Lecture offerte·roman ado·roman jeunesse

Calpurnia et Travis

The Curious World of Calpurnia Tate

Auteure: Jacqueline Kelly

Traductrice: Dominique Kugler

Éditeur: l’école des loisirs

Collection: Medium

Pages: 367

L’intérêt de Calpurnia pour les sciences naturelles ne s’est pas tari avec le passage à l’an 1900. Soutenue et encouragée par Bon-Papa, avec qui elle a su tisser des liens intellectuels et affectifs, Calpurnia découvre les merveilles de la nature, les secrets de l’Univers ou comment une mouette peut être signe annonciateur de la plus grosse tempête recensée à cette époque ou encore comment les navigateurs se repéraient par rapport aux étoiles… tout est prétexte à apprendre et Calpurnia est animée par une soif insatiable de connaissances qu’elle tente d’assouvir par la seule force de sa détermination.

On retrouve tous les ingrédients du premier volume avec pour fil conducteur les animaux et notamment la faune locale. Travis, frère cadet de Calpurnia, tente d’apprivoiser tout un tas d’animaux sauvages à qui il donne un amour démesuré. En cherchant l’aide de sa soeur, il lui donne l’opportunité d’en apprendre énormément sur le tatou ou encore le coyote. Mais c’est surtout l’arrivée d’un vétérinaire en ville qui va lui offrir de nouvelles perspectives et lui donner le courage de prendre en main sa destinée.

Jacqueline Kelly signe un deuxième volume riche et passionnant dans lequel elle dépeint les mœurs d’une époque révolue au travers du quotidien d’une famille nombreuse aux personnalités multiples. Mais elle démontre aussi que le savoir s’acquiert par désir d’apprendre que ce soit dans les livres ou par la pratique. C’est grâce à son besoin de tout savoir dans les détails que Calpurnia s’ouvre à la connaissance, décide de tracer seule son chemin pour envisager un possible avenir universitaire.

Calpurnia et Travis est une suite réussie à lire sans modération.

Le monde de Calpurnia Tate ne dépasse pas les limites du comté de Cladwell. Mais, pour qui sait regarder avec étonnement et curiosité, il y a là mille choses à découvrir. Son frère Travis rapporte à la maison un tatou, des geais bleus et un coyote – toutes sortes d’animaux sauvages qu’il veut apprivoiser en cachette. Et son grand-père initie Calpurnia aux mystères des sciences naturelles. Un jour, un terrible ouragan ravage la côte du Texas, faisant de nombreux sans-abri. La famille de Calpurnia accueille sa cousine Aggie, et, surtout, un vétérinaire vient s’installer près de chez eux. Pour Calpurnia, c’est l’occasion rêvée de donner enfin corps à ses ambitions… Mais on est en 1900, et il est parfois plus simple de changer de siècle que de mentalités.

Volume Précédent

 

essai

Vers la sobriété heureuse

Auteur: Pierre Rabhi

Éditeur: Actes Sud

Collection: Babel – Essai

Format ebook (163 pages)

 

Cela faisait un moment que je souhaitais découvrir l’écriture de Pierre Rabhi. J’aime beaucoup son discours et sa façon de s’exprimer avec humilité et bienveillance. Je ne sais pas si j’ai fait le bon choix avec ce titre qui au final ne m’a rien appris de plus que je ne savais déjà, mais j’ai aimé cette lecture qui dégage les mêmes impressions que l’écoute de cet incroyable orateur humaniste.

Vers la sobriété heureuse dresse la constat d’une société sur le déclin qui a fait le choix de se moderniser sans ne rien conserver de ses traditions et valeurs; une société capitaliste qui n’a de cesse de creuser les inégalités au travers d’une course à la (sur)consommation dont l’objet de convoitise serait source de bonheur.

