album

Le Garçon du Phare

 

Auteur/Illustrateur: Max Ducos

Éditeur: Sarbacane

Pages: 64

 

J’ai découvert cet album sur L’île aux trésors, un blog que je suis depuis quelques temps maintenant. C’est tout d’abord la couverture qui m’a attiré, si belle par la profondeur des couleurs et de la « prise de vue », et l’avis d’Isabelle a fini de me convaincre que Le Garçon du Phare avait sa place sur nos étagères familiales.

Achetée pour une lecture à voix haute, c’est finalement une découverte individuelle et silencieuse qui s’est faite pour Gabrielle et moi. Gabrielle , 10 ans, s’est littéralement jetée dessus, le dévorant des yeux et se régalant du récit d’aventures dans lequel Max Ducos nous plonge avec un brin de poésie et une envie d’évasion aussi immense que l’océan. Je lui ai laissé le plaisir de le relire plusieurs fois avant de me plonger à mon tour dans cette lecture qui nous transporte dans l’imaginaire de l’enfance. Tant le texte que les illustrations sont une invitation au voyage mais ce sont ces dernières qui font de l’objet livre une véritable oeuvre d’art.

Je ne manquerai pas de le relire pour mon plaisir personnel mais également à voix haute pour mes deux filles. Le Garçon du Phare est un album pour tous sans limite d’âge qui met en avant la solidarité et l’entraide.

L’avis d’Isabelle!

« La peinture semblait si réelle que j’eus l’impression de sentir un vent chaud me caresser le visage. Enveloppé dans cette sensation mystérieuse, je touchai une pierre: je pouvais sentir sa surface rugeuse… Il me sembla même entendre de lointain cris de mouettes… N’y tenant plus, je plongeai à travers le mur, vers ce monde inconnu. »

Lecture à voix haute·roman jeunesse

Les Loups du Clair de Lune – Histoires Naturelles

Auteur: Xavier-Laurent Petit

Illustratrice: Amandine Delaunay

Éditeurl’école des loisirs

Collection: Neuf

Pages: 176

A mi-chemin entre le documentaire et le récit d’aventure, Les Loups du Clair de Lune est un voyage au cœur de la Tasmanie à la découverte de la faune locale. Du kookabura à la chouette ninox aboyeuse, les vacances d’Hannah sont l’occasion pour le lecteur de découvrir des espèces endémiques australienne aux noms plus ou moins exotiques. Mais c’est le thylacine, plus connu sous le nom de loup ou tigre de Tasmanie, qui est au centre de l’histoire puisque la Grand-Mère d’Hannah, chez qui la jeune fille passe quelques semaines de vacances, est persuadée avoir trouvé des traces de son existence. (Officiellement éteinte depuis 1982, l’espèce continue d’attiser la curiosité des passionnés d’éthologie et autres scientifiques amateurs ou professionnels.) Commence alors une véritable recherches d’indices par observation du terrain, capture d’images par mini-caméra etc. Quand après l’une de leur sortie, elle retrouve la maison de Grandma sans dessus-dessous, elles comprennent que leur découverte en intéresse d’autres.

C’est à voix haute que j’ai lu ce récit pour le plus grand bonheur de mes filles qui ont adoré suivre les recherches de Hannah et sa grand-mère. L’histoire livre un message écologique fort sur la préservation de la nature et sur les dégâts que l’homme et son appât du gain peuvent engendrer sur les espèces animales. Mais il est aussi question du bien être humain, de la santé et du besoin de savoir prendre soin de soi, au même titre que des autres. Au travers de Grandma, l’auteur nous fait découvrir un choix de vie extrême, loin de la civilisation, en parfaite harmonie avec la nature. Cependant, malgré toutes ses belles intentions, Grandma a peut-être un peu trop tendance à minimiser sa santé et à placer sa vie, et celle d’Hannah, face au danger.

Le texte de Xavier-Laurent Petit est une immersion dans un pays peu représenté en littérature jeunesse, il y dépeint la beauté des paysages, les difficultés liées à la sécheresse et y présente quelques espèces d’oiseaux et marsupiaux. L’enquête scientifique apporte beaucoup d’informations sans qu’elles ne submergent le récit. Plus qu’un documentaire, l’histoire prend un air d’enquête scientifique, de jeu de pistes, le lecteur se retrouve alors au cœur d’une aventure extraordinaire magnifiquement illustrée par Amandine Delaunay dont le trait réaliste est un véritable plaisir pour les yeux.

