album

Balthazar et les matières à toucher

balthazarmatièresAuteure: Marie-Hélène Place

Illustratrice: Caroline Fontaine-Riquier

Editeur: Hatier

Collection: Aide-moi à faire seul

Pages: 40

Date de publication: octobre 2014

 

Quatrième de couverture:

Aujourd’hui c’est la fête, Balthazar a invité tous ses amis : la fée de la lune en robe de soie lisse, la sorcière et son tablier de toile rugueuse, le fantôme, le yéti… Sauras-tu reconnaître chacun les yeux fermés ?

Le petit enfant utilise ses sens pour découvrir et comprendre le monde. Ce livre lui permet d’explorer par le toucher différentes matières, et d’y associer le vocabulaire correspondant lisse, rugueux… selon la pédagogie de Maria Montessori. L’enfant développe ainsi avec plaisir et douceur ses sens et son langage.

Ce que j’en pense:

Petit dernier de la collection  » Aide-moi à faire seul », Balthazar et les matières à toucher est un album sensoriel où l’adulte encourage l’enfant à développer le toucher tout en enrichissant son vocabulaire avec des notions telles que lisse, rugueux, doux, dru… mais également avec le nom de différents tissus: velours, soie, feutrine…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au travers d’un carnaval et du jeu collin-maillard, l’enfant est invité à se bander les yeux et à retrouver les amis de Balthazar, dont il a déjà découvert les textures des déguisements, au travers d’une double page tout en noir en blanc où il mettra en pratique ce qu’il a appris dans les premières pages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après quoi, l’histoire se poursuit et la découverte des notions acquises se renforce au travers d’une recherche autour de soi d’objets lisses, poilus etc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un très bon titre, idéal pour les plus jeunes, la petite enfance étant une période sensorielle durant laquelle le petit découvre le monde au travers de ses sens.

vidéo

The Maze Runner – Film

mazerunnerRéalisateur: Wes Ball

Acteurs: Dylan O’Brien, Aml Ameen, Will Poulter, Kaya Scodelario, Thomas Brodie-Sangster, Ki Hong Lee…

Genre: Science-fiction, aventure

Format: 1h54

Date de sortie cinéma: 15 octobre 2014

Synopsis (allociné):

Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

Ce que j’en pense:

Adaptation très réussie du roman éponyme de James Dashner, The Maze Runner démarre dans une cage où Thomas est enfermé, montant comme dans un ascenceur vers une destination surprenante: le bloc où vivent une quarantaine d’adolescents.

labyrinthe1

Wes Ball fait un excellent travail de réalisation, avec de jeunes acteurs qui s’en sortent avec talent. L’adaptation cinématographique gomme les longeurs du livre (le début surtout) et retranscrit avec brio l’angoisse que l’on ressent dans la labyrinthe. Bien entendu, comme toute adaptation, celle-ci comporte quelques différences avec le roman, mais ces transformations ne gènent en rien l’avancement de l’histoire, au contraire, je les ai même trouvées bien pensé. Elles suppriment les temps morts et font qu’on n’a jamais le temps de souffler, les actions s’enchainent à un rythme effreiné renforcant ce sentiment d’oppression omniprésent.

Sans aucun doute le meilleur film adaptant un roman young adult qui soit, et avec un budget très inférieur aux autres!

Ma note: 9/10