BD/manga

La rivière à l’envers, tome 1. Tomek (2018) / tome 2. Hannah (2019)


Tomek tient l’épicerie de son village. En fait d’épicerie, il s’agit plutôt d’un bazar, véritable caverne d’Ali Baba, un lieu incroyable dont les murs sont parés d’étagères aux multiples tiroirs qui renferment tout ce dont on peut avoir besoin. Pourtant lorsqu’une jeune fille lui demande de l’eau de la rivière Qjar, Tomek est incapable de répondre à sa demande. Hanté par cette jeune fille et par cette rivière mystérieuse qui coule à l’envers, Tomek quitte sa boutique et son village pour la promesse de l’aventure passionnante que lui réserve le voyage vers la rivière Qjar.

Adaptation du roman de Jean-Claude Mourlevat, La rivière à l’envers est un récit initiatique aux allures de conte fantastique au cours duquel les deux héros vont faire de multiples rencontres aussi surprenantes que bienveillantes. La magie et le fabuleux accompagnent chaque situation que les deux héros vivent rendant l’aventure encore plus surprenante et plus passionnante. En fond de toile se tisse l’histoire d’une rencontre, d’un amour naissant. Le travail graphique est réussi et offre un nouveau regard sur l’histoire de Mourlevat sans en altérer l’essence. J’ai cependant été gênée parfois par les visages des personnages, un peu figés et pas toujours réguliers. Ces deux volumes n’en restent pas moins agréables à lire et permettent de redécouvrir cette histoire incroyable en la rendant accessible à un public plus large.

Je vous renvoie à l’avis de Bouma et celui de Vivrelivre pour le tome 1 et le tome 2.

Tome 1 :« Ainsi vous avez tout dans votre magasin? Vraiment tout? Alors… vous aurez peut-être de l’eau de la rivière Qjar? » D’où vient la jeune fille qui a posé cette question à Tomek, l’épicier du village? Lorsqu’il apprend que cette rivière coule à l’envers et que sa source a des propriétés surnaturelles, l’idée de partir ne le quitte plus. De la forêt de l’oubli au pays des Parfumeurs et de l’île inexistante aux flancs de la Montagne Sacrée, Tomek va vivre un voyage plein de rebondissements et de poésie. Trouvera-t-il la rivière quiCoule à l’envers et dont l’eau empêche de mourir?

Tome 2: « Cette histoire est la plus belle chose que je puisse t’offrir, car tu es ce que j’ai de plus précieux, Tomek ». Pour sauver sa passerine bleue, Hannah va entreprendre la plus grande aventure de sa vie. Sur la vertigineuse Route du Ciel, à travers le Désert, à la rencontre des silencieux ou vers le village des Parfumeurs, elle va parcourir des milliers de kilomètres pour trouver la Rivière Qjar, dont l’eau empêche de mourir. Parviendra-t-elle au bout de son voyage ? Retrouvera-t-elle Tomek, le jeune épicier au cœur pur ?

album

Maman (2018)

Auteure: Hélène Delforge

Illustrateur: Quentin Gréban

Editeur: Mijade

Pages: 66

Qu’existe-t-il de plus fort que l’amour qui unit une mère à son enfant? Lien unique qui se tisse durant la grossesse et les premiers instants de vie, l’amour maternelle est propre à chaque individu mais toujours inconditionnel. Parfois plus complexe, ce lien met du temps à se tisser mais, même s’il semble inexistant, il est bien là. Mais être mère est bien plus que de porter la vie ou de la donner ; si pour certaines il suffit d’un simple regard pour que se noue cet attachement, pour d’autres il ne viendra jamais. Maman parle de toutes ces mères, celles qui aiment, celle qu’on aime, celles dont on est privé, celles qui n’ont que des souvenirs à chérir…

Avant Amoureux, Hélène Delforge et Quentin Gréban signaient Maman, un magnifique album très grand format qui propose un large éventail de mères sur des doubles pages se partageant entre texte et illustration. La poésie et l’émotion des textes d’Hélène Delforge sont touchants de réalisme. Sublimés par les aquarelles de Quentin Gréban, ils s’inscrivent dans l’émotion pure d’un sentiment, d’une caresse, d’un mot, d’un instant volé entre deux êtres unis à jamais. Un album à offrir!

