Uncategorized

Bilan Février 2015

J’ai peu lu ce mois-ci, j’ai surtout lu avec mes filles ou je les ai écouté me lire des histoires (et je n’ai pas encore tout chroniqué). Pour ceux et celles qui suivent le blog, j’ai déjà aborder le fait que je réfléchissais à une éventuelle déscolarisation de mes filles et la décision est prise. Elles ne feront pas de rentrée en CP en septembre prochain; pour divers raison mais la principale est que je ne souhaite plus me battre avec l’école pour qu’on leur propose une scolarité à leur niveau. L’enseignante reconnait qu’elles sont sur un niveau CE1 voir CE2 sur certain points mais malgré leur motivation, les divers bilans fait auprès de psychologue et orthophoniste qui confirment qu’elles auraient leur place d’avantage en CE1, et bien l’école traîne les pieds et fatiguée des crises que l’ennuie provoque chez mes petites demoiselles, fatiguée de lutter pour que nos droits soient respectés, nous nous adaptons hors des murs. Désolée pour cette parenthèse 😉 qui est là pour dire que ma quantité de lecture va probablement baisser au fil des mois à venir, le temps de s’organiser surtout.

Bref, place au bilan…

bilan

(petit clic sur la couverture pour atteindre le billet)

 histoirenoel épreuve2 épreuve3 Pour une liberté notrehistoire malheursdesophie martine7 pierrelapin jeannotlapin

Lectures non chroniquées

potloupécole

Soit 11 livres lus pour 1939 pages tournées.

ebook·roman

Pour une liberté

Pour une libertéAuteur: Mathieu Mériguet

Éditeur: Auto-édition

Format ebook: 2123kb (396 pages)

Date de parution: novembre 2014

Présentation:

Quentin vit avec sa fiancée en banlieue parisienne. La vie est morose, tous deux décident de revenir vivre à la propriété familiale, une vaste bâtisse située dans le sud de la France, perdue dans la forêt. Paul, le frère de Quentin, veille sur la demeure en attendant l’arrivée du couple. Bûcheron de métier, il vit loin de la société, à l’abri de ses dangers. Il est en communion avec la nature, car il y trouve le calme dont il a besoin.

Mais Paul se montre mystérieux depuis quelques mois. Il est distant, et des rumeurs courent à son sujet. Au village, tout le monde redoute cet ermite robuste et solitaire, qui ces derniers temps, agit de manière obsessionnelle. Mais plus que tout, c’est la propriété qui inquiète, cette immense maison isolée dans les bois, et porteuse dans ses murs d’un lourd passé.

Quel mystère cache donc la forêt ? Que va découvrir Quentin une fois sur place ?

Ce que j’en pense:

Avant tout je souhaite remercier l’auteur, Mathieu Mériguet, qui m’a proposé de lire son roman. C’est une expérience nouvelle pour moi, et cela m’a fait plaisir de pouvoir découvrir un jeune auteur même si sur le fond ce n’est pas vraiment mon genre de lecture.

Pour une liberté est un thriller psychologique où se croisent des personnages peu attachants et pas forcément sains d’esprit. Entre Paris et la campagne du sud-ouest, on suit Quentin dans ses réflexions sur sa vie passée, présente et future. On se rend rapidement compte qu’il est calculateur, manipulateur et égoïste, qu’il cherche son bonheur sans penser aux conséquences pour les autres. Son jeune frère, Paul, bien que présenté comme un ermite à l’allure bestiale, m’a paru bien plus humain. On comprend vite que, trop isolé du monde, il n’en connait pas vraiment les codes sociaux et perd facilement pied quand il faut prendre une décision et c’est l’une d’elle qui va venir compliqué leur vie à tous: Quentin, Paul, Caroline et Marina.

J’ai trouvé l’idée très intéressante et j’avoue que même si j’avais compris quel était le secret de Paul, j’ai été très surprise par le final, qui m’a bien plu. Maintenant, je dois avouer que la première moitié du roman ne m’a pas convaincu, j’ai eu peine à la lire car elle regorge de descriptions et de répétitions qui alourdissent le récit. Par ailleurs les dialogues m’ont paru trop lisses, trop propres, pas assez naturels et spontanés.

Comme je l’ai dit plus tôt, ce n’est pas mon genre de lecture donc je ne suis pas la mieux placée pour la juger. Et même si je n’ai pas accroché à l’écriture, je reconnais que l’idée est bonne et les personnages originaux, Quentin est détestable, il fait un parfait antihéros.

