ebook·roman

Les soeurs Charbrey – 1 – Sans orgueil ni préjugé

sansorgueil1Auteure: Cassandra O’Donnell

Editions: J’ai lu – Flammarion

Format: Kindle

Poids: 1449 kb

Date de sortie: 3 décembre 2013

Prix: 6€99

 

Présentation éditeur:

Le mariage? Morgana Charbrey ne veut pas en entendre parler! Sa passion dévorante pour les sciences emplit suffisamment sa vie sans qu’elle ait besoin de s’encombrer d’un époux. Cette soif d’indépendance, elle la dissimule derrière une prétendue maladie qui la contraint à rester recluse chez elle, à l’abri des regards courroucés de la haute société. En accompagnant sa jeune soeur Rosalie faire ses débuts à Londres, Morgana était loin d’imaginer que sa beauté et son caractère emporté attireraient l’attention de l’insupportable et ô combien séduisant comte de Greenwald…

Ce que j’en pense:

Alléchée par le titre clin d’œil à Jane Austen, j’ai très rapidement été déçu de voir que ce livre était à mille lieux d’Orgueil et Préjugés. Passée cette première déception, je me suis retrouvée un peu perdue dans une romance historique qui va à l’encontre de toutes les convenances et règles sociales en vigueur durant la Régence. Une fois de plus le côté historique passe à la trappe au profit d’une romance légère, frivole, et inconvenante. La personnalité des deux personnages principaux est forte et prend une grande place dans le roman, ils écrasent complètement les personnages secondaires qui du coup paraissent complètement inexistants. Je me suis cependant surprise à sourire à plusieurs reprises face à des situations irréelles et à l’histoire d’amour improbable entre ces deux héros que tout oppose.

La romance en elle-même est assez clichée: la jeune vierge effarouchée qui s’éprend d’un séducteur invétéré, qui lui fait découvrir les plaisirs de la chair qu’elle était finalement bien impatiente de connaitre. Après quoi il lui promet un amour éternel et une fidélité à toute épreuve. Et une question me brûle les lèvres: pourquoi les dialogues durant les scènes de sexes sont-ils si peu naturels, si niais? C’en devient ridicule et enlève tout romantisme à la chose…

Je découvre un genre littéraire que je trouve finalement très redondant, on prend les mêmes et on recommence… Je ne suis pas sûre de comprendre l’intérêt et le plaisir qu’on peut prendre dans ce genre de lecture. Quels sont les titres que vous recommanderiez?

ebook·roman

La duchesse insoumise

duchesse insoumiseAuteure: Christine Merrill

Editions: Harlequin

Format: Kindle

Poids: 644kb

Date de sortie: 1er mai 2012

 

Présentation de l’éditeur:

Angleterre, 1815. Mariée de force au duc Marcus de Haughleigh, ce libertin à la trouble réputation, lady Miranda ronge son frein : vivre dans un château en ruines aux côtés d’un mari ombrageux, voilà qui n’est jamais entré dans ses rêves de jeune fille. Bien sûr, Marcus ne l’a épousée que par devoir, et certes pas par amour. Mais de là à se montrer aussi rude avec elle… S’il croit pouvoir lui imposer cette vie austère sans qu’elle réagisse, il se trompe ! Déterminée à prouver à son mari qu’elle n’est pas femme à se résigner aussi facilement, Miranda se met à le provoquer …

Ce que j’en pense:

J’ai téléchargé ce roman car il était gratuit et que c’était l’occasion de découvrir du roman Harlequin. Le résumé était relativement intéressant et la couverture laissait présager du contenu. Cependant, une fois commencée la lecture on se rend vite compte que Miranda est loin d’être insoumise, au contraire elle est très réceptive et assez obsédée par l’acte sexuel et n’attend que son duc pour passer à l’action, enfin le duc ou son frère feraient tout aussi bien l’affaire… du moins au début. Marcus, le duc en question, a mauvais caractère, et vit sur ses souffrances passés, mais il est gentil, prévenant et soucieux des convenances même si rapidement son désir prend le dessus. Quant à son jeune frère, c’est un homme creux et inintéressant!

Romance assez creuse et gorgée de détails très crus dont je me serais bien passée, le contenu sonne creux, on obtient les réponses aux questions qu’on pourrait se poser dès le début du roman, le reste n’est qu’une succession de descriptions de Miranda jouant à l’apprentie duchesse, donnant ça et là des ordres pour l’entretien de la maison et se retenant de ne pas participer au dépoussiérage; ainsi que de tentatives de séduction et de baisers et caresses échangés dans les couloirs ou dans les petits coins.