BONNE FETE à toutes les MAMANS ❤

Maman. Un des premiers mots du monde. Un nom unique, porté par des milliards de femmes. Un mot pour dire l’amour, la tendresse, le lien, parfois le manque. Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants. Pourtant, sur tous les continents, lorsqu’elles prennent leur bébé dans les bras, les mamans se ressemblent.

Documentaires /Livres jeux

La vie secrète des virus (2020)

La vida secreta dels virus

Auteurs: Collectif Ellas Educan

Illustratrice: Mariona Tolosa Sisteré

Traductrice: Laurana Serres-Giardi

Editeur: Rue du Monde

Pages: 24

Ils ont mauvaise réputation et pourtant certains ont leur utilité dans l’équilibre de la vie. Les virus sont partout autour de nous mais sur nous aussi. Si certains nous rendent malades, d’autres ont la capacité de lutter contre les infections. Alliés ou ennemis, La vie secrète des virus nous propose de découvrir ces êtres vivants microscopiques sous tous les angles.

Le collectif Ellas Educan propose un album de vulgarisation scientifique complet à destination d’un public assez jeune mais qui comblera aussi les parents qui ont parfois besoin d’une piqûre de rappel pour répondre aux questions. Les explications sont claires, précises et le texte est accessible à tous. Résolument dans l’air du temps, cet album explique aussi comment le Sars-Cov-2 est devenu un problème mondial.

Mes filles l’ont trouvé très intéressant et bien fait. Le texte a su répondre à quelques petites questions qu’elles se posaient. Nous sommes par ailleurs d’accord pour dire que les illustrations des virus sont vraiment amusantes et bien pensées, contrairement aux personnages humains qui sont assez vilains dans l’ensemble.

Nous recommandons Le vie secrète des virus à tous les petits curieux et les scientifiques en herbe!

L’avis d’Isabelle est à découvrir ICI.

J’ai le nez qui coule, un peu de fièvre, mal au ventre… Est-ce que j’aurais attrapé un virus? Il y a des virus partout: depuis la pointe de notre nez jusqu’au fond des océans, ils sont des milliards de milliards! La plupart ne provoquent pas de maladies, certains virus peuvent même être utiles! Mais d’autres sont vraiment dangereux… Ainsi, en 2020, tous les habitants de la planète ont dû faire beaucoup d’efforts pour éviter d’être contaminés par le coronavirus. Et tout le monde espère que des vaccins permettront rapidement de ne plus le craindre. Bon voyage dans l’univers fascinant des virus, pour tout découvrir sur ces minuscules microbes… et apprendre à s’en protéger.

Lecture à voix haute·roman jeunesse

L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace (2020)

Auteur: Thomas Gerbeaux

Illustratrice: Pauline Kerleroux

Editeur: La joie de lire

Collection: Hibouk

Pages: 148

Alors qu’elle joue à la marelle, Jeanne fait la rencontre d’un homard qui vient de s’enfuir du restaurant, où elle vient de prendre son repas avec son père et sa grand-mère, après avoir échappé de peu à la mort par ébouillantage! Avec l’aide de la fillette, le crustacé va reprendre des forces avant d’organiser l’évasion de ses amis restés dans le vivier du restaurant pour ensemble regagner leur liberté!

Voilà une lecture à voix haute qui nous aura littéralement enivrées, Gabrielle et moi-même. Entre la succession d’évènements insolites et les dialogues désopilants, Thomas Gerbeaux nous a séduites. Transportées sur les côtes bretonnes par les descriptions des lieux, nous avions l’impression d’être en vacances au bord de la mer à respirer le grand air et à parcourir la côte à vélo parmi la multitude de moutons qui peuplent l’île. Le suspens est au rendez-vous de ce cours roman qui ravira les jeunes lecteurs mais également les plus grands pour la malice et les émotions que véhiculent le texte.