Documentaires /Livres jeux·vidéo

Saint Laurent

saint laurentRéalisateur: Bertrand Bonello

Acteurs: Gaspard Ulliel, Jérémie Renier, Léa Seydoux…

Genre: Biopic

Format: 2h30

Date de sortie cinéma: 24 septembre 2014

 

Synopsis (allociné):

1967 – 1976. La rencontre de l’un des plus grands couturiers de tous les temps avec une décennie libre. Aucun des deux n’en sortira intact.

Ce que j’en pense:

Après avoir vu le Yves Saint-Laurent de Jalil Lespert j’étais curieuse de voir celui de Bonello dont les critiques ont tant parlé et dont la comparaison est inévitable… d’autant qu’ils sont sortis à peu d’intervalle. Ayant adoré le film de Lespert, je dois dire que j’attendais beaucoup de celui-ci mais je n’ai pas accroché du tout. Je ne remets pas en cause le jeu des acteurs qui est très bon, et même si Pierre Niney fait un Yves Saint-Laurent plus convainquant que Gaspard Ulliel, ce dernier a su insuffler quelque chose de différent au personnage qui reste très appréciable.

sl

Mais ce qui m’a le plus gêné est la réalisation en elle-même qui semble s’embourber dans une continuité de scènes sans rapports entre elles, parfois d’une longueur soporifique, parfois sans grand intérêt. Plus proche du documentaire que du film biopic, Saint Laurent m’a assommé et je n’ai pas su aller au bout des 2h30 (au bout de cinquante minutes j’avais déjà l’impression d’en avoir vu trois heures); les personnages apparaissent à l’écran et ne nous sont pas présentés, comme si ce film était fait uniquement pour ceux qui connaissaient Yves Saint-Laurent et ses proches. De plus Bonello ne s’attaque qu’à une courte décennie de la vie du génie et pas la meilleure, on assiste donc à des orgies sexuelles sous forme de partouzes homo, où s’alignent les boîtes de comprimés et les verres d’alcool. Le film s’enlise dans cet aspect sombre d’un homme ne dévoilant que son caractère autodestructeur au détriment du génie créatif et de la souffrance psychologique de l’homme. Son conjoint, Pierre Bergé est quasi inexistant, l’histoire d’amour est ici complètement reléguée aux oubliettes. En un mot, ce film est une déception.

Mention spécial au chien, et par extension à son dresseur, qui a su jouer sa mort par overdose avec talent, j’y ai vraiment cru!

Ma note: 4/10

vidéo

Yves Saint-Laurent

yvessaintlaurentRéalisateur: Jalil Lespert

Acteurs: Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon…

Genre: Biopic

Format: 1h46

Date de sortie cinéma: 8 janvier 2014

 

Synopsis (allociné):

Paris, 1957. A tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé. Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie. Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent. Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste.

Ce que j’en pense:

Plus que le talent, c’est l’âme de l’homme que nous découvrons dans ce film. Un homme réservé, timide dont la souffrance profonde lui fait parfois toucher le fond. Dévoré par une maladie mentale, il repousse ses limites dans l’autodestruction, alcool, drogue, recherche du plaisir dans les bras d’inconnus. Son talent l’anime autant que ses démons intérieurs. Au travers du regard de son compagnon, Pierre Bergé interprété par Guillaume Gallienne, on découvre un homme trop fragile pour gérer le génie créatif qui l’habite associé à une homosexualité assumée dans une société qui n’accepte pas toujours très bien cette différence.

ysl

Pierre Niney est transcendé, son jeu est si intense qu’on le reconnait à peine. Sa gestuel, sa voix, son attitude sont si naturelles qu’il donne l’impression d’être habité par un autre. Il a mérité son césar du meilleur acteur, je trouve en lui l’avenir du cinéma français. La beauté esthétique, les décors, costumes sont sublimés par la musique jazzy d’Ibrahim Maalouf, trompettiste talentueux. Majestueux!

Ma note: 8/10

roman jeunesse

Jeannot Lapin

jeannotlapinTitre vo: The tale of Benjamin Bunny

Auteure: Beatrix Potter

Editeurs: Gallimard Jeunesse

Collection: Folio benjamin – niveau 3

Pages: 40

Date de parution: mai 2007

 

Quatrième de couverture:

Jeannot Lapin s’aventure avec son cousin Pierre Lapin dans le jardin de Monsieur MacGregor… Réussiront-ils à ne pas se faire attraper ?

