challenge·roman

Le Paris des merveilles – L’intégrale

 

Auteur: Pierre Pevel

Illustrateur: Xavier Collette

Éditeur: Bragelonne

Pages: 830

 

Bienvenue dans Le Paris des merveilles, un Paris assez semblable à celui que l’on connait à ceci près qu’on y croise des êtres surnaturels tels que les mages, les fées, des gnomes ou autres dragons. Pierre Pevel nous entraîne dans un univers de fantasy dans trois aventures menées tambour battant par un duo/couple haut en couleurs: le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont et l’enchanteresse Isabel de Saint-Gil. La narration ne souffre d’aucun temps mort et le texte se compose d’une bonne dose d’aventures, d’un brin de romance arrosé d’un soupçon d’humour qui apportent beaucoup à ce Paris aussi merveilleux que je l’espérais.

Dans la première histoire, Griffont se retrouve mêlé à une série de meurtre alors qu’il enquête sur des objets enchantés. Dans la deuxième, il est une fois de plus question d’une affaire meurtres qui permet de revenir à une autre époque, la Régence, et de découvrir notamment comment Griffont et Isabel se sont rencontrés. Enfin la troisième et dernière aventure se déroule dans un climat de tensions électorales durant laquelle Griffont devra enquêter pour innocenter un ami et découvrir qui se cache derrière toute cette affaire.

L’histoire prend place dans le Paris de 1909, l’auteur reprend de grandes lignes historiques de la ville et les assaisonne d’éléments fantastiques qui apportent juste ce qu’il faut pour pimenter des intrigues assez convenues. Le résultat est très satisfaisant, à tel point que la fin m’a laissé sur un petit sentiment de perte; j’aurais aimé passé encore un peu de temps avec les différents personnages.

Paris, début du XXe siècle. À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées… Dans ce Paris des Merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, lorsqu’il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien… Bienvenue dans le Paris des Merveilles.

 

Challenge PAVES 2020

Lecture à 2 Voix·Lecture à voix haute·roman ado·roman jeunesse

Le Faucon déniché

 

Auteur: Jean-Côme Noguès

Illustrateur: Julien Delval

Editeur:  Pocket Jeunesse

Pages: 169

 

Martin est un jeune gardien d’oies âgé de douze ans. Il découvre un jeune faucon tombé du nid et décide de l’élever pour un faire un compagnon de jeux et un ami. Mais à cette époque, les faucons appartiennent au seigneur et lorsque le fauconnier découvre qu’un serf a pris la liberté d’en « voler » un à son seigneur, il n’hésite pas à s’approprier l’oiseau et à enfermer l’enfant en prison.

Le Faucon déniché est un petit roman dynamique , sans temps mort, qui permet de découvrir la vie au Moyen-Âge, les lois qui régissent la vie du Seigneur et de ses serfs avec toutes les injustices que cela implique. L’écriture de Jean-Côme Noguès est très riche et ne fait pas l’impasse sur le lexique moyenâgeux. Si ce petit roman rentre dans toutes les cases du roman didactique et du programme de littérature de la classe de cinquième, il ne laissera pas sur la touche les adultes qui aiment les beaux textes.

Lu à deux voix avec Juliette, 10 ans (et 8 mois me souffle-t-elle), Le faucon déniché nous a offert quelques soirées de lectures calmes et posées. La richesse du vocabulaire plait beaucoup à la demoiselle même si la lecture à voix haute reste un exercice difficile pour elle, encore plus quand elle rencontre des termes qu’elle ne croise pas dans son quotidien. Nous avons progressé chapitre après chapitre à une lecture qui, tout en nous touchant pour l’histoire d’amitié et l’esprit de liberté qui en émane, a été menée à son terme dans la douleur d’une lecture éprouvante autant pour Juliette que pour moi. Cela n’en reste pas moins une jolie lecture touchante, au final particulièrement émouvant, mais que j’aurais sans doute pris plus de plaisir à lire seule…

Un faucon! Martin adorerait en avoir un. Hélas, seuls les seigneurs ont ce droit. Et le jeune garçon est un serf… Malgré les lois féodales, Martin déniche un jour un oisillon… « Personne, jamais, ne nous séparera. Personne! », murmure Martin à son nouvel ami. Mais dans l’ombre de la forêt, l’impitoyable fauconnier du château veille… Il veut faire du rapace l’oiseau le plus féroce, le plus avide et le plus cruel de la fauconnerie…