S’il dénonce la maltraitance animale, c’est grâce à l’ironie que le texte touche le lecteur et amène une réflexion pertinente sur la liberté et la sensibilité des animaux. Porté par une plume poétique de l’auteur et les jolies illustrations stylisées de Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace est un véritable hymne à la liberté à dévorer de toute urgence!

L’avis d’Isabelle est à lire ICI.

C’est l’été sur la petite île aux Moutons. Tout juste plonge dans un chaudron d’eau bouillante, un homard parvient à se sauver. La petite Jeanne le surprend dans sa fuite. Ensemble, ils tenteront de libérer les camarades crustacés, prisonniers dans le vivier du restaurant.

BD/manga

Olive, tome 1/4. Une lune bleue dans la tête (2020)

Auteure: Véro Cazot

Illustratrice: Lucy Mazel

Editeur: Dupuis

Pages: 56

Olive est une adolescente de dix-sept ans. Elle vit à l’internat et ne rentre chez ses parents que ponctuellement. Son quotidien semble assez stressant entre le lycée où elle subit les moqueries de ses camarades et les rendez-vous avec une psychologue qui ne la comprend pas vraiment… Olive s’évade dans un monde imaginaire qui prend vie dans sa tête, un monde fantastique dans lequel elle se retrouve avec elle-même et toutes les choses qu’elle a inventées. Cet univers, créé à son image, est l’endroit où elle se sent en paix, un monde dans lequel elle se réfugie quand la quotidien devient trop perturbant. Et justement un imprévu survient qui vient bouleverser la tranquillité de la jeune fille : elle se voit attribuer une colocataire. Mais en cherchant à apaiser ses tensions, elle se rend compte que son monde illusoire est lui-aussi perturbé, Olive y trouve des choses qu’elle n’a pas mise là et quand la réalité se mélange à l’imaginaire, cela devient aussi perturbant pour le lecteur que pour l’héroïne.

Premier volume d’une quadrilogie annoncée, Une lune bleue dans la tête introduit une héroïne différente et un univers fantastique qui contraste avec la réalité tant dans la forme que dans le fond. Impression renforcée par les couleurs beaucoup plus vives dans l’imaginaire fantastique d’Olive que dans la réalité plus morne. La lecture est surprenante voir carrément déconcertante car on ne sait jamais vraiment si ce monde fictif est réellement imaginaire ou si, peut-être, il s’agit d’une réalité parallèle.

La différence d’Olive est au cœur de l’histoire même si elle n’est pas vraiment expliquée. Est-ce une forme d’autisme comme le suggère les propos de ses camarades de classe? Y a-t-il un lien avec l’incident survenu durant la grossesse de sa mère? On peut d’ailleurs aussi se demander si l’enfant du départ n’est pas l’astronaute de la fin… L’intrigue met en place différentes choses intéressantes, bien que souvent confuses, qui nous laissent avec beaucoup de questions. L’héroïne est attachante et agréable à suivre. Elle nous pousse à réfléchir au concept de différence, à nous demander s’il s’agit d’une norme établie selon des paramètres abstraits de « normalité » ou s’il s’agit plutôt d’une perception au monde différente, ici matérialisé par ce monde onirique et poétique dans lequel elle aime tant se réfugier.

Olive, 17 ans, a une vie intérieure très intense. Elle s’est crée un monde imaginaire qu’elle visite à volonté. Mais son quotidien terrestre est bousculé par l’arrivée de Charlie, une fille extravertie avec qui elle doit partager sa chambre à l’internat. Plus grave encore: un mystérieux spationaute débarque par surprise dans son monde imaginaire!