En conclusion un roman qui se lit vite, fait passer le temps mais trop léger et qui manque de profondeur et de sentiments.

vidéo

La Belle et la Bête

bellebêteRéalisateur: Jean Cocteau

Acteurs: Jean Marais, Josette Day, Marcel André…

Genre: Drame, fantastique…

Durée: 1h36

Date de sortie: 29 octobre 1946

 

Synopsis (allociné):

Pour l’offrir à sa fille, le père de la Belle cueille, sans le savoir, une rose appartenant au jardin de la Bête, qui s’en offense. Afin de sauver son père, la Belle accepte de partir vivre au château de la Bête.

Ce que j’en pense:

Après avoir vu le film de Christophe Gans j’ai tellement entendu de comparaison avec le film de Cocteau que je ne pouvais pas ne pas voir ce dernier. Autre époque, autre genre mais finalement pas tant que ça.

J’ai trouvé ce film un peu mou (je l’ai d’ailleurs vu en deux fois car je me suis endormie dessus), mais très bien réalisé, avec un soin particulier apporté aux costumes. Pas d’effets spéciaux, ici tout est dans le jeu des acteurs, les statuts sont des mimes, de vrais acteurs qui font tout passer par le regard, le maquillage les déshumanise complètement. Jean Marais est grimé, son visage couvert de poils me rappelle plus celui d’un chat que d’un lion, mais il faut reconnaître que le résultat est convainquant même s’il n’est pas très effrayant, pas plus que la Bête incarnée par Vincent Cassel en tout cas.

On sent que Christophe Gans s’est fortement inspiré de ce film pour réaliser le sien, mais la part aux sentiments est plus importante chez Cocteau, on se rend compte de l’évolution des sentiments de Belle avant qu’elle en prenne conscience, apportant une ambiance plus romantique et plus profonde au film.

Je ne suis pas bien sûre d’avoir saisi la fin, la façon dont la Bête redevient humain échangeant sa place avec Avenant… Étrange ! J’ai aussi été très gêné par la fumée qui entoure la Bête quand la nuit tombe et que son côté sauvage ressort. Ce ne sont que des détails, mais je ne sais pas si j’ai vraiment aimé ce film, en tout cas je ne l’ai pas détesté, je suis contente de l’avoir vu même si je n’en garderai pas longtemps le souvenirs.

ebook·roman

Robin Hood, le proscrit

robinhood2Auteur: Alexandre Dumas

Editions: Une oeuvre du domaine public

Format: Kindle

Poids: 461 kb

Date de sortie: septembre 2011

 

Extrait:

Aux premières heures d’une belle matinée du mois d’août, Robin Hood, le coeur en joie et la chanson aux lèvres, se promenait solitairement dans un étroit sentier de la forêt de Sherwood.
Tout à coup, une voix forte et dont les intonations capricieuses témoignaient d’une grande ignorance des règles musicales, se mit à répéter l’amoureuse ballade chantée par Robin Hood.
– Par Notre Dame ! murmura le jeune homme, en prêtant une oreille attentive au chant de l’inconnu, voilà un fait qui me paraît étrange. Les paroles que je viens d’entendre chanter sont de ma composition, datent de mon enfance, et je ne les ai apprises à personne.
Tout en faisant cette réflexion, Robin se glissait derrière le tronc d’un arbre, afin d’y attendre le passage du voyageur.
Celui-ci se montra bientôt. Arrivé en face du chêne au pied duquel Robin s’était assis, il plongea ses regards dans la profondeur des bois.
– Ah ! ah ! dit l’inconnu en apercevant à travers le fourré un magnifique troupeau de daims, voici d’anciennes connaissances ; voyons un peu si j’ai encore l’oeil juste et la main prompte. Par saint Paul ! je vais me donner le plaisir d’envoyer une flèche au vigoureux gaillard qui chemine si lentement.

Ce que j’en pense:

Bien que téléchargé dès la fin de la lecture du premier volet, il y a de cela presque un an déjà, j’aurai laissé couler de l’eau sous les ponts avant d’attaquer la lecture de ce second volet.

