vidéo

La Planète des singes: l’affrontement

apes Titre vo: Dawn of the Planet of the Apes

Réalisateur: Matt Reeves

Casting: Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, Tobi Kebeell, Kodi Smit-McPhee…

Genre: Science fiction

Format: 2h11

Date de sortie cinéma: 30 juillet 2014

 

Synopsis (allociné):

Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

Ce que j’en pense:

Dix années se sont écoulées depuis la fin de l’histoire du premier film. César est à la tête d’une nation de singes évolués qu’il tente de protéger tout en la faisant croître. Bien que la paix règne dans leurs rangs, elle est fragilisée par des idées divergentes. Lorsque des humains, espèces en voie d’instinction, les découvrent, ils font basculer l’Histoire vers une guerre qui déterminera l’espèce dominante sur Terre.

apes1

 

J’avais adoré le premier volet de cette prélogie, et j’attendais la suite avec impatience. César est un grand singe à l’âme noble et généreuse. Il garde en lui les traces de son éducation humaine et fait preuve d’émotions humaines vis à vis des siens mais aussi des Hommes. Andy Serkis, est toujours aussi à l’aise avec la technique du motion capture et les effets spéciaux sont parfaitement maitrisés. Le travail des acteurs qui font les singes est justes fascinants. On ne peut qu’imaginer l’énorme travail qu’ils ont du faire en amont pour se déplacer comme leur personnage, ainsi qu’au niveau des expressions faciales et de la maîtrise du langage des signes. Les techniques informatiques apportent ce qu’il faut de réalisme et de qualité visuelle et mettent en avant leur incroyable talent.

J’ai particulièrement apprécié que les singes s’expriment entre eux par le langage des signes, comme pour rejeter ce qui les rapproche des Hommes, et qui les unis. Mais d’un côté comme de l’autre, les tensions, la colère et la haine pour l’espèce opposée sont trop importantes pour qu’une entente ne soit plus que fragile. D’un point de vue extérieur, on ne peux que noter que l’Homme a signé sa propre extinction: ses expériences sur les singes en ont fait des êtres doués de paroles et d’intelligence surdéveloppée, ils ont aussi « créé » le virus qui les dessime, et continuent de rejeter la faute sur les singes, qui plein de rancoeur, se soulèvent pour mieux les renverser.

Le film m’a beaucoup plu, l’histoire était intéressante, captivante, bien amenée. Même si on sait comment ça finira (cf trilogie des années 70), savoir comment on est arrivé à la domination des singes sur l’Homme attise ma curiosité. Vivement le troisième volet!

Ma note: 8/10