Lecture à 2 Voix·roman ado

Féline (2006/2009)

Koyangi Sonyeo

Auteure: Hui-ryeong BU

Traductrices: Yeong-hee Lim & Françoise Nagel

Editeur: Picquier jeunesse

Pages: 153

Mis en avant sur les rayonnages adolescents de notre médiathèque, ce petit roman coréen a attiré notre oeil grâce à sa jolie couverture qui révèle la promesse d’une amitié entre un chat et un humain. Amoureuses des chats, Gabrielle et moi nous sommes lancées dans une lecture à deux voix à la rencontre de deux êtres cabossés par la vie, Minyeong la jeune fille et Minet le chat noir.

Minet est un chat errant. Chaque jour est une lutte pour sa survie: trouver sa nourriture, lutte de territoire, éviter les dangers (chiens, humains, voitures…). Narrateur de l’histoire, il nous raconte sa rencontre avec Minyeong, son coup de cœur pour la jeune-fille qu’il identifie comme un homme-chat, un humain capable de comprendre les chats. Mais Minyeong ne semble pas le comprendre. Pire encore, elle le vend à un garçon, Han. Entre eux trois, un lien se tisse petit à petit, tout comme le voile se lève lentement sur Minyeong et les blessures qui pèsent sur son cœur.

Il est vraiment intéressant d’avoir fait du chat le narrateur de ce récit. Loin de la complexité, voir de l’incohérence, des émotions humaines, Minet perçoit le monde avec simplicité et justesse. Ses actes font échos à ses sentiments. Féline est un récit touchant, un premier roman emprunt de poésie qui parle de relation homme-animal mais aussi des hommes entre eux et surtout du rapport que l’on peut avoir avec soi-même. Au travers du regard de Minet, Hui-Ryeong Bu souligne l’importance de faire résonner son cœur et se tête pour s’ouvrir aux autres mais surtout à soi.

***

Voici un chat errant, qui doit surmonter les difficultés de la vie après la disparition de sa mère. Voici une adolescente un peu sauvage, qui vit seule avec sa grand-mère et fuit le contact avec les autres, de peur d’être blessée. Tous deux se rencontrent dans un parc, et aussitôt, le chat croit reconnaître en elle un de ces êtres de légende qui comprennent le langage des chats. C’est sûr, ils sont faits l’un pour l’autre! Une belle histoire d’amitié entre un jeune chat vagabond et une adolescente, qui apprennent ensemble à affronter la vie, leurs peurs et leur solitude.

album

Le projet Barnabus (2020)

Auteurs/Illustrateurs: The Fan Brothers

Editeur: Little Urban

Pages: 72

Barnabus vit sous cloche dans les laboratoires secret d’un grand magasin. Considéré comme raté, cet éléphant-souris n’a pas sa place dans les rayons de créatures parfaites vendues aux enfants. Avec les autres créatures abandonnées, Barnabus organise leur évasion.

Les frères Fan signent un magnifique album qui parle de différence et de liberté en soulevant des questions intéressantes d’éthique animale notamment sur le rapport de l’homme à l’animal en lien avec l’apparence. On jette eu rebut les produits qui ne correspondent pas à une norme esthétique sans penser aux conséquences pour ces petites créatures privées de liberté et d’affection. Bien entendu c’est le fait que ces créatures vivantes soient vendues dans des boites comme de simples jouets qui choque le regard et amène la question de l’achat des animaux domestiques.

Mais c’est surtout la différence de ces créatures qui est mise en avant invitant le lecteur à réfléchir à ce qu’est la différence, comment sont établis les critères de normalité. La réflexion sur la souffrance que la différence peut engendrer entre mise à l’écart et critiques, moqueries permet ici de montrer que la différence est une richesse et qu’elle n’empêche pas de vivre. Barnabus démontre d’ailleurs qu’il ne faut qu’un peu de courage et de persévérance pour gagner le droit de vivre, le droit d’être libre!

Les illustrations mettent l’accent sur les créatures, toutes différentes mais si jolies! Les « ratés » attirent d’ailleurs bien plu le regard que celles vendues en magasin par leur diversité. Uniques, aucune autre ne leur ressemble ce qui les rend bien plus intéressantes. La fuite de Barnabus permet également de nous attarder sur le sort réservé aux créatures « parfaites » qui, collées au plastique de leur boîte, semblent envier la liberté gagnée par leur frère invendable.