Plus proche de héros dont on nous parle au cinéma ou dans les dessins animés que le premier volet, Robin Hood, le proscrit démarre cependant assez modestement. On assiste à bon nombre de mariages et les différents protagonistes nous abreuvent bien généreusement de récits passés qu’il s’agisse de rencontres, de l’enrôlement de nouveaux membres dans leurs rangs ou encore de victoires plus ou moins faciles. Le tout parsemé de combats dans la forêt de Sherwood ou de droit de passage fait payer aux nobles et aux hommes d’église; droit de passage qui sera en grande partie redistribué pour aider les pauvres gens. Après quoi les événements s’enchaînent, parfois sans lien entre eux, très rapidement comme si l’auteur ne savait comment finir son récit, rendant la lecture un peu surprenante…

Le grand méchant reste le Shérif de Nottingham qui agit au nom du roi Henri II, du moins aime-t-il a le répéter. Le bon roi Richard Cœur de Lion et son ignoble frère, le Prince Jean, n’arrive qu’à la toute fin de l’histoire, fin bien triste, assombrie d’événements aussi douloureux qu’inopinés.

Au niveau de l’écriture, le style est riche, dans un français soutenu, qui donne ses lettres de noblesses au récit d’aventures épiques du légendaire Robin des bois. Dommage que les idées ne soient pas toujours cohérentes entre elles et que les différentes actions aient été alignées les unes à la suite des autres sans soucis de logique. Cela reste un roman intéressant que j’ai aimé lire.

challenge·roman jeunesse

A nous deux, Versailles!

eulalieTitre: Les folles aventures d’Eulalie de Potimaron – 1 – A nous deux, Versailles!

Auteure: Anne-Sophie Silvestre

Illustratrice: Amélie Dufour

Editeurs: Flammarion

Pages: 150

Prix: 12€

 

Quatrième de couverture:

 » – Mademoiselle Eulalie, votre père vous attend dans une heure au salon. 

Quelle drôle d’idée de me fixer ainsi un rendez-vous… pensais-je aussitôt. Morbleu, que nous arrivait-il ce jour-là? »

Gabrielle-Evangéline-Eulalie de Potimaron a grandi à la campagne sous la direction indulgente d’un père peu attaché aux règles. Pourtant, à douze ans, elle doit partir pour Versailles. Elle sera fille d’honneur de « Mademoiselle« , la nièce du Roi. Dès la première semaine, Eulalie décide de s’habiller en garçon pour explorer tranquillement Versailles. Duels, rencontres, mystères et escapades: Eulalie de Potimaron apprend les belles manières à sa façon.

Ce que j’en pense:

Eulalie de Potimaron est une jeune aristocrate de douze ans quand son père lui annonce qu’elle va aller vivre à Versailles où elle sera demoiselle d’honneur de Mademoiselle, la nièce du roi Louis XIV. Pour Eulalie qui a grandi librement sans étiquette ni soucis des convenance et qui affectionne particulièrement les activités réservés à ces messieurs telles que l’escrime ou l’équitation, le changement s’annonce difficile. Mais cette jeune fille est bien décidée à garder un brin d’indépendance en s’habillant en garçon et se faisant passer pour un page. C’est ainsi qu’elle devient membre d’une société secrète à la tête de laquelle se tient le Dauphin, futur Louis XV.

Entre les aventures, les jeux avec les garçons de la cour, les histoires de cœur secrètes, et un mystère auréolé de magie, Eulalie va vite se rendre compte que la vie à la cour peut s’avérer bien plus palpitante qu’elle ne l’avait imaginé.

Premier volet d’une saga comprenant actuellement cinq volumes (le sixième est en cours d’écriture), A nous deux, Versailles! est un roman d’aventures fantastiques sur fond de trame historique, qui devrait plaire à bien des fans de Versailles et d’Histoire (même si la part fictive est plus importante que l’historique), les jeunes lecteurs devraient y trouver leur bonheur. Anne-Sophie Silvestre écrit toujours avec autant de magie et d’humour, et le texte est ici joliment illustré par Amélie Dufour dont le trait est d’une simplicité élégante.

challenge

vidéo

Wild Child

Réalisateur: Nick Moore

Acteurs: Emma Roberts, Lexi Ainsworth, Juno Temple, Alex Pettyfer…

Genre: Comédie, romance

Durée: 1h38

Date de sortie DVD: 24 février 2009

 

Synopsis (allociné):

« Abbey Mount » : pensionnat pour jeunes filles le plus strict d’Angleterre. Poppy Moore : adolescente gâtée et incontrôlable des quartiers chics de Los Angeles. Alors qu’il a perdu sa femme, Gerry, le père de Poppy, n’arrive plus à gérer sa fille, d’autant plus qu’il est rarement à la maison. Il décide donc de l’envoyer de l’autre côté de l’Atlantique, afin qu’elle rentre dans le droit chemin… Alors qu’elle a du mal à s’adapter à sa nouvelle vie, Poppy décide de tout faire pour être renvoyée chez elle. Mais elle va bientôt se découvrir des amies et un jeune garçon, Freddie, le fils de la directrice. Malheureusement, ce véritable prince charmant est aussi convoitée par Harriet, l’ennemie jurée de Poppy…

Ce que j’en pense:

On a affaire ici à un film pour adolescentes avec tout ce que ça implique: amitié, soirée, école, romance etc etc. Film qui présente pour moi deux avantages: me détendre devant une comédie sans prise de tête et voir la vie en pensionnat en Angleterre, pays que j’aime beaucoup pour ses paysages et ses auteurs.