Vous rêvez de passer des vacances au bout du monde? Hannah le fait. Le Bout du Monde, c’est là qu’est partie habiter sa grand-mère. Un endroit perdu à l’est de l’Australie. La première ville est à soixante kilomètres, le premier voisin presque aussi loin. Même la pluie ne sait plus où ça se trouve. Ici, on peut se consacrer aux deux choses les plus importantes: vivre en pleine nature et lire, sans être dérangé par personne. On peut aussi garder ses secrets. Et elle en a, des secrets, sa grand-mère. Des secrets qui remontent à des temps très anciens. Des secrets qui ont la forme d’empreintes et de touffes de poils. Des secrets de la plus haute importance. Des secrets qui font battre le cœur, et même un peu trop vite.

BD/manga

Bergères Guerrières tomes 1 & 2

Auteur: Jonathan Garnier – Illustratrice:  Amélie Fléchais –  Éditeur: Glénat

A l’occasion de la sortie du troisième tome de Bergères Guerrières, je me suis laissée convaincre par Juliette de découvrir cette bande dessinée qu’elle adore! Et je ne regrette pas car c’est une très bonne surprise.

L’histoire prend place dans un petit village rappelant celui des gaulois dans Astérix, ou encore celui des films Dragons. Il y a dix ans que les hommes sont partis à la guerre, sans promesse de retour. Les femmes ont alors formé un corps d’élite pour protéger le village et ses habitants. Pour Molly, qui est née il y a dix ans justement, c’est le grand jour, elle va enfin pouvoir commencer l’entraînement pour se joindre aux Bergères Guerrières.

Dans Le relève, l’auteur introduit les personnages et pose les bases de l’histoire. Humour et ambiance fantastique sont au rendez-vous d’un récit qui s’annonce déjà plein de rebondissements et d’émotions.

Dans La menace, Molly et son copain Liam, partent en mission avec deux bergères d’élite vers l’île aux sorcières afin d’en apprendre d’avantage sur une créature maléfique née de la magie noire, la Malbête.

Jonathan Garnier signe un récit riche et mystérieux qui présage une suite des plus palpitante. La mise en dessin d’Amélie Fléchais s’accorde parfaitement à l’ambiance générale. Ces dessins, tout en rondeur, dégagent beaucoup de poésie. Je n’ai pas été surprise de découvrir qu’elle avait travaillé sur le film d’animation Le Chant de la Mer. Les personnages bénéficient d’un traitement de qualité, leurs caractères sont divers et leurs visages très expressifs. Ces Bergères Guerrières chevauchent par ailleurs des moutons impressionnants par leur taille et drôles par leur caractère.

Bergères Guerrières est une bande dessinée qui met en avant des filles/femmes qui ne se laissent pas faire. Elles ont su apprendre à se défendre pour palier à l’absence des hommes et comptent bien lever le mystère qui entoure leur nouvel ennemi diabolique. Le tome trois promet d’être riche en aventures!

1. La relève

Dix ans que les hommes du village sont partis, mobilisés de force pour la Grande Guerre. Dix ans que plus personne n’a de nouvelles d’eux ni de ce conflit… Les femmes ont alors créé l’ordre des Bergères Guerrières, des combattantes choisies parmi les plus braves pour protéger leur village ! Du haut de ses dix ans, Molly peut enfin commencer l’entraînement qui lui permettra, si elle s’en montre digne, de rejoindre l’ordre. Elle pourra compter sur son bouc Barbe-Noire et son ami Liam pour l’accompagner dans tous ses périples! 

2. La menace

En mission pour chasser des brigands, Molly, Liam et leurs compagnons tombent sur une monstrueuse créature: la Malbête. Le conseil du village est inquiet: d’où vient ce monstre né de la magie noire? Afin d’y voir plus clair, une délégation est envoyé sur l’île des sorciers. Molly et Liam seront de la partie, l’occasion pour eux de faire connaissance avec Sarah, la jeune sorcière aux corbeaux…

roman ado

Lady Helen, tome 3: L’Ombre des Mauvais Jours

Lady Helen – The Dark Days Deceit

Auteure: Alison Goodman

Traducteur: Philippe Giraudon

Editeur: Gallimard Jeunesse

Pages: 652

 

 

C’est avec un peu d’appréhension que j’ai abordé ce troisième tome. Après deux volumes de qualité, je craignais d’être déçue par le final mais c’était sans compter sur le talent narratif et l’écriture addictive d’Alison Goodman qui nous sert un troisième volume plus mature et plus complexe que les précédents.

