Pédagogie

La pédagogie Charlotte Mason

A une époque où l’école est au coeur de bien des débats, où elle subit des réformes plus ou moins folles, je me pose de plus en plus de questions quand au bien fondé de cette institution qui n’a pas su évoluer avec le temps, qui de plus en plus tend à faire de nos enfants des moutons, des individus de plus en plus conformes à ce que la société veut qu’ils soient, qui uniformise les apprentissages pour tous les enfants, oubliant sur la route ceux qui n’arrivent pas à suivre et ceux qui ne rentrent pas dans le moule. A ce jour, j’envisage fortement une déscolarisation de mes filles qui, trop en avance sur les acquis de leur niveau, font peur à leur enseignante qui a bien voulu se détendre quand je lui ai dit que mes attentes vis à vis de l’école n’étaient pas bien élevées cette année. Dans le cadre de cette réflexion sur l’instruction en famille, j’ai des lectures sur les différentes pédagogies, je cherche un peu le chemin que nous pourrions prendre.

 

charlotte masonAuteure/Editeur: Laura Laffon

Format: Kindle

Poids: 1621kb (183 pages)

Prix: 6€58

 

Présentation:

Chaque enfant est unique: on ne peut faire, en éducation, que du sur-mesure. La pédagogie Charlotte Mason est, aux antipodes de tout programme prédéfini, une méthode qui s’adapte à chaque enfant, qui prend en compte ce qu’il est, pour l’encourager à devenir le meilleur de lui-même; une approche respectueuse et très facile à mettre en place, au coeur des livres et de la nature.

Ce premier tome est une version actualisée, commentée et modernisée des trois premiers livres de Charlotte: Home Education, Parents and Children et School Education.

Ce que j’en pense:

Ce livre, écrit par une maman instruisant ses enfants à la maison, est un condensé, commenté et modernisé, de trois livres écrits par l’enseignante britannique Charlotte Mason: Homes Education (1886), Parents and Children (1896) et School Education (1904). Il apparait rapidement que cette maman a voulu avant tout partager sa passion pour cette pédagogie dont elle se sent très proche (elle mentionne régulièrement la pédagogue de l’époque victorienne en ne la nommant que par son prénom), mais au fil des pages on note beaucoup de répétitions qui allourdissent le livre et apportent quelques longueurs. Je ne me suis cependant pas arrêtée à ce détail qui sur un livre si court n’a que peu d’importance, en me disant que Charlotte Mason n’ayant jamais été traduite dans notre langue, ce résumé est une très bonne entrée dans son univers.

Au niveau de la pédagogie en elle-même, comme beaucoup d’autres courants, celle-ci a ses bons côtés, et d’autres moins bons. J’adhère a bien des choses, notamment l’observation de la nature et la mise à disponibilité de livres intelligents qui permettent de développer l’imagination mais aussi les documentaires écrits par des personnes passionnées par leur sujet. De même, l’individualisation des apprentissages, le cas par cas, me parle beaucoup. La mise en valeur des connaissances et du juste sur le faux (en orthographe par exemple), l’apprentissage par la manipulation, par l’expérience (en mathématiques ou en sciences) sont des méthodes auxquelles je crois et que je mets en pratique quotidiennement.

Là où je reste plus sceptique c’est sur l’importance de la religion, de la lecture de la Bible et de l’éveil à la Foi dès le plus jeune âge… Je pense que c’est aux familles de faire le choix d’enseigner ou non la religion à leurs enfants; je n’ai rien contre le fait de l’aborder de manière générale, c’est une richesse culturelle indéniable, mais de là à donner la Foi en un Dieu quelconque, je suis convaincue que c’est un choix à faire en famille, et donc au cas par cas.

La pédagogie de Charlotte Mason est une bonne synthèse de l’éducation familiale préconisée par cette britannique, qui permet à ceux qui ne lisent pas l’anglais (ou qui comme moi n’ont pas envie de lire trois livres de ce type) de découvrir une pédagogie alternative encore très méconnue en France.