Le projet Barnabus est au final un très bel album à lire en famille ne serait-ce que pour le message de courage, d’espoir et de liberté qu’il dégage. Mais qui permettra également d’aborder des thèmes plus complexes avec les plus grands.

Je vous invité à lire l’avis d’Isabelle et celui de Tachan.

Pour s’amuser un peu, il est possible de trouver une activité autour de cet album sur le site de l’éditeur: Créée ta parfaite créature.

Dans le sous-sol secret d’un laboratoire de Parfaites Créatures, Barnabus, mi-éléphant, mi-souris, est un projet raté… Enfermé sous une cloche de verre, il rêve de liberté.

album

Forêts… et comment les préserver (2020)

Auteure/Illustratrice: Amandine Thomas

Editeur: Sarbacane

Pages: 36

Après être parti à la découverte des océans, Amandine Thomas nous invite à parcourir le monde de nouveau à la découverte des forêts qui le couvrent. Poumons de notre belle planète Terre, elles abritent la majorité des animaux terrestres pour qui elles sont un refuge. Refuge pour l’homme également, les forêts purifient l’air que l’on respire, participent à la régulation du climat et elles sont également source nourricière. Aujourd’hui menacée par la déforestation ou le réchauffement climatique, les forêts sont fragilisées et cela a des conséquences sur toute la planète.

L’auteure nous propose de découvrir dix forêts et leurs écosystèmes, les menaces qui les fragilisent tout en apportant des solutions pratiques et réalisables facilement par tous, des petits riens qui peuvent faire la différence comme changer sa façon de consommer, manger moins de viande ou encore ne pas acheter de produits contenant l’huile de palme. Ces propositions ont le mérite d’attirer l’attention du jeune lecteur en lui donnant un axe de réflexion amplifié par un champ d’actions possibles à son niveau.

Les illustrations très colorées attirent le regard par la richesse de détails et d’informations qui s’y cachent, l’auteure invitant même le lecteur à jouer. Forêts… et comment les préserver est à l’image de son prédécesseur, un très bel ouvrage ludo-éducatif qui s’ensibilise à l’écologie tout en enrichissant les connaissances sur la forêt et ses habitants, les espèces menacées et la fragilité des écosystèmes. On appréciera aussi le glossaire en fin d’ouvrage.

Avec leurs arbres millénaires dont la cime chatouille le ciel, leurs animaux acrobates qui ne posent parfois jamais patte sur terre ou leurs innombrables espèces rares encore inconnues, les forêts abritent bien des merveilles. Ce sont elles aussi qui purifient l’air que nous respirons. Pourtant, de nombreux dangers les menacent. Mais heureusement, il existe plein de moyens de les protéger! Embarque dans ce grand voyage autour du monde: tu vas explorer dix écosystèmes forestiers et découvrir les gestes simples pour les conserver, sans bouger de chez toi!

album

Histoires de Fleuves (2019)

River Stories

Auteur: Timothy Knapman

Illustratrices: Ashling Lindsay & Irène Montano

Traductrice: Emmanuelle Beulque

Editeur: Sarbacane

Pages: 48

De tout temps, l’homme a cherché à s’installer près des cours d’eau. Source de vie, qu’elle s’écoule ou reste en plan, l’eau permet aux hommes de survivre : eau de boisson, pêche et sites de chasse (les troupeaux viennent aussi s’y abreuvoir). Avec le temps, les cours d’eau ont aussi permis les échanges commerciaux. Timothy Knapman propose de découvrir des traces du passage de l’homme sur les rives de grands fleuves à travers le monde.

