masse critique·roman

Le Joy Luck Club

joy

 

Titre vo: The Joy Luck Club

Auteur: Amy Tan

Traductrice: Annick Le Goyat

Editeur: Charleston

Pages: 398

 

 

Quatrième de couverture:

Comment vivre la Chine en Amérique? Deux générations de femmes, quatre mères, quatre filles livrent leur histoire. En 1949, quatre chinoises, ayant récemment immigrées à San Francisco, se retrouvent pour discuter. Unies dans leurs espoirs et leurs pertes, elles décident de former le Joy Luck Club. Ressurgissent alors les senteurs et les saveurs d’autrefois. On croise des bébés mariés à la naissance, des soeurs jumelles perdues sur une route d’exode, la Dame Lune qui exauce les voeux des enfants, des concubines jalouses et humiliées… Nostalgique et amère parfois, la fable se heurte à un autre langage. Celui d’une deuxième génération qui aspire à une vie différente libérée du poids de la tradition. Au carrefour de ces deux mondes, Jing-mei. La jeune femme découvre au Joy Luck Club la force de l’héritage laissé par les mères. Naît alors l’espoir d’une réconciliation car les liens du sang sont indéfectibles…

Ce que j’en pense:

A la mort de sa mère, Jing-Mei est invitée à se joindre au joy club auquel sa mère se rendait. Elle prend ainsi sa place de quatrième au jeu du mah-jong et se retrouve mêlée à ce groupe dont elle ignore tout. Mal à l’aise parmis ces femmes qu’elle peine à comprendre, Jing-Mei reçoit de leurs mains une preuve d’amitié et de soutien inestimable qui vont la conduire en Chine, dans les pas de sa mère…

LUCKCLUB2 LUCKCLUB

 

Entre la Chine et les Etats-Unis, entre passé et présent, Amy Tan nous entraîne dans une histoire de familles et de générations où les liens mères-filles sont au coeur des souvenirs et de l’avenir. Le livre est construit sur une alternance d’histoires de chacun des personnages et il n’est pas aisé de jongler entre les uns et les autres. J’avoue avoir été rapidement perdu par ces histoires et n’avoir pas sû y trouver de liens réels entre eux. L’auteur livre des témoignages plus ou moins forts, emprunt de nostalgie et de regrets où s’affrontent des mères et leurs valeurs ancestrales, et leurs filles nées en Amérique qui tentent d’avancer et de trouver leur place dans une société aux différences multiples des valeurs dans lesquelles elles ont grandi.

L’écriture est très belle et porte l’histoire avec talent mais je pense être passé à côté et n’ai pas vraiment été touché.

Je remercie Babelio et les éditions Charleston pour l’envoie de ce roman.

massecritique

BD/manga·masse critique

La voie des chevriers

chevriers

 

Auteur: Samuel Figuière

Editeur: Warum

Collection: Civilisation

Pages: 112

 

 

 

Quatrième de couverture:

Est-il raisonnable pour un jeune couple de se lancer à partir de rien dans une vie d’éleveur de nos jours? Non, mais c’est pourtant ce qu’on fait Cécile et Nicolas. Seuls contre presque tous, ils défendent un élevage à taille humaine là où les logiques industrielles prévalent un combat pour la reconnaissance d’un travail artisanal. Une lutte contre la normalisation, le puçage et l’industrialisation du métier des premiers hommes.

A travers ce reportage, Samuel Figuière rend témoignage des joies et des difficultés d’un travail artisanal et militant.

Ce que j’en pense:

A une époque où l’industrialisation et le rendement prévalent sur les valeurs humanistes et la qualité, Cécile et Nicolas souhaitent se lancer dans l’élevage de chèvres; un élevage à taille humaine où le respect de l’homme passe par celui de l’animal. Confrontés à la dure réalité de la politique agricole, ils maintiennent un équilibre fragile grâce à leur optimisme et leur lutte quotidienne contre les institutions adminitratives et commerciales.chev

Véritable témoignage, La voie des chevriers est un roman graphique documentaire joliement illustré dans laquelle Samuel Figuière dénonce l’élevage intensif et ses conditions déplorables pour les animaux. L’auteur met aussi en avant les enjeux économiques, environnementaux et de santé publique en rapportant l’envers d’un monde méconnu du grand public, pourtant premier concerné en tant que consommateur.

La lecture se fait d’une traite, le sujet est abordé avec fluidité et le récit ne souffre d’aucune lourdeur. Ce témoignage de qualité est enrichi d’une expérience réelle, humaine et respectueuse qui laisse place à l’espoir d’un monde meilleur au travers du développement d’une agriculture durable s’inscrivant dans une véritable dynamique locale.

COEURS

Je remercie Babelio et les éditions Warum pour cette lecture coup de coeur.

massecritique

roman jeunesse

Chère Madame ma Grand-Mère

chèremamie

 

Auteur: Elisabeth Brami

Illustratrice:Carole Gourrat

Editeur: Nathan

Pages: 63

 

 

 

Quatrième de couverture:

« Je m’appelle Olivia et j’ai douze ans et demi. J’ai trouvé votre nom en fouillant dans les papiers de ma mère. Je sais, ce n’est pas bien, mais est-ce que c’est bien de cacher la vérité aux enfants, de garder des secrets? J’ai bien réfléchi: il faut absolument que je sache des choses sur mon père, et je crois que vous êtes la seule à pouvoir m’aider. »

Ce que j’en pense:

A douze ans et demi, Olivia a toujours vécu seule avec sa mère. Tentant de lever le voile sur le mystère qui entoure son père, elle entame une correspondance avec une vieille dame qu’elle pense être sa grand-mère paternelle. Mais cette dernière ne l’entend pas de cette oreille et va mettre du temps à s’ouvrir sur cette histoire du passé qui a laissé une blessure béante dans son coeur…

A un âge où l’on tente de se construire, Olivia cherche encore à comprendre qui elle est au travers de ses origines. Elisabeth Brami signe ici un très beau récit épistolaire plein d’émotions mettant en avant l’importance de la filiation et le droit de tout un chacun de connaître ses origines. Un droit qui est avant tout un besoin pour construire son identité et l’adulte que l’on deviendra.

Merci à Virginie de Book’inn sofa.

swap

Swap: Correspondance

letters1 letters2 letters3

 Organisé par Pauline du blog Entre les Pages, le swap correspondance tourne autour de la papeterie et de la correspondance papier. Cette dernière ayant une valeur très particulière pour moi je me suis laissée tenter.

Contenu du colis

Trois romans épistolaires
(ou des romans qui contiennent un certains nombres de lettres ou e mails)
Grands formats, livres de poche, neuf ou occasion
Un marque-page

(acheté ou fait par vos soins)
Un ou deux kits de correspondance
(ou un mélange de votre choix de papiers à lettre et d’enveloppes)
Un carnet
Une selection de crayons
Deux articles de papeterie / de correspondance

(des timbres, un presse-papier, une règle, des autocollants, un répertoire, des post-it…)
Une carte avec un petit mot pour votre correspondant

Envoi du colis

semaine du 23 au 29 Mai 2016

Mon binôme

Book’inn Sofa

Réception du colis

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je remercie chaleureusement Virginie pour ce magnifique colis au contenu divers qui correspond beaucoup à mon univers et mes goûts. Je me sens vraiment très gâtée ❤

Merci!