Il est fini le temps où Helen avait le temps de se poser des questions existentielles, il lui faut désormais préparer son mariage avec le Duc de Selburn, tout en cherchant l’Abuseur Suprême. Mais elle doit aussi apprendre à utiliser ses nouveaux pouvoirs et à se faire confiance. La proximité de l’énigmatique Comte Carlston suscite toujours beaucoup d’émois en elle, et plus la fin approche, plus elle doute de sa capacité à le tenir éloignée de sa vie. Ce mélange de mondanités et de fantastique fonctionne toujours aussi bien et semble toujours aussi crédible. Alison Goodman fait profiter le lecteur de ses nombreuses recherches au travers d’un récit dynamique et passionnant. Elle retranscrit les mœurs de l’époque avec beaucoup de réalisme, nous transportant directement dans le Bath de la fin d’année 1812. Toujours en proie à ses émotions, Helen commet des erreurs de jugements aboutissant des expériences traumatisantes qui vont la faire grandir un peu plus encore et l’aider à décider de son destin. Elle ne laisse plus personne prendre des décisions à sa place, elle prend conscience qu’il faut savoir briser le carcan de la société qui l’enferme dans un rôle qu’elle se refuse à endosser et ça fait du bien!

L’Ombre des Mauvais est un troisième et dernier tome de qualité, qui se lit avec avidité et conclut brillamment une saga originale. J’ai tourné la dernière page avec un léger sentiment d’abandon mais la fin ouverte laisse place à l’imagination et, pourquoi pas, à l’espoir d’une suite…

Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs: sa mission de Vigilante Suprême n’est pas encore accomplie. Cette double vit met la jeune femme au supplice. Non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique lord Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses nouveaux pouvoirs. Et la confrontation finale avec leur grand ennemi, l’Abuseur Suprême, est imminente…

Volumes précédents

Lecture à voix haute·roman ado·roman jeunesse

Le célèbre catalogue Walker & Dawn

Il rinomato catalogo Walker & Dawn

Auteur: Davide Morosinotto

Traducteur: Marc Lesage

Editeur: L’école des loisirs

Collection: Medium

Pages: 336

 

Voilà un roman qui me faisait de l’œil depuis des mois et c’est avec délectation que je me suis plongée dans une lecture à voix haute. Une lecture qui vient se placer en tête de nos coups de cœur tant elle a provoqué d’émotions et de discussions passionnantes sur les Etats-Unis, la ségrégation ou encore la place des femmes dans une société patriarcale.

Le célèbre catalogue Walker & Dawn est un roman d’aventures qui nous a forcément fait penser à Tom Sawyer, un autre enfant épris de liberté. Mais c’est aussi au film Stand by Me, adapté d’un roman de Stephen King, que j’ai beaucoup pensé au fil des pages. Car P’tit Trois, Eddie, Julie et Min sont épris de liberté et d’aventures. Liés par une forte amitié, tout les sépare, de leurs modes de vie à leurs personnalités en passant par leur perception du monde. Pourtant, lorsqu’ils décident de partir pour Chicago, rapporter une montre à gousset qu’ils ont reçu par erreur, c’est mue par un désir commun de mettre un peu de distance entre eux et leur Louisiane natale et une famille un peu trop sévère et trop peu permissive. Que ce soit dans le bayou, sur le Mississipi, dans les Grandes Plaines ou dans les grandes villes, le chemin est semé d’embûches qu’ils affrontent main dans la main avec tout le courage et la ténacité qui les habitent.

Le récit se partage en quatre parties, chacune racontée par l’un des jeunes héros, ce qui permet d’avoir un regard différent sur ce voyage initiatique qui va prendre différentes formes. D’aventure en chasse au trésor, ces quatre amis vont aider à résoudre une enquête vieille de dix ans en gardant en tête l’envie d’être riche et libre. Et comment parler du Célèbre catalogue Walker & Dawn sans aborder la beauté de l’objet livre. Car oui, ce roman est de toute  beauté, entre sa couverture en relief et ses ouvertures de chapitres richement illustrées par des pages du catalogue, des cartes de géographie ou des coupures de journaux qui viennent apporter des informations complémentaires et donnent un peu plus vie à l’histoire.

Davide Morosinotto signe un premier roman d’une grande richesse, un road trip incroyable vécu par des enfants à travers les Etats-Unis du début du vingtième siècle. Il aura fallu trois années à l’auteur pour venir à bout de son récit, ce qui en explique la qualité et l’abondance d’informations qu’il y déverse. A lire, à partager et à offrir!

L’avis d’Isabelle sur L’île aux Trésors.

P’Tit Trois, Eddie, Min et Julie ne pourraient pas être plus différents, et en même temps plus amis. Ils partagent un catalogue de vente par correspondance, trois dollars à dépenser et un grand désir de découvrir le monde. Et quand, au lieu du revolver qu’ils ont commandé arrive une vieille montre qui ne fonctionne même pas, les quatre n’hésitent pas une seconde et partent vers Chicago pour récupérer leur revolver. Au cours de leur voyage, ils rencontreront des tricheurs professionnels, des flics véreux, des méchants qui semblent gentils et des gentils qui ne le sont pas du tout… un crime non résolu et beaucoup, beaucoup d’argent…