Lecture offerte·roman jeunesse

La longue marche des dindes

The Great Turkey Walk

Auteur: Kathleen Karr

Traductrice: Hélène Misserly

Editer: l’école des loisirs

Collection: Medium Poche

Pages: 264

 

L’histoire prend place dans l’état du Missouri, un village paumé. Simon, 15 ans, vient de recevoir son diplôme de fin d’étude après avoir fait cinq fois la même année. Son enseignante le sent prêt à prendre son envol. Si le jeune homme se demande ce qu’il va bien pouvoir faire de sa vie, une idée incroyable va très rapidement se présenter à lui et c’est grâce à la confiance de son enseignante qu’il va oser se lancer dans le convoyage de dindes. Car si cet été-là leur prolifération devient un fardeau pour les éleveurs du Missouri, il y a une forte demande dans la ville de Denver et Simon espère bien y faire fortune.

La longue marche des dindes est un récit initiatique original au cours du quel on fait des rencontres agréables et surprenantes, d’autres plus problématiques mais qui viennent pimenter un récit d’aventure intelligent et bourré d’humour. L’auteur nous entraîne dans une longue marche à travers l’Amérique, à la découverte des turkeyboys, moins connu que les cowboys, et de la difficulté d’un voyage de mille kilomètres avec des volatiles. Simon devient porteur d’espoir en prouvant que le plus important est de croire en ses rêves.

Énorme coup de cœur familial. Mon mari, qui ne participe généralement pas à nos moments de lectures à voix haute, tenait à être présent pour ce roman qu’il a suivi avec grand plaisir, surpris de n’en trouver aucune adaptation cinématographique tant la narration s’y prête. De leur côté les filles ont adoré, elles ont beaucoup rit et ont apprécié chaque instant, me poussant à avancer toujours plus pour rapidement pour découvrir toutes les péripéties vécues par Simon et ses amis. Elles ont même voulu en offrir un exemplaire à une amie chez qui elles étaient invitées pour fêter un anniversaire. Quant à moi, c’est probablement l’un des meilleurs titres que j’ai lu ses derniers mois. Outre l’originalité de l’histoire, j’ai particulièrement aimé la fluidité du récit, je me suis très rapidement attachée aux personnages, j’ai rit aussi et pris grand plaisir à convoyer ces dindes au côté de Simon, M. Peece le charretier et Jabeth, l’esclave en fuite. C’est un roman que je recommande à tous, jeunes et moins jeunes lecteurs;

Plus personne ne peut vous dire comment les bons élèves de cette école de campagne du Missouri ont occupé leurs vacances d’été 1860. Non. Le seul qui soit resté dans les mémoires, c’est Simon Green, le pire élève de toute l’histoire des Etats-Unis d’Amérique. Cette année-là, les dindes avaient tant pondu qu’elles valaient des clopinettes. A Denver, à mille kilomètres d’ici, on bâtissait à tour de bras, et rien à se mettre sous la dent. Là-bas, ils étaient prêts à payer une dinde cinq dollars. C’est bien simple: à peine sorti de l’école, Simon a fait ses comptes. A acheté mille dindes. Et s’est juré de faire fortune avant la fin de l’été.

3 réflexions au sujet de « La longue marche des dindes »

  1. Je viens de découvrir votre joli blog et suis intéressée par vos propositions. Je fais aussi l’IEF avec mon fils de 10 ans. A bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s