Pierre Rahbi, écologiste de la première heure, se fait le porte-parole de toute un population qui cherche à se redéfinir au travers d’un retour aux sources, aux traditions et aux valeurs humaines, une population qui a compris que le bonheur se trouve ailleurs que dans l’argent et que la modération est affaire de tous. Entre vivre ou survivre, il faut choisir!

Pierre Rabhi a vingt ans à la fin des années 1950, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses. En France, il contemple un triste spectacle : aux champs comme à l’usine, l’homme est invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique. L’économie ? Au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité en déployant une vision à long terme, elle s’est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d’élever la prédation au rang de science. Le lien viscéral avec la nature est rompu ; cette dernière n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter – et à épuiser. Au fil des expériences, une évidence s’impose : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé « mondialisation ». Ainsi pourrons-nous remettre l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner enfin au monde légèreté et saveur.

essai

La vie secrète des arbres

Das geheime Leben der Bäume: Was sie fühlen, wie sie kommunizieren – die Entdeckung einer verborgenen Welt

Auteur: Peter Wohlleben

Traductrice: Parcorinne Tresca

Éditeur:  Les Arènes

Collection: Environnement

Format ebook (260 pages)

 

Peter Wohlleben est forestier et après avoir passé des années à exploiter, il s’est mis à observer. De valeur marchande, la forêt lui est soudain apparue comme l’essence même de la vie. Avec ce regard de passionné, il nous décrit la vie secrète des arbres.

Entre roman et essai naturaliste, ce livre explique comment les arbres vivent entre eux, comment ils communiquent, s’entre-aident ou se protègent, interagissent entre eux ou avec leur environnement… A partir de ses observations, Peter Wohlleben sensibilise le lecteur à la préservation des espaces forestiers; il insiste sur l’importance de la longévité et sur la liberté naturelle des arbres à occuper un territoire plutôt que de forcer une cohabitation fortuite entre espèces « concurrentes ».

La vie secrète des arbres est un livre riche qui plaira sans doute d’avantage à ceux qui partagent déjà certaines convictions de l’auteur; pour les autres, il reste un formidable outil pédagogique pour l’éveil des consciences, titillant la compassion humaine par anthropomorphisme… dérangeant mais pas dénué de sens.

Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l’oxygène et du bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ». La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l’ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.

théâtre

Le Yark – Le spectacle

Le Grand Bleu est un espace spécialisé dans le spectacle pour enfants à Lille. Il propose des spectacles de théâtre, de danse, de marionnettes et même des lectures. Chaque année, l’offre est variée et met l’accent sur de nombreuses animations culturelles pour les enfants et leur famille.

Il y a un an maintenant que nous avons découvert en lecture à deux voix, le savoureux Yark écrit par Bertrand Santini. Quelle plaisir de découvrir qu’un spectacle allait voir le jour et être joué dans notre région! J’ai réservé dès l’ouverture des ventes de billets et grand bien m’en a pris car le spectacle a fait salle comble.

Mise en scène par Elodie Ségui, la pièce reprend le roman éponyme où les nombreux personnages sont interprétés par trois acteurs incroyables: Frédéric Combe, Baptiste Raillard et Charlotte Noiry (en alternance avec Hélène Marchand). Au fil de l’histoire, ils se transforment devant nos yeux fascinés à l’aide d’argile, de farine, de peinture et autres branchages dans un jeu de lumière fascinant. Ils jouent avec les mots et les sons, communiquent avec le public qui rit et se laisse complètement captiver par ce monde tout en couleurs qui se crée sous son regard émerveillé.

Spectacle vu avec mes deux filles qui avaient adoré le roman et sont complètement conquises par la pièce. Entre petites peurs (de celles qu’on aime ressentir) et crises de fou rire, nous avons passé un moment magique. Les filles pourraient vous lister tous leurs moments favoris, je me contenterai de dire que j’ai trouvé le minimalisme de la mise en scène incroyable, vivant et très riche. Visuellement bluffantes, les métamorphoses successives des acteurs sont magiques, fascinantes. Les trois comédiens sont talentueux, ils dégagent une énergie incroyable, faisant ressentir leur passion pour le jeu, communiquant leur passion pour leur art.