Véritable invitation au voyage, Histoire de Fleuves nous entraîne à la découverte de cinq grands fleuves : au fil des pages le Nil, le Mississippi, le Rhin, le Yangtsé et l’Amazone se déploient littéralement sous nos yeux pour nous faire découvrir la richesse de la vie installée sur leurs rives ou au sein de leur lit. De la source à l’embouchure, les fleuves livrent leur histoire, la culture des peuples qui y vivent ou y ont vécu mais aussi des histoires issus du folklore local ou des anecdotes qui y ont eu cours.

D’Ernest Hemingway qui survécut à un double crash d’avions à Ed Stafford qui longea l’Amazon à pieds sur ses 6992 kilomètres de distance, en passant par l’histoire de la Grande Dame du Rhin, Hildegarde de Bingen, cet album nous rappelle combien d’histoires sont charriés par les fleuves depuis la nuit des temps. En tant que lecteurs, on ne peut que penser à ces nombreux romans qui se déroulent sur des cours d’eau: Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain sur la Mississippi mais aussi la trilogie « fleuve » de Davide Morosinotto qui nous emmène à l’aventures sur le Mississippi, la Neva et l’Amazon sans oublier L’enfant et la rivière de Pierre Bosco.

Histoires de fleuves est un magnifique album, un gros coup de cœur familial qui nous a donné des envies de voyages et de découvertes.

Je vous invite à lire l’avis d’Isabelle.

Les fleuves nous content des histoires fascinantes, mêlant hommes et dieux, aventures inouïes et légendes incroyables. Sur le Yangtsé, tu croiseras dragons, démons et dauphins et sur le Rhin, de merveilleux châteaux, des tribus farouches et même… le docteur Frankenstein! Explore tombes, temples et pyramides au fil du Nil, suis le Mississippi en kayak, assite à des batailles historiques; puis pars à la recherche de cités perdues suhttps://ileauxtresors.blog/2020/01/12/histoires-de-fleuves-de-timothy-knapman-illustre-par-ashling-lindsay-et-irene-montano-sarbacane-2019/r les rives de l’Amazone… Le cours de chaque fleuve est présenté en 6 volets dépliants. Le décor se modifie, recréant les sensations d’un vrai voyage. Alors, prêt à embarquer? C’est parti!

anglais·Lecture à 2 Voix·roman jeunesse

The Diary of a Killer Cat (1994)

Auteure: Anne Fine

Illustrateur: Steve Cox

Editeur: Penguin books

Pages: 64

Nous avons eu du mal à dégager du temps pour faire de la lecture en anglais. Mais Gabrielle ayant fini son programme de l’année, nous continuons à intégrer quelques moments d’anglais dans notre emploi du temps. Nous avons ainsi pu remettre en place ce rituel qui plait beaucoup et nous fait bien rire entre les mots incompréhensibles et les difficultés de prononciations.

Ce qui est certain est que ce Killer Cat remporte toujours un grand succès avec son texte à l’ironie absolument délectable. S’il a fallu avoir recours à internet pour chercher le sens d’expressions toutes faites, cela n’a en rien gâché notre plaisir et nous avons passé de très bon moment à redécouvrir le journal de ce chat so british. Anne Fine a su parfaitement tirer avantage du côté chasseur du chat pour créer un quiproquo qui aboutit à une conclusion aussi drôle qu’inattendu.

Le texte est peut-être un peu plus difficile que ce que j’avais pensé au premier abord mais c’est principalement lié au fait que le lexique spécifique du chat n’est pas forcément courant quand on apprend une langue. De fait, nous avons toutes deux enrichi notre vocabulaire ce qui est toujours appréciable.

Le dessin de Steve Cox n’a pas le même humour de celui de Véronique Deiss qui est en charge de la version française aux éditions L’école des loisirs mais le style fait son petit effet malgré tout. Les illustrations complètent le texte et remplissent les pages pour un format roman illustré à hauteur des lecteurs débutants.

Poor Ellie is horrifIed when Tuffy drags a dead bird into the house. Then a mouse. But Tuffy can’t understand what all the fuss is about. Who on earth will be the next victim to arrive through the cat-flap? Can soft-hearted Ellie manage to get her beloved pet to change his wild, wild ways before he ends up in even deeper trouble?