4 réflexions au sujet de « La pédagogie Charlotte Mason »

  1. Hmm sujet ô combien délicat.
    Sur la religion d’abord. J’ai été élevée catholique. Mes parents croyants mais non pratiquants m’ont baptisée et j’ai fait mon cathé jusqu’à la confirmation… Mon frère n’a été que jusqu’à la première communion. Ma soeur a été baptisée avant son mariage !
    Tout évolue !
    Mon ex mari est de religion juive… Ca complique et ça corse. Non pratiquement mais très prise de tête… Ils tenaient à ce que les enfants reçoivent une éducation à la hauteur de ses croyances. Moi j’ai tenu à ce que mes enfants soient surtout ouvert au monde et à respecter autour. Je pars du principe que la religion est intime : je leur ai donc donné un peu de tout, par ma famille, mes amis, leur ai appris ce que je pouvais et d’autres ont complété sur d’autres religions. Mes enfants ont donc une ouverture d’esprit qui leur permet peut être (je l’espère) de ne pas critiquer si facilement comme beaucoup le font et surtout ne pas faire d’amalgame…
    La religion est un sujet très difficile, complexe et ne doit en rien être obligatoire. C’est trop personnel… Mais c’esst mon avis à moi.

    Sur l’éducation scolaire… J’avoue aujourd’hui être totalement dépassée par ces réformes que je juge être nécessaires mais effectuées totalement n’importe comment. Ca fait des années qu’on doit réformer mais les gouvernements (toutes couleurs confondues) n’ont encore pas capté qu’on ne pouvait pas réformer en un simple claquement de doigts et surtout n’ont pas compris que c’était l’occasion d’une concertation énorme entre tous les acteurs !
    Il est évident que notre système a besoin d’un grand coup de neuf mais je m’aperçois aussi qu’alors que nos enfants sont plus « doués » ou en tout cas plus sollicités dès leur plus jeune âge, l’éducation ralentit. Ce que moi je faisais en 4e, on le fait en 1ère aujourd’hui par exemple. Et dans ce qu’on apprend, certaines choses me semblent totalement à la ramasse !
    Je peux comprendre que certains parents choississent de déscolariser mais attention ça demande beaucoup beaucoup de travail aussi et ce n’est pas toujours simple à gérer !

    Désolée j’ai encore fait un pavé !

    1. aucun soucis, j’aime bien ce que tu écris 😉 Je suis d’accord sur la réligion, mes enfants sont dans le privé mais pas pratiquant, il y a une ouverture sur toutes les religions et je trouve que c’est vraiment important, c’est une richesse culturelle (numéro2 en 5è étudie l’islam en ce moment) et une ouverture d’esprit. Là dans le bouquin j’ai perçu comme une obligation « éduque ton enfant dans la foi de Dieu » et non je trouve que ce doit être une décision personnelle.
      Niveau scolaire, il y a un tirage important vers le bas, les prof eux-mêmes le disent, ils sont même de plus en plus nombreux à déscolariser leurs enfants. Comme tu le dis c’est un investissement, mais je suis convaincue qu’il vaut le coup 😉

      1. Oui en 5e Islam et la tâche est très compliquée dans le public sous peu justement qu’un enfant soit très très religieux ou limite fana…
        Je sais que Cadette en 5ème justement avait une question. on est allés voir direct nos voisins marocains. C’était génial parce que la maman est super pédagogue et elle a expliqué avec de vrais mots sans prise de tête certaines choses sur sa religion et c’était juste clair et limpide. Par contre Fiston en terminale, philo, a eu des soucis avec un élève fana qui ne supportait pas que son prof parle de religion et qui un jour l’a pris à part à la sortie du lycée… On a échappé au pire ….
        La religion est personnelle : tu as totalement raison 😉
        Et suis tout à fait d’accord avec ta conclusion sur le niveau scolaire… En tout cas, si un jour tu te lances, bon courage à toi 😉

  2. Bonjour,
    Auteur de ce livre je voulais vous remercier pour l’intérêt que vous y avez porté.
    Je comprends complètement le bémol sur la question religieuse: j’ai moi même beaucoup hésité en transcrivant ces passages. J’ai choisi de les traduire parce qu’il me semble qu’ils sont indissociables de la philosophie de Charlotte Mason. Comme Maria Montessori d’ailleurs, qui n’envisageait pas qu’on puisse instruire un enfant sans Bible, et qui serait sans aucun doute horrifiée de voir des ouvrages portant son nom sans aucun mention sur l’éveil spirituel de l’enfant. A chaque parent, ensuite, de prendre le recul nécessaire et de prendre ce qui lui semble pertinent. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s