rendez-vous hebdomadaire

Premières lignes #2

Sur une idée originale de Ma Lecturothèque, Premières lignes met en avant un roman au travers des lignes qui ouvrent le récit. Cette semaine j’ai choisi de mettre en avant un classique que je lis avec Gabrielle en lecture à deux voix.

Publié en 1954, Sa majesté des mouches de William Golding traite de l’organisation sociale, du pouvoir et de la loi au travers d’un groupe de garçons échoués sur une île déserte du Pacifique durant la Seconde Guerre Mondiale. Alors qu’ils tentent de survivre en reproduisant les schémas sociaux de leur vie en Angleterre, l’insécurité et les tensions fragilisent le groupe et laissent peu à peu place à la violence et la sauvagerie.

❤ ❤ ❤

1

L’appel de la conque

Le garçon blond descendit les derniers rochers et se dirigea vers la lagune en regardant où il posait les pieds. Il tenait à la main son tricot de collège qui traînait par terre; sa chemise grise adhérait à sa peau et ses cheveux lui collaient au front. Autour de lui, la profonde déchirure de la jungle formait comme un bain de vapeur. Il s’agrippait péniblement aux lianes et aux troncs brisés, quand un oiseau, éclair rouge et jaune, jaillit vers le ciel avec un cri funèbre ; aussitôt, un autre cri lui fit écho :

_ Hé ! attends une minute, dit une voix.

La végétation à la limite de la déchirure frémit et mille gouttes de pluie s’égrenèrent sur le sol.

_ Attends un peu, répéta la voix, je suis accroché.

Le garçon blond s’arrêta et se débarrassa de ses chaussettes d’un geste machinal. L’espace d’une seconde, son geste évoqua le cœur de l’Angleterre et la jungle fut oubliée.

Sa Majesté des Mouches de William Golding, Folio junior, 336 pages, édition 2020.

D’autres « premières lignes » sont à découvrir via le site organisateur.