place à l’indescriptible horreur d’un monde qui vole en éclats.

Sublimés par les illustrations lumineuses d’Ala Bankroft, les mots de l’auteur sont touchants dans leur simplicité et l’ignorance des évènements historiques qui se jouent en arrière plan. L’illustratrice y peint une végétation luxuriante, des ciels bleus dans lesquels passent une montgolfière, des ciels orageux avant d’assombrir les couleurs pour montrer la guerre, la peur, la destruction…

J’ai vu un magnifique oiseau est un album percutant qui nous touche au plus profond de notre humanité. L’histoire de ce journal en fin d’ouvrage achève de nous bouleverser par son universalité.

A lire également, l’avis d’Isabelle et celui de Blandine.

Cette année-là, j’avais huit ans. Chaque jour, durant l’été, j’inscrivais une phrase dans un cahier. Une chose qui m’était arrivée. C’était mon devoir de vacances. La condition qui me permit de passer en classe supérieure. Ce cahier, je l’ai conservé jusqu’à aujourd’hui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s