Le Yark, par la compagnie L’Organisation est un spectacle réussi qui donne vie au roman de Bertrand Santini avec intelligence et magie. Un enchantement pour toute la famille!

 

D’autres dates: ici

BD/manga

Sorcières, Sorcières – 4. Le mystère des fleurs de tempête

Auteur: Joris Chamblain

Illustratrice: Lucile Thibaudier

Éditeur: Kennes

Pages: 48

 

Cette quatrième aventure de Miette et Harmonie est placée sous le signe du temps qui passe. Alors que Miette fête son anniversaire, Harmonie est à un âge où les doutes et l’inquiétude en l’avenir la bouleversent et la rendent triste sans qu’elle ne sache ce qui la met dans cet état de déprime.

Au travers de la magie, Joris Chamblain joue sur le temps qui passe, mettant l’accent sur l’importance de l’héritage et de la filiation. Le texte, teinté de nostalgie, véhicule des valeurs fortes telles que la compassion, l’empathie, les liens du sang… Par ailleurs, les illustrations de Lucile Thibaudier dégagent beaucoup de douceur et de chaleur au travers des couleurs et du trait tout en boucles et arrondis.

Volumes précédents

  

C’est l’hiver dans le petit village de Pamprelune… et dans le cœur d’Harmonie. Où disparaît-elle si mystérieusement chaque jour? Pourquoi a-t-elle tant besoin de solitude? Quel est cet étrange symbole qu’elle trace dans son journal? Miette se lance dans cette enquête pour trouver les réponses et va remonter sans le savoir aux véritables origines des fleurs de tempête…

album·anglais

An Artist’s Journey to Bali

Auteur/ illustratrice: Betty Reynolds

Éditeur: Tuttle Publishing

Pages: 48

 

Aujourd’hui je vous présente un album en anglais, offert par leur tante à mes filles pour leur faire découvrir Bali. Vivant en Australie depuis quelques années, elle a permis à notre famille de s’enrichir culturellement sur cette île et ses voisines rendues plus accessibles.

Bali est une île indonésienne qui recèle bien des merveilles et c’est au travers de l’art que Betty Reynolds choisit de nous la faire connaître.

Après une rapide géolocalisation des sites présentés, l’auteur entre dans le vif de son sujet, présentant les croyances, traditions, coutumes et autres fêtes traditionnelles et ancestrales.

En passant par les cérémonies qui entourent les différentes étapes de la vie, la religion et la cuisine traditionnelle, toutes les formes d’art sont présentées, expliquées, accompagnées d’informations.

Richement illustré, An Artist’s Journey to Bali est un album documentaire absolument magnifique, présenté sous la forme de questions/réponses et rempli d’informations et de petits détails qui suscitent l’intérêt du lecteur.

Les dernières pages mettent l’accent sur la végétation locale avec des pages réservées aux fruits, fleurs et arbres… Sans oublier des DIY d’art culinaire ou sur le port du sarung, le vêtement traditionnel. C’est une merveilleuse invitation au voyage!

What are those decorative poles lining the streets? How can dancers move their bodies in so many directions at once? What are those palm decorations in the rice fields? Why do statues wear a checked tablecloth? Author and artist Betty Reynolds returned to Bali to find answers to many questions she had during her previous visits. This book contains the answers-informations on Balinese temples, dance, cuisine, flora, customs and ceremonies.

ebook·roman

Poldark 1: Les falaises de Cornouailles

Titre VO: Ross Poldark

Auteur: Winston Graham

Traductrice: Simmone Huinh

Éditeur: Archipel

Format ebook

 

Ayant apprécié la première saison de la série éponyme, diffusée sur Netflix, je me suis laissée tenter par la lecture du roman. Gros succès littéraire outre Manche, je m’attendais à un roman proche du Nord et Sud de Elizabeth Gaskell, une romance sur fond de drame social dans lequel on remplacerait les filatures par des mines.