Ce que j’en pense:

Jeannot Lapin est le cousin de Pierre qu’il passe prendre pour aller dans le jardin de Monsieur MacGregor, profitant qu’il soit sorti en compagnie de son épouse. Mais Pierre est encore sous le choc de son aventure et bien qu’il aie très envie de récupérer sa veste et ses chaussures, il n’est pas à l’amusement et tremble de peur au moindre bruit. Bientôt ils tombent sur une chatte qui les pousse à se cacher pendant des heures, ils ne seront sauvés et sévèrement punis que par la perspicacité du père de Jeannot.benjaminbunny

Cet album reste dans la même ligné que celui de Pierre, on y retrouve les mêmes ingrédients tant que niveau du l’histoire que du graphisme. La punition donnée par le père de Jeannot est par contre plus violente que celle de la mère de Pierre puisqu’il a recours au châtiment corporel, une fessée à coup de baguette de bois… Mais ça marche toujours aussi bien et il est agréable de suivre l’aventures des petits lapins. Je ne déplore que le changement de nom lors de la traduction, ainsi on passe de Peter Rabbit et Benjamin Bunny à Pierre Lapin et Jeannot Lapin, j’aime le fait que les cousins aient un patronyme différent et puis pourquoi transformé le prénom de Benjamin? Mais ce n’est qu’un détail…

Pédagogie·roman jeunesse

Les Malheurs de Sophie

malheursdesophieAuteur: La Comtesse de Ségur

Illustratrice: Claire Degans

Éditeur: Gründ

Collection:  Lecture de toujours

Pages: 174

Date de publication: mars 2010

 

Quatrième de couverture:

La petite fille multiplie les bêtises, et son espièglerie a conduit souvent sur la pente dangereuse du mensonge, de la désobéissance ou de la colère. Mais chacune de ses mésaventures lui donnera une belle leçon qui l’incitera à devenir meilleure. Avec l’aide de son cousin Paul et de ses douces amies Camille et Madeleine, elle apprendra peu à peu à dompter son naturel impatient pour devenir une petite fille sociable et enjouée.

Ce que j’en pense:

Les Malheurs de Sophie est un roman qui se présente comme une succession de bêtises, sans aucun doute autobiographiques, que la Comtesse de Ségur compile sous forme d’anecdotes; petites leçons de morale qui démontrent que l’éducation qu’un enfant reçoit détermine l’adulte qu’il fera. Dans un français soutenu, l’auteur met en avant une éducation, aujourd’hui désuète, où les châtiments corporels et punitions humiliantes sont en vigueur, sans parler de la cruauté envers les animaux. Pourtant les enfants d’aujourd’hui semblent encore trouver beaucoup d’intérêt à ces histoires.

Chez nous ce fut l’occasion d’enrichir le vocabulaire, mais surtout de faire le point sur ce que nous y lisions. Mes filles étaient affligées par les bêtises, la désobéissance et la cruauté de Sophie, mais aussi par les punitions qu’elle reçoit. Bien entendu, Sophie est une enfant au bon cœur, qui n’arrive pas à se contrôler et cumule les bêtises au détriment des autres, humains et animaux, et parfois d’elle-même. Avoir pu lire cette histoire à trois voix fut une expérience très intéressante que je souhaite renouveler. En effet, nous avons pu discuter après chaque chapitre, désamorcer les choses qui choquent et comparer les mœurs d’alors à celles d’aujourd’hui.

Lecture faite sur deux supports puisque nous avons lu sur ce livre et sur la kindle. J’ai eu envie de faire découvrir à mes filles des œuvres majeures de la littérature enfantine mais leur capacité de lecture n’est pas encore assez mature pour lire des romans aussi volumineux (alors que leur maturité psychologique est plus que prête). L’avantage de la liseuse est que l’on peut jouer sur la taille de la police, permettant aux enfants de lire plus facilement. Mais la version papier reste un bel objet, d’autant que Gründ a choisi d’en faire une version illustrée, un plus pour notre bibliothèque. Je remercie d’ailleurs Pauline, du blog Entrelespages, qui a été de très bons conseils dans le choix de l’édition.

Site de Claire Degans

sophieEn parallèle de notre lecture, nous avons suivi la série animée produite en 1997 qui reprend en fait la trilogie de romans sur Sophie: Les Malheurs de Sophie, Les Petites filles modèles et Les Vacances. Cette série fut bien difficile à regarder tant la vie de Sophie est chamboulée après son départ pour les Etats-Unis, la vie que sa belle-mère va lui donner nous a soulevé le cœur. L’animation n’est pas de meilleur qualité mais la série reste une belle adaptation, touchante, bouleversante.