Poppy a seize ans, elle est envoyé dans un pensionnat anglais pour jeunes filles par son père qui se sent dépassé par son comportement. Changement radical de vie pour cette jeune américaine qui quitte la Californie et sa vie d’enfant gâtée pour la campagne anglaise, loin des paillettes et de la vie ultra sophistiquée à laquelle elle est habituée. Après des débuts chaotiques où Poppy se confronte à l’autorité et au cadre de son nouvel établissement, elle se lie d’amitié avec ses copines de chambres qui vont l’aider à mettre au point un plan pour son renvoie. Bien sûr tout ne se passera pas comme prévu, notamment à cause d’Harriet, la peste de service et de sentiments amoureux que Poppy va développer pour Freddie le fils de la directrice.

Comédie sentimentale très sympathique, avec un casting brillant: Emma Roberts, Juno Temple en tête ou encore le bien mignon Alex Pettyfer. Le scénario n’est pas des plus originales mais la fraîcheur des jeunes acteurs, l’humour omniprésent et la réalisation apportent beaucoup à ce film sans prétention qui vaut le détour. Un bon divertissement qui ravira les jeunes filles en fleurs, et toutes celles qui ont gardé leur romantisme d’adolescente 😉

rendez-vous hebdomadaire

C’est lundi, que lisez-vous? #11

lundiquelisezvous

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday What are you reading? par  One Person’s Journey Through a World of Books. Repris par  Galleane qui centralise les liens.

Semaine un peu particulière qui commence aujourd’hui car je ne suis pas chez moi. Je m’octroie une petite semaine de vacances à la montagne dans le seul et unique but de me reposer. Le quotidien avec cinq enfants n’est pas de tout repos et j’avais un gros besoin de prendre du recul. J’ai emmené avec un moi mon troisième fils, qui a la même personnalité que moi et a parfois besoin de se retrouver seul et au calme. Semaine qui sera donc mise à profit pour lire beaucoup et surtout en format numérique.

Qu’ai-je lu la semaine dernière?

J’ai finalement mis de côté Le sourire des femmes de Nicolas Barreau dans lequel je n’arrivais pas à entrer, en me disant que ce n’était peut-être pas le bon moment pour le lire, et que je l’apprécierai peut-être d’avantage une autre fois.

Par ailleurs je n’ai lu qu’en fin de semaine, un manga puis La Princesse au petit Pois de Eloisa James, lu dans le train. Et j’ai fini la semaine en lisant enfin le premier volet des aventures de Sherlock Holmes qui me fait envie depuis si longtemps, Une étude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle.

cesare6 petitpoissherlock1

(il suffit de cliquer sur la couverture pour aller lire ma critique)

Que suis-je en train de lire?

eulalie

Les folles aventures d’Eulalie de Potimaron – 1: A nous deux, Versailles! de Anne-Sophie Silvestre.

 » – Mademoiselle Eulalie, votre père vous attend dans une heure au salon. 

Quelle drôle d’idée de me fixer ainsi un rendez-vous… pensais-je aussitôt. Morbleu, que nous arrivait-il ce jour-là? »

Gabrielle-Evangéline-Eulalie de Potimaron a grandi à la campagne sous la direction indulgente d’un père peu attaché aux règles. Pourtant, à douze ans, elle doit partir pour Versailles. Elle sera fille d’honneur de « Mademoiselle« , la nièce du Roi. Dès la première semaine, Eulalie décide de s’habiller en garçon pour explorer tranquillement Versailles. Duels, rencontres, mystères et escapades: Eulalie de Potimaron apprend les belles manières à sa façon.noé

J’ai lis en parallèle Noé face au déluge de Flore Talamon en « lecture commune » avec mon fils.

Que vais-je lire ensuite?

Ayant amené la liseuse pour en profiter un peu (après tout les vacances sont idéales pour la sortir du placard car elle prend vraiment peu de place dans la valise), je vais me télécharger quelques romans mais ne suis pas encore décidée. Petit aperçu non exhaustif de ce qui m’intéresse:

parcequenous geekgirl1fanaustenfruitdéfendue14614mariesecrets&préjugéschangecherdarcysansorgueil1

Et vous que lisez-vous?