BD/manga

Chaplin en Amérique, tome 1

 

Auteur: Laurent Seksik

Illustrateur: David François

Editeur: Rue de Sèvres

Pages: 75

 

Nous connaissons tous Charlot (The tramp en anglais), ce personnage burlesque qui reste une figure emblématique du cinéma muet. Mais connait-on réellement, l’acteur Charlie Chaplin et l’homme qu’il était avant de se rendre célèbre? C’est sur ce dernier, Charles Spencer Chaplin, que Laurent Seksik se penche, livrant le récit de son arrivée aux Etats-Unis jusqu’à la création du personnage de Charlot et les premiers succès, puis son émancipation et la création de sa société.

Premier volet d’un triptyque, En Amérique s’ouvre sur la traversée de l’Atlantique et la présentation d’un jeune homme sûr de lui et empli d’espoir en l’avenir, convaincu que la succès est à portée de main. Séducteur, il semble être de ces hommes qui collectionnent les conquêtes mais ne s’attachent pas. De débuts difficiles à la création du personnage comique, on découvre un artiste talentueux, reconnu pour son talent mais décrié pour ses choix politiques et dont l’amour des (trop) jeunes femmes annonce le début des ennuis.

Chaplin en Amérique est une bande dessinée intéressante pour découvrir l’homme derrière le personnage, je reprocherais juste la rapidité d’enchaînement des scènes qui manquent de sens chronologique. Cependant, étrangement, cela fonctionne car ça correspond à la vie de folie et à la rapidité avec laquelle le succès lui est venu. La mise en page est dynamique et j’aime beaucoup l’alternance de tons entre la vie de Chaplin (en couleurs) et ses souvenirs (en noir et blanc). La narration prend la forme d’un film, impression renforcée par certaines planches qui cumulent plein de petites cases comme une scène coupée « image-par-image ». Par contre je suis moins fan du dessin, les personnages ont tous la même tête et il est parfois difficile de les distinguer. Cela reste une bande dessinée à découvrir, une de celle dont je lirai la suite avec plaisir.

Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir la critique d’Isabelle.

Salut, l’Amérique! Je suis venu te conquérir! Il n’est pas une femme, un homme, un enfant, qui n’aura pas mon nom aux lèvres! Charles Spencer Chaplin!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s