ebook·roman

Robin Hood, le proscrit

robinhood2Auteur: Alexandre Dumas

Editions: Une oeuvre du domaine public

Format: Kindle

Poids: 461 kb

Date de sortie: septembre 2011

 

Extrait:

Aux premières heures d’une belle matinée du mois d’août, Robin Hood, le coeur en joie et la chanson aux lèvres, se promenait solitairement dans un étroit sentier de la forêt de Sherwood.
Tout à coup, une voix forte et dont les intonations capricieuses témoignaient d’une grande ignorance des règles musicales, se mit à répéter l’amoureuse ballade chantée par Robin Hood.
– Par Notre Dame ! murmura le jeune homme, en prêtant une oreille attentive au chant de l’inconnu, voilà un fait qui me paraît étrange. Les paroles que je viens d’entendre chanter sont de ma composition, datent de mon enfance, et je ne les ai apprises à personne.
Tout en faisant cette réflexion, Robin se glissait derrière le tronc d’un arbre, afin d’y attendre le passage du voyageur.
Celui-ci se montra bientôt. Arrivé en face du chêne au pied duquel Robin s’était assis, il plongea ses regards dans la profondeur des bois.
– Ah ! ah ! dit l’inconnu en apercevant à travers le fourré un magnifique troupeau de daims, voici d’anciennes connaissances ; voyons un peu si j’ai encore l’oeil juste et la main prompte. Par saint Paul ! je vais me donner le plaisir d’envoyer une flèche au vigoureux gaillard qui chemine si lentement.

Ce que j’en pense:

Bien que téléchargé dès la fin de la lecture du premier volet, il y a de cela presque un an déjà, j’aurai laissé couler de l’eau sous les ponts avant d’attaquer la lecture de ce second volet.

Plus proche de héros dont on nous parle au cinéma ou dans les dessins animés que le premier volet, Robin Hood, le proscrit démarre cependant assez modestement. On assiste à bon nombre de mariages et les différents protagonistes nous abreuvent bien généreusement de récits passés qu’il s’agisse de rencontres, de l’enrôlement de nouveaux membres dans leurs rangs ou encore de victoires plus ou moins faciles. Le tout parsemé de combats dans la forêt de Sherwood ou de droit de passage fait payer aux nobles et aux hommes d’église; droit de passage qui sera en grande partie redistribué pour aider les pauvres gens. Après quoi les événements s’enchaînent, parfois sans lien entre eux, très rapidement comme si l’auteur ne savait comment finir son récit, rendant la lecture un peu surprenante…

Le grand méchant reste le Shérif de Nottingham qui agit au nom du roi Henri II, du moins aime-t-il a le répéter. Le bon roi Richard Cœur de Lion et son ignoble frère, le Prince Jean, n’arrive qu’à la toute fin de l’histoire, fin bien triste, assombrie d’événements aussi douloureux qu’inopinés.

Au niveau de l’écriture, le style est riche, dans un français soutenu, qui donne ses lettres de noblesses au récit d’aventures épiques du légendaire Robin des bois. Dommage que les idées ne soient pas toujours cohérentes entre elles et que les différentes actions aient été alignées les unes à la suite des autres sans soucis de logique. Cela reste un roman intéressant que j’ai aimé lire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s