Mais il n’en est rien. On se retrouve devant une romance très ordinaire, convenue et sans profondeur. L’auteur pose des bases intéressantes mais ne les exploite pas et c’est franchement dommage. Winston Graham a visiblement plus d’intérêt pour les drames familiaux et les histoires de salons que pour les faits historiques.

Les falaises de Cornouailles est un roman décevant sur bien des points et dont l’adaptation est, une fois n’est pas coutume, de meilleure qualité car plus aboutie.

1783. Après avoir pris part à la Guerre d’Indépendance, le jeune et fougueux Ross Poldark quitte l’armée britannique et l’Amérique pour retrouver les siens. C’est un homme blessé qui rejoint ses falaises de Cornouailles. Là, il trouve le domaine familial en déshérence : son père vient de mourir et Elizabeth, sa fiancée, a rompu sa promesse pour en épouser un autre…
Se repliant sur lui-même, il décide de relancer le domaine. Agriculture, élevage, prospection minière, il se bat sur tous les fronts. Et se lie même avec ses fermiers et ouvriers – quitte à se brouiller avec ses proches et l’aristocratie locale. Un jour, lors d’une foire aux bestiaux, il prend la défense d’une fillette de treize ans, Demelza, qu’il ramène chez lui et engage à son service comme domestique. Les années passent, Demelza s’épanouit. Et ce qui devait arriver… Quitte à choquer une fois de plus les bien-pensants, Ross n’écoutera que son cœur.

roman jeunesse

Béatrice l’intrépide

Auteur: Matthieu Sylvandeur

Illustrateur: Perceval Barrier

Éditeur: l’école des loisirs

Collection: neuf /maximax

Pages: 93

 

Béatrice l’intrépide se compose de deux contes qui défient les codes du genre en inversant les rôles masculins et féminins. L’héroïne est une jeune fille courageuse, prête à tout pour défendre la veuve et l’orphelin; Béatrice a tout du preux chevalier des contes et autres récits moyenâgeux. Tous les rôles importants sont féminins (princesses, bandites, cheffesse, reine, villageoises), alors que les rôles masculins sont secondaires voir absents.

Thème en vogue en ce moment, la place des femmes dans la société est un sujet fort mis en avant dans un texte bourré de clins d’œil et dans lequel les anachronismes (console de jeux vidéos, téléphone portable…) amènent un côté décalé très divertissant. Le narration est rythmée, le texte de Matthieu Sylvandeur riche en vocabulaire féminisé et surtout, très drôle. Les illustrations de Perceval Barrier sont par ailleurs en total accord avec l’histoire et son contexte. On en redemande!

Gabrielle trouve que ce titre est: « Génial car pour une fois c’est une fille qui vient au secours des plus faibles. Béatrice est forte, courageuse et réussit toujours à trouver des solutions pour résoudre les situations difficiles. C’est très drôle!« 


Troisième livre de notre abonnement à l’école des max, il sera un excellent outil pour un travail de vocabulaires mais aussi pour un approche du thème « chevalier/Moyen-Age » et les codes de ce genre littéraire, la façon dont Matthieu Sylvandeur les détourne au profit des filles etc…


« Je me présente: Béatrice l’Intrépide, aventures en tout genre, héroïsme, redressement de torts, secours aux victimes, défense de la veuve et de l’orphelin. J’affronte les brigands, je découpe les dragons en tranches, je délivre les princesses. Si vous avez besoin de mes services, criez! L’œil et l’oreille toujours aux aguets, je saurai où vous trouver. » Béatrice l’Intrépide est fort sollicitée ces derniers temps. Il lui faut secourir un prince atteint d’un mal mystérieux et débarrasser la région d’une bête démoniaque. Ne la plaignez pas! Elle adore ça.