challenge·roman ado

Love Letters to the Dead

loveletters

Titre vo: Love Letters to the Dead

Auteure: Ava Dellaira

Traducteur:

Editeur: Michel Lafont

Pages: 319

Date de publication: mai 2014

Quatrième de couverture:

Au commencement, c’était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est réellement passé, la nuit où May est décédée. Love letters to the dead est une lettre d’amour à la vie.

Ce que j’en pense:

J’avais repéré ce titre il y a un moment sur la blogosphère, plutôt encensé par les critiques, et quand je suis tombée dessus en librairie j’ai eu un coup de coeur pour sa couverture aux couleurs et au touché doux, au titre en relief, et je me suis laissée convaincre par la quatrième de couverture.

J’ai été surprise de découvrir qu’il s’agit d’un roman épistolaire. Je pensais bien y trouver des lettres mais qu’elles seraient distillées ça et là dans le texte. Le genre ne me déplait pas donc passé le moment de la découverte, je me suis plongée dans ma lecture.

Ce ne fut pas le coup de coeur que j’avais espéré, le début du récit m’a même ennuyé, je n’arrivais pas à m’attacher à l’héroïne, ne parvenant pas à comprendre pouquoi elle cherchait tant à ressembler à sa soeur, pourquoi elle balançait des informations sur des célébrités décédées. Puis peu à peu elle laisse entrevoir des détails plus profonds, plus sombres de ce qu’elle a pu vivre et que faire le deuil de sa soeur n’est pas facile, la culpabilité la ronge, un secret assez lourd l’emprisonne dans sa douleur et l’empêche d’avancer. Il y a une sorte de parallèle intéressant entre les personnages à qui elle choisit d’écrire et son histoire familiale, leurs blessures sont les mêmes.

Un peu comme Stephen Chbosky, son ami et mentor, dans son roman Le monde de Charlie, Ava Dellaira nous livre un drame profond, bouleversant, construit comme un puzzle dont les pièces se mettent en place lentement, où l’on suit une jeune fille, Laurel, qui entre au lycée et se fait des amis qui, comme elle, sont des êtres paumés, décalés, hors du moule. Entre la vie scolaire, les soirées, les beuveries etc on découvre un être fragile et brisé qui tente de se détruire un peu plus pour trouver sa place. Le chemin est long vers la prise de conscience qui lui permettra de comprendre que pour guérir ses blessures il lui faut abattre le monstre qui est en elle et non attendre que quelqu’un vienne la sauver d’elle-même.

Un roman intéressant, bien écrit et dont la construction n’a rien d’originale mais qui vaut le détour.

babelio 20142015

7 réflexions au sujet de « Love Letters